Le divorce

               La série sur le mariage continue  et on en vient maintenant à la question du divorce. Après avoir examiné les règles de l’Ancien Testament, puis du Nouveau, ce qui sera l’occasion d’un petit point linguistique, je terminerai en proposant quelques pistes pour des cas concrets.

L’Ancien Testament

La loi sur le divorce nous est donnée en Deutéronome 24 :

 « Lorsqu’un homme aura pris et épousé une femme qui viendrait à ne pas trouver grâce à ses yeux, parce qu’il a découvert en elle quelque chose de honteux, il écrira pour elle une lettre de divorce, et, après la lui avoir remise en main, il la renverra de sa maison.   Elle sortira de chez lui, s’en ira, et pourra devenir la femme d’un autre homme. »

Plusieurs points sont à souligner :

-le divorce est à l’initiative de l’homme

-il se fait pour « quelque chose de honteux »

-la femme peut se remarier

             Qu’est-ce que cette chose honteuse ? A vrai dire c’est assez flou, et ce terme peut laisser place à une large interprétation. Cependant excluons d’office une interprétation : l’adultère.

          Certains en effet pour diminuer le contraste entre cette législation et le Nouveau Testament, estime que le « motif honteux » ne peut être que l’adultère. C’est totalement impossible, pour deux raisons :

-la première c’est que si Moise pensait à l’adultère, il l’aurait clairement nommé. Pourquoi ne pas appeler un chat, un chat et dire : « si la femme trompe son mari, celui-ci pourra divorcer ». Pourquoi utiliser une formule vague, si c’est pour désigner un acte précis ?

-la deuxième raison est que dans la loi mosaïque l’adultère est puni de mort.

« Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort. » Lévitique 20:10

        Observons bien les temps de la phrase : ce n’est pas une hypothèse, c’est un ordre. Une femme adultère est nécessairement mise à mort. Du coup la question du divorce ne se pose plus vraiment.

Enfin, signalons que la femme divorcée peut se remarier.

Le Nouveau Testament

          A sa venue, Jésus change radicalement les choses, ou plus exactement, revient à l’état initial :

« Il a été dit: Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité (porneia), l’expose à devenir adultère (moichao), et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère (moichao) »

         Le premier changement notoire est que le remariage est considéré comme un adultère. Ce changement vient directement du principe d’indissolubilité.

« Les pharisiens l’abordèrent, et dirent, pour l’éprouver: Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque?  Il répondit: N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme  et qu’il dit: C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair?  Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.   Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier?   Il leur répondit: C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; au commencement, il n’en était pas ainsi.  Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère. »

    L’homme ne peut pas donc pas de sa propre initiative « briser le lien ». Même en divorçant aux yeux des humains, le couple reste marié aux yeux de Dieu. Coucher avec un autre partenaire, revient donc à commettre un adultère.

     Le deuxième changement est la réduction des possibilités. Le divorce n’est possible qu’en cas de « porneia. » Avant d’aller plus loin, faisons un petit détour linguistique.

Porneia/moichao

          Dans nos traductions modernes, le terme de « porneia » dans ces passages est souvent rendu par « adultère » ou « infidélité » . Pourtant ce n’est pas son sens premier. Le terme qui signifie « adultère » est « moichao », et Matthieu (ou plus exactement son traducteur) l’utilise d’ailleurs dans le même verset ! Pourquoi donc utiliser deux termes différents, si c’est pour parler de la même action ?

      En réalité, il faut plutôt comprendre que le terme de « porneia » désigne autre chose que l’adultère. Même s’il est possible, et même probable, que l’adultère soit une des formes de « porneia »

Doit-on divorcer d’une femme adultère ?

        Mais revenons au sens le plus couramment admis. La plupart des interprètes déduise de ce verset qu’on peut divorcer en cas d’adultère. Admettons, Jésus tolère ce cas, mais est-ce vraiment la volonté de Dieu ?

        Dans un article précédent, nous avions vu que le mariage représentait l’union de Christ et l’Eglise. Par ailleurs nous-mêmes, nous sommes appelés à être l’image de Dieu. Une fois ces deux éléments pris en considération, reposons nous la question : Christ divorce-t-il de son Eglise à chaque fois qu’elle est infidèle ? Malheureusement, nous sommes forcés de reconnaître qu’au cours de l’histoire et encore actuellement, l’Eglise est bien trop souvent infidèle et se prostitue régulièrement. Mais heureusement pour nous, dans sa grâce, Christ ne divorce pas pour autant.

          Si Dieu supporte donc patiemment cette épouse infidèle, ne devons-nous pas faire de même ? Evidemment, on pourra toujours dire qu’il est facile de parler lorsqu’on n’est pas confronté à une situation réelle. Et je l’admets bien volontiers : je ne suis pas le mieux placé pour en parler. Je pense néanmoins qu’une telle exhortation était nécessaire.

Cas concrets

         Pour terminer cet article, venons aux cas concrets. Que faire face au divorce ? Un divorcé est-il condamné à rester continent tout le reste de sa vie ? Historiquement cette question a été traitée de manière très différente par les deux grandes Eglises : si l’Eglise romaine s’est toujours montrée inflexible, l’Eglise de tradition byzantine, a elle au contraire admis le divorce et le remariage, invoquant « la faiblesse humaine ». Que penser de tout cela ?

         A mon sens, le pragmatisme impose de chercher entre ces deux extrêmes. Les paroles du Seigneur sont très claires, on ne peut donc pas faire du « divorce/remariage » une possibilité officielle. Néanmoins dans les faits, il peut effectivement arriver que des couples chrétiens terminent très mal et finissent par divorcer. Ces  chrétiens peuvent même se remarier. Que fait-on ?

        Je pense qu’il n’y a pas de règles fixes et que chaque cas doit être traité pour lui-même. Dans l’idéal, il est vrai que pour éviter de tomber dans l’adultère, ces personnes devraient s’abstenir de tous rapports. Néanmoins, si cela est trop dur, il faut je pense savoir faire preuve de souplesse. Après tout Moise n’a-t-il pas agi ainsi ?

 Pour compléter

La pédagogie divine

Publicités

88 réflexions sur “Le divorce

  1. Bonjour,
    ___Ici, je crois qu’il s’agit d’un défaut corporel.

    Deutéronome 24.1: « …une femme qui viendrait à ne pas trouver grâce à ses yeux, parce qu’il a découvert en elle quelque chose de honteux, il écrira pour elle une lettre de divorce, …il la renverra de sa maison. »

    ___Par exemple, un homme qui se marie avec une femme qui a une très grosse tache de naissance noire à l’intérieur des cuisses et à cause de cela elle ne trouve plus grâce à ses yeux. Moïse permettait le renvoie de cette femme au lieu que l’homme, en la trouvant répugnante, ne la déteste à la longue, ne la touche jamais et qu’elle ait une vie malheureuse. Bien entendue, un tel homme n’aime pas vraiment sa femme et il démontre que son coeur est dur à l’endroit de son épouse. Ainsi, à cause de la dureté de son coeur, il a répudié sa femme et Moïse le permet pour éviter une vie malheureuse à cette femme.

    Matthieu 19.8: « …C’est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes… »

    ___Vous dites que  » l’homme ne peut donc pas de sa propre initiative « briser le lien ». » Mais on voit, qu’après avoir dit « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni », Jésus permet la répudiation en cas de « pornéia ». Or, si Jésus permet cette répudiation EN CAS DE « pornéia » (péchés sexuelles dans le sens large du terme) c’est qu’il ne considère pas ce cas comme mal à ses yeux.

    Matthieu 19.9: « …celui qui répudie sa femme, SAUF POUR PORNÉIA (sauf pour péché sexuel), et qui en épouse une autre, commet un adultère. »

    ___C’est pourquoi, je ne pense pas que Dieu dit qu’il tolère une chose tout en disant que c’est contre sa volonté. Sinon ne serait-ce pas sa volonté qui tolère ce qui est contre sa volonté ? N’y aurait-il pas contradiction en Lui-même, lui qui est un Dieu de sainteté et de justice ? Ne pas confondre avec ce qui est de Moïse.

    Matthieu 19.8: « …Moïse vous a permis… »

    ___De plus, Dieu lui-même obligeait-il de lapider une femme adultère, même si Moïse le permettait. Joseph a voulu épargner cela à Marie, car il était un homme de bien.

    Matthieu 1.19: « Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle. »

    Jean 8.5-7 : « Moïse, dans la loi, nous a ordonné de lapider de telles femmes: toi donc, que dis-tu ? Ils disaient cela pour l’éprouver, afin de pouvoir l’accuser. …il (Jésus) se releva et leur dit : Que celui de vous qui est sans péché jette le premier la pierre contre elle. »

    rh

    J'aime

    • Bonjour Raymond,

      Concernant Deutéronome 24, je pense en effet que c’est plutôt de ça qu’il s’agit. Après c’est vrai que la législation rabbinique a finalement autorisé le divorce pour n’importe quel motif, interprétant ces propos dans un sens très large.

      J'aime

    • Je venais de lire Jude et suis venue mettre le verset avant de le perdre, je vois soudain le dernier verset Jean 8.5-7 et cela me surprend soudain car dans la loi de Moise, les deux étaient lapidés : fille et garçon. En cas de viol, uniquement le garçon
      Bien qu’il y ait les versets 28 et 29 qui me font froid dans le dos. Pourtant, l’ensemble semble vouloir dire que cela punissait l’homme qui était soudain OBLIGE de prendre soin de cette femme, de la nourrir, de la vêtir, de plus, il ne peut pas la renvoyer …

      Est-ce que du temps de Jésus sur la terre, on ne lapidait plus que les femmes ? Est-ce que quelqu’un le sait ?

      Deutéronome 22
      22. Si l’on trouve un homme couché avec une femme mariée, ils mourront tous deux, l’homme qui a couché avec la femme, et la femme aussi. Tu ôteras ainsi le mal du milieu d’Israël.
      23. Si une jeune fille vierge est fiancée, et qu’un homme la rencontre dans la ville et couche avec elle,
      24. vous les amènerez tous deux à la porte de la ville, vous les lapiderez, et ils mourront, la jeune fille pour n’avoir pas crié dans la ville, et l’homme pour avoir déshonoré la femme de son prochain. Tu ôteras ainsi le mal du milieu de toi.
      29. l’homme qui aura couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante sicles d’argent; et, parce qu’il l’a déshonorée, il la prendra pour femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra.
      25. Mais si c’est dans les champs que cet homme rencontre la jeune femme fiancée, lui fait violence et couche avec elle, l’homme qui aura couché avec elle sera seul puni de mort.
      26. Tu ne feras rien à la jeune fille; elle n’est pas coupable d’un crime digne de mort, car il en est de ce cas comme de celui où un homme se jette sur son prochain et lui ôte la vie.
      27. La jeune fille fiancée, que cet homme a rencontrée dans les champs, a pu crier sans qu’il y ait eu personne pour la secourir.
      28. Si un homme rencontre une jeune fille vierge non fiancée, lui fait violence et couche avec elle, et qu’on vienne à les surprendre,
      29. l’homme qui aura couché avec elle donnera au père de la jeune fille cinquante sicles d’argent; et, parce qu’il l’a déshonorée, il la prendra pour femme, et il ne pourra pas la renvoyer, tant qu’il vivra.

      J'aime

      • Remarque intéressante.

        Cela pose la question de l’application du droit romain chez les peuples non-soumis à l’empire.

        Sous réserve de vérifications (je dis cela de mémoire), il me semble que la Lex Juliae (-18) ne condamne que la femme adultère et non l’homme (si bien sur celui-ci est libre).

        Après une deuxième possibilité est que la législation judéenne ait elle-même évolué sur cette question. On sait que pour les rabbins (et leurs ancêtres pharisiens) la Torah orale l’emporte sur la Torah écrite et on a plusieurs exemples de prescriptions rabbiniques qui contredisent le texte écrit.

        Est-on dans ce cas là ? Il faudrait faire des recherches.

        Tout récemment Dan Jaffé a sorti un nouveau livre : Essai sur l’interprétation talmudique : femmes et familles dans le Talmud. Peut être que le sujet est abordé, j’irai le consulter dès la réouverture de la bibliothèque.

        J'aime

        • Oui, certainement, la loi orale a déformé ceci …
          Et … si tu pouvais noter tes sources, ce serait vraiment super. Je n’ai pas regardé si tu en avais retrouvé (je t’avais posé la question pour la place de la femme romaine)
          Soit béni
          Passe une bonne journée
          Sandra

          J'aime

  2. Bonjour,
    ___J’ai écrit ceci ci-avant :
    « Or, si Jésus permet cette répudiation EN CAS DE « pornéia » (péchés sexuelles dans le sens large du terme) c’est qu’il ne considère pas ce cas comme mal à ses yeux. ».
    ___Il est évident que le cas qui n’est pas mal ici, n’est pas le fait d’avoir commis « pornéia », mais plutôt le fait de « répudier en cas de pornéia commis par sa femme ».
    rh

    J'aime

  3. Certains groupes religieux donnent des compréhensions différentes sur le terme ´pornéa’. À-t-on une définition plus précise? Le fait de pratiquer le cunilingus, est- ce de la pornéa? Certaines religions le pratiquent cela afin d’éviter la défloraison de sa partenaire avant la mariage, une façon de détourner les lois sur la pureté.

    J'aime

    • Bonjour Pistis,

      Je pense que la définition de « porneia » doit varier d’une personne à l’autre. Ce qu’il est possible de faire c’est déjà de relever dans quel contexte il est employé dans la Bible (Septante et NT).

      Pour l’exemple que tu prends, à mon avis, le vrai pêché est l’hypocrisie.

      Cela me fait penser aux rabbins qui ajoutent règles sur règles et qui ensuite inventent des astuces pour contourner les règles qu’ils ont inventées.

      J'aime

  4. Je crois effectivement que le terme ´pornéa’ est plus large que simplement l’adultère ou un acte sexuel avec un partenaire autre que le sien et englobe les pratiques condamné par la Bible comme l’homosexualité, la zoophilie, la pédophilie, l’inceste.

    J'aime

  5. Bonjour David,

    Pour le divorce sous la loi de Moise, il y a encore le passage pour les femmes.
    Si son mari n’en prend pas soin, elle peut partir librement et sans devoir rembourser sa dot (Exode 21:10-11)

    J'aime

      • Oui, cela concerne la femme vendue par son père à un homme.
        Mais … à ma connaissance, il n’y avait pas de femme ‘autre’. C’est à dire, toutes les femmes étaient vendues …
        Donc ce verset concernerait bien toutes les femmes. C’est à dire, les femmes d’époux polygames uniquement (dans le contexte).
        Mais là encore, est-ce qu’il existait des femmes dont le mari n’avait qu’une seule épouse ?

        J'aime

  6. Divorcer pour cause d’adultère/infidélité est une fausse traduction. Le grec ne parle pas d’infidélité/adultère mais de ‘fornication’
    Et la compréhension de ce mot ‘fornication’ a été grandement déformée au cours des siècles …

    Dans le verset :
    –  » vous ne pouvez pas divorcer sauf pour adultère/infidélité »
    c’est l’unique endroit de la bible où porneia est traduit par adultère/infidélité.
    Derrière adultère/infidélité, dans tous les autres passages de la bible, c’est le grec mochaio.

    Jésus ne dit donc pas qu’on peut divorcer en cas d’adultère mais de fornication (Darby).
    Ce qui est confirmer par Paul : si le conjoint est un païen, le chrétien est libre …

    Et fornication ne veut pas dire : ‘faire l’amour avant le mariage’ sinon, divorcer pour cause de faire l’amour avant le mariage n’aurait plus de sens … certainement, c’est pour cela que porneia/fornication est soudain et EXCEPTIONNELLEMENT traduit par adultère/infidélité …

    J'aime

  7. Oups, je n’avais pas lu tous les commentaires.

    Pour porneia, c’est surtout tromper Dieu avec d’autres Dieu.
    Je pense qu’il est la traduction de l’hébreu ‘râ’ ???
    Et le péché ‘râ’ (renier Dieu, le blasphémer, le tromper, etc) est très différent que l’autre mot traduit par péché (het, manquer la cible). Il concerne les fautes qui ne vont pas à l’encontre de Dieu.

    Mais là encore, les latins ont pris la liberté de ne pas différencier ces deux mots, très différents à l’origine.
    Et par ailleurs la liberté de déformer le sens de fornication ..

    Etymologiquement, le nom latin de fornicatio a été donné par les écrivains de l’Eglise latine aux relations avec les prostituées, parce qu’on appelait à Rome et à Pompéi fornices (de fornix, voûte, chambre voûtée) les chambres où on descendait de la rue et qui servaient de lieux de prostitution.Art. fornix, dans le Dictionna

    II. ire des antiquités grecques et romaines de Darenberg et Saglio, Paris, 1896, t. II, p. 1264, et dans Real Encyclopädie der classischen Altertumswissenschaft de Pauly-Wissowa, Stuttgart, 1910, t. VII, col. 11

    Mais auparavant, il semble que porneia désignait surtout le fait de tromper Dieu avec d’autres dieux … et la débauche. Paul l’utilise dans l’une de ces lettres pour dire qu’un homme couche avec la femme de son père …

    @ pistis :

    Pour les fellations/ cunnilingus … il n’y a RIEN dans la bible à ce sujet.
    Par contre, nous savons par l’histoire, qu’il était interdit aux femmes de bonne famille catholique de jouir … et deux ou trois choses aussi ‘croustillantes’ sur l’exagération la plus extrême de la chasteté.

    Ne pas commettre ni porneia ni mocheia sur sa couche, n’est pas en fonction des résidus qui pourraient s’y déposer … mais ne pas humilié son conjoint … tromper à ce point son conjoint, dans son propre lit.
    D’ailleurs même avec la ‘position missionnaire’ des résidus arrivent tot ou tard sur la couche ! 🙂

    Des siècles d’histoire ont souvent pousser à interpréter des versets de façon culturelle … et des siècles d’interdiction de faire l’amour dans son propre mariage, sauf pour procréer, ne sont pas sans incidence sur nos façons de penser, de nos jours encore …

    J'aime

  8. … et oui, Jésus parle sans cesse de nos pensées … c’est l’intention qui compte. Si les pratiques sont faites pour détourner la loi, devant Dieu, l’ensemble est faut.
    Si les pratiques sont fait pour démontrer l’amour de Dieu à notre conjoint, l’ensemble est juste.

    (Actuellement, c’est la sodomie homme/femme qui est pratiquée à large échelle pour préserver la virginité des femmes !!! dans les populations où la virginité à encore de l’importance …)

    J'aime

  9. Bonjour, ‘Sourire’ et merci pour tes messages. Je me pose des question concernant le terme ‘sodomie’. N’est-il pas mal compris? De nos jours on l’assimile à la pénétration anale (homosexualité et hétérosexualité) mais était-ce la compréhension que l’on donnait à l’époque? On parle de la ville de Sodome mais d’où vient cette compréhension de nos jours? La sodomie n’était-elle pas lié à la bestialité? Et si c’est lié à la ville de ‘Sodome’, pourquoi pas une expression qui parlerait de l’autre ville ‘Gomorrhe’?

    J'aime

      • haaaaaa, tient ! J’écris ces temps régulièrement de revenir à l’hospitalité, d’élire nos anciens/pasteurs en fonction des critères bibliques et l’un d’eux est … l’hospitalité ! 🙂
        $

        J'aime

      • C’est une très belle qualité qu’est ´l’hospitalité´. De nos jours, ce terme à aussi pris un autre sens. On en parle beaucoup mais peu pratique. C’est comme ´c’est celui qui en dit le moins qui en mange le plus’ lol.
        L’hospitalité va bien plus loin qu’une simple invitation à manger ensemble.

