Pourquoi je ne participerai pas à « la manif pour tous »

L’actualité fonctionne souvent par mode. En ce moment c’est la question du mariage pour tous (et la « manif » qui va avec) qui occupe le devant de la scène, particulièrement sur les sites web et blogs chrétiens. On constate un véritable emballement sur ce sujet. En bon  mouton, je propose donc aussi de donner mon  avis … accompagné d’un petit éclairage historique.

Débat et arguments

Tout d’abord en tant que chrétien le problème est mal posé. Cela est évident au vue des arguments invoqués. En effet lorsqu’on regarde tous les arguments proposés par les sites chrétiens contre le mariage gay, on remarque (presque systématiquement) un absent de taille : le commandement biblique. Un chrétien est opposé au mariage gay tout simplement parce que Dieu interdit formellement l’homosexualité Ce grand absent est pourtant, d’un point de vue chrétien, le seul argument réellement valable. Chercher d’autres arguments me semble  vain.

Au contraire cela aboutit à une situation pour le moins étrange, puisqu’une des dernières trouvailles des sites chrétiens qui luttent contre le « mariage pour tous » est de mettre en avant des homosexuels opposés au mariage. Mais est-ce pertinent ? Avec ou sans mariage, aux yeux de Dieu, l’homosexualité est tout autant un péché et s’opposer au projet de mariage gay n’atténue nullement cela.

L’Etat et le mariage

En réalité le vrai problème concerne le rôle de l’Etat. Si aujourd’hui ce débat se pose c’est parce qu’on a reconnu à l’Etat le droit d’intervenir dans la définition du mariage (de même qu’on lui reconnaît le droit de définir ce qu’est un être humain). Le vrai débat se situe donc au niveau du rôle de l’Etat et de son rapport à la société.

 Un précédent historique

Tout d’abord précisons que ce débat autour du mariage n’est pas nouveau dans l’histoire de France et qu’un cas  semblable s’était déjà posé en France à l’époque moderne à propos du mariage protestant. Louis XIV pensant que sa politique avait permis d’éradiquer le protestantisme et qu’il n’y avait donc plus de protestants dans son royaume, avait  décidé de révoquer l’édit de Nantes. Juridiquement, les protestants n’existaient plus. Le problème c’est que dans les faits, ils étaient toujours là et représentaient même une importante minorité, voir même une majorité dans certaines régions Aux yeux de la loi, seul le mariage devant l’Eglise catholique était reconnue, les couples protestants n’avaient donc aucune existence légale, ce qui posait bien sur de nombreux problèmes juridiques concernant l’héritage, la transmission etc. Il y avait  exactement comme aujourd’hui, un décalage entre la situation de fait et la situation de droit.

Les juristes ont donc du prendre en compte cette situation et ont tenté de trouver différentes astuces pour contourner ce décalage entre le fait et le droit.

Situation de fait et situation de droit

C’est à nouveau ce même problème qui se pose aujourd’hui. En effet, mariage ou pas, il y a bien aujourd’hui dans notre société des couples formés de personnes de même sexe. Face à cette situation il n’y a que deux choix logiques : soit les interdire, soit les reconnaître légalement. Or voilà qu’actuellement la France (comme de nombreux autres pays) se trouve dans une situation intermédiaire, complètement illogique avec un décalage entre le fait et le droit. Comment en est-on arrivé là ?

Du mariage biblique au mariage étatique 

Le mariage trouve son origine dès la création de l’homme.

« C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair. » (Genèse 2 : 24)

C’est d’ailleurs à ce verset que se réfère Jésus lorsque des religieux judéens l’interrogent sur le divorce. Du point de vue de Dieu le mariage est donc avant tout une alliance entre un homme et une femme. Cette alliance est scellée par un engagement public et un rapport sexuel entre les deux conjoints.

Progressivement cependant la société a voulu prendre en charge cette institution divine et la contrôler. Sans présenter un tableau exhaustif, voyons les grandes étapes qui ont abouti à la situation actuelle.

La première intervention législative humaine est le fait de Moise qui autorise le divorce. Bien que Jésus ne critique pas directement Moise, il montre néanmoins sa désapprobation totale concernant cette loi :

«  Jésus leur dit: C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a donné ce précepte.   Mais au commencement de la création, Dieu fit l’homme et la femme;    c’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme,   et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair.   Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.  Lorsqu’ils furent dans la maison, les disciples l’interrogèrent encore là-dessus.   Il leur dit: Celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre, commet un adultère à son égard;    et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère. »

Par la suite l’Eglise a elle aussi progressivement institutionnalisé le mariage. Cependant il faut noter une différence entre Orient et Occident. En Orient le sacrement du mariage est conféré par le prêtre, tandis qu’en Occident, l’Eglise considère que ce sont les deux époux qui se donnent ce sacrement (par l’union charnelle). De fait la cérémonie religieuse ne sera rendue obligatoire que très tardivement (au concile de Trente).

L’Eglise et l’Etat étant liés (alliance du trône et de l’autel), c’est donc tout naturellement que ce dernier  adopte le modèle ecclésial du mariage.

