Le mariage : lien divin ou contrat civil ?

Version vidéo

Version écrite

        La lutte contre les relations pré-maritales est un des thèmes les plus à la mode dans les courants néo-puritains.  Toutefois une question se pose : lutter contre les relations sexuelles avant le mariage, implique de définir ce qu’est le mariage. Beaucoup de chrétiens semblent considérer que le mariage est ce que l’Etat définit comme « mariage ». Ainsi deux personnes sont mariées, lorsqu’elles sont enregistrées comme « mariées » sur l’état civil. Une telle définition est-elle acceptable ? C’est la question que nous nous poserons dans cet article.

 Le mariage dans nos sociétés

        Dans notre article précédent, nous avions vu qu’aujourd’hui, en France (et dans la plupart des pays occidentaux), au terme d’une longue évolution, le mariage était devenu un mariage civil. La plupart des chrétiens acceptent cette définition, pourtant cela ne va pas sans poser de problèmes avec la conception chrétienne du mariage.

Le respect des autorités

       Les Ecritures invitent à respecter les autorités. En tant que chrétiens nous devons donc, dans la mesure du possible nous efforcer d’obéir à l’Etat. Cependant il y a une exception : lorsque la loi étatique va à l’encontre des préceptes divins.

         Or le « mariage » civil entre précisément dans cette catégorie, puisque définir le mariage comme un « contrat civil » est de fait une négation de son institution divine.

        L’Etat est la puissance publique. Tout ce qui relève de la cité (qui est civil) est donc sous son contrôle. Beaucoup de chrétiens protestent contre le « mariage pour tous », tout en acceptant le « mariage civil ». C’est là une incohérence majeure. Reconnaître que le mariage est un acte civil, c’est  reconnaître à l’Etat le droit de définir ce qu’est le mariage. A partir du moment où l’Etat peut définir ce qu’est le mariage, il peut donc aussi en modifier la définition, par le biais des lois, en fonction de l’évolution des mœurs. C’est ce qui s’est produit récemment.

        Dans ces conditions : au nom de quoi imposer la définition chrétienne du mariage à une société qui dans son ensemble ne l’est justement plus ?

     Rappelons que le mariage chrétien, qu’on peut définir par quatre critères principaux (monogame, hétérosexuel, libre et indissoluble) est minoritaire à l’échelle de l’histoire et des civilisations.

      Ce conflit entre la conception étatique du mariage et la conception chrétienne n’est pas nouveau. Voyons maintenant quelques exemples historiques

Les problèmes de la reconnaissance de l’autorité étatique en matière de mariage

        Le premier vient de la Rome antique. Le mariage est un acte privé, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucune règle. En particulier deux viennent considérablement gêner les chrétiens.

        La première de ces règles est qu’on ne peut se marier qu’avec des gens de même rang social. Or le ratio sexuel des chrétiens chez les aristocrates romains était très déséquilibré. Il y avait beaucoup plus de femmes converties que d’hommes. Un aristocrate chrétien n’avait donc aucun mal à trouver une aristocrate chrétienne. En revanche beaucoup d’aristocrates chrétiennes ne pouvaient pas trouver de mari chrétien. Du coup elles avaient le choix entre épouser un patricien païen ou se mettre en concubinage avec un chrétien de rang inférieur.

      La plupart ont opté pour le deuxième choix. Ont-elles eu raison ? Je pense que oui. Mieux valait  pour elles s’unir avec un chrétien pour fonder un foyer chrétien, même si cette union n’était pas reconnue comme un « mariage » par l’Etat, plutôt que d’être reconnues comme « mariées » par l’Etat, mais être sous un « joug étranger » (2 Corinthiens 6 : 14)

        Une deuxième règle, est que le mariage ne pouvait concerner que des hommes libres. Un esclave ne pouvait aux yeux de l’Etat jamais contracter de mariage. A cause de cela les esclaves chrétiens devaient-ils être condamnés au célibat perpétuel ?

         Cette question de légalité se pose aussi en France à l’époque moderne. Pensant avoir éliminé le protestantisme de son royaume, Louis XIV révoque l’édit de Nantes par l’édit de Fontainebleau (1685) . A partir de cette date et jusqu’à l’édit du 15 novembre 1787, les protestants n’existent plus aux yeux de la loi. Bien sur ceux-ci continuent à se marier « au désert », mais pour l’Etat français, ces mariages n’existent pas. Pendant plus d’un siècle, tous les protestants  étaient  donc en situation de concubinage et leurs enfants étaient considérés comme des enfants illégitimes, nés hors mariages.