        J'aime

      • Oui, plus que manger ensemble.
        Ta remarque est tout a fait pertinente sur dire mais ne pas faire !
        Il y a aussi faire sans préciser envers combien et comment nous l’exerçons …
        Soit béni ! 🙂
        Sandra

        J'aime

      • Jude 7
        [Et] que Sodome et Gomorrhe, et les villes voisines qui s’étaient abandonnées en la même manière que celles-ci, à l’impureté, et qui avaient couru après les péchés contre nature, ont été mises pour servir d’exemple, ayant reçu la punition du feu éternel;
        Quelle est ta référence ? (Talmud ? )

        J'aime

    • En Romains 1, parmi les nombreuses choses dénoncées, comme le manque d’affection, la médisance, la cupidité, etc, etc, il y a ‘faire entre femme’ ou ‘faire entre hommes’ ce qui se pratiquent généralement entre un homme et une femme.
      Et dans ce passage, l’homosexualité est clairement mentionnée.
      Pour tout ce qui concerne la ville de Sodome par contre ………..

      (De nos jours, sodomie est le mot compréhensible de tous, que j’ai utilisé dans mon exemple. Le français se déforme très vite. Nous allons boire un verre, nous mettons la table, etc, etc et pourtant chacun comprends ! 🙂 )

      J'aime

  10. « Oui, cela concerne la femme vendue par son père à un homme.
    Mais … à ma connaissance, il n’y avait pas de femme ‘autre’. C’est à dire, toutes les femmes étaient vendues … »

    Hum pas sur. Je pense que ce passage doit être distingué de la dot. Enfin il faudrait examiner cela plus en détail.

    « Mais là encore, est-ce qu’il existait des femmes dont le mari n’avait qu’une seule épouse ? »

    Je pense. A mon avis être polygame nécessitait quand même certaines ressources et les plus pauvres ne pouvaient pas se le permettre. En tout cas progressivement la monogamie s’imposera et à l’époque de Jésus, c’était quasiment la règle.

    J'aime

    • Est-ce qu’une esclave ne se réjouirait pas plutôt d’être délaissée par son ‘mari’ au profit d’une autre ? (le 3ème point) Pouvoir quitter librement un mari pour cette raison me semble confirmer que c’était la norme pour toutes les femmes.

      Il me semble que ce sont les pharisiens quelques petits siècles avant la venue de Jésus qui ont ‘restauré’ la monogamie ?

      J'aime

  11. Bonjour,
    ___Voici un lien pour comparer tous les versets dans le Nouveau Testament où l’on retrouve le mot grec « PORNEIA » utilisé en « Matthieu 5.32 ».

    Matthieu 5.32 : « Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité (porneia), l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère. »

    PORNEIA = http://www.enseignemoi.com/bible/strong-biblique-grec-porneia-4202.html

    rh

    J'aime

    • J’ai fini par trouvé la liste de porneïa dans La Septante. (en anglais) J’ai repris toutes les réf. Comme il n’y a que les réf, je ne sais souvent pas quel mot exact (en anglais ou en français) traduit porneïa à l’intérieur du verset. Mais dans le verset mentionné, il est certain qu’à l’intérieur se trouve ‘porneïa’.

      D’autre part, c’est La King James qui en 1611 a modifié la traduction de ^porneïa’. Auparavant, se traduction était ‘prostitution’. (Comme pour les impudiques, et les chiens, qui traduisent les prêtres-prostitués-eunuques hommes des temples païens)

      http://letempledejesuschrist.wordpress.com/2014/01/15/fornication-contexte-dans-lancien-testament/

      J'aime

  12. Pingback: Sommaire : Le mariage chrétien | Philochristos

  13. Bonjour David et tous,

    {• Volontairement je n’utiliserai pas les mots français, j’écrirai avec les mots grec ; porneia et moichao
    • Ma réflexion reste liée au concept de l’époque et au temps de Jésus et aussi dans la pensées du Juif et de la Loi.
    }

    J’ai lu de nouveau l’article avec le recul, j’ai des questions.
    Il est écrit :
    « Il a été dit: Que celui qui répudie sa femme lui donne une lettre de divorce. Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité (porneia), l’expose à devenir adultère (moichao), et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère (moichao) »

    Je veux juste m’attarder sur le verset :
    ♦ 1) Peut on dire que : seul en cas de porneia, la répudiation est possible et dans ce cas la femme n’est pas exposée au moichao et celui qui l’épouse ne commet pas un moichao. ?

    ♦ 2) Le verset montre qu’une femme répudiée hors cas de porneia est exposée au moichao et il explique pourquoi.
    La femme répudiée hors cas de porneia est exposée au moichao si elle se remarie.
    Dans ce cas celui qui l’épouse et aussi elle, commettent un moichao.
    Ainsi :
    L’homme et la femme dans ce cas commettent un moichao UNIQUEMENT pour cause de remariage.
    Selon Matthieu 19, il en est de même du premier mari s’il se remarie avec une autre femme, il commet un moichao.(dans ce cas le Seigneur ne dit pas que la nouvelle femme commet un moichao mais uniquement l’homme)
    .
    Donc le moichao est le péché du remariage d’un des conjoints d’un précédent mariage avec un autre homme ou une autre femme alors qu’il n’y avait pas de porneia.
    Serais tu en accord à considérer le moichao ainsi ?
    Sinon pourquoi ?

    ♦3) Si le moichao est donc ce qui précède en 2), il n’y a donc en ce péché aucune connotation sexuelle comme notre XXIe siècle le voit.
    Le moichao se voit dans le péché suivant :
    • Une femme(hors cas de porneia) par remariage se met sous l’autorité d’un autre homme alors qu’elle est toujours liée à un autre homme à cause d’un précédent mariage.
    • Un homme qui répudie sa femme hors porneia (donc toujours lié à elle) et qui se remarie avec une autre femme

    Ma question est donc la suivante ?
    Qu’est ce donc que ce porneia véritablement car c’est la SEULE raison qu’évoque le Seigneur pour que l’un ou l’autre des conjoints séparés ne soit pas moichao s’il se remarie ?
    Dans le cas du porneia, l’homme et la femme sont libres de se remarier.

    On dit que c’est sexuel…mais que dit la Loi dans le cas ou une femme trompe sexuellement son époux (la Loi dit se souille) ? Lettre de répudiation ou lapidation ?
    La Loi dit ceci : Si un homme commet un adultère avec une femme mariée, s’il commet un adultère avec la femme de son prochain, l’homme et la femme adultères seront punis de mort.
    Le péché sexuel de la femme sous la puissance de son mari est une souillure et est condamnée par la Lapidation et non pas en lettre de divorce. Il y a même la loi des eaux amères en cas ou le mari est saisi d’un esprit de jalousie envers sa femme.

    Suite à cette réponse de la Loi, là encore on observe que cela ne cadre pas avec porneia.
    Si c’était une souillure sexuelle ou la prostitution de la femme la sanction serait la lapidation et Jésus en aurait fait mention et ne serait pas demeuré sur la répudiation par lettre.
    Le verset permet ensuite à l’homme ou la femme de se remarier sans être sous le jugement du moichao.

    Donc ce porneia n’est pas quelque chose d’ordre sexuel
    .Qu’est ce donc que ce  » PORNEIA » ?

    Quel est la chose qui soit en mesure de mettre un terme au lien mari/femme de sorte que l’un et l’autre soit libre de se remarier, sans que chacun ne tombe sous le jugement du moicheo ?

    C’est quoi le PORNEIA alors exactement ?

    Ps : C’est une question dont j’ai entrevu la réponse en écrivant et cela n’a rien à voir aussi bizarre que cela paraisse être, avec la relation sexuelle.

    J'aime

    • Bonjour Shor,

      1) Je ne suis pas que la permission de divorce autorise le remariage. il me semble que ce sont deux choses différentes et que seule la mort du conjoint permet le remariage.

      2) C’est un des cas possibles, oui. Mais ce n’est pas le seul. Un homme célibataire qui couche avec une femme mariée, commet aussi ce péché.

      3) Cf. ma réponse 2. Je pense que le moichao est plus large; Il s’agit d’avoir des rapports avec une personne engagée dans un couple.

      Et comme je l’ai dit, je ne suis pas sur que dans le cas de la « porneia », les hommes et femmes soient libres de se remarier. Ils sont libres de se séparer, ce qui n’est pas la même chose. Et d’ailleurs à titre personnel, je pense que Dieu aimerait que même dans ce cas là on n’utilise pas cette permission.

      J'aime

      • Bonjour David et tous,

        Il y a une mauvaise vision sur porneia et moichao.
        Je vais donner quelques exemples concrets de porneia en Israël et demoichao dans l’AT..

        1) Salomon se maria avec la fille de pharaon : C’est du porneia
        1 Rois 3:1 Salomon s’allia par mariage avec Pharaon, roi d’Egypte. Il prit pour femme la fille de Pharaon, et il l’amena dans la ville de David, jusqu’à ce qu’il eût achevé de bâtir sa maison, la maison de l’Eternel, et le mur d’enceinte de Jérusalem.
        2) Le peuple d’Israël au temps d’Esdras (esdras 9 et 10 : textes à lire) en s’unissant par mariage avec des femmes étrangères : C’est du porneia
        3) Balaam enseigna Balak à entrainer Israël au porneia. Dès lors Israël commença à s’unir avec les filles étrangères. C’est du porneia.
        4) Au temps de néhémie quand le peuple s’unit en mariage avec les peuples d’alentour.
        Néhémie 13:
        23 En ces jours-là encore, je vis des Juifs qui avaient épousé des femmes Ashdodites, ammonites ou moabites.
        24 Quant à leurs enfants, la moitié parlait l’Ashdodien ou la langue de tel ou tel peuple, mais ne savait plus parler le juif.
        25 Je les tançai et les maudis, en frappai plusieurs, leur arrachai les cheveux et les adjurai de par Dieu: Vous ne devez pas donner vos filles à leurs fils, ni prendre pour femmes aucune de leurs filles, pour vos fils ou pour vous-mêmes!
        26 N’est-ce pas en cela qu’a péché Salomon, roi d’Israël? Parmi tant de nations, aucun roi ne lui fut semblable; il était aimé de son Dieu; Dieu l’avait fait roi sur tout Israël. Même lui, les femmes étrangères l’entraînèrent à pécher!
        27 Faudra-t-il entendre dire que vous commettez aussi ce grand crime: trahir notre Dieu en vous mariant avec des femmes étrangères?
        28 L’un des fils de Yoyada, fils d’Elyashib, le grand prêtre, était le gendre de Sânballat, le Horonite. Je le chassai loin de moi.
        29 Souviens-toi de ces gens, mon Dieu, pour l’avilissement causé au sacerdoce et à l’alliance des prêtres et lévites.
        30 Je les purifiai donc de tout élément étranger. J’établis, pour les prêtres et les lévites, les règlements qui délimitaient à chacun sa tâche.
        31 J’en établis également pour les livraisons du bois à dates fixées, et pour les prémices. Souviens-toi de moi, mon Dieu, pour mon bonheur !

        Le porneia ce sont les mariages/unions d’homme/femme en Israël avec les peuples étrangers.
        Ce sont tous ces mariages hommes/femmes qui ont eu lieu entre le peuple saint et les autres peuples
        Ce sont les unions illicites hommes/femmes et mariages interdits : C’est cela le porneia.

        La loi dit :

        Exode 34 :
        15 Ne fais pas alliance avec les habitants du pays, car lorsqu’ils se prostituent à leurs dieux et leur offrent des sacrifices, ils t’inviteraient et tu mangerais de leur sacrifice,
        16 tu prendrais de leurs filles pour tes fils, leurs filles se prostitueraient à leurs dieux et feraient se prostituer tes fils à leurs dieux.

        et

        Deut.7:4
        3 Tu ne contracteras point de mariage avec ces peuples, tu ne donneras point tes filles à leurs fils, et tu ne prendras point leurs filles pour tes fils ;
        4 car ils détourneraient de moi tes fils, qui serviraient d’autres dieux, et la colère de l’Eternel s’enflammerait contre vous: il te détruirait promptement.

        Le porneia ce sont les mariages hommes/femmes qui bafouent ces lois, qui transgressent ces interdits de mariage entre un juif et un païen.
        A cause du PORNEIA les enfants d’Israël ont servi des dieux étranger.
        Servir les dieux étrangers ce n’est pas le porneia car le porneia c’est l’union illicite.
        Le porneia selon ces textes entraine à l’idolâtrie et à l’apostasie mais n’est pas l’idolâtrie ou la prostitution avec des dieux étrangers.

        J’espère qu’avec ces exemples on comprends.
        De là on voit que PORNEIA n’est pas la définition qu’on lui a donnée.

        Le porneia c’est le mariage illicite en Israël, c’est le mariage fait en violation de la sainteté d’Israël car on mélange le corps saint, peuple saint au corps profane, peuple profane.

        Ce n’est pas non plus une infidélité sexuelle car c’est un mariage non validé par Dieu,non béni par Dieu, non scellé par Dieu.
        De ce fait, Dieu ne joint pas non plus lui même en une seule chair l’homme et la femme dans cette union illicite et le lien indissoluble n’existe pas en cas de PORNEIA.
        Parce que ce lien n’existe pas dans ce type de mariage qui est un péché appelé  » PORNEIA  » l’homme pouvait répudier la femme, renvoyer la femme, se séparer de la femme et les deux sont libres.
        Et c’est exactement ce que Jésus dit en Matthieu 5 :
        Que l’homme peut donner une lettre de divorce mais uniquement en cas de PORNEIA, c’est à dire uniquement dans le cas ou le mariage est au départ en transgression à la Loi, donc illicite au regard de la Loi, par exemple établit entre un juif et un païen, sinon tout autre mariage en Israël conforme à la Loi est scellé par Dieu.

        Paul parle du PORNEIA en 1.Cor.7 quand il s’adresse  » AUX AUTRES… »

        De ce fait si le mariage n’est pas PORNEIA toute dissolution est illégitime et chacun s’expose au MOICHAO.
        L’homme qui répudie sa femme hors PORNEIA et qui épouse une autre femme commet un moichao et la femme répudiée hors PORNEIA qui épouse un autre commet un MOICHAO et le nouveau mari aussi.
        Ils commettent un moichao car le lien indissoluble existe hors porneia.
        Le moichao est donc le (re)mariage/l’union en violation du lien indissoluble.

        Deux exemples de MOICHAO dans l’AT :
        Pharaon et Abimélec qui prenne la femme d’Abraham pour leur femme.
        C’est du Moichao car Sara est mariée à Abraham.

        Les deux sont frappés de malédiction par l’Éternel.
        Dans le cas d’Abimélec observe que Dieu le frappe alors que le texte dit clairement qu’il n’a pas couché avec Sara mais seulement parce qu’il l’a prise pour femme.
        Donc le Moichao n’est pas lié directement au sexe mais au lien indissoluble.
        C’est un péché qui existe même lorsque la relation sexuelle n’est pas consommé.

        On a lié le PORNEIA et le MOICHAO directement au sexe mais cela a occulté leur vrai signification et la profondeur de l’enseignement du Seigneur en Mat.5 et Mat.19.

        C’est sur ce point que j’ai adressé mon interpellation et j’espère que chacun voit l’ampleur du désastre quand on a une mauvaise définition des termes.

        J'aime

        • Merci Shor pour ton explication qui est très clair.
          Cela faisait longtemps que je me posais cette question sur l’union de personnes qui ont divorcées et qui se remarient alors qu’ils étaient liés par Dieu dans leurs unions chrétiennes.
          Cela veut dire qu’il n’est plus permis pour ces personnes qui divorcent alors qu’ils sont tous les deux chrétiens, de ne plus se remarier donc car ils commettraient une abomination aux yeux de Dieu et perdraient sa bénédiction.
          Je n’ose pas imaginer les conséquences de cette compréhensions dans certains mouvements sectaires comme chez les Témoins de Jéhovah où une personne qui divorce pour raison d’infidélité conjugale et se remarie par la suite avec une autre personne !!! Dieu ne peut donc bénir ce nouveau couple.
          Certains mêmes profitent de cette mauvaises compréhensios pour se séparer de son conjoint en le poussant à commettre l’adultère pour ensuite se remarier avec une autre personne. Que de mauvaises pensées de la part de ces gens qui se disent chrétiens. J’en connais malheureusement et c’est triste.

          Fraternellement,

          J'aime

  14. Le divorce n’est pas à l’initiative de l’homme. Pour l’homme : répudiation, pour la femme : séparation. Si Deutéronome 24:1-4 parle uniquement de l’homme et pas de la femme, c’est qu’ à cause de la polygamie, le symétrique-réciproque est faux : Si une femme se sépare parce que son mari n’aurait pas trouver grâce à ses yeux parce qu’elle aurait découvert en lui quelque chose de honteux, que son mari se remarie, alors elle elle a le droit (à cause de la polygamie) de se réconcilier avec son mari (couple à trois).

    Voila pourquoi le cas de la femme n’est pas précisé dans ce versé. Exode 21:11 et Deutéronome 21:14 te montre que les femmes pouvaient se séparer de leur mari en cas d’infidélité conjugale (non forcément sexuel, infidélité à l’alliance maritale, ce à quoi ils se sont engagé). Si cela est valable pour les esclaves, à combien plus forte raison c’est valable pour les femmes libres. Seulement cela est dit pour les femmes esclaves parce que là on a un problème, c’est qu’elles ne sont pas libre, donc normalement elles ne peuvent pas quitter la maison, ou du moins le maitre l’en empêcherait pour cause d’esclavage. De même quand elle part, elle sort libre. Il faut savoir que dans ce cas c’est particulier parce que même si le mari ne l’aime plus, puisqu’elle est esclave, il est normalement tenté à ce qu’elle reste chez lui, pour continuer son travail d’esclave, puisque les esclaves mariées continuaient de servir en tant qu’esclaves. C’est pour cela qu’on te dit que tu as interdiction de l’empêcher de te quitter puisque tu l’as humilié en lui étant infidèle…

    Cela se voit aussi dans le nouveau testament.

    Il n’est pas forcement dit que la femme peut se remarier, puisqu’il peut être traduit de deux manières différentes. (mais j’avoue qu’il y a surement peut être une subtilité). Le faite de dire qu’une femme qui se remarie commet un adultère vient justement de ce versé et de Malachie 2. En effet il est dit qu’elle s’est souillé en se remariant, or souillé et adultère sont souvent synonyme et interchangeable dans l’ancien testament. On te dit qu’elle s’est souillé d’une souillure qui est pire que l’adultère, puisque normalement quand ta femme commet un adultère tu as le droit de rester avec elle et de ne pas la répudier, tandis que là tu n’as pas le droit de revenir avec elle.

    Le « motif honteux » peut être l’adultère, contrairement à ce que tu dis, même si c’est plus large. En effet si elle avait commis adultère elle était lapidée uniquement si elle était surprise en plein acte d’adultère par au moins deux ou trois personnes crédible (donc ni le mari ni sa famille ou ses amis …). De même pour le cas de la loi du soupons d’adultère, elle n’était pas mise à mort ou ne mourrait pas, apparemment seule la stérilité était condamnation-conséquence physique à long terme. Du coup il y avait deux possibilités à l’issu du jugement : soit elle trouvait grâce à ses yeux et il ne la répudiait pas, soit elle ne trouvait pas grâce à ses yeux et il la répudiait.