Un premier changement a lieu à la Révolution lorsque l’ensemble des sujets, qui deviennent alors des citoyens, bénéficient des mêmes droits et devoirs. Mais le tournant se situe surtout à l’époque contemporaine, avec la promulgation du Code civil (1804) , puis la phase dite de « déchristianisation » où l’on sépare l’Eglise et l’Etat (loi de 1905). A partir de là, l’Etat prend le contrôle du mariage à tel point qu’en France, seul le mariage civil est reconnu juridiquement et qu’il est interdit de se marier religieusement si on ne s’est pas d’abord marié civilement.

Pour un chrétien, une telle situation est cependant problématique puisqu’une institution divine se retrouve désormais sous le contrôle d’un pouvoir qui se base précisément sur la négation de Dieu. Le concept de « mariage civil » est donc en soi un non-sens.

Publicités

14 réflexions sur “Pourquoi je ne participerai pas à « la manif pour tous »

  1. Pingback: Réponse à douze questions d’un blogueur chrétien | Philochristos

  2. Je comprends et adhère à votre analyse comme chrétienne. Cependant, sans passer devant le maire, comment savoir si une personne est déjà marié? Denise

    J'aime

  3. Bonjour Denise, merci pour ta contribution.

    Je ne suis pas sur d’avoir bien compris ta question. Quel cas envisages-tu ?

    Qui devrait le savoir ? La personne elle-même, la société ou son conjoint?

    Ta question porte-t-elle sur comment savoir si on est marié aux yeux de Dieu ? Ou alors sur comment être sur que son conjoint n’est pas déjà marié ? Ou comment faire reconnaitre ce mariage aux yeux des hommes ?

    J'aime

    • David, si on établit un mariage seulement religieux, comment chaque marié pourra savoir si son futur conjoint est déjà marié.
      Autre remarque: faudrait-il ouvrir le mariage à toutes les religions?
      Voici mon motif pour avoir manifester dimanche dernier: Jésus nous demande de faire aux plus petits le nécessaire pour les protéger: ceci est mon motif et dans ce cadre ma motivation ne concerne que moi. Or ds ce projet de loi, les victimes seront les enfants, sachant que la théorie du gender suit.
      Maintenant,se positionner par rapport à l’homosexualité , la Parole de Dieu est clair et on doit le dire Denise

      J'aime

  4. Bonsoir Denise,

    Le fait de réserver le mariage aux religions n’empêche pas la tenue de registre. L’Eglise catholique par exemple à des registres de baptêmes.
    Mais à mon sens, si une personne ne sait pas si son conjoint est marié ou non, il y a de vraies questions à se poser quant au futur mariage …

    Quant à la théorie du gender, elle ne suit pas, elle précède. Rappelons que c’est le gouvernement précédent qui l’a intégrée dans les programmes scolaires.

    J'aime

  5. Merci pour tes infos.
    L’état civil est une « invention très récente » qui découle des états laïcs. Auparavant, « l’église » faisait office d’état civil. Lorsque les églises, sous « nos » latitudes ont été séparées des états, l’état s’est mis à répertorier les naissances, les décès, etc.

    Ce n’est qu’en 1215 que l’église s’est occupé des mariages pour des raisons officielles de « débauches-poligamies-etc » et pour des raisons officieuses de pouvoir !
    Mariages qui précédement se passait uniquement en famille.

    J’irais encore plus loin que toi, David, personne ne marie des personnes si ce n’est DIEU.
    Et donc, ce n’est pas plus à l’église qu’à l’état de marier des personnes.

    Dans l’histoire, plusieurs fois, il est arrivé que des chrétiens refusent le mariage catholique. Par exemple, en parrallèle au protestantisme, les anababtistes ont refusés de se marier à l’église, voulant séparer l’église de l’état. (les états protestants obligeant les populations à se marier à l’église, à annoncer les naissances et par ailleurs à baptiser les nouveaux-nés, plusieurs chrétiens ont perdu la vie pour avoir refusé le pouvoir de l’église catholique ET protestante )

    Comme toujours, lorsqu’il y a eu des abus, des trahisons, etc, etc, des lois viennent réglementer les conflis ou encore « au secours des plus faibles ».
    Le contrat de mariage civil ne concerne que les successions, etc en cas de CONFLIS.
    La garde des enfants, la protection des enfants, des femmes, la protection du partrimoine des conjoints, etc.
    Faire un contrat de mariage me semble raisonnable. Bien qu’il ne servira qu’en cas de litige et ne change rien au mariage lui-même. Les couples qui se disputent, se trahissent ou même s’entretuent, ont tous commencé par croire que c’était impossible que cela leur arrive.
    Pour te répondre Denise, ce contrat comprend de clarifier la situation des deux protagonistes (éventuels mariages précédents, etc, etc) Contrat et lois qui sont aussi arrivés car il y a eu des abus, mensonges, etc. Moise, déjà, avait protégé les femmes par une loi qui leur permettaient de partir si leur mari ne prennait plus soin d’elles. Faire un contrat de mariage me semble très important. Et se séparer de l’invention catholique du  » FAUT sacrement mariage » tout autant !