De l’eau et du champagne

      En réalité en tant que chrétien nous devons bien faire la distinction entre ce « contrat civil » , même si les hommes ont pu l’appeler « mariage » et le vrai mariage selon Dieu.

      Coller une étiquette de champagne sur une bouteille d’eau, ne transformera pas cette eau en champagne. Cela restera une bouteille d’eau, avec une étiquette de champagne. De la même façon, ce « contrat civil » même s’il porte le nom de « mariage » n’a jamais été  un mariage au sens chrétien du terme. Juste un contrat civil, auquel on a donné le nom de mariage.

        Le fait que ce contrat civil soit né dans une société marquée par les valeurs chrétiennes a pu entrainer une  ressemblance de surface avec le mariage chrétien et créer une certaine confusion .

    Aujourd’hui les choses changent. Les évènements récents n’ont pas « dénaturé  le mariage » comme on le dit souvent, mais simplement fait tomber le masque de ce qui n’a jamais été un mariage. Et ceci n’est certainement qu’un début. On peut à l’avenir imaginer toutes sortes de changements : pourquoi limiter ce contrat à deux personnes ? pourquoi ne faire que des » contrats à durée indéterminée » ? Pourquoi fixer des limites d’âge ?

A venir

      Cette conclusion nous conduit directement à réfléchir sur ce qu’est le mariage aux yeux de Dieu. Qu’est-ce qui fonde le mariage ? A partir de quand deux personnes sont-elles considérées par Dieu comme mariées ?

Toutes ces questions feront l’objet du prochain article.

Publicités

22 réflexions sur “Le mariage : lien divin ou contrat civil ?

  1. Bonsoir David,
    Bien ton article.
    Peux-tu mentionner tes sources pour ceci ?
    Les problèmes de la reconnaissance de l’autorité étatique en matière de mariage. Le premier vient de la Rome antique. Le mariage est un acte privé, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucune règle. En particulier deux viennent considérablement gêner les chrétiens.(…) La plupart ont opté pour le deuxième choix.

    Et … je pose la question depuis plusieurs années, à savoir si le mot porneia dans les passages sur le divorce est dans passablement de traduction est confondu avec mocheia depuis l’invention de traduire porneia par fornication et qu’alors se divorcer pour cause de ‘faire l’amour avant le mariage’ n’aurait alors aucun sens … si tu as des réponses, elles sont bienvenues. (C’est l’unique passage de la bible où mocheia est substitué en français à porneia)
    Merci. Sandra

    J'aime

  2. Bonsoir David,
    Bien ton article.
    Peux-tu mentionner tes sources pour ceci ?
    Les problèmes de la reconnaissance de l’autorité étatique en matière de mariage. Le premier vient de la Rome antique. Le mariage est un acte privé, mais cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucune règle. En particulier deux viennent considérablement gêner les chrétiens.(…) La plupart ont opté pour le deuxième choix.

    Et … je pose la question depuis plusieurs années, à savoir si le mot porneia dans les passages sur le divorce est, dans passablement de traductions, confondu avec mocheia depuis l’invention de traduire porneia par fornication ? Et qu’alors se divorcer pour cause de ‘faire l’amour avant le mariage’ n’aurait aucun sens … si tu as des réponses, elles sont bienvenues. (C’est l’unique passage de la bible où mocheia est substitué en français à porneia.
    … pas qu’en français …)
    Merci. Sandra

    J'aime

  3. Pingback: Sommaire : Le mariage chrétien | Philochristos

  4. Du coup, moi qui suis lente a comprendre et peu instruite, j’ai du mal à suivre, tu veux dire que le mariage serait simplement le fait de vivre avec une personne de sexe opposé de même foi avec pour but la fidélité ? C’est ainsi que tu définis le mariage chrétiens selon la volonté divine? David si tu pouvais me faire une explication d’ensemble rapide, je t’en serai reconnaissante 🙂 merci

    J'aime

    • Bonjour Aurore,

      Je rajouterai une petite nuance : il faut que cette vie commune, soit précédée d’un engagement verbal. De la même façon que Dieu a créé le monde par Sa Parole, c’est par la parole qu’on créé le mariage.