    On ne doit pas divorcer d’une femme adultère, mais on le peut. Si on le fait, par-contre on l’exposera à être adultère. Et également maintenant ça ne signifiera pas qu’on a le droit de se remarier. D’ailleurs c’est ce versé qui le dit : « Si elle ne trouve pas grâce à ses yeux », donc ça veut dire qu’en tant normale elle trouve grâce à tes yeux (pour la même raison et le même esprit qui t’as poussé à l’épouser Gen 2:24). Maintenant si tu veux divorcer pour n’importe quel motif, tu es dur, et la phrase « Si elle ne trouve pas grâce à ses yeux », prend alors le sens de dureté de cœur dans ce cas précis (mais pas forcément dans le cas d’une infidélité, et c’est pour cela que c’est une exception mais pas unique de Jésus), et est contraire à Gen 2:24 …

    Aimé par 1 personne

  15. Voici trois points de vue différents:
    ___1) Un homme et une femme mariés ne peuvent pas se remarier tant que l’un des deux n’est pas décédé.
    ___2) Un homme et une femme mariés peuvent se divorcer seulement si l’un des deux a commis adultère.
    ___3) La bible enseigne qu’une personne chrétienne (croyante) peut se marier avec une autre personne seulement si elles sont toutes deux chrétiennes, de sexe opposé et que si les deux vivent dans le Seigneur, afin d’obéir à Sa volonté (1 Cor 7.39). Le mari est le chef de la femme (non pas un tyran). Ni l’un, ni l’autre ne doit répudier l’autre (1 Cor 7.10-13), car ce n’est pas la volonté de Dieu de séparer ce que Dieu a uni (Mt 19.6), car les deux sont une seule chair (Mt 19.6). Mais, si la femme (et non le mari) est infidèle (en grec: « pornéia », « péché sexuel »), dans ce cas le mari (et non l’Inverse) peut la répudier (Mt 5.32; 19.9) et il peut se remarier, mais seulement que ce soit avec une chrétienne (1 Cor 7.39) qui n’a pas elle-même été répudiée par son mari (Mc 10.12; Luc 16.18; 1 Cor 7.39; Ro 7.3) à moins que celui-ci soit décédé (Ro 7.2a, 3b). Ici, n’étant pas dit qu’une femme puisse répudier son mari infidèle (« pornéia ») (1 Cor 7.10, 11, 39; Ro 7.2), si elle est déjà séparée de son mari [parce que sa vie est en danger, etc.] elle doit rester seule et sans se remarier si son mari est encore vivant (1 Cor 7.10, 11), sinon qu’elle se réconcilie avec son mari (1 Cor 7.10, 11). Ainsi, le roi David qui a aimé la loi de Dieu (Ps 119.97) a eu 500 femmes dont une seule Dieu en fit le reproche durant sa vie (1 Rois 15.5). Le mariage doit être honoré de tous et le lit conjugal exempte de souillure (Hé 13.4). Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare, mais l’autre n’est pas obligé à lui (pour faire ses quatre volontés), car il n’est pas lié (asservis) dans ce cas-là (1 Cor 7.15).
    ___En espérant que ces trois points de vue nous poussent à approfondir la Parole jusqu’à une parfaite conviction de Sa volonté.

    Matthieu 19.9: « Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, et qui en épouse une autre, commet un adultère, sauf pour infidélité. » Si je dis: « Hier, je suis allé manger au restaurant avec mon frère », je peux placer le mot « Hier » ailleurs dans la phrase (indiquant le lieu) et écrire: « Je suis allé manger au restaurant avec mon frère hier ». Le sens de la phrase n’a pas changé même en échangeant d’endroit le complément. En Mt 19.9, le résultat est: « commet un adultère ». Ce résultat est vrai si les deux propositions de la phrase séparées par le mot ‘ET’ est vrai. C’est comme en math. Le « sauf » signifie « à l’exception » ou « si ce n’est pour cause » ou « à moins que ». -Si la femme répudiée n’a pas commise infidélité et que le mari en épouse une autre ALORS le mari est en adultère. -Si la femme répudiée a commise infidélité et que le mari en épouse une autre ALORS le résultat n’est plus valide, le résultat est donc le contraire, c’est à dire « le mari n’est pas en adultère ». « Si un homme prend un verre d’eau, sauf s’il contient du poison, et qu’il en boive, il ne mourra pas. » Echangeons la condition de place dans la phrase. « Sauf s’il contient du poison, si un homme prend un verre d’eau, et qu’il en boive, il ne mourra pas. » « Si un homme prend un verre d’eau, et qu’il en boive, il ne mourra pas, sauf s’il contient du poison. » La condition: « sauf s’il contient du poison » est rattachée au verre d’eau et non à l’homme, peu importe son endroit dans la phrase. Supposons que la loi permet à un homme d’avoir un seul loup à la fois et que la seule raison de tuer le loup est qu’il ait mordu quelqu’un. « Si un homme tue son loup, sauf s’il a mordu un enfant, et qu’il s’en achète un autre, il commet une infraction. » La seule raison qui fait que l’homme ne commet pas d’infraction est que la condition « sauf s’il a mordu un enfant » soit rencontrée. Donc si le loup a mordu un enfant ALORS l’homme ne commet pas infraction. Si la femme a commise pornéia ALORS le mari ne commet pas adultère (en répudiant sa femme pour en remarier une autre.

    Aimé par 1 personne

    • Le problème est que tu fais ta démonstration en français et non en grec (il y a beaucoup plus de ‘et’ en grec et signifie souvent virgule et pas forcément et, ou signifie autre chose …).
      Tu es très mathématique mais dans le langage ce n’est pas si simple, souvent ce n’est pas aussi mathématique et peut être incohérent à notre logique de maintenant, surtout les textes anciens.
      Exemple : Matthieu 5:32 Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère. Suivant ton principe, celui qui répudie sa femme pour cause d’infidélité ne l’expose pas à devenir adultère. Or c’est faux, il l’expose aussi à devenir adultère, seulement là il en a le droit.

      Question et réflexion (ardu) ; « Elle doit rester seule et sans se remarier » : est-ce que ce commandement est dicté-donné uniquement à cause de la polygamie ? Qui fait que dans la monogamie on a pas ce commandement ?

      Arrêtez de raconter que la femme ne peut pas se séparer (pour infidélité) ! Mt 5.32; 19.9 font référence à Deut 24:1-4 donc c’est normal qu’on ne parle pas de la femme. Quand tu fait référence à un texte en discussion, c’est normal que tu prends le même cas (machinalement) que ce à quoi tu fait référence. Donc rien que pour cela c’est normal. Or on voit que dans l’ancien testament, une femme peut se séparer pour motif d’infidélité (au sens large).

      Je vais m’amuser, réfléchissez :

      On dit qu’il y a principe d’indissolubilité, est-ce vrai, ou est-ce une fausse interprétation ?

      Tout d’abord cassons quelques petits préjugés. Il est souvent dans ce site dit que l’on ne doit pas voir et regarder les choses telles qu’ils sont au 21 siècle, mais tel qu’ils étaient et ont été à l’époque.

      Les mots infidélité, adultère, mariage, concubinage, répudiation-divorce, et leurs concepts ont évolué au court du temps et ne correspondent plus aux concepts de maintenant. Donc prendre les concepts-définitions de maintenant pour parler de la bible est stupide, on va forcément faire des erreurs.

      Infidélité : il n’a pas tout à fait le même sens que maintenant dû à la séparation étymologique du mot foi et fidélité.

      Adultère : maintenant il a le sens de quelqu’un de marié qui couche avec quelqu’un d’autre que son conjoint (dû à son mot étymologie latine, mais récente). Par exemple quelqu’un qui couche avec une femme mariée ne commet pas adultère, mais elle oui. Sens ancien (qui existe encore plus ou moins au 13ème siècle) : Celui ou celle qui viole la foi conjugale (et-ou fidélité conjugale).

      mariage : c’est déjà débattu dans ce site.

      concubinage : mariage entre un homme libre et une femme esclave.

      divorce : rupture officielle d’un mariage (lien du mariage) qui se distingue de la séparation de fait, et de la séparation de corps. La répudiation est souvent confondu ou-et associé au divorce. Cependant la répudiation n’est pas forcément la rupture du lien conjugale et des fois peut être associé à une séparation, ou une séparation de corps. Seulement il faut savoir que les mots lien conjugale (au sens de maintenant) ou lien du mariage, n’existent pas dans la bible. Et est dû à cause de la dérive du mot mariage (notamment). Il y a une subtilité bien différente dans le sens et expression d’avant.

      D’autres préjugés : Souvent on pense que le nouveau testament (et les idées – principes – …) est révolutionnaire, et que souvent c’est Jésus qui les a inventé. Or ce n’est pas le cas, beaucoup de paroles de Jésus qui nous paraissent nouvelle, existait déjà du temps de Jésus, ou ont préexisté. Or c’est justement le cas pour Matthieu 19 ou 5 ou les passages équivalent d’où est bâti le principe d’indissolubilité. En effet Jésus fait référence à Deut 24:1-4 et Malachie 2, Gen 2:24 quand il parle de ça (Matthieu 19 ou 5 ou les passages équivalent). Donc ça veut dire qu’il faut se référer à Deut 24:1-4 et Malachie 2, Gen 2:24 … pour comprendre les paroles de Jésus (parce que c’est pas lui qui les invente). Or là du coup ce n’est plus du tout la même chose.

      Autre préjugé, mais il y en a d’autres mais je vais m’arrêter là : la monogamie – polygamie. Nous on est dans un pays où la monogamie est obligatoire et la polygamie est interdite, et où la polygamie est très mal vu et est d’ailleurs vu comme mal, voir un péché et une perversion. Toute notre conception sera forcément sous un point de vue monogame, et on imaginera même pas sous le côté polygame. Or avant ce n’était pas le cas, la polygamie était autorisé-légale, et ce n’était même pas vu comme mal ou péché. Autre préjugé inverse est d’imaginer que du temps où la polygamie était pratiqué, beaucoup étaient polygames, or ce n’est pas le cas, 95% de la population (hors cas d’un temps de guerre) était monogame, et donc la polygamie été rare et cantonné dans la plus part du temps aux riches…

      Imaginer que la polygamie est arrivé pour cause de vice n’est pas forcément vrai. Prenons le cas de la guerre, et de ce temps là il y avait énormément de guerres, et que dans une région donné les deux tiers des hommes soient tué (avant c’était fréquent de tuer tous les hommes, comme on peut le voir par la pratique de ‘dévoué par interdit’, et donc des fois 9/10 ou 8/10 des hommes dans une régions étaient tué). A ce moment là, il y a beaucoup plus de femmes que d’hommes (dans cet exemple 3 fois plus). Alors à ce moment là c’est les femmes qui diront : s’il te plais épouse moi, soit polygame. Dans un temps normal ce sont les femmes qui sont lésés par la polygamie (Cantique des Cantiques 2:16 : Mon bien-aimé est à moi, et je suis à lui.), mais dans ce cas précis ce sont les femmes qui demandent la polygamie. Et toi qui voit leur malheur, tu dis : bon d’accord j’accepte. Or ce cas était très fréquent. Esaïe 4:1 Et sept femmes saisiront en ce jour un seul homme, et diront : Nous mangerons notre pain, Et nous nous vêtirons de nos habits ; Fais-nous seulement porter ton nom ! Enlève notre opprobre !

      Par-contre Dieu n’a donné qu’une seule femme à Adam (Eve). De même on voit dans tous les exemples de l’ancien testament, tous les problèmes que cause la polygamie. Et Dieu a fait autant de femmes que d’hommes, et non deux à trois fois plus. Mais cela ne signifie pas que la polygamie est mal (mais aurait été toléré), ou que quelqu’un qui prendrait plusieurs femmes commet un adultère. Mais maintenant pour Christ, ce qui reste le mieux, c’est d’avoir une seule femme, et d’être fidèle.

      Pour ce qui concerne le nouveau testament, beaucoup de personnes pensent que le nouveau testament abolie la polygamie. C’est faux. Pire, la polygamie est toujours le contexte dans le nouveau testament.

      Il faut savoir que les Romains étaient monogames, la polygamie était interdite pour eux, mais elle était bien sûr toléré et autorisé dans les régions (pays conquis) de l’empire où la polygamie était présente. Donc quand le centre religieux à été Rome et les grecs, il ont interprété le nouveau testament et le reste sous le couvert de la monogamie, et non de la polygamie.

      Les versés qui poussent à penser que le nouveau testament est contre la polygamie sont les suivant :

      1 Timothée 3:2 : Il faut donc que l’évêque (ancien) soit irréprochable, mari d’une seule femme, sobre, modéré, réglé dans sa conduite, hospitalier, propre à l’enseignement.

      1 Timothée 3:12 : Les diacres doivent être maris d’une seule femme, et diriger bien leurs enfants et leurs propres maisons ;

      Tite 1:6 : (pour l’établissement des anciens) s’il s’y trouve quelque homme irréprochable, mari d’une seule femme, ayant des enfants fidèles, qui ne soient ni accusés de débauche ni rebelles.

      Cependant ‘mari d’une seule femme’, μιᾶς γυναικὸς ἀνήρ, ne signifie pas ‘mari d’une seule femme’ mais un (uni) avec sa femme (en faite même dit ainsi ce n’est pas français et il faudrait paraphraser en plusieurs mots et longue phrase pour comprendre, mais ça en exprime l’idée). Cette expression s’est perdu au niveau du grec, mais on la retrouve dans beaucoup de tombeaux funéraires. Mais c’est vrai que c’est facile de faire la confusion.

      Et on peut le vérifier dans :

      1 Timothée 5:9 : Qu’une veuve, pour être inscrite sur le rôle, n’ait pas moins de soixante ans, qu’elle ait été femme d’un seul mari

      Qu’est-ce que signifie ce passage ? La polyandrie n’existait pas et n’a jamais existé. Mais cela signifie : ἑνὸς ἀνδρὸς γυνή, qu’elle ait été un (uni) avec son mari.

      On peut aussi voir que la polygamie était le contexte du nouveau testament en étudiant les non-symétries de la bible. En voilà quelques unes :

      1 Corinthiens 7: 10-11 : A ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari. Si elle est séparée, qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari, et que le mari ne répudie point sa femme.
      Il y a une symétrie dans ‘que la femme ne se sépare point de son mari’ et ‘que le mari ne répudie point sa femme’, mais il n’y a pas de symétrie dans ‘qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari’.

      1 Corinthiens 7: 39 : Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant ; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut ; seulement, que ce soit dans le Seigneur.
      Il n’y a pas de symétrie : la symétrie ‘un homme est lié …’ n’est pas précisé, alors que dans tout le chapitre quand il y a symétrie, la symétrie est précisé.

      Luc 16:18 : Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et quiconque épouse une femme répudiée par son mari commet un adultère.
      La aussi il n’y a pas de symétrie : « Quiconque quitte son mari et … » n’est pas précisé. En effet à cause de la polygamie, une femme qui épouse un mari quitté par sa femme ne commet pas adultère.

      Si ces non-symétries étaient dû au hasard, elle devraient aller des fois dans un sens et des fois dans l’autre. Or ce n’est pas le cas. Ces non-symétries ne s’expliquent que par la polygamie. Donc la polygamie était le contexte dans le nouveau testament.

      Également puisque 95% des personnes étaient monogames, on a pas besoin d’utiliser le pluriel si on utilise une généralité. En effet, quand je dis une généralité, je parles selon des cas majoritaires et non forcément selon des cas minoritaires et exceptions. Ainsi on peut utiliser un singulier (sa femme, son mari …).

      Maintenant que quelques préjugés ont été cassé (mais il faut les méditer, parce que je les ai souvent juste effleuré, donc vous ne les avez peut être pas compris) voyons Matthieu 19:3-9 (et on va s’arrêter là parce que je n’ai pas le temps de faire tous les passages) :

      3 Les pharisiens l’abordèrent, et dirent, pour l’éprouver : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ?
      4 Il répondit : N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme
      5 et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ?
      6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.
      7 Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier ?
      8 Il leur répondit : C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; au commencement, il n’en était pas ainsi.
      9 Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère.

      Il est dit que les pharisiens l’abordèrent, et dirent, pour l’éprouver. Donc toutes les interprétations-imaginations où les pharisiens diraient ces choses mais pas pour l’éprouver sont fausses.On fait malheureusement un transfert entre nous et les pharisiens, seulement nous on a pas l’intention de l’éprouver, donc tous ce que l’on imaginera sera faux. Ainsi imaginons que les pharisiens ne sont pas honnêtes et tentent de le surprendre par ses paroles (en pensant par exemple qu’ils chercheraient à lui tendre un piège, ou du moins voir s’il ne raconte pas n’importe quoi).
      Ils dirent : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ? Alors d’abord relevons un point essentiel : pour un motif quelconque. Or d’après la loi il n’est pas permis de répudier sa femme pour un motif quelconque, mais seulement pour un motif honteux. Donc c’est peut être là le piège. De plus ce sont des pharisiens et non des gens du peuple, donc ils connaissent très bien la loi. Alors quand on dit pour un motif quelconque et non pour un motif honteux, ça veut dire qu’on a envie de la répudier pour un mauvais motif. En effet sinon on dirait un motif honteux et non un motif quelconque. Il est évident qu’ils ne demandent pas pour un motif honteux, par ce que là ils savent déjà qu’on a le droit de la répudier. Donc cette demande (piège) est : motif quelconque – motif honteux = mauvais motif (en effet : motif quelconque = mauvais motif + motif honteux)
      Qu’elle est la réponse à cette question ? Non évidement. En effet je leur dirai : non vous n’avez pas le droit parce que vous avez un mauvais motif.

      Jésus explique la raison pourquoi c’est un mauvais motif, et leur dira :

      4 Il répondit : N’avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l’homme et la femme
      5 et qu’il dit : C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ?
      6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

      Il se réfère au commencement et la notion de chair, et de une, et de deux devient une. Jésus ne se réfère pas à la notion d’indissolubilité mais à quelque chose de bien plus profond. Pour m’amuser je vous laisse réfléchir. D’ailleurs si on voulait parler de ce passage, on en aurai pour des pages. …

      7 Pourquoi donc, lui dirent-ils, Moïse a-t-il prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier ?

      Alors là les pharisiens sont encore plus fourbe, et déshonnête. Au lieu de se repentir, il vont encore plus loin, mais seulement là c’est vraiment de mauvaise foi, et pas très futé (contrairement à leur premier piège), et au lieu de dire : bon on a été piégé à notre propre piège, ils continuent alors qu’ils savent très bien dans leur cœur qu’ils ne pourront pas aller plus loin.

      Alors à leur mauvaise foi et à leur enquiquinement (mauvaise entêtement), Jésus leur répond :

      8 C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; au commencement, il n’en était pas ainsi.
      9 Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère.

      Mais là Il ne parle pas de manière honnête. (Psaumes 18:25-26 : Avec celui qui est bon tu te montres bon, Avec l’homme droit tu agis selon la droiture, avec celui qui est pur tu te montres pur, Et avec le pervers tu agis selon sa perversité). Il parle par ironie. Là il montre quelque chose de très profond dans leur cœur. En effet ce n’est pas par dureté de cœur que Moise a permis (bien que ce ne soit pas Moïse mais Dieu, si on voit dans le texte), au commencement, il n’en est pas ainsi, mais c’est par dureté de cœur que vous le faite, et d’après votre définition mal honnête que vous faite (que Moïse aurait prescrit de donner à la femme une lettre de divorce et de la répudier en cas de « n’importe quel motif »), et je le vois (tenter, éprouver, piège), alors ça aurait été à cause de votre dureté de cœur que Moïse vous aurait prescrit de la répudier, mais au commencement, cela n’était pas ainsi, Dieu ne vous a jamais prescrit de faire ça. Mais moi je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère. Donc dans votre cœur vous commettez un adultère en la répudiant pour un mauvais motif, soit disant avec la bénédiction de Moïse.

      Voilà c’est subtile, tout ce texte est très subtile. Mais j’espère que vous l’aurez comprit, parce que ce n’est pas très détaillé.