    Sourire

    J'aime

  6. Je comprend vos positions. Mais bien que la signification du mariage civil aujourd’hui soit en contradiction avec celle du mariage chrétien, sa définition avec notamment la nécessité de protection et de fidélité est encore dans le code civil. Lorsqu’on voit que seul le mensonge fasse au fisc est une faute impardonnable et immorale pour nos dirigeants, que l’on ouvre des salles de shoot pour “protéger“ les pauvres toxicos… cette ultime reconnaissance d’une morale par l’état certe hombre entachée du divorce, de la reconnaissance du concubinage et du pacs… laisse encore entrevoir le souvenir d’un passé proche où l’état reconnaissait l’existence de Dieu.
    Reléguer le mariage à une affaire privée uniquement religieuse revient á considérer que tout se vaut. Que le model chrétien n’est pas le meilleur chemin vers le bonheur pour tous, mais seulement pour des intégristes traditionalistes de l’extrème droite… donc pour personne de vraiment heureux.

    J'aime

  7. Bonjour Etienne,
    Merci pour ta remarque. C’était un article écrit assez rapidement au moment de La Manif Pour Tous. Mais je compte le reprendre à l’occasion pour développer un peu plus certains points.

    Il serait notamment intéressant de faire une petite « histoire du mariage chrétien », et même plus généralement une histoire du mariage, pour voir comment tout cela a évolué dans le temps, ce qui à mon avis permettrait d’expliquer les problèmes que pose le mariage civil.

    J'aime

  8. Pingback: Talk show : On en parle sans tabou (mariage et sexualité) | Philochristos

  9. Je relisais le tout.

    Bonsoir Etienne,

    Pour ta phrase ici : ****on ouvre des salles de shoot pour “protéger“ les pauvres toxicos ****, c’est le contraire, nos politiques ont ‘inventé’ de faire administrer aux drogués suffisamment de substance pour protéger la société.
    Cette solution a été clairement établie, afin que ‘pourvus de doses suffisantes, les héroïnomanes ne s’en prennent pas à la société pour subvenir à leur besoin de drogue. Conséquence, trouvant facilement de quoi ne pas être en manque, les toxicos se sont détournés de l’héroïne, et surtout, surtout, la propagation de cette drogue a été ‘étouffée’, les toxicos n’ayant plus besoin de dealer pour s’en procurer …

    Résultats, les ventes d’héroïne ont tellement diminué qu’elles sont actuellement ‘insignifiantes’ dans l’Europe entière en tout cas.

    Par contre, en parallèle, de nombreuses autres drogues ont fait leur apparition, particulièrement la cocaïne et ^le consommateur ciblé par les dealeurs n’est plus le même, puisque beaucoup de jeunes (et moins jeunes) en provenance de la ‘bonne société’ en consomme … beaucoup ont des postes à responsabilités et même … de plus en plus de personne ayant des postes à responsabilité prennent des substances illicites afin de ‘se booster (de tenir le coup)

    Le clicher du pauvre drogué a depuis longtemps été remplacé par le drogué en costard-cravate … ayant un métier stable, souvent bien rémunéré mais stressant … quoique c’est à nouveau un clicher !

    Soit béni
    Sandra

    J'aime

  10. Je relisais le tout.

    Bonsoir Etienne,

    Pour ta phrase ici : ****on ouvre des salles de shoot pour “protéger“ les pauvres toxicos ****, c’est le contraire. Nos politiques ont ‘inventé’ de faire administrer aux drogués suffisamment de substances pour protéger la société.

    Cette solution a été clairement établie, afin que ‘pourvus de doses suffisantes, les héroïnomanes ne s’en prennent pas à la société pour subvenir à leur besoin de drogue. Conséquences, trouvant facilement de quoi ne pas être en manque, les toxicos se sont détournés de l’héroïne, et surtout, surtout, la propagation de cette drogue a été ‘étouffée’, les toxicos n’ayant plus besoin de dealer pour s’en procurer … et donc d’en initier d’autres …

    Résultats, les ventes d’héroïne ont tellement diminué qu’elles sont actuellement ‘insignifiantes’ dans l’Europe entière, en tout cas.

    Par contre, en parallèle, de nombreuses autres drogues ont fait leur apparition, particulièrement la cocaïne et le consommateur ciblé par les dealeurs n’est plus le même, puisque beaucoup de jeunes (et moins jeunes) en provenance de la ‘bonne société’ en consomme … beaucoup ont des postes à responsabilités et même … de plus en plus de personnes ayant des postes à responsabilités prennent des substances illicites afin de ‘se booster (de tenir le coup)

    Le clicher du pauvre drogué a depuis longtemps été remplacé par le drogué en costard-cravate … ayant un métier stable, souvent bien rémunéré mais stressant … quoique c’est à nouveau un clicher ! 🙂

    Soit béni
    Sandra

    J'aime

  11. Pingback: Sommaire : Le mariage chrétien | Philochristos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s