      J'aime

      • Oui, j’avais compris cela effectivement, et du coup peut on garder l’echange d’alliances? ! mais alors quand il est parlé de fornication dans les écritures, cela s’adresserait -il a des gens qui vont de partenaire en partenaire? et parlons de Paul en corinthiens quand il parlait a ceux qui sont marier, comment savait on à l’époque qui était marier, y avait -il un echange d’alliances ? parce qu’il parle ensuite a ceux qui ne sont pas marier? tu sais que ce qu’y est avancer ici remets en cause tout le mariage comme on le connait! et curieusement je suis assez d’accord avec cette approche …

        J'aime

        • Je dirais que la plupart des traditions , comme l’échange d’alliances, ne sont pas mauvaises mais pas indispensables (en revanche il peut aussi exister des traditions qu’il faut supprimer, cf l’exemple en dessous).

          Je ne suis pas contre les cérémonies de mariage (religieuses ou civiles), ni les fêtes, etc. Simplement ce que je dis, c’est qu’aux yeux de Dieu, ce ne sont pas ces choses qui comptent.

          A mon sens la fornication désigne l’acte sexuel sans engagement ou à « engagement limité ». Coucher avec quelqu’un, sans vouloir rester avec lui pour le restant de la vie.

          Pour ce qui est de l’époque de Paul, il y avait des cérémonies, qui pouvaient d’ailleurs varier d’une région à l’autre. Je décris les grandes lignes de ces cérémonies dans mon article sur « l’histoire du mariage ».
          Ce qui est sur en revanche, c’est que les chrétiens ne pouvaient pas se soumettre à ces cérémonies qui contenaient des éléments trop paiens : sacrifices à des idoles, chansons paillardes, etc.

          J'aime

    • Bonjour Aurore,

      Le Mariage est une Alliance de Sang, c’est-à-dire un contrat passé librement entre deux personnes des sexes opposés et libres de tout autre engagement de même type qui perdure jusqu’à ce que la mort sépare les conjoints. Il est donc unique et exclusif (personne ne doit interférer dans ce contra – le mariage à trois n’existe pas !)

      Un contrat a ses clauses – obligations et droits – et il doit être valide. Pour cela il est nécessaire qu’il y ait des témoins car il doit être public et il y a forcement un échange de paroles que l’on appelle les vœux de mariage : un serment et une promesse.

      Un contrat est toujours accompagné d’un repas partagé – on va le limiter au pain et au vin – repas qui est le symbole de la Communion. En général il y aura une marque-souvenir qui rappellera l’Alliance et c’est pourquoi l’habitude est de porté un anneau appelé d’ailleurs alliance (un anneau n’a pas de commencement ni de fin).

      Enfin, le mariage doit aboutir à une cohabitation – qui sous-ented bien sûr l’intimité conjugale. Mais ce n’est pas la relation conjugale qui fait le mariage mais les paroles qui engagent les personnes.

      Voilà en gros ce qui concerne le mariage.

      On a tendance à collapser  » mariage et sexualité » : le mariage est basé sur un engagement de paroles car c’est un contrat. La sexualité est le privilège du mariage et ne doit pas s’exercer en dehors du couple, car elle exprime l’Unité que Dieu Lui-même a faite à l’ouïe des vœux.

      La fornication sera la sexualité hors mariage.

      J'aime

  5. Bonjour,

    J’arrive un peu tard, j’espère que vous lirez quand même mon commentaire.
    Je ne suis pas chrétienne et je suis pourtant absolument d’accord avec votre constat contemporain (sauf la dernière phrase mais j’y reviendrai).

    Pourtant, je crois qu’il est faux de dire que le mariage religieux a toujours été une histoire d’union devant Dieu etc. Avant si je ne m’abuse il n’y avait que lui, pas de mariage civil. Un mariage même religieux, célébré à l’église, permettait de caser ses enfants, de former des alliances qui avaient des répercussions très concrètes et matérielles (transmission des terres, du nom, du prestige, de l’argent, etc) n’ayant rien à voir avec le divin. Me trompe-je ? Le sens que vous donnez au mariage religieux aujourd’hui n’a donc pris son sens absolu que lorsque l’Eglise et l’Etat ont été séparés, redonnant à chacun ce qui lui est propre (on se marie à la mairie pour être reconnu administrativement comme tels, devant la République, et on se marie à l’Eglise pour être reconnu comme tels devant la chrétienté, devant Dieu) (d’ailleurs je ne sais pas si en France se célèbre aujourd’hui des mariages uniquement religieux… ?). Finalement cela renforce la signification du mariage religieux car cela le débarrasse de toute signification non-religieuse.

    Sur la fin de votre texte, je me permet de vous citer : « pourquoi limiter ce contrat à deux personnes ? pourquoi ne faire que des » contrats à durée indéterminée » ? Pourquoi fixer des limites d’âge ? ». Il y a les limites de la loi : on ne peut pas se marier avant sa majorité ; cela s’accorde avec les lois qui protègent les mineurs de la pédophilie (majorité sexuelle à 15 ans, rapports sexuels avec un.e mineur.e illégaux quand trop grand écart d’âge, …). On peut modifier le mariage civil, certes, mais les choses sont faites pour la paix dans la Cité.