      Il est évident qu’il ne parle pas que c’est à cause de la dureté de leur cœur que Moïse leur a permis de répudier leurs femmes (mais là malheureusement quand on parle par ironie, il ne faut pas être bête ou ignorant), puisqu’il dit après sauf pour infidélité. Donc si on dit que Moïse avait dit n’importe quoi et que c’est à cause de la dureté de leur cœur que Moïse leur a permis de répudier leurs femmes, mais qu’au commencement, il n’en était pas ainsi, donc maintenant il ne leurs est plus permis de répudier leurs femmes, alors il y a non sens puisqu’ après Il leurs dit qu’ils ont le droit de répudier leurs femmes pour cause d’infidélité. Or si on prend Deutéronome, Moïse leur a prescrit qu’ils pouvaient répudier pour motif honteux, or l’infidélité fait partie de motif honteux. Donc ça voudrait dire que si un homme répudie sa femme pour infidélité, il le fait par dureté de cœur et c’est à cause de la dureté son cœur que Moïse lui prescrit qu’il peut répudier sa femme pour motif d’infidélité … mais qu’au commencement il n’en était pas ainsi, donc il n’a pas le droit de le faire, mais alors pourquoi Jésus lui permet.

      Il y a aussi Marc 10:2-12. L’histoire est un tout petit peu différente, mais c’est la même chose, même c’est plus facile …

      Le problème de l’indissolubilité vient de Deutéronome 24:1-4 mais là je vous laisse comprendre, et ça reste une question (qu’éventuellement j’aimerai bien débattre avec vous).

      Dans Deutéronome 24:1-4, en effet on a quelque chose de différend. Dans Matthieu 5:32 par exemple on a que si une femme répudié se remarie, elle commet un adultère. Or dans Deutéronome 24:1-4, c’est pas tout à fait comme cela. Matthieu 5:32 est expliqué et compris par nous de manière très moderne, avec la définition moderne de l’adultère, du mariage, de l’alliance et avec la conception de la monogamie (voilà pourquoi on se plante). Qui fait que finalement dans notre conception et Matthieu 5:32, celui qui épouse une seconde femme (polygamie) commet un adultère. Or ce n’est pas le cas, tu ne commets pas adultère en épousant une seconde femme. Les personnes polygames ne sont pas en situation d’adultère.

      Je vous laisse méditer mais j’aimerai des retours.

      J'aime

  16. ___Le dernier paragraphe de mon commentaire précédent était une logique pour aider à comprendre la structure française du verset « Mt 19.9 », car plusieurs pensent à tort que le sens du verset 9 change lorsque la portion: « , sauf pour infidélité (pornéia), » est déplacée dans la phrase.

    ___En « Deut 24.1-4 », le motif « honteux » ne signifie pas « infidélité » (pornéia: « péché sexuel »), car au verset 4, après que cette femme ait été répudié par son premier mari et que son deuxième mari ait fait pareillement en la répudiant lui aussi, il est dit que le premier mari ne pourra pas la reprendre APRÈS qu’elle ait été rendu impur à son égard; ce qui sous-entend qu’elle n’était pas impure lorsque le premier mari l’avait répudié. La chose honteuse ne serait donc pas une infidélité (pornéia: « péché sexuel ») causée par la femme, mais un défaut corporel, démontrant ainsi la dureté de coeur de son premier mari qui l’a répudié pour cette seule raison. Par contre, le 2e mari aurait commis acte sexuel avec elle avant qu’il ne la répudie à son tour (non à cause d’une chose honteuse sur son corps, mais à cause de son « aversion » {version « Segond »} ou de sa « haine » {version « Darby »} pour cette femme à la longue); la femme serait donc rendue impur (pour un autre homme) en ce sens.

    Deut 24.1-4 {version « Darby »}: (1) Si un homme prend une femme et l’épouse, et qu’il arrive quelle ne trouve pas grâce à ses yeux, parce qu’il aura trouvé en elle quelque chose de malséant (Segond: « honteux »), il écrira pour elle une lettre de divorce, et la lui mettra dans la main, et la renverra hors de sa maison. (2) Et elle sortira de sa maison et s’en ira, et elle pourra être à un autre homme. (3) Et si le dernier mari la hait, et qu’il lui écrive une lettre de divorce et la lui mette dans la main, et la renvoie de sa maison, ou si le dernier mari qui l’avait prise pour sa femme vient à mourir : (4) alors son premier mari, qui l’a renvoyée, ne pourra pas la reprendre pour être sa femme, après qu’elle aura été rendue impure ; car c’est une abomination devant l’Éternel :… »

    ___Ainsi, en « Deut 24.1 », le motif « honteux » ne serait pas une infidélité sexuelle. Donc, Jésus n’associait pas la dureté de coeur avec un homme qui répudi sa femme qui a commis infidélité (grec « pornéia »: « péché sexuel ») envers lui.

    Mt 19.8-9: « (8) Il leur répondit: C’est à cause de la dureté de votre coeur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes; au commencement, il n’en était pas ainsi. (9) Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité (pornéia), et qui en épouse une autre, commet un adultère. »

    ___Concernant « Mt 5.32 », « Laugt marc » a écrit ceci: « Suivant ton principe, celui qui répudie sa femme pour cause d’infidélité ne l’expose pas à devenir adultère. Or c’est faux, il l’expose aussi à devenir adultère, seulement là il en a le droit. ». Examinons la logique ici concernant le verbe « exposer » dans ce verset:

    Mt 5.32: « Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité, l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère. »

    ___En « Mt 5.32 », celui qui répudie sa femme fidèle l’expose à la tentation d’avoir une liaison avec un autre homme à un moment donné; si elle fait cela elle transgresse le pacte de son mariage toujours en vigueur tant que son premier mari est vivant. Ainsi, son mari, en ayant répudié sa femme pour aucun motif valable (car le seul motif est « pornéia ») il aura exposé sa femme à la tentation de chuter dans le péché sexuel avec un autre homme; le mari l’aura donc EXPOSÉE à devenir adultère (à enfreindre le pacte du mariage). Car elle est toujours sa femme tant qu’il est vivant. Or, une femme fidèle qui a été répudiée n’a pas commis adultère, mais son mari l’EXPOSE à la tentation de devenir adultère, autrement dit il l’expose à enfreindre le pacte du mariage avec un autre homme si elle a une relation sexuelle avec un autre homme.

    1 Cor 7.39: « Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant;… »
    Rom 7.2: « Ainsi, une femme mariée est liée par la loi à son mari tant qu’il est vivant;… (3) Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère;… »

    ___Mais si ce même mari répudi sa femme parce qu’elle a commis infidélité (pornéia), alors il ne l’expose pas à devenir adultère puisqu’elle a déjà commis adultère. Dans ce cas il ne pèche pas en la répudiant selon que « Mt 19.9 » dit: « …sauf pour infidélité (pornéia)… ». Si une femme répudiée demeure toujours la femme du mari qui l’a répudié, alors l’autre homme qui la mariera durant le vivant du premier mari commet adultère (ne respecte pas le pacte du mariage du premier mari qui est le mari de cette femme pour la vie).

    Mt 5.32: « …celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère. »
    1 Cor 7.11: « …si elle est séparée, qu’elle demeure sans se marier… »

    ___Ne pas confondre le verbe « lier » en « 1 Cor 7.15 et 39 ». Dans le grec original, ce sont deux mots différents. La version « Darby » est plus précise que la « Segond » ici. Au verset 15, le croyant n’est pas lié (asservis) à la personne qui s’est séparée, c’est-à-dire que ce croyant n’est pas obligé de faire les volontés de l’autre qui l’a quitté. Néanmoins, au verset 39, il est dit que ces deux personnes qui se sont séparées sont liées pour la vie, c’est-à-dire qu’ils sont toujours mari et épouse pour la vie; le pacte est valide jusqu’à la mort; c’est pourquoi le mari de la femme séparée est toujours appelée « SON MARI » en « 1 Cor 7.11 ».

    1 Cor 7.15: « Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont pas liés (v. Darby: « asservis ») dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

    1 Cor 7.39: « Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant; »

    ___Pourquoi Paul dit: « Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare » ? Tout simplement parce que Dieu ne veut pas de batailles entre les deux. C’est pourquoi Paul ajoute en « 1 Cor 7.15 : « …Dieu nous a appelés à vivre en paix. ».

    J'aime

    • Bon je vais au lit, je te dis juste un truc pour te faire réfléchir, mais je te répondrai demain.

      « Mais si ce même mari répudi sa femme parce qu’elle a commis infidélité (pornéia), alors il ne l’expose pas à devenir adultère puisqu’elle a déjà commis adultère. »

      Prenons le cas d’une femme qui a commis un adultère juste une fois, et on va dire (dire pour s’amuser) il y a 5 ans. Son mari l’apprend, il est choqué et il la répudie. Est-ce que là il ne l’exposera pas à commettre un adultère, parce qu’une fois répudié elle sera tenté de coucher avec un autre homme ?

      Donc tu vois qu’il l’expose à devenir adultère, seulement il en a le droit (de la répudier).

      En Deut 24.1-4, si on ne te parle pas de la souillure de la première infidélité, c’est parce que ce n’est pas pour la souillure de la première infidélité qu’on te dit que tu n’as pas le droit de la reprendre, mais à cause de la souillure du remariage, parce que tu as le droit de garder une femme qui s’est souillé à cause d’un adultère, mais pas pour un remariage.
      De même l’infidélité sexuelle fait partie de ‘motif honteux’ mais ‘motif honteux’ n’est pas que l’infidélité sexuelle, donc elle peut très bien ne pas être souillé. Et c’est la deuxième raison pour laquelle on ne te parle pas de la première souillure.
      De même supposer qu’elle était pure n’est pas forcément vrai. Imagine qu’une femme a commis deux adultère, et qu’elle est jugé pour le deuxième adultère, on dira : tu es condamné à ça ça ça parce que tu t’es souillée. Cela ne veut pas dire qu’avant elle était pure, parce que là elle a commis un premier adultère.

      Pourquoi on lui demande de ne pas la reprendre, même si son second mari meurt (donc techniquement elle est autorisé à se marier avec n’importe qui) ? Répond moi à cette question, ça pourra être intéressant.

      J'aime

  17. ___Dans votre exemple où un homme apprend que sa femme a commis infidélité il y a 5 ans, l’adultère a déjà été fait il y a 5 ans. Elle ne sera donc pas exposer à DEVENIR adultère, car elle l’a déjà fait. Elle ne sera donc pas exposé par le mari à transgresser le pacte du mariage, car elle l’a déjà fait; en plus, c’est justement pour cette raison qu’il la répudie.
    ___En « Deut 24 », si le premier mari ne doit pas reprendre la même femme qui s’est remariée avec un autre, ce n’est pas parce que la femme s’était déjà remarié, car un homme peut marier une femme qui s’était auparavant marié à un homme qui maintenant est mort (pensons à David avec la femme d’Uri le hittite en « 2 Samuel 12 »). De plus, en « Deut 24 », il n’est pas dit qu’il y avait souillure avec le premier mari, il n’y avait donc pas « pornéia » (péché sexuel) avec le premier mari, car le motif de la répudiation serait uniquement un défaut corporel, ceci est indiqué au verset un : « …qu’il aura trouvé en elle quelque chose… ». Le premier mari ne l’avait pas souillé, car le texte dit que ce n’est que plus tard qu’elle se serait rendue impure selon le verset 4 : « après qu’elle aura été rendue impure « ; ce qui sous-entend qu’elle n’était pas impure lorsque le premier mari l’avait répudié.
    ___Alors pourquoi le premier mari ne pouvait pas la reprendre ? Ce serait donc parce que c’était lui-même, le premier mari, qui l’avait répudié, ce qui a poussé la femme à se marier à un autre. C’est donc une question de moralité.
    ___Un homme peut garder sa femme si elle a commis infidélité, car il ne l’avait pas répudié (selon « Deut 24 ») pour qu’elle puisse se remarier à un autre; il peut donc pardonner à sa femme et la garder. Mais s’il la répudie (selon « Deut 24 ») POUR qu’elle PUISSE SE REMARIER, c’est qu’il a consentie volontairement à ce que cela se fasse; il ne peut donc pas la reprendre pour être sa femme après qu’elle s’est remariée avec un autre; sinon ce premier mari irait se saucer dans le même jardin qu’il avait volontairement vendu pour qu’un autre homme l’utilise; c’est donc une question de moralité (Deut 24.4: « car c’est une abomination devant l’Éternel, et tu ne chargeras point de péché le pays »). Ce n’est donc pas parce que c’est une femme qui aurait commis infidélité ou qui s’était déjà marié à un autre homme maintenant décédé, mais parce que le premier mari l’a envoyée volontairement pour être à un autre homme après que lui-même l’ai eu (sans avoir eu de relations sexuelles avec elle, sinon il ne pourrait pas la répudier, il serait trop tard dans ce cas sans motif). Lire « Jérémie 3 ».
    ___Un homme marié qui a eu des relations sexuelles durant son mariage ne peut pas répudier sa femme POUR qu’elle se remarie avec un autre homme, car la femme ne peut pas se remarier tant que son mari est vivant (Rom 7.1-3); par contre il peut la répudier si elle a commis infidélité, mais elle doit demeurer sans se remarier tant que son mari est vivant.
    ___Il faudrait peut-être citer et analyser le pourquoi des cas d’exception dans la bible. Je vous invite à le faire. Que Dieu vous bénisse.

    J'aime

    • Est-ce que tu peux me ré-expliquer tous cela d’une autre manière, parce que je ne comprend vraiment rien à ce que tu me racontes.

      « Elle ne sera donc pas exposé par le mari à transgresser le pacte du mariage, car elle l’a déjà fait »
      Qu’est ce que ça veut dire ? Est-ce que une fois avoir commis un adultère, le pacte est rompu, qui fait qu’ils ne sont plus marié ? Ou est-ce qu’une fois avoir commis un adultère, tu ne commets pas un adultère si tu commets un autre adultère ? C’est cool il suffit que je commettes une fois un adultère et je ne commettrai plus d’adultère en commettant d’autres adultères.

      « En Deut 24, si le premier mari ne doit pas reprendre la même femme qui s’est remariée avec un autre, ce n’est pas parce que la femme s’était déjà remarié »
      Donc ça veut dire que si tu répudies ta femme, et que elle elle ne s’est pas encore remarié, tu n’a pas le droit de la reprendre ? Dans ce cas pourquoi il est dit que c’est parce qu’elle s’est souillé ?

      « le motif de la répudiation serait uniquement un défaut corporel »
      Cites moi tous les motifs concrets qui étaient motif de la répudiation. Parce que là tu es en train de me dire qu’un défaut corporel était le seul motif.

      « Ce serait donc parce que c’était lui-même, le premier mari, qui l’avait répudié, ce qui a poussé la femme à se marier à un autre. C’est donc une question de moralité ».
      Je ne comprend pas trop ton histoire. Pourquoi imposer que le mari ne la reprenne pas, on peut très bien imaginer que le mari se repente, en général si le mari désire la reprendre c’est qu’il en a envie, donc plus ou moins qu’il s’est repenti. De même si c’est elle qui le demande, pourquoi est-ce qu’on l’interdit. De même on te dis que le pays en serait souillé s’il la reprend, donc ça n’a aucun sens.

       » il ne peut donc pas la reprendre pour être sa femme après qu’elle s’est remariée avec un autre; sinon ce premier mari irait se saucer dans le même jardin qu’il avait volontairement vendu pour qu’un autre homme l’utilise »
      Tu peux m’expliquer d’une autre manière ce que tu viens de dire ? C’est peut être intéressant mais détaille.

      « après que lui-même l’ai eu (sans avoir eu de relations sexuelles avec elle, sinon il ne pourrait pas la répudier »
      Donc toi tu es partisan que Deut 24 ne s’applique qu’aux noces, et il faut bien sûr qu’il ne l’ai pas touché ? Existe-t-il des motifs qui font que Deut 24 s’applique par exemple après 20 ans de mariage ? Parce que justement on voit un cas où il y aurait répudiation après par exemple 20 ans de mariage consommé.

      « par contre il peut la répudier si elle a commis infidélité, mais elle doit demeurer sans se remarier tant que son mari est vivant. »
      Là bien sûre tu parles du nouveau testament, parce qu’avant il n’avait pas le droit (puisque l’infidélité n’est pas inclut dans les motifs de répudiation). Et lui est-ce qu’il a le droit de se remarier ? En cas d’infidélité, s’il la répudie alors si j’ai bien compris, les liens conjugales ne sont pas rompu (c’est la raison pour laquelle elle ne peut pas se remarier), mais alors pourquoi il ne commet pas adultère en se remariant alors ? En effet je me rappel que tu as fait tout un paragraphe pour dire qu’il ne commet pas adultère en se remariant…

      Voilà je ne comprend pas ce que tu dit. Il vaudrait mieux que je comprennes avant de parler, ça sera plus simple.

      Que Dieu te bénisse aussi.

      J'aime

  18. Je viens de relire ce que tu as écris écrit précédemment : « la femme serait donc rendue impur (pour un autre homme) en ce sens », aussi je t’arrêtes tout de suite parce qu’il est aussi dit si le second mari meurt, donc là il n’y a aucun sens parce que normalement un autre homme a le droit de la prendre si son mari meurt, donc elle n’est pas impure pour cet autre homme.

    Je te met une autre traduction (traduction du Rabbinat) de Deut 24:1-4, pour te montrer que les choses ne sont pas forcément similaires, si jamais tu n’as pas lu ce passage dans pas mal de traduction :
    1 Quand un homme aura pris une femme et cohabité avec elle (donc mariage consommé); si elle cesse de lui plaire, parce qu’il aura remarqué en elle quelque chose de malséant, il lui écrira un libelle de divorce, le lui mettra en main et la renverra de chez lui. 2 Si, sortie de la maison conjugale, elle se remarie et devient l’épouse d’un autre homme, 3 et que ce dernier, l’ayant prise en aversion, lui écrive un libelle de divorce, le lui mette en main et la renvoie de chez lui; ou que ce même homme, qui l’a épousée en dernier lieu, vienne à mourir, 4 son premier mari, qui l’a répudiée, ne peut la reprendre une fois qu’elle s’est laissée souiller, car ce serait une abomination devant le Seigneur: or, tu ne dois pas déshonorer le pays que le Seigneur, ton Dieu, te donne en héritage.

    J'aime

  19. @Laught marc :
    Tu dis plusieurs choses mais je vais m’arrêter aux symétries et y répondre à chaque fois .
    Tu dis, je cite 1 Corinthiens 7: 10-11 : A ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari. Si elle est séparée, qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari, et que le mari ne répudie point sa femme.
    Il y a une symétrie dans ‘que la femme ne se sépare point de son mari’ et ‘que le mari ne répudie point sa femme’, mais il n’y a pas de symétrie dans ‘qu’elle demeure sans se marier ou qu’elle se réconcilie avec son mari’.

    _____________
    Il y a une symétrie par rapport à ces versets :
    Mt 19:9 Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité, et qui en épouse une autre, commet un adultère.
    Mr 10:11 Il leur dit : Celui qui répudie sa femme et qui en épouse une autre, commet un adultère à son égard ;

    S’il commet un Moichao vis à vis de sa femme c’est qu’il est lié à la femme tant qu’elle est vivante.
    Donc tant que la femme est vivante, le mari est lié à sa femme et il ne peut pas la répudier.
    S’il répudie sa femme il commet un péché et s’il répudie en se remariant il comme tencore un autre péché le moichao.
    Donc deux péchés : la répudiation illégitime et le moichao.

    La différence c’est que la femme est liée au mari sans pouvoir aller vers un autre mari mais pour l’homme cette symétrie n’existe pas.
    De sorte que si l’homme ne répudie point sa femme et va vers une autre femme ce n’est point péché ni Moichao.
    Donc polygamie en polygynie admise mais polyandrie interdite sous toutes ses formes..

