Septante : la Bible des chrétiens

Vidéo :

Version écrite :

Dans cet article, nous nous intéresserons à une autre version de la Bible : la Septante;

Le terme de Septante, qui veut dire 70, se réfère au nombre des scribes judéens qui ont entrepris la traduction du Pentateuque. Au sens strict, la LXX ne désigne donc que la traduction des 5 premiers livres, cependant très vite il prend un sens plus large et désigne l’ensemble des livres bibliques traduits en grec à l’époque hellénistique, y compris ceux qui ne seront ensuite pas acceptés dans le canon pharisien.

Cette traduction a au départ été approuvée par les rabbins et même justifiée bibliquement. C’est cette version de la Bible qui est utilisée par les Judéens d’Alexandrie et d’une manière générale par l’ensemble des hellénistes, c’est-à-dire des Judéens de langue grecque.Mais l’opinion rabbinique  va très vite changer après l’apparition du christianisme.

Dès la génération apostolique, la majorité des chrétiens parlent en effet le grec, et le Nouveau Testament a presque été entièrement rédigé en grec. De plus ce sont principalement les Judéens de diaspora (comme Prisca et Aquilas ou Apollos) qui vont partir en mission auprès des païens et ils vont donc transmettre aux nouveaux convertis, la version de la Bible que eux utilisent. Cela explique pourquoi très vite, la Septante, devient la « Bible de l’Eglise », c’est-à-dire la version officielle utilisée par tous les chrétiens.

Il ne faudrait cependant pas croire que les docteurs de cette époque étaient ignorants. Au contraire, les textes de Justin Martyr, Irénée de Lyon ou Origène prouvent bien que ceux-ci savaient que cette version ne correspondait pas à la version reconnue ensuite officiellement dans le judaïsme. Cependant ils refusent de se conformer au texte rabbinique et préfèrent conserver la Septante comme texte officiel de l’Eglise. C’est d’ailleurs sur cette version que sont faites les anciennes traductions, telle que la Vetus Latina.

La situation change en Occident à la fin du IVème siècle. Le pape Damase  demande à un érudit, Jérôme, de réaliser une nouvelle traduction latine de la Bible pour remplacer la Vetus Latina. Celui-ci, sous l’influence d’un rabbin, décide de baser sa traduction, non plus sur la Septante mais sur le  Texte massorétique. Cette position sera ensuite constamment adoptée par tous les traducteurs occidentaux jusqu’à nos jours, qu’ils soient catholiques romains ou protestants. Notons cependant que les Eglises d’Orient, elles de leurs côtés conservent toujours le texte de la Septante comme Ancien Testament.

Publicités

11 réflexions sur “Septante : la Bible des chrétiens

  1. Comment concilier le fait que dans la traduction grecque de la Septante, figurent des livres comme Maccabées;12-43,46-Tobie 12-9-, la sagesse 8-19,20-, qui respectivement renferment des doctrines comme l’efficacité des prières pour le salut des morts, la justification par des oeuvres de la loi, la perfection sans péché…
    La réforme au 16eme siècle a refusé l’acceptation des livres apocryphes de l’ancien testament. Ce fût un des aspect de la grande querelle à l’église catholique accusée d’avoir imposé le critère de son autorité institutionnelle à celle des Ecritures.
    En reprenant les écrits de Paul:  » Dites-moi, vous qui voulez soumettre la Loi, n’entendez-vous pas la Loi? (Ga 4-21-) A la suite de ce questionnement, il prouve avec une lecture allègorique de différents textes des écritures, dans Génèse et les prophètes, qu’il y a deux alliances singulières: celle qui produit l’esclavage et celle qui donne la liberté. « Aussi, mes frères, ne sommes-,nous pas
    enfants d’une servante, mais de la femme libre. » ( Ga 4,-31-.).
    Pour rappel, en 1534, Luther a extrait les livres apocryphes de leur place traditionnelle et les a regroupé à la fin de l’Ancien Testament sous le nom « apocryphes »: « -livres à ne pas considérer à l’égal des Ecritures saintes, mais utiles et bons à lire-« ( dont Tobie, Judith 1 et 2, Maccabées, Sagesse).

    J'aime

  2. Bonsoir Mag,
    tes remarques sont intéressantes. Je prépare justement plusieurs articles sur des points que tu soulèves. Je ne vais donc pas tout détailler ici, simplement deux éléments de réponse rapide.

    1) Il ne faut pas confondre « version » et « canon ». Le terme de Septante renvoie bien à une version et non pas à un canon. Le fait que les chrétiens utilisent la Septante ne donnent aucune indication sur les livres qu’ils incluaient dans la Bible. Certains avaient les livres dont tu parles, d’autres ne les avaient pas.

    2) Deuxièmement il faut bien prendre en compte le genre de chaque livre. En particulier l’exclusion des Maccabées repose sur un faux argument. Un livre d’histoire est là pour nous rapporter des faits, pas pour établir des doctrines.
    Je vais prendre un exemple tout simple: Dans le livre des Juges, on voit que Jephté (qui est cité comme modèle de foi par l’auteur de l’épitre aux Hébreux) offre sa fille comme sacrifice humain à Dieu.
    Vas-tu en déduire que les chrétiens doivent sacrifier leurs filles ?

    C’est la même chose pour Maccabées. C’est un livre d’histoire qui nous rapporte ce que les différentes personnes ont fait, cela ne veut pas dire que ces personnes ont forcément bien agi.

    Pour l’instant je ne détaillerai pas plus mais pour faire simple, vouloir exclure les « livres apocryphes » pour des motifs de contenu est une erreur, car tous les arguments pourraient se retourner contre certains livres canoniques.

    J'aime

  3. Pingback: Les anciennes versions de la Bible (vocabulaire) | Philochristos

  4. Pingback: La Bible dans l’Eglise ancienne : Justin Martyr | Philochristos

  5. Pingback: La Loi | Philochristos

  6. Pingback: Jésus parlait-il grec ? | Philochristos

  7. Pingback: Une prophétie messianique cachée | Philochristos

  8. Pingback: Qu’est-il écrit dans la loi? | Philochristos

  9. Pingback: Lire la Septante en ligne | Philochristos

  10. Tu t’es trompé sur cette phrase « décide de baser sa traduction, non plus sur la Septante mais sur le Texte massorétique » saint Jérôme s’est basé sur un texte hébreu pré-massorétique que n’avons plus mais que garde la traduction Vulgate disons une filière hébreu parmi d’autres filières hébreux comme celui de la Septante que la traduction grec a fait arrivé jusqu’à nous

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s