    Cordialement

    J'aime

    • Bonjour Silica et bienvenue sur ce blog,

      Il n’est jamais trop tard pour commenter les articles :),

      Pour ce qui est de votre première remarque, je suis parfaitement d’accord avec vous. Peut-être me suis-je mal exprimé dans cet article.
      Lorsque je parle du « mariage religieux », je parle de son institution par Dieu. Il est évident qu’ensuite cette institution a été instrumentalisée par les hommes comme vous le rappelez.
      Je suis aussi le premier à dire que la séparation de l’Eglise et de l’Etat a fait un grand bien au christianisme;

      « d’ailleurs je ne sais pas si en France se célèbre aujourd’hui des mariages uniquement religieux… ? »
      => Cela est possible dans certains pays, mais en France, c’est interdit par la loi. Le mariage civil doit nécessairement précédé le mariage religieux.

      Pour ce qui est de votre deuxième remarque :  » On peut modifier le mariage civil, certes, mais les choses sont faites pour la paix dans la Cité. »

      Je dirais que la notion de « paix dans la Cité » est un concept très relatif. Par exemple en quoi la polygamie ou les mariages temporaires remettraient en cause « la paix dans la cité » ?

      J'aime

      • Bonjour,

        Merci de votre réponse !

        je ne suis pas sûre qu’il y ait eu à un quelconque moment un mariage chrétien ayant été entièrement pur de toutes implications sociales et politiques, cela me paraît plus un mythe assez plaisant à imaginer qu’autre chose. Peut-être étais-ce plus ou moins le cas aux premiers temps du christianisme quand les chrétiens étaient persécutés. Mais à partir du moment où une religion devient un pouvoir politique dominant il est normal que des considérations non-religieuses s’y tressent : la religion devient alors organisation d’une société (ce qui peut être vu de façon neutre, positive ou négative).

        Je trouve très intéressant que vous trouviez la séparation Eglise/Etat positive, car les catholiques avec qui j’ai pu en discuter étaient eux fermement persuadés du contraire. Auriez-vous des articles à nous signaler qui traitent de cette question sous cet angle ?

        Je ne comprends pas très bien ce que vous entendez par « mariage temporaire », tout mariage civil peut être ou non temporaire dans la mesure où on peut décider de l’interrompre. Sur la polygamie il faudrait aussi voir ce qu’on entend par ce terme : avoir plusieurs partenaires de vie/sexuels en simultané sur une même période de temps n’est pas interdit par la loi, aucune législation ne s’y oppose, bref « chacun fait ce qu’il veut ». Mais une polygamie qui serait institutionnalisée devrait émaner d’une réalité culturelle ; or, ce n’est pas quelque chose qui est largement pratiqué en France. Il n’y a pas de demande égalitaire de cela (car il est clair que la polygamie est toujours entendue dans le sens de polygynie et non de polyandrie).

        Dans le cas du mariage des homosexuels, il s’agissait d’étendre un droit existant à d’autres catégories de personnes (étendre le droit d’union des couples hétéro aux couples homos), c’est en cela que je trouve que ce n’est pas attaquable en soi. La polygamie institutionnelle (c’est à dire le mariage avec plusieurs personnes) n’est autorisée pour personne et n’est pas spécialement sollicitée. La question ne se pose donc pas à mon sens.

        Cordialement

        J'aime

  6. Tu devrais revoir ta définition du mot concubinage (son historique). Le mot concubinage signifiait à l’époque un mariage entre un homme libre et une femme esclave. Puis dans certain pays sa définition à été étendue à un mariage entre deux personnes de classes sociale différente. Bien plus tard, après l’époque biblique, le mot concubinage a signifié la vie commune de deux personnes non marié. Surement à cause qu’en pratique, puisque le consentement de l’esclave n’est pas requis pour se marier, techniquement il était bête de faire un contrat écrit de mariage, puisque tu étais le seul signataire. Du cout avec l’histoire du mariage ecclésiastique, et civil, puisque les personnes non marié devant un prêtre puis un représentant d’état (mariage clandestin, ou non publique, ou n’ayant pas fait de contrat écrit et-ou soumis à une autorité), ne sont plus considéré comme marié, du cout le concubinage n’est plus considéré techniquement comme un mariage… et … à la fin ça abouti à la définition de maintenant.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s