    C’est ce que je comprends.
    _____________
    //////////////////////////

    Tu dis, je cite :1 Corinthiens 7: 39 : Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant ; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut ; seulement, que ce soit dans le Seigneur.
    Il n’y a pas de symétrie : la symétrie ‘un homme est lié …’ n’est pas précisé, alors que dans tout le chapitre quand il y a symétrie, la symétrie est précisé.

    ___________________
    Si la femme est liée à son mari aussi longtemps que ce dernier est vivant, cela veut dire que tant que le mari est vivant sa femme lui est attaché et cela il ne l’ignore point.
    Donc le mari est lié même si ce n’est pas écrit car du fait que la femme est liée le lien existe de la femme au mari et du mari à la femme.
    De sorte que le Seigneur ORDONNE que le mari ne répudie point sa femme.
    Pourquoi ?
    Simplement parce que Dieu a joint les deux ! Or si Dieu a joint les deux ils sont bien liés par Dieu.
    La différence est que le lien de la femme vis à vis du mari est différent car tant qu’elle est greffée à son mari elle ne peut appartenir à un autre homme tant que le premier mari est vivant ce qui n’est pas le cas de l’homme.
    L’homme n’est pas lié à la femme dans une impossibilité d’une autre femme mais dans l’impossibilité de la répudiation et de remariage.
    _____________
    //////////////////////////
    tu dis, je cite :Luc 16:18 : Quiconque répudie sa femme et en épouse une autre commet un adultère, et quiconque épouse une femme répudiée par son mari commet un adultère.
    La aussi il n’y a pas de symétrie : « Quiconque quitte son mari et … » n’est pas précisé. En effet à cause de la polygamie, une femme qui épouse un mari quitté par sa femme ne commet pas adultère.

    _________________
    Là on ne te comprends pas, tu prends un verset qui ne correspond en rien à la suite.
    Or si tu veux le verset qui dit quiconque quitte son mari, tu l’obtiens en 1cor.7:10 A ceux qui sont mariés, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari
    et encore en
    Mr 10:12 et si une femme quitte son mari et en épouse un autre, elle commet un adultère.
    Donc il y a bien la symétrie, suffit de faire jouer les textes en parallèle.
    _____________
    //////////////////////////
    Tu dis, je cite :Si ces non-symétries étaient dû au hasard, elle devraient aller des fois dans un sens et des fois dans l’autre. Or ce n’est pas le cas. Ces non-symétries ne s’expliquent que par la polygamie. Donc la polygamie était le contexte dans le nouveau testament.
    _________________
    il y a bien polygamie en polygynie, la polyandrie n’est pas possible mais il y a les symétries par la lecture parallèle.

    • Paul parlant par l’Esprit annonce que ceux qui servent le Seigneur doivent être maris d’une seule femme .
    • Le Seigneur met des interdits sur :
    – la répudiation de l’épouse et le remariage de l’époux
    – la séparation de la femme avec son mari, le fait que la femme quitte son mari

    **********
    _____________
    //////////////////////////
    Concernant ta définition du PORNEIA, je ne suis pas en phase avec toi car il n’est pas besoin d’avoir de péché sexuel pour que le porneia soit.
    J’ai écrit ceci dans mon article sur le mariage que je posterai dans quelques jours :
    Mt 5:32 évoque une clause de répudiation ou de séparation par le mot Grec « Porneia » traduit dans nos versions biblique par le mot « infidélité », mais qui a pris l’interprétation moderne abusive de « l’infidélité sexuelle », alors que c’est une infidélité envers la Loi mosaïque, un manquement grave dans l’observation des prescriptions de la Loi concernant le couple par les Juifs de l’époque qui étaient nous le rappelons sous la Loi.

    J'aime

  20. ___Sachant que maintenant les croyants ne sont plus sous la loi de l’Ancienne Alliance (y compris les 10 commandements: preuve en « Romains 7 versets 6 et 7 »), le mot grec « PORNEIA » appliqué au croyants sous la Nouvelle Alliance ne signifie donc pas une « une infidélité envers la Loi mosaïque » bien que, sous la loi mosaïque, celui qui commettait PORNEIA transgressait de ce fait la loi, car ce que dit la loi elle le dit à ceux qui sont sous la loi, mais nous ne sommes plus sous la loi.

    Romains 7.4-7: « (4) De même, mes frères, vous aussi vous avez été, par le corps de Christ, mis à mort en ce qui concerne la loi… (6) Mais maintenant, nous avons été dégagés de la loi, étant morts à cette loi sous laquelle nous étions retenus, de sorte que nous servons dans un esprit nouveau, et non selon la lettre qui a vieilli. (7) Que dirons-nous donc ? La loi est-elle péché ? Loin de là ! Mais je n’ai connu le péché que par la loi. Car je n’aurais pas connu la convoitise, si la loi n’eût dit : Tu ne convoiteras point. »

    Romains 3.19: « Or, nous savons que tout ce que dit la loi, elle le dit à ceux qui sont sous la loi… »

    ___Or, le mot PORNEIA signifie un « péché sexuel » quelconque, en général. Il y a donc plusieurs sortes de péchés sexuels. En « 1 Cor 5.1 », l’apôtre Paul nous indique par les mots « TELLE » et « AU POINT QUE » qu’il peut y avoir plusieurs niveaux de gravité de péchés sexuels dans l’acte PORNEIA. Pour une personne n’étant pas marié et qui a beaucoup de difficultés à résister à ce niveau, il serait peut-être préférable qu’elle se marie plutôt que de s’abandonner à un quelconque DEGRÉ de péché PORNEIA ou d’en bruler de désir constamment.

    1 Corinthiens 5.1: « On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité (PORNEIA), et une impudicité (PORNEIA) TELLE qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est AU POINT QUE l’un de vous a la femme de son père. »

    1 Corinthiens 7.2, 9: « (2) Toutefois, POUR ÉVITER l’impudicité (PORNEIA), que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. …(9) …s’ils manquent de continence, qu’ils se marient; car il vaut mieux se marier que de brûler. »

    ___Voici tous les endroits où l’on trouve le mot grec « pornéia » dans le Nouveau Testament.

    Matthieu 5.32: « Mais moi, je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour cause d’infidélité (PORNEIA), l’expose à devenir adultère, et que celui qui épouse une femme répudiée commet un adultère. »

    Matthieu 15.19: « Car c’est du coeur que viennent les mauvaises pensées, les meurtres, les adultères, les impudicités (PORNEIA), les vols, les faux témoignages, les calomnies. »

    Matthieu 19.9: « Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, sauf pour infidélité (PORNEIA), et qui en épouse une autre, commet un adultère. »

    Marc 7.21: « Car c’est du dedans, c’est du coeur des hommes, que sortent les mauvaises pensées, les adultères, les impudicités (PORNEIA), les meurtres, »

    Jean 8.41: « Vous faites les oeuvres de votre père. Ils lui dirent : Nous ne sommes pas des enfants illégitimes (PORNEIA); nous avons un seul Père, Dieu. »

    Actes 15.20: « mais qu’on leur écrive de s’abstenir des souillures des idoles, de l’impudicité (PORNEIA), des animaux étouffés et du sang. »

    Actes 15.29: « savoir, de vous abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité (PORNEIA), choses contre lesquelles vous vous trouverez bien de vous tenir en garde. Adieu. »

    Actes 21.25: « A l’égard des païens qui ont cru, nous avons décidé et nous leur avons écrit qu’ils eussent à s’abstenir des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de l’impudicité (PORNEIA). »

    1 Corinthiens 5.1: « On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité (PORNEIA), et une impudicité (PORNEIA) telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père. »

    1 Corinthiens 6.13: « Les aliments sont pour le ventre, et le ventre pour les aliments; et Dieu détruira l’un comme les autres. Mais le corps n’est pas pour l’impudicité (PORNEIA). Il est pour le Seigneur, et le Seigneur pour le corps. »

    1 Corinthiens 6.18: « Fuyez l’impudicité (PORNEIA). Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. »

    1 Corinthiens 7.2: « Toutefois, pour éviter l’impudicité (PORNEIA), que chacun ait sa femme, et que chaque femme ait son mari. »

    2 Corinthiens 12.21: « Je crains qu’à mon arrivée mon Dieu ne m’humilie de nouveau à votre sujet, et que je n’aie à pleurer sur plusieurs de ceux qui ont péché précédemment et qui ne se sont pas repentis de l’impureté, de l’impudicité (PORNEIA) et des dissolutions auxquelles ils se sont livrés. »

    Galates 5.19: « Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité (PORNEIA), l’impureté, la dissolution, »

    Ephésiens 5.3: « Que l’impudicité (PORNEIA), qu’aucune espèce d’impureté, et que la cupidité, ne soient pas même nommées parmi vous, ainsi qu’il convient à des saints. »

    Colossiens 3.5: « Faites donc mourir les membres qui sont sur la terre, l’impudicité (PORNEIA), l’impureté, les passions, les mauvais désirs, et la cupidité, qui est une idolâtrie. »

    1 Thessaloniciens 4.3: « Ce que Dieu veut, c’est votre sanctification; c’est que vous vous absteniez de l’impudicité (PORNEIA); »

    Apocalypse 2.21: « Je lui ai donné du temps, afin qu’elle se repentît, et elle ne veut pas se repentir de son impudicité (PORNEIA). »

    Apocalypse 9.21: « et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs enchantements, ni de leur impudicité (PORNEIA) ni de leurs vols. »

    Apocalypse 14.8: « Et un autre, un second ange suivit, en disant : Elle est tombée, elle est tombée, Babylone la grande, qui a abreuvé toutes les nations du vin de la fureur de son impudicité (PORNEIA) ! »

    Apocalypse 17.2: « C’est avec elle que les rois de la terre se sont livrés à l’impudicité, et c’est du vin de son impudicité (PORNEIA) que les habitants de la terre se sont enivrés. »

    Apocalypse 17.4: « Cette femme était vêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles. Elle tenait dans sa main une coupe d’or, remplie d’abominations et des impuretés de sa prostitution (PORNEIA). »

    Apocalypse 18.3: « parce que toutes les nations ont bu du vin de la fureur de son impudicité (PORNEIA), et que les rois de la terre se sont livrés avec elle à l’impudicité, et que les marchands de la terre se sont enrichis par la puissance de son luxe. »

    Apocalypse 19.2: « parce que ses jugements sont véritables et justes; car il a jugé la grande prostituée qui corrompait la terre par son impudicité (PORNEIA), et il a vengé le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main. »

    ===========================
    ___À un moment donné, concernant le mot « adultère », je suis tombé sur un site Internet via Google, d’où j’ai fait un copier/coller de ce qui suit. Cela pourrait alimenter la réflexion.
    (((
    -Le dictionnaire de Bost :
    {Il faut observer seulement que la polygamie étant admise chez les Hébreux, l’homme ne pouvait commettre adultère qu’en s’unissant avec une femme mariée.
    Dictionnaire de la Bible de Jean Augustin Bost, définition de « adultère »}

    -Le dictionnaire de l’ABBAYE DE MAREDSOUS :
    {Dans l’AT, l’adultère au sens propre désigne d’une part, l’inconduite de la femme mariée, – peu importe que le mariage ait été consommé ou non, – et, d’autre part, les relations extraconjugales d’un homme avec une femme mariée, non avec une femme non-mariée, veuve ou divorcée, ni avec une concubine ou une esclave. En d’autres mots, la femme ne pouvait violer que son propre mariage, tandis que l’homme ne pouvait violer que le mariage d’un autre homme.}

    -Dictionnaire encyclopédique de la Bible (DEB) BREPOLS, troisième édition revue et augmentée, publié sous la direction du centre : informatique et Bible, ABBAYE DE MAREDSOUS, définition de adultère

    -Le dictionnaire de A. M. Gerard :
    {L’adultère au sens courant est bien sûr réprouvé : « Tu ne commettras pas l’adultère »; mais le terme ne s’applique pas aux relations extra-conjugales de l’homme qui connait une esclave ou même une femme libre si elle n’est ni mariée ni fiancée à un autre. Ce cas mis à part, les châtiments prévus par la Loi de Moïse sont sévères pour l’adultère, homme ou femme : « Celui qui commet l’adultère sera mis à mort, lui, et la femme adultère ».}
    Dictionnaire de la Bible par André-Marie Gerard, définition de adultère, page 37
    )))

    ___En « Mal 2.16 », l’infidélité de l’homme semble être le fait de répudier sa femme pour aucun motif valable, donc infidèle à son engagement envers elle.

    Malachie 2.15-16: « …Et qu’aucun ne soit infidèle à la femme de sa jeunesse ! Car je hais la répudiation, Dit l’Eternel, le Dieu d’Israël… »

    Raymond Houle

    J'aime

    • Je ne suis nullement un néophyte R. Houle pour penser que je déraisonne, l’Évangile n’es tpas contre la Loi mais il confirme la Loi de sorte que ce que définit la Loi, on le retrouve dans l’Esprit par l’Évangile.

      Avant de définir un mot sur la nouvelle alliance, il faudrait au moins en saisir le sens dans l’ancienne alliance sachant que le contexte du mot a été donné dans celui de la loi.
      Porneia n’est pas « l’infidélité sexuelle », dans Mat.5:32 c’est de l’infidélité par rapport à la loi qui interdisait les relations du peuple saint aux nations.
      Donc une union juif/païen c’est le porneia, le mariage Salomon/fille de pharaon c’est le porneia.
      Donc le seul motif de séparation du couple à cette période c’était le fait que le mariage était déjà en désobéissance à la Loi et entre un juif et un païen. (Voir esdras et néhémie sur ce point)

      Actuellement dans l’Église le Porneia est clairement démontré en 1Cor.6 mais le mot étant mal traduit on n’y comprends que dalle.
      Si le « porneia » est la relation sexuelle pourquoi Paul en 1 cor 6:16, il dit :
      Ne savez-vous pas que celui qui s’attache au PORNE est un seul corps avec LUI ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair.

      (j’ai mis PORNE et LUI)

      La langue Française a mis la traduction en article féminin et en parlant d’une prostitué, il ne s’agit pas ici d’une péripatéticienne mais d’un membre du MONDE !
      Car ici, est ce la relation sexuelle qui fait la seule chair ou est ce le mariage ?
      Bien entendu que non ! n’est ce pas ? Depuis quand coucher avec quelqu’un fait que l’on devient une seule chaire ? C’est impossible donc ne dîtes pas que porneia c’est coucherie !

      Donc Paul ne parlait pas dans ce contexte de relations sexuelle car coucher avec une tierce personne ne fait pas le mariage. Faut être complètement irraisonné pour conclure ainsi !

      Paul parlait dans ce contexte du(de la) Chrétien(ne) qui va chercher dans le MONDE son époux(se).
      Donc il y a un souci car celui qui est chrétien appartient de CORPS AUSSI au Seigneur car son corps est MEMBRE du Corps de Christ !
      De ce fait en allant chercher mari ou épouse dans le monde, il unit son corps qui est membre du Corps de Christ a un membre du MONDE, donc il fait du membre de Christ qui est son propre corps un membre du monde car les deux seront une seule chair.
      Le païen est un membre du Monde, ce qui fait que ce(cette) chrétien(ne) se met sous un joug étranger et pèche contre son propre corps car il(elle) méprise pour sa part que son corps est le temple de l’Esprit.
      Donc on ne parle pas ici de relations sexuelles mais de mariage Chrétien/Païen !
      Un mariage Chrétien/Païen c’est du PORNEIA et cela est interdit par l’Évangile de même que le mariage juif/païen était interdit par la Loi.
      C’est mariage sont en volonté d’homme et non en volonté de Dieu de ce fait ( je ne dis pas la suite…mon article définira ces choses)

      Le PORNE ce n’est pas une prostitué péripatéticienne, c’est simplement l’incroyant, le païen, le membre du monde.

      Donc R. Houle si je parle de ces choses brièvement c’est parce que je n’ai pas envie d’entrer dans le détail et non pas parce que j’ignore ce qui existe dans l’Écriture.

      Je parlerai de ces choses plus en détail sur mon blog car ce sont des points très pointus.
      http://essencespirituelle.blogspot.com/

      J'aime

      • ___Bonsoir Shor, merci pour le lien de votre blog. Pourriez-vous me dire à qui correspond le « NOUS » de la « Confession de Foi » sur votre blog ?
        ___Voici les versets où se trouve le mot grec PORNE dans le Nouveau Testament:

        Matthieu 21.31: « Lequel des deux a fait la volonté du père ? Ils répondirent : Le premier. Et Jésus leur dit : Je vous le dis en vérité, les publicains et les prostituées (porne) vous devanceront dans le royaume de Dieu.

        Matthieu 21.32: « Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n’avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées (porne) ont cru en lui; et vous, qui avez vu cela, vous ne vous êtes pas ensuite repentis pour croire en lui.

        Luc 15.30: « Et quand ton fils est arrivé, celui qui a mangé ton bien avec des prostituées (porne), c’est pour lui que tu as tué le veau gras !

        1 Corinthiens 6.15: « Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée (porne) ? (6. 16) Loin de là !

        1 Corinthiens 6.16: « Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée (porne) est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair.

        Hébreux 11.31: « C’est par la foi que Rahab la prostituée (porne) ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance.

        Jacques 2.25: « Rahab la prostituée (porne) ne fut-elle pas également justifiée par les oeuvres, lorsqu’elle reçut les messagers et qu’elle les fit partir par un autre chemin ?

        Apocalypse 17.1: « Puis un des sept anges qui tenaient les sept coupes vint, et il m’adressa la parole, en disant : Viens, je te montrerai le jugement de la grande prostituée (porne) qui est assise sur les grandes eaux.

        Apocalypse 17.5: « Sur son front était écrit un nom, un mystère : Babylone la grande, la mère des impudiques (porne) et des abominations de la terre.

        Apocalypse 17.15: « Et il me dit : Les eaux que tu as vues, sur lesquelles la prostituée (porne) est assise, ce sont des peuples, des foules, des nations, et des langues.

        Apocalypse 17.16: « Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée (porne), la dépouilleront et la mettront à nu, mangeront ses chairs, et la consumeront par le feu.

        Apocalypse 19.2: « parce que ses jugements sont véritables et justes; car il a jugé la grande prostituée (porne) qui corrompait la terre par son impudicité, et il a vengé le sang de ses serviteurs en le redemandant de sa main.

        ___Je persiste à dire que le mot « grec » PORNEIA (dans le Nouveau Testament) est un « péché sexuel » et non une « infidélité sexuelle », car nul besoin d’être marié ou d’être sous la loi mosaïque pour commettre ce péché. Ce mot peut aussi être utilisé au sens figuré. Ne mêlons pas les choses. Le mot PORNEIA n’est pas le mot PORNE. La femme PORNE est une femme qui commet PORNEIA. Une prostituée est une femme qui commet des péchés sexuels. Jésus a dit qu’il était envoyé SEULEMENT vers les brebis de la maison d’Israël et le Père lui avait prophétisé que Jean (le baptiste) allait préparer SON chemin (à Jésus). Or, Jésus a dit que LES prostituées (PORNE) ONT CRU à son message. Ces prostituées (PORNE) seraient donc du peuple Israël.

        Matthieu 11:10: [Dieu a prophétisé à son Fils] « Car c’est celui dont il est écrit : Voici, j’envoie mon messager devant ta face, pour préparer TON chemin devant TOI. »

        Matthieu 15:24: « Il répondit : Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues de la maison d’Israël. »

        Matthieu 21.32: « Car Jean est venu à vous dans la voie de la justice, et vous n’avez pas cru en lui. Mais les publicains et les prostituées (PORNE) ont cru en lui; et vous, qui avez vu cela, vous ne vous êtes pas ensuite repentis pour croire en lui. »

        ___L’apôtre Paul incite les croyants à ne pas se marier avec des prostituées (PORNE). Aussi, très souvent un mot féminin dans une langue peut correspondre à un mot masculin dans une autre langue et vis-versa et cela sans changer le sens du mot.

        1 Corinthiens 6.16: « Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée (PORNE) est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. »

        ___Regardons à quel mot « hébreux » de l’Ancien Testament correspond ce mot « grec » PORNE du Nouveau Testament cité en « 1 Cor 6.16 » qui l’attribue à Rahab la prostituée ici.

        Hébreux 11.31: « C’est par la foi que Rahab la prostituée (PORNE) ne périt pas avec les rebelles, parce qu’elle avait reçu les espions avec bienveillance. »

        ___Or, le mot grec « PORNE » dans le Nouveau Testament correspond au mot hébreux « Zanah » dans l’Ancien Testament.

        Josué 6.17: « La ville sera dévouée à l’Eternel par interdit, elle et tout ce qui s’y trouve; mais on laissera la vie à Rahab la prostituée (Zanah) et à tous ceux qui seront avec elle dans la maison, parce qu’elle a caché les messagers que nous avions envoyés. »

        ___Or, ce mot hébreux Zanah parle bien de relations sexuelles non permises. (Lire aussi « Josué 2 »). Voici deux exemples qui en donnent la preuve.

        Genèse 34.1-31 : « Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour voir les filles du pays. 2 Elle fut aperçue de Sichem, fils de Hamor, prince du pays. Il l’enleva, coucha avec elle, et la déshonora. …7 Et les fils de Jacob revenaient des champs, lorsqu’ils apprirent la chose; ces hommes furent irrités et se mirent dans une grande colère, parce que Sichem avait commis une infamie en Israël, en couchant avec la fille de Jacob, ce qui n’aurait pas dû se faire. …31 Ils répondirent : Traitera-t-on notre soeur comme une prostituée (Zanah) ? »

        Genèse 38.13-26 : « 13 On en informa Tamar, et on lui dit : Voici ton beau-père qui monte à Thimna, pour tondre ses brebis. 14 Alors elle ôta ses habits de veuve, elle se couvrit d’un voile et s’enveloppa, et elle s’assit à l’entrée d’Enaïm, sur le chemin de Thimna; car elle voyait que Schéla était devenu grand, et qu’elle ne lui était point donnée pour femme. … 15 Juda la vit, et la prit pour une prostituée (Zanah), parce qu’elle avait couvert son visage. 16 Il l’aborda sur le chemin, et dit : Laisse-moi aller vers toi. Car il ne connut pas que c’était sa belle-fille. Elle dit : Que me donneras-tu pour venir vers moi? 17 Il répondit : Je t’enverrai un chevreau de mon troupeau. Elle dit : Me donneras-tu un gage, jusqu’à ce que tu l’envoies ? 18 Il répondit : Quel gage te donnerai-je? Elle dit : Ton cachet, ton cordon, et le bâton que tu as à la main. Il les lui donna. Puis il alla vers elle; et elle devint enceinte de lui. 19 Elle se leva, et s’en alla; elle ôta son voile, et remit ses habits de veuve. … 24 Environ trois mois après, on vint dire à Juda : Tamar, ta belle-fille, s’est prostituée (Zanah), et même la voilà enceinte à la suite de sa prostitution. Et Juda dit : Faites-la sortir, et qu’elle soit brûlée. 25 Comme on l’amenait dehors, elle fit dire à son beau-père : C’est de l’homme à qui ces choses appartiennent que je suis enceinte; reconnais, je te prie, à qui sont ce cachet, ces cordons et ce bâton. 26 Juda les reconnut, et dit : Elle est moins coupable que moi, puisque je ne l’ai pas donnée à Schéla, mon fils. Et il ne la connut plus. »

        ___Voici quelques versets où on retrouve le mot hébreux Zanah :

        Genèse 34.31: « Ils répondirent : Traitera-t-on notre soeur comme une prostituée (Zanah) ? »

        Genèse 38.15: « Juda la vit, et la prit pour une prostituée (Zanah), parce qu’elle avait couvert son visage. »

        Genèse 38.24: « Environ trois mois après, on vint dire à Juda : Tamar, ta belle-fille, s’est prostituée (Zanah), et même la voilà enceinte à la suite de sa prostitution. Et Juda dit : Faites-la sortir, et qu’elle soit brûlée. »

        Lévitique 21.14: « Il ne prendra ni une veuve, ni une femme répudiée, ni une femme déshonorée ou prostituée (Zanah); mais il prendra pour femme une vierge parmi son peuple. »

        Nombres 25.1: « Israël demeurait à Sittim; et le peuple commença à se livrer à la débauche (Zanah) avec les filles de Moab. »

        Deutéronome 23.18: « Tu n’apporteras point dans la maison de l’Eternel, ton Dieu, le salaire d’une prostituée (Zanah)… »

        Josué 2.1: « Josué, fils de Nun, fit partir secrètement de Sittim deux espions, en leur disant : Allez, examinez le pays, et en particulier Jéricho. Ils partirent, et ils arrivèrent dans la maison d’une prostituée (Zanah), qui se nommait Rahab, et ils y couchèrent.

        Josué 6.17: « La ville sera dévouée à l’Eternel par interdit, elle et tout ce qui s’y trouve; mais on laissera la vie à Rahab la prostituée (Zanah) et à tous ceux qui seront avec elle dans la maison, parce qu’elle a caché les messagers que nous avions envoyés.

        Josué 6.25: « Josué laissa la vie à Rahab la prostituée (Zanah), à la maison de son père, et à tous ceux qui lui appartenaient; elle a habité au milieu d’Israël jusqu’à ce jour, parce qu’elle avait caché les messagers que Josué avait envoyés pour explorer Jéricho.

        Jérémie 3.1: « Il dit : Lorsqu’un homme répudie sa femme, Qu’elle le quitte et devient la femme d’un autre, Cet homme retourne-t-il encore vers elle ? Le pays même ne serait-il pas souillé ? Et toi, tu t’es prostituée (Zanah) à de nombreux amants, Et tu reviendrais à moi ! dit l’Eternel. »

        Ezéchiel 16.15: « Mais tu t’es confiée dans ta beauté, et tu t’es prostituée (Zanah), à la faveur de ton nom; tu as prodigué tes prostitutions à tous les passants, tu t’es livrée à eux. »

        Ezéchiel 16.31: « Lorsque tu bâtissais tes maisons de prostitution à l’entrée de chaque chemin, lorsque tu faisais tes hauts lieux dans toutes les places, tu n’as pas même été comme la prostituée (Zanah) qui réclame un salaire; »

        Ezéchiel 16.33: « A toutes les prostituées (Zanah) on paie un salaire; mais toi, tu as fait des dons à tous tes amants, tu les as gagnés par des présents, afin de les attirer à toi de toutes parts dans tes prostitutions. »

        Ezéchiel 23.3: « Elles se sont prostituées (Zanah) en Egypte, Elles se sont prostituées (Zanah) dans leur jeunesse; Là leurs mamelles ont été pressées, Là leur sein virginal a été touché. »

        Osée 3.3: « Et je lui dis : Reste longtemps pour moi, ne te livre pas à la prostitution (Zanah), ne sois à aucun homme, et je serai de même envers toi. »

        Raymond Houle

        J'aime

  21. @Raymond Houle : Expliquez moi dans 1 Cor.6:13 comment le rapport sexuel avec autrui fait de ceux là une seule chair si PORNEIA est le péché sexuel ?
    Il est écrit : 1 Cor 6:13 Mais le corps n’est pas pour PORNEIA.
    Restez dans le contexte et la suite parle de mariage et pas de relation sexuelles.

    Par ailleurs 1 Cor.6 est dans l’esprit de 1 Cor.5 de l’homme (croyant) qui prends la femme de son père et dans le même esprit de 1 cor 7 de la relation croyant/incroyant qui est une servitude par le douloo. La différence en 1Cor.7 c’est que le croyant était déjà marié en venant à Christ mais en 1 Cor.6 et 1 Cor 5…le croyant va chercher dans le monde l’autre membre.
    En 1 Cor 5..La femme et le père sont des païens si vous ne le savez pas car Paul n’exhorte ni le père, ni la femme mais uniquement le fils.
    Donc les deux autres membres sont païens.
    La femme n’est pas une péripatéticienne dans ce texte mais Paul dit que c’est du Porneia.

    En disant : l’un de vous a la femme de son père, Paul ne dit pas couche avec mais « a » c’est à dire « est attaché à » la femme de son père c a d qu’il « a pris » la femme de son père pour femme.
    Mais cette femme est une païenne et non pas une péripatéticienne.
    Allez vous dire que la femme du père était une prostitué ?

    Cependant à chacun ses convictions.
    _______________

    J'aime

    • ___ »Shor L. a écrit: « Expliquez moi dans 1 Cor.6:13 comment le rapport sexuel avec autrui fait de ceux là une seule chair si PORNEIA est le péché sexuel ? »
      ___Premièrement, « 1 Cor 6.13 » ne dit pas que deux personnes qui commettent PORNEIA (acte sexuel interdit) deviennent une seule chair , mais que le Seigneur n’a pas créé le corps pour pécher sexuellement. Il ne faut pas mélanger les sous-contextes dans ce contexte des chapitres 6 et 7. Paul parle de plusieurs sujets sous différents angles, tantôt à l’homme et tantôt à la femme.

      1 Corinthiens 6.16: « (16) …celui qui s’attache à la prostituée (PORNE) est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. »

      ___Que voyons-nous en « 1 Cor 6.16 » ?
      1) que l’expression: « s’attache à la prostituée » signifie: « qui se mari à la prostituée », car il est écrit: « les deux deviendront une seule chair », et ceci s’applique obligatoirement à un couple marié.
      2) que l’homme ne s’attache pas à une ancienne prostituée s’étant repentie, mais à une prostituée qui pratique et qui continue toujours de pratiquer la prostitution.
      3) que le mari sait que la femme avec qui il va se marier est une prostituée et qu’elle continuera de pratiquer la prostitution après s’être marié, car c’est son métier en échange d’argent.
      4) qu’en se mariant avec cette prostituée, le mari accepte volontairement que celle-ci ait plusieurs fois des relations sexuelles avec d’autres hommes et qu’ensuite lui-même continue régulièrement à avoir des relations sexuelles avec elle puisqu’ils se sont mariés.

      ___Nous avons donc un cas d’un mari croyant qui participe aux péchés sexuels (PORNEIA) de sa femme avec d’autres hommes. Pire, il continue à avoir des relations sexuelles avec elle au travers tout cela. Pour Dieu s’est tout simplement une abomination. En participant à cela, l’homme pèche lui-même en continuant à avoir des relations sexuelles avec sa femme qui pratique la prostitution; il retourne à chaque fois dans le « jardin » souillé par l’ajout d’autres semences. N’est-ce pas PORNEIA lorsque le mari participe en ajoutant sans cesse sa semence à d’autres semences dans ce « jardin » ? Surtout quand on sait que les résidus d’une semence peuvent prendre plusieurs mois avant de ne plus laisser de trace dans de le « jardin ». C’est cru, mais c’est ce qui se passe. Ce mari participe à ces péchés de PORNEIA. Cela ne ressemble-t-il pas à un mari qui répudie sa femme qui ensuite va se remarier avec un autre homme et plus tard revient vers ce premier mari pour avoir des relations sexuelles, puis elle retourne au 2e mari puis elle revient encore au 1er mari, etc. N’est-pas quelque chose qui ressemble à « Deut 24 » où Dieu appelle cela une abomination ? L’homme ne devrait-il pas trouver cela répugnant et abominable lui aussi ? N’est-ce pas PORNEIA lorsque le mari se livre à tout cela avec sa femme ? Nous commençons peut-être à comprendre ce que Paul est en train de parler en « 1 Cor 6.16 ». Dans cette pratique de PORNEIA, il ne s’agirait donc pas d’une femme qui a chuté dans l’adultère à quelques reprises et qui s’est repentie ensuite, mais d’une femme qui en fait son métier régulier et dont l’homme s’est marié avec elle dans cette situation en participant ainsi à cela.

      Deut 24.1-4: « (1) Si un homme prend une femme et l’épouse, et qu’il arrive quelle ne trouve pas grâce à ses yeux, parce qu’il aura trouvé en elle quelque chose de malséant, il écrira pour elle une lettre de divorce, et la lui mettra dans la main, et la renverra hors de sa maison. (2) Et elle sortira de sa maison et s’en ira, et elle pourra être à un autre homme. (3) Et si le dernier mari la hait, et qu’il lui écrive une lettre de divorce et la lui mette dans la main, et la renvoie de sa maison, ou si le dernier mari qui l’avait prise pour sa femme vient à mourir : (4) alors son premier mari, qui l’a renvoyée, ne pourra pas la reprendre pour être sa femme, après qu’elle aura été rendue impure ; car c’est une ABOMINATION DEVANT l’Éternel :…  »

      Ephésiens 5.11: « et ne prenez point part aux oeuvres infructueuses des ténèbres, mais plutôt condamnez-les. »

      Apocalypse 18.4: « …afin que vous ne participiez point à ses péchés… »

      1 Timothée 5.22: « …ne participe pas aux péchés d’autrui; toi-même, conserve-toi pur. »

      1 Corinthiens 6.18: « Fuyez l’impudicité (PORNEIA). Quelque autre péché qu’un homme commette, ce péché est hors du corps; mais celui qui se livre à l’impudicité pèche contre son propre corps. »

      ___Notre corps est un instrument appartenant à Dieu et de ce fait cet instrument n’a pas pour but de se livrer à des péchés sexuels (PORNEIA); cet instrument est fait pour servir le Seigneur en toute pureté.

      1 Corinthiens 6.19: « Ne savez-vous pas que votre CORPS est le temple du Saint Esprit qui est en vous, et que vous avez de Dieu ? Et vous n’êtes pas à vous-mêmes ; »

      1 Corinthiens 6.13 [Darby]: « Or le CORPS n’est pas pour la fornication (PORNEIA, le péché sexuel), »

      1 Corinthiens 6.13 [Segond 21] : « …le CORPS n’est pas pour l’immoralité sexuelle… »

      Romains 6.12-13: « (12) Que le péché ne règne donc point dans votre CORPS mortel, et n’obéissez pas à ses convoitises. (13) Ne livrez pas vos membres au péché, comme des instruments d’iniquité; mais donnez-vous vous-mêmes à Dieu, comme étant vivants de morts que vous étiez, et offrez à Dieu vos membres, comme des instruments de justice. »

      1 Corinthiens 6.15: « Ne savez-vous pas que vos CORPS sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les membres du Christ pour en faire les membres d’une prostituée (PORNE) ? Qu’ainsi n’advienne ! »

      2 Corinthiens 6.14: « Ne vous mettez pas sous un joug mal assorti avec les incrédules ; car quelle participation y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? ou quelle communion entre la lumière et les ténèbres ? 6.15 …quelle part a le croyant avec l’incrédule ? »

      ___Si notre CORPS est un membre de Christ, il n’est pas convenable que le corps d’une prostituée (PORNE) (donc d’une femme qui se livre à la prostitution) deviennent un même corps avec le corps du croyant par les liens du mariage, car ainsi les deux deviennent une seule chair, un seul corps de chair. Or, est-il convenable de prendre le corps de ce croyant (qui est un membre du corps de Christ) pour en faire physiquement une seule chair avec le corps d’une femme qui se livre à la prostitution ? Est-il convenable qu’une épouse se livre à des actes sexuelles avec des étrangers, puis revienne aussitôt après vers son mari pour utiliser ce membre du corps de Christ ? Prendrai-je un instrument du Seigneur pour en faire les membres d’une prostituée en les unissant par le mariage ? Prendrai-je donc les membres du Christ pour en faire les membres d’une femme qui se prostitue ?

      1 Corinthiens 6.15-16: « (15) Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée (PORNE) ? (16) Loin de là ! Ne savez-vous pas que celui qui s’attache à la prostituée (PORNE) est un seul corps avec elle ? Car, est-il dit, les deux deviendront une seule chair. »

      ___Concernant « 1 Cor 5.1 », peu importe que l’homme en question soit marié avec la femme de son père ou qu’il soit seulement en concubinage avec elle cela ne change rien au fait qu’en ayant des relations sexuelles ensemble cet homme pèche, car cette situation est interdite par Dieu. S’il a la femme de son père (marié ou non) c’est qu’il a des relations sexuelles avec elle. Bien qu’elle ne soit pas obligatoirement une prostituée (PORNE), elle pèche sexuellement (PORNEIA) avec lui et lui avec elle lorsqu’ils ont des rapports sexuels.

      1 Corinthiens 5.1: « On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de l’impudicité (PORNEIA), et une impudicité (PORNEIA) telle qu’elle ne se rencontre pas même chez les païens; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père. »

      1 Corinthiens 6.13 [Darby]: « …Or le corps n’est pas pour la fornication (PORNEIA, le péché sexuel), »

      ___Suite à « 1 Cor 5.1 », Paul ajoute « 1 Cor 6.13 » puis il continue en donnant l’exemple d’un croyant qui se marie avec une femme qui exerce la prostitution (comme décrit plus haut). Si le croyant devient UN avec cette prostituée (PORNE) par le mariage, ils deviennent une seule chair; et Paul explique pourquoi il ne devrait pas y avoir un mariage qui se contracte dans ce cas-là.
      ___Attention! Une femme incroyante qui est devenue une seule chair avec son mari croyant (donc qui s’est mariée avec lui), cela ne fait pas d’elle un membre du corps de Christ. Bien que le croyant soit devenue un membre du corps de Christ et que sa femme incroyante soit devenue une seule chair avec son mari, ce sont néanmoins via deux alliances bien distinctes. Les croyants deviennent le corps de Christ grâce au sang de l’alliance que Jésus a versé pour nous, tandis que la femme incroyante est devenue un même corps avec son mari via une alliance humaine dont Dieu est témoin et qui les considère comme unis. Il y a donc deux plans différents. Donc, quand Dieu unit un couple marié, ce n’est pas la même union qu’un croyant avec le corps de Christ. Cependant, l’épouse incroyante est sanctifiée, ainsi que leurs enfants, par le mari croyant; ils sont donc saints en ce sens, c’est-à-dire sanctifiés, mis à part pouvant être béni et protégé par Dieu à cause du mari croyant. Dans ce contexte, les mots « saint » et « sanctifié » signifient donc la même chose.

      1 Corinthiens 7.12-14: « (12) Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi qui dis: Si un frère a une femme non-croyante, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la répudie point; (13) et si une femme a un mari non-croyant, et qu’il consente à habiter avec elle, qu’elle ne répudie point son mari. (14) Car le mari non-croyant est sanctifié par la femme, et la femme non-croyante est sanctifiée par le frère; autrement, vos enfants seraient impurs, tandis que maintenant ils sont saints. »

      ___Voilà la façon dont je comprends ces choses. Il appartient à chacun de vérifier les écritures de la Bible, lire et relire jusqu’à une certitude complète de la vérité.
      Raymond Houle

      J'aime

    • @Raymond Houle, je cite: dont Dieu est témoin et qui les considère comme unis
      _________________
      Pas d’accord avec cette allégation car le non croyant et le croyant peuvent se séparer sans que cela ne leur soit préjudiciable donc le lien(de lier =deo) n’existe pas car il n’a jamais existé dans un couple païen encore moins dans un couple croyant/incroyant.

      ♦ Que le croyant qui va vers le membre du monde(porne) soit une seul chair cela est péché et ce croyant est pornos..
      Ils sont dans le porneia et le douloo et non dans le deo, de sorte que ce genre d’union Dieu ne lie pas, il ne joint pas !
      ♦ Si un couple de païens dont un des membres vient en l’état au Seigneur c’est un affranchi du Seigneur mais la relation n’est pas jointe par Dieu quoique que le croyant sanctifie son couple.
      Ce qui spécifie que déjà dans le monde la relation mari/femme n’était pas jointe par Dieu.

      De sorte que Dieu ne joint que les couples chrétiens de deux croyants ou membre du corps de Christ qui sont dans sa volonté. C’est à dire qui ne sont pas déjà (liés deo) par une précédente unions DANS le Seigneur.

      Le reste ce sont des alliances humaines ne possédant pas en eux le sceau de Dieu, donc ne sont pas JOINTES par Dieu.
      Car si ces unions avaient le sceau de Dieu (deo par Dieu) Paul n’aurait pas parlé de séparation possible.
      Comprenez !

      J'aime

      • ___Selon la Bible, deux incroyants mariés (homme avec femme) sont considérés comme uni par Dieu. Joseph (fils de Jacob) n’a pas voulu avoir de relation sexuelle avec la femme païenne de son maitre égyptien, non seulement parce que cela était mal d’avoir des relations sexuelles hors mariage, mais surtout parce qu’elle était déjà la femme d’un autre. Pour Joseph c’était un « grand mal ». On a aussi le cas d’Abimélec qui allait pécher en prenant la femme d’Abraham, non pas seulement parce que c’était la femme d’Abraham, mais parce que la femme qu’il aurait prise avait un mari; le mariage était donc sérieux concernant tout le monde.

        Genèse 39.7-9: « (7) Après ces choses, il arriva que la femme de son maître porta les yeux sur Joseph, et dit : Couche avec moi! (8) Il refusa, et dit à la femme de son maître : Voici, mon maître ne prend avec moi connaissance de rien dans la maison, et il a remis entre mes mains tout ce qui lui appartient. (9) Il n’est pas plus grand que moi dans cette maison, et il ne m’a rien interdit, excepté toi, PARCE QUE TU ES « SA » FEMME. Comment ferais-je un aussi grand mal et pécherais-je CONTRE DIEU ? »

        Genèse 20.3: « Alors Dieu apparut en songe à Abimélec pendant la nuit, et lui dit : Voici, tu vas mourir à cause de la femme que tu as enlevée, CAR ELLE A UN MARI. »

        ___Rapellons que Joseph s’est marié (il est devenu une seule chair) avec une païenne égyptienne du nom de Asnath. De cette union est né Manassé dont le nom est choisi par Dieu pour être une tribu d’Israël.

        Genèse 41.45: « Pharaon appela Joseph du nom de Tsaphnath-Paenéach; et il lui donna pour femme Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d’On. Et Joseph partit pour visiter le pays d’Egypte. »

        Genèse 46.20: « Il naquit à Joseph, au pays d’Egypte, Manassé et Ephraïm, que lui enfanta Asnath, fille de Poti-Phéra, prêtre d’On. »

        Apocalypse 7.6: « …de la tribu de Manassé, douze mille; »

        ___Selon vous Shor, une épouse et son mari ayant 15 enfants, le mari pourrait abandonner sa femme et ses 15 enfants pour la simple raison qu’il vient de se convertir à Dieu par Jésus-Christ ? Et cela même si sa femme lui est resté fidèle ? Et si on voyait la souffrance que ses enfants subiraient à cause de cette séparation, de l’abandon de leur mère par leur père, de ces enfants voyant leur mère qui pleure et qui souffre à cause du père qui les ONT laissés, sans parler de la perte de la maison qu’il n’arrive plus à payer à cause que ce père se paye un appartement ailleurs, etc. etc. Quelle est la signification de l’amour, de la compassion et de la miséricorde face à leur souffrance et leur misère ? C’est l’amour de Dieu répandu dans nos coeurs qui peut nous enseigner quelle conduite avoir dans tout cela, celle qui plait réellement à Dieu. Quel témoignage ce mari devrait donner dans ce cas, lui dont le comportement est comme une lettre lue des autres ? Et si en plus il irait se remarier avec une autre femme qui se dirait croyante ? On verrait mal ses 15 enfants malheureux assister à son 2e mariage durant que la maman pleure à l’autre bout. Sans savoir si cette 2e femme laisserait tomber celui-ci après 5 ans. Tout cela arriverait à cause d’un enseignement lu à quelque part sur Internet par ce mari qui aurait décidé de croire qu’il n’était pas uni avec sa femme devant Dieu et que ça lui donne une belle occasion en or de changer de femme au profit du malheur des 16 autres ?
        ___En « 1 Corinthiens 7 » on est enseigné à ce qu’une personne qui se convertie doit JUSTEMENT TENIR SES ENGAGEMENTS qu’elle avait avant d’être convertie. S’il était esclave pour 2 ans encore lors de sa conversion, il doit respecter ces 2 ans; mais, s’il peut saisir l’occasion de se défaire de cet engagement d’esclave parce que son maître lui en donne l’opportunité, alors qu’il en profite pour devenir libre. De toute façon, le croyant est un affranchi du Seigneur, c’est-à-dire qu’il est libéré de la loi du péché et de la mort (Rom 6.18 et 8.2); on ne doit pas user de cette liberté pour satisfaire les convoitises charnelles.

        1 Corinthiens 7.20-22: « 20 Que chacun demeure dans l’état où il était lorsqu’il a été appelé. 21 As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt. 22 Car l’esclave qui a été appelé dans le Seigneur est un affranchi du Seigneur; de même, l’homme libre qui a été appelé est un esclave de Christ. »

        Galates 5.13: « Frères, vous avez été appelés à la liberté, seulement NE FAITES PAS de cette liberté UN PRÉTEXTE de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par la charité, serviteurs les uns des autres. »

        1 Jean 3.17: « Si quelqu’un possède les biens du monde, et que, voyant son frère dans le besoin, il lui ferme ses entrailles, comment l’amour de Dieu demeure-t-il en lui ? »

        ___Un esclave croyant doit tenir ses engagements envers son maitre jusqu’à la fin de leur entente qu’ils ont convenus avant sa conversion. Une personne qui se convertie à Dieu et qui avait déjà un contrat avec sa banque concernant l’achat de sa maison, doit continuer à tenir ses engagements après sa conversion. Un homme étant déjà marié doit continuer à tenir l’engagement de son alliance envers sa femme après qu’il se soit converti.
        ___Si Paul laisse sous-entendre qui y aurait peut-être possibilité qu’un croyant se sépare de sa femme incroyante c’est à cause de certains cas inévitables : un danger de mort physique ou spirituelle, etc.
        Exemple: Une femme après s’être convertie, son mari se met à la battre pour la forcer à continuer à aller se prostituer pour que celle-ci lui rapporte de l’argent (c’est assez fréquent aujourd’hui qu’un mari incite sa femme à la prostitution pour l’argent). Cette chrétienne décide de laisser son mari pour la seule raison qu’elle ne veut pas pécher contre Dieu dans la prostitution. Si elle se sépare, elle doit demeurer seule, sinon qu’elle se réconcilie avec son mari si celui ne la force plus dans la prostitution.
        ___Shor, si je vous comprends bien vous dites concernant un couple marié dont seulement le mari (par exemple) vient de se convertir, que ce mariage n’est pas considéré comme une relation jointe (uni) par Dieu et qu’ils ne sont donc pas une seule chair, qu’ils ne sont pas liés (DEO). Pourtant Paul dit à ce croyant de ne pas se séparer de sa femme incroyante. N’est-ce pas comme si vous disiez que Paul approuve ce péché hors du lien uni, hors du mariage valide ? Mais la bible dit-elle vraiment que le lien du mariage n’est pas reconnu par Dieu entre 2 incroyants ? Examinons cela un peu. Hérode qui était un païen (Romain) a été repris par Jean le baptiste lui disant qu’il ne pouvait pas prendre la femme de son frère. Le païen Hérode devait donc se plier à la loi de Dieu. Si avec la femme de son frère ce lien n’était pas reconnu par Dieu, c’est qu’avec sa propre femme ce lien était reconnu, sinon Jean ne se serait pas soucié de l’union d’Hérode si cela n’avait aucune importante pour Dieu vu qu’Hérode étaient un païen et un inconverti.

        Matthieu 14.3-4: « (3) Car Hérode, qui avait fait arrêter Jean, l’avait lié et mis en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, (4) parce que Jean lui disait : Il ne t’est pas permis de l’avoir pour femme. »

        Marc 6.17-18: « (17) Car Hérode lui-même avait fait arrêter Jean, et l’avait fait lier en prison, à cause d’Hérodias, femme de Philippe, son frère, parce qu’il l’avait épousée, (18) et que Jean lui disait : Il ne t’est pas permis d’avoir la femme de ton frère. »

        ___En « 1 Corinthiens 7.13 », Paul dit que l’homme incroyant est bien « SON MARI » à la femme croyante. Elle est donc SA FEMME. Ils sont donc MARI et FEMME. Or, un mari incroyant et sa femme croyante sont donc bien UNIS et MARIÉS au yeux de Dieu, sinon ils ne seraient appelés pas mari et femme.

        1 Corinthiens 7.12-13: « (12) Aux autres, ce n’est pas le Seigneur, c’est moi qui dis : Si un frère a une femme non-croyante, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la répudie point; (13) et si une femme a un mari non-croyant, et qu’il consente à habiter avec elle, qu’elle ne répudie point SON mari. »

        1 Corinthiens 7.16: « Car que sais-tu, femme, si tu sauveras TON mari ? Ou que sais-tu, mari, si tu sauveras TA femme ? »

        ___Un homme appelé Boaz du peuple d’Israël a épousé une femme païenne Moabite nommée Ruth. Celle-ci devint l’arrière grand-mère du roi David, la lignée directe qui mena jusqu’à Jésus. Lorsqu’on lit l’histoire de Ruth, on voit que son mariage avec Boaz était selon le respect de la loi mosaïque, car aussi Ruth c’était auparavant convertie au Dieu d’Israël. Ruth la femme païenne était donc la femme légitime (selon Dieu) de Boaz. Alors, si la femme païenne (Ruth) mariée selon la loi à l’Israélite (Boaz) n’était pas considérée devant Dieu comme unie à son mari, pourquoi est-elle nommée par Matthieu dans la descendance de Jésus sous l’inspiration de l’Esprit de Dieu ? Ce mariage est donc valide, ils ont été unis et ils sont devenus une seule chair aux yeux de Dieu. Sa descendance a été celle du Fils de Dieu qui vint dans ce monde plus tard via Marie épouse de Joseph.

        Ruth 4.9: « Alors Boaz dit aux anciens et à tout le peuple : Vous êtes témoins aujourd’hui que j’ai acquis de la main de Naomi tout ce qui appartenait à Elimélec, à Kiljon et à Machlon, 10 et que je me suis également acquis pour femme Ruth la Moabite, femme de Machlon, pour relever le nom du défunt dans son héritage, et afin que le nom du défunt ne soit point retranché d’entre ses frères et de la porte de son lieu. Vous en êtes témoins aujourd’hui !,,, 13 Boaz prit Ruth, qui devint sa femme, et il alla vers elle. L’Eternel permit à Ruth de concevoir, et elle enfanta un fils. …21…Boaz engendra Obed; 22 Obed engendra Isaï; et Isaï engendra David. »

        Matthieu 1.5: « (5)…Boaz engendra Obed de Ruth; Obed engendra Isaï; (6) Isaï engendra David. Le roi David engendra Salomon de la femme d’Urie;… (16) Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qui est appelé Christ. »

        ___Concernant le verbe grec « DEO » (lier) on le voit utilisé littéralement ou non. Par exemple:

        Luc 13.16: « Et cette femme, qui est une fille d’Abraham, et que Satan tenait liée (DEO) depuis dix-huit ans, ne fallait-il pas la délivrer de cette chaîne le jour du sabbat ? »

        Actes 21.33: « Alors le tribun s’approcha, se saisit de lui, et le fit lier (DEO) de deux chaînes. Puis il demanda qui il était, et ce qu’il avait fait. »

        Matthieu 18.18: « Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez (DEO) sur la terre sera lié (DEO) dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel. »

        ___Le mot grec « DEO » est utilisé en « Rom 7.2 » pour dire que la loi (donnée par Dieu à Moïse) LIAIT (DEO) ceux qui se mariaient. Donc, RUTH la païenne Moabite a bien été liée (DEO) par la loi à Boaz l’Israélite.

        Romains 7 : 2: « Ainsi, une femme mariée est liée (DEO) par la loi à son mari tant qu’il est vivant; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. »

        1 Corinthiens 7.39: « Une femme est liée (DEO) aussi longtemps que son mari est vivant; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut; seulement, que ce soit dans le Seigneur. »

        ___Maintenant, analysons le mot grec DOULOO (asservir) en « 1 Cor 7.15 ».

        1 Corinthiens 7.15 [Segond]: « Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont pas liés (DOULOO: asservis) dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

        1 Corinthiens 7.15 [Darby]: « Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la soeur ne sont pas asservis (DOULOO) en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix.

        ___Ici, parce que le non-croyant s’est séparé, le croyant n’est pas ASSERVI (DOULOO), c’est-à-dire que le croyant n’est pas tenu de se soumettre aux volontés de celui qui est parti, etc. Le verset nous dit que c’est dans CE CAS-LÀ que le croyant n’est pas asservis à l’autre. Ce qui sous-entend que si ce CAS-LÀ n’a pas lieu, ils doivent tenir leur engagement l’un envers l’autre, autrement dit, ils sont ASSERVIS (DOULOO) l’un à l’autre dans leurs engagements du mariage (croyant avec incroyante), car ils sont liés, unis. Donc, si le CROYANT et L’INCROYANT sont toujours ensemble, alors le verset nous indique qu’ils sont bel et bien ASSERVIS (DOULOO) l’un à l’autre. On, voit donc que cette union les lie.

        ___Concernant le mot PORNE, j’ai déjà démontré par les écritures de la Bible (grec et hébreux) avec exemples que cela ne signifie pas: « membre du monde », mais: « prostituée ». En résumé:

        Malachie 2:14-16: « …l’Eternel a été témoin entre toi et la femme de ta jeunesse, A laquelle tu es infidèle, Bien qu’elle soit ta compagne et la femme de ton alliance. …(15)…Et qu’aucun ne soit infidèle à la femme de sa jeunesse ! (16) Car je hais la répudiation, Dit l’Eternel, le Dieu d’Israël… »

        Raymond Houle

        J'aime

      • @Raymond Houle,
        On est juste sur la base du Deo du lié par Dieu
        Si 1Cor.7 :12-16 l’INCROYANT peut se séparer c’est qu’il ne sont pas deo.
        Donc cela veut dire simplement qu’ils n’ont jamais été deo car ces couples sont les couples de deux païens dont l’un vient au Seigneur tel qu’il est c’est a dire en couple marié avec des enfants.
        Si l’union était lié (deo) par Dieu déjà dans le monde (avant que l’un des deux vienne au Seigneur), l’incroyant n’aurait jamais pu se séparer.
        Donc ils ne sont pas deo par Dieu bien qu’ils soient mari et femme car l’incroyant peut se séparer s’il le désire..
        ***
        Concernant Joseph, la femme de Pharaon est bien sa femme donc il ne peut coucher avec car c’est la femme de pharaon et cette femme est sous l’autorité de son mari, car l’homme est le chef de la femme(Ce qui est une règle générale) même s’il sont du monde mais ils ne sont pas liés(deo) par Dieu car ils sont du monde.
        Et puis vous n’avez pas besoin d’aller jusque là puisque 1Cor.5, la femme est bien une païenne et femme du père du chrétien qui l’a prise pour femme.
        La femme du père n’est pas une putain comme vous le dîtes, c’est simplement une païenne sous l’autorité d’un mari(le père païen) qui devient la femme du fils qui est chrétien. C’est du Porneia.
        Les païens ne sont pas liés(deo) par Dieu car ils ne lui appartiennent pas car Dieu joint l’homme et la femme qui appartiennent au corps de Christ.
        Si l’homme est du corps de Christ et la femme du monde : Dieu ne peut lier le membre de Christ au membre du monde.
        Si les deux sont païens et mariés dans le monde et ont des enfants, ce sont tous des enfants de colère et les enfants ne sont pas sanctifiés dans ce foyer.
        Mais si l’un d’entre eux vient au Seigneur, le croyant SANCTIFIE, son couple, le mari et les enfant mais le « joint par Dieu » n’existe pas(ils ne sont pas deo) car l’autre est du monde. De sorte que l’incroyant peut se séparer s’il le veut !
        Si ces couples étaient Deo, jamais Paul n’aurait dit que l’incroyant peut se séparer.
        Or loin de dire que ces couples sont deo, ils dit qu’ils sont douloo (dans la servitude du péché)
        Donc les couples du monde ne sont pas deo de même que le chrétien qui se marrie avec un membre du monde ils ne sont pas deo non plus.
        Dieu ne lie pas ces couples.

        Il y a donc :
        – être une seule chair et lié par Dieu qui fait que l’un ne peut se séparer de l’autre
        et
        – être une seule chair sans être lié par Dieu ce qui est possible par la volonté de l’homme ou de la chair.

        Si le couple croyant/incroyant étaient deo par Dieu, il aurait été dans l’incapacité de se séparer sans préjudice pour le croyant. Or dans ces cas quand l’incroyant se retire, le croyants est LIBRE !

        J'aime

        • ___Shor a écrit ceci: « La femme du père n’est pas une putain COMME VOUS LE DITES ».
          ___Shor, contrairement à ce que vous affirmez:
          1) je n’ai jamais dit que la femme du père en « 1 Cor 5 » était une « putain ».
          2) je n’ai jamais dit que la femme du père en « 1 Cor 5 » était une prostituée.
          3) je n’ai jamais cité le mot « putain ».
          ___S’il vous plait Shor je vous demanderais donc de ne plus mentir sur moi. De plus, sachez qu’il peut y avoir une certaine nuance entre le mot « putain » et le mot « prostituée ». Le mot putain est souvent employé d’une façon vulgaire pour mépriser, il faut donc en tenir compte. Même si pour vous une prostituée est une putain, il faut tenir compte de comment les gens peuvent interpréter ces mots. Si vous allez dire à une prostituée qu’elle est une putain, vous verrez que plusieurs d’entre elles seront insultées et qu’elles vous détesteront. Lorsque vous parlez de ce que je parle, je vous demanderais de vous limiter à ne dire que les mots que j’utilise pour ne pas que les gens l’interprète différemment et en mal.

          Jacques 3.1: « (1) Mes frères, qu’il n’y ait pas parmi vous un grand nombre de personnes qui se mettent à enseigner, car vous savez que nous serons jugés plus sévèrement. (2) Nous bronchons tous de plusieurs manières. Si quelqu’un ne bronche point en paroles, c’est un homme parfait, capable de tenir tout son corps en bride. »

          ___Ici, je ne commente pas votre dernier texte sur le mot « DEO », car j’ai déjà démontré que vous étiez largement dans l’erreur (ainsi que dans plusieurs de vos interprétations) et qu’un couple marié d’incroyant est toujours lié selon Dieu avant et aussi après que l’un des deux soit converti au Seigneur.
          Raymond Houle

          J'aime

        • ___Néanmoins, j’ajoute ceci concernant « 1 Cor 7.15 », aussi pour ceux et celles qui nous lisent.

          1 Corinthiens 7.15: « Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

          ___Premièrement, Paul ne dit pas que l’incroyant peut se séparer. Ici, l’incroyant(e) n’a pas la permission de se séparer. Pourquoi ? Parce que Paul ne s’adresse pas à l’incroyant, mais au croyant, à celui qui obéit au Seigneur. Lorsque Paul dit: « qu’il se sépare », c’est dans le sens de : « que le croyant le laisse partir, le laisse se séparer »; « qu’il se sépare, car on n’y peut rien de plus ». Ici, lorsque l’incroyant se sépare c’est parce qu’il est désobéissant à Dieu, car il a abandonné Dieu. Donc, c’est au croyant seulement que Paul s’adresse et non à l’autre qui l’a quitté. Paul s’adresse à celui qui s’intéresse à la volonté de Dieu. Il dit tout simplement à ce croyant de ne pas FORCER l’autre à rester si l’autre le quitte. Autrement dit, c’est comme dire que Paul ne veut pas que le croyant frappe l’incroyante ou la tire par les cheveux pour la forcer à rester. Ou Paul ne veut pas que la croyante se venge en faisant du mal à son mari incroyant qui l’a quitté afin de le FORCER à revenir. Pourquoi ? Parce que Paul dit que le Seigneur nous a appelé à vivre en Paix et non dans la méchanceté de mauvaises actions que nous pourrions faire. Donc, pas de bataille, pas de méchanceté. C’est à Dieu de juger l’incroyant(e) qui quitte.

          1 Corinthiens 7.15: « …Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

          2 Timothée 2.24: « Or, il ne faut pas qu’un serviteur du Seigneur ait des querelles… »

          ___Or, les deux étaient toujours liés par Dieu, car Dieu ne change pas et ne fait pas acception de personne.

          Jacques 1.17: « …Père des lumières, chez lequel il n’y a ni changement ni ombre de variation. »

          Hébreux 13.8: « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement. »

          Romains 2.11: « Car devant Dieu il n’y a point d’acception de personnes. »

          ___Comparaison: Paul dit à la femme de se soumettre à son mari en toutes choses.

          Ephésiens 5.22: « Femmes, soyez soumises à vos maris, comme au Seigneur; … (24) Or, de même que l’Eglise est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses. »

          ___Paul ne parle pas au mari ici. Il n’est pas en train de dire au mari de faire en sorte qu’il utilise la force pour que sa femme se soumettre à lui. Pourquoi ? Parce Dieu nous appelle à vivre dans la paix loin de toutes méchancetés. Si la femme ne se soumet pas, c’est à Dieu qu’elle ne se soumet pas et c’est Dieu son juge; on n’a pas à prendre la place du Juge pour la châtier. C’est dans cet esprit qu’il faut comprendre « 1 Cor 7.15 ».

          Jacques 4.12: « Un seul est législateur et juge, c’est celui qui peut sauver et perdre; mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain ? »

          1 Corinthiens 5.13: « Pour ceux du dehors, Dieu les juge. … »

          ___Même dans un couple croyant, si la femme croyante vient à se laisser séduire par un autre homme incroyant et qu’elle quitte son mari pour aller demeurer avec cet incroyant, cela ne signifie pas qu’elle n’a jamais été liée à son mari par Dieu auparavant. Même chose pour l’incroyante qui quitte son mari croyant POUR LA MÊME RAISON. Tout ceci s’accorde avec ce que j’ai déjà expliqué auparavant.
          ___Si en « Rom 7.1-3 » il est dit que l’homme et la femme sont liés PAR LA LOI, c’est comme dire qu’ils sont « liés PAR DIEU ». Pourquoi ? Parce que c’est Dieu qui a donné la loi. C’est ce qui sort de la bouche de Dieu. N’oublions pas que Jean (le baptiste) a repris le païen Hérode en se servant de la loi (Marc 6.17-18) parce qu’il avait pris la femme de son frère.

          Jean 1:1: « …la Parole était Dieu. »

          Matthieu 4.4: « Jésus répondit : Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de TOUTE PAROLE qui sort de la bouche de Dieu. »

          Romains 7.2: « Ainsi, une femme mariée est liée PAR LA LOI à son mari … »

          Matthieu 19.6: « Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l’homme donc ne sépare pas ce que DIEU A JOINT. »

          Jean 17.8: « (Jésus dit au Père) Car je leur ai donné les paroles que tu m’as données… »

          Matthieu 28.20: « et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. »

          ___Pour ceux qui n’avaient pas la loi, Paul explique que Dieu les jugera en tenant compte de leur conscience. Dieu connait tous les coeurs et personne n’y échappe.

          Romains 2.11-15: « 11 Car devant Dieu il n’y a point d’acception de personnes. …14 Quand les païens, qui n’ont point la loi, font naturellement ce que prescrit la loi, ils sont, eux qui n’ont point la loi, une loi pour eux-mêmes; 15 ils montrent que l’oeuvre de la loi est écrite dans leurs coeurs, leur conscience en rendant témoignage, et leurs pensées s’accusant ou se défendant tour à tour. »

          Raymond Houle

          J'aime

  22. Excusez moi Raymond Houle mais vous semblez vraiment prendre les gens de l’époque de Paul pour des imbéciles pour penser qu’ils iraient se marier avec des putains.
    Vous ne l’auriez pas fait même si vous étiez DANS le monde, comment pouvez vous produire pour les Chrétiens de l’époque un raisonnement aussi absurde et ridicule.

    Soyons un peu sérieux, je vous en prie !

    J'aime

    • À « Shor L. » sous l’intitulé: « EssenceSpirituelle »:
      ___Contrairement à ce que vous insinuez :
      1) je ne prends pas les gens de l’époque de Paul pour des imbéciles,
      2) je n’ai jamais dit ni penser que LES gens de l’époque de Paul iraient se marier avec des « putains » COMME VOUS L’INSINUEZ. De plus, je ne vous avais jamais écrit le mot « putain » dans mes articles. Je ne traite pas les « prostituées » du « putains » comme vous le faites, car je crois qu’il y a une nuance entre ces deux mots. Le mot « putain » est souvent utilisé dans un but de mépris, tandis que le mot « prostitué » est souvent utilisée pour indiquer le « métier ». De plus, sachez que « DANS le monde » il y a plusieurs maris quoi poussent leur femme à se prostituer pour leur amener de l’argent; plusieurs (et non pas tous) le font pour se payer leur dose de drogue. Mais Jésus est venu pour les sauver et non pour les juger.

      Jean 3.16: « (16) Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle. (17) Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. »

      Raymond Houle

      J'aime

  23. ????
    Un incroyant n’a jamais obéi à Dieu, comment voulez vous qu’il abandonne Dieu vu qu’il ne l’a jamais connu ???
    **********

    J’ai utilisé le mot  » putain » pour interpellé votre conscience car quoi que vous disiez pour vous une prostitué c’est bien une putain et c’est bien un péripatéticienne.
    Termes synonyme : http://www.linternaute.com/dictionnaire/fr/definition/putain/
    Putain peut être usité en terme d’injure mais n’est pas un terme injurieux à la base … car c’est un mot désignant simplement la péripatéticienne ou ce que vous désigné par prostitué.

    Donc faut savoir ce que vous dîtes, j’ai utilisé simplement un synonyme.
    Donc la femme du père est une prostitué vous dîtes, mais c’est pas une putain, donc c’est quoi ? C’est une péripatéticienne ? Mais c’est aussi une putain une péripatéticienne …comprends pas votre raisonnement.
    La différence c’est une profession ? J’ignorait que prostitué payanit des impôts sur les recette de sa prostitution pour dire que c’est une profession ou un métier !!!
    Non mais vous vous relisez ?…Parce que la putain, c’est pas son boulot ?
    Bref….

    Je ne vous accuse de rien, je ne fais qu’utiliser un synonyme rien d’autre et c’est moi qui l’utilise pas vous, mais ça veut dire la même chose !
    Il y a que le mot qui est d’un côté plus choquant que l’autre à cause de son usage injurieux mais c’est la même chose.
    Tout dépends de l’esprit dans lequel il est usité et je ne l’utilise pas en injure mais en synonyme !
    Là je ne portais pas d’injure, je disais que la femme du père n’était pas une putain.
    C’est vous qui piquez la crise sur des terme simple.
    Je vous laisse à votre « puritanisme ».

    *********
    Vous me dîtes être dans l’erreur ?
    Je peux en dire autant pour vous car vous ne m’avez nullement convaincu à part le fait que vous tourniez en ronds sur les mots. Mais je me garderais de vous le dire sachant que c’était simplement un échange et un débat d’idée, cherchant à élargir notre pensée..
    Car si vous me dîtes que je me trompe c’est que vous estimez avoir raison.

    J’estime que cela est un point de vue très réducteur compte tenu que tous ne pense pas comme vous et cela empêche à la compréhension de l’autre.
    Je suis convaincu que vous n’avez même pas essayé de me comprendre alors que moi je vous comprends fort bien !
    Sinon si vous m’avez compris expliquez moi par vos mots ce que j’ai dit !
    Rien que pour le « deo »
    Mais bref…

    Je reste sur ma position cependant.

    Bien à vous !

    Ps : Oui, essencespirituelle c’est bien moi, quand j’ai posté j’ai simplement oublié de changer le pseudo.

    J'aime

    • Shro a écrit : « Un incroyant n’a jamais obéi à Dieu, comment voulez vous qu’il abandonne Dieu vu qu’il ne l’a jamais connu ??? ».
      ___J’avais écrit : « ICI, lorsque l’incroyant se sépare c’est parce qu’il est désobéissant à Dieu, car il a abandonné Dieu. »
      ___Par le mot « ICI », je parle uniquement de l’infidèle concernant le mot « incroyant » en « 1 Cor 7.15 ». Le mot grec que la version « Louis Segond » traduit par « non-croyant » ou « incroyant » en « 1 Cor 7.15 » est l’adjectif « apistos » (« a »+ »pistos »). La particule « a » (alpha) marque la négation et on a « pistos » pour « fidèle » (le étant « fidèle »). Le mot « apistos » (infidèle, pas digne de foi, incrédule) est donc le contraire du mot « Pistos » (fidèle, digne de foi). Ainsi, « a »+ »pistos » (apistos) donne « infidèle », « incrédule », quelqu’un qui n’est pas digne de foi. Le « sans foi » (donc l’incrédule) est « sans fidélité », un « infidèle ». C’est bien ce mot (apistos) qui est traduit dans la version « Segond » par « incroyant » ou  » non-croyant » en « 1 Cor 7.15 », tandis que la version « Martin » écrit « infidèle » et la « Darby » écrit « incrédule ».

      1 Corinthiens 7.15 [Segond]: « Si le NON-CROYANT (apistos) se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont pas liés dans ces cas- là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

      1 Corinthiens 7.15 [Martin]: « Que si l’INFIDÈLE (apistos) se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont point asservis dans ce cas- là; mais Dieu nous a appelés à la paix.

      1 Corinthiens 7.15 [Darby]: « Mais si l’INCRÉDULE (apistos) s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la soeur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix.

      ___En fait, on pourrait dire que la signification du mot « apistos » est un mot dont le sens est le mélange des deux mots « infidèle » et « incrédule ». Nous comprenons maintenant pourquoi ce mot grec « apistos » (infidèle) est utilisé dans la Bible non seulement pour un « inconverti », mais aussi pour un « converti » qui a abandonné le Seigneur dans sa marche (plus bas, je donne quelques versets pour le prouver).
      ___Nous pouvons voir « 1 Cor 7.15 » sous cet autre angle: Lorsque la femme infidèle (apistos), convertie ou inconvertie, abandonne son mari converti fidèle à Dieu c’est comme abandonner Jésus lui-même, car Jésus dit qu’à toutes les fois qu’on fait quelque chose à l’un de ses fidèles croyants c’est à Jésus qu’on le fait. Donc, À CHAQUE FOI qu’on fait du bien à un fidèle du Seigneur c’est à Jésus qu’on le fait, tandis qu’à chaque fois qu’on fait du mal à un fidèle croyant du Seigneur c’est à Jésus également qu’on le fait. Je dis bien : « À CHAQUE FOI ». Donc, la femme « infidèle » (apistos) (qu’elle ait été déjà converti ou non) a bandonné (refuser) la présence de Jésus dans le mari « fidèle » en abandonnant son mari qui est fidèle au Seigneur. Elle a donc « refusé » l’autorité du Seigneur en son mari, elle a « abandonné » cet autorité que le mari avait de la part du Seigneur d’être le chef (la tête) de la femme, elle a donc abandonné le Seigneur en ce sens, elle a donc ainsi abandonné Dieu. Ainsi, l’épouse qui rejette son mari rejette le Seigneur Jésus et en rejettant le Seigneur Jésus elle rejette Dieu le Père. En abandonnant l’autorité du mari elle abandonne l’autorité du Seigneur. En abandonnant l’autorité du Seigneur au travers son mari elle abandonne le Seigneur, elle abandonne donc Dieu.

      Matthieu 25.31-46: « 37 Les justes lui répondront : Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? 38 Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli; ou nu, et t’avons-nous vêtu ? 39 Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et SOMMES-NOUS ALLÉS VERS TOI ? 40 Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, TOUTES LES FOIS que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, C’EST À MOI QUE VOUS LES AVEZ FAITES. …43 j’étais étranger, et VOUS NE M’AVEZ PAS RECUEILLI; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité. 44 Ils répondront aussi : Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ? 45 Et il leur répondra : Je vous le dis en vérité, TOUTES LES FOIS que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, C’EST À MOI QUE VOUS NE LES AVEZ PAS FAITES. »

      Actes 26.10-15 (Paul dit): « 10 C’est ce que j’ai fait à Jérusalem. J’ai jeté en prison plusieurs des saints, …11 je les ai souvent châtiés dans toutes les synagogues, …JE LES PERSÉCUTAIS… 14 …et j’entendis une voix qui me disait en langue hébraïque : Saul, Saul, pourquoi ME persécutes-tu ?…15 Je répondis : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur dit : Je suis Jésus que TU PERSÉCUTES. »

      Matthieu 10.40: « Celui qui VOUS reçoit ME reçoit, et celui qui ME reçoit, reçoit CELUI qui m’a envoyé. »

      Marc 9.37: « Quiconque reçoit en mon nom un de ces petits enfants ME reçoit MOI-MÊME; et quiconque ME reçoit, reçoit NON PAS MOI, mais CELUI qui m’a envoyé. »

      Matthieu 18.5: « Et quiconque reçoit en mon nom un petit enfant comme celui-ci, ME reçoit MOI-MÊME. »

      Ephésiens 5.30: « parce que nous sommes membres de SON corps. »

      1 Corinthiens 12.27: « Vous êtes le corps de Christ, et vous êtes ses membres, chacun pour sa part. »

      1 Corinthiens 6.19: « Ne savez-vous pas que VOTRE CORPS est le temple DU Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que VOUS NE vous appartenez point à VOUS-MÊMES ? »

      1 Corinthiens 3.16-17: « 16 Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu HABITE EN VOUS? ? 17 Si quelqu’un détruit LE TEMPLE DE DIEU, Dieu le détruira; car LE TEMPLE de Dieu est saint, et C’EST CE QUE VOUS ÊTES.  »

      Zacharie 2.8: « …celui qui vous touche touche la prunelle de son oeil. »

      2 Corinthiens 3.17: « Or, le Seigneur c’est l’Esprit… »

      ___De plus, en « 1 Cor 7.15 », la femme (qui s’est déjà convertie ou non) étant sanctifiée par le mari fidèle à Dieu, profitait de la bénédiction et de la protection que Dieu accorde à famille via son mari. En le quittant, la femme infidèle et incrédule abandonne cette bénédiction qu’elle avait sous l’aile de son mari fidèle à Dieu. En abandonnant cette bénédiction de Dieu elle abandonne également Dieu en ce sens. Pour la femme qui s’était déjà convertie dans le passé, en abandonnant son mari fidèle à Dieu, cela montre qu’elle a abandonné la foi parce qu’elle a ABANDONNÉ Dieu; en devenant « infidèle » elle est devenu « incrédule » dans sa marche. Un « crédule » croit, mais un « INcrédule » est « INcroyant » dans ce même sens. Un converti marchant dans l’incrédulité, donc qui ne croit pas en ce sens, a « abandonné » la foi DE Jésus; c’est le contraire de « garder » la foi De Jésus, donc de Dieu. Abandonner la foi de Dieu est abandonner Dieu, car on parle de la Foi produit par Dieu. Cette foi n’est pas de la croyance, mais une substance, c’est la manifestation de Dieu en nous.

      Marc 11.22: « Jésus prit la parole, et leur dit : Ayez foi « en Dieu » (litt. du grec = « DE Dieu », car c’est bien un génitif). »

      Galates 2:20: « J’ai été crucifié avec Christ; et si je vis, ce n’est plus moi qui vis, c’est Christ qui vit en moi; si je vis maintenant dans la chair, je vis dans la foi « au » (litt. du grec = « DU ») Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré lui-même pour moi. »

      Apocalypse 2.13: « (Jésus dit) …Tu RETIENS mon nom, et tu n’as pas RENIÉ MA foi,… »

      Apocalypse 14.12: « C’est ici la PERSÉVÉRANCE des saints, qui GARDENT les commandements de Dieu et la foi DE Jésus. »

      1 Timothée 4.1: « Mais l’Esprit dit expressément que, dans les derniers temps, quelques-uns ABANDONNERONT LA FOI, pour s’attacher à des « esprits »… »

      1 Timothée 1.18-19: « …tu combattes le bon combat, en GARDANT LA FOI et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l’ont perdue, et ils ont fait NAUFRAGE par rapport À LA FOI. »

      Hébreux 4.14: « …DEMEURONS FERMES dans la foi que nous professons. »

      ___En « 1 Cor 7.15 », l’incroyant (celui qui est incrédule dans sa marche: que ce soit un converti ou un inconverti), c’est à dire l’infidèle, « A ABANDONNÉ DIEU »: voilà l’expression que j’ai utilisée en rapport avec le mot « apistos » qui peut signifier un converti ou un inconverti.
      ___Ne pas confondre le mot « fidèle » (pistos) d’avec le mot « foi » (pistis) comme le font certaines versions en « Gal 5.22 » où ils traduisent à tort le mot grec « pistis » par « fidélité » au lieu de le traduire par le mot « foi » (pistis) comme il se doit concernant le fruit de l’Esprit. Car le fruit est produit via la sèvre de l’arbre, la foi est produit par l’Esprit de Dieu, c’est la foi de Jésus, donc de Dieu, un fruit produit par l’Esprit, un fruit de l’Esprit. Le fruit est donc l’évidence pour le monde de ce que Dieu est au travers nous qui agissons par l’Esprit de Dieu. Cette évidence au travers nous qui marchons par l’Esprit est donc l’amour de Dieu, la joie de Dieu, la paix de Dieu, etc. ; l’amour que Dieu produit, la joie que Dieu produit, la paix que Dieu produit, etc., c’est Lui se manifestant au travers nous, ce n’est que grâce de Sa part pour nous. Ce fruit cesse lorsque nous décidons de marcher selon la chair (Galates 5.19-21) dont les oeuvres attristent l’Esprit de Dieu et l’empêche de se manifester librement au travers nous en sorte que pendant ce temps-là nous n’héritons plus de ce qui est du royaume de Dieu (Romains 14.17: « Car le royaume de Dieu, ce n’est pas le manger et le boire, mais la justice, la paix et la joie, par le Saint-Esprit. »; Romains 5.5: « …l’amour de Dieu est répandu dans nos coeurs par le Saint-Esprit qui nous a été donné. »).

      Galates 5.22 [Segond]: « Mais le fruit DE l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la « fidélité » (litt. « Pistis » = « foi »),… »

      Ephésiens 2.8: « Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la « foi » (pistis). Et cela NE VIENT PAS DE VOUS, c’est le don DE Dieu. »

      Romains 10.17: « Ainsi la foi (pistis) vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ. »

      Hébreux 11.1: « Or la foi (pistis) est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas. »

      Hébreux 11.6: « Or sans la foi (pistis) il est impossible de lui être agréable… »

      ___Ainsi en « 1 Cor 7.15 », entre une « convertie » qui a quitté son mari et une « inconvertie » qui a quitté son mari, il n’y a aucune différence: dans ce cas, les deux sont « infidèles » (« apistos », le mot utilisé en « 1 Cor 7.15 »). Pourquoi ? Parce que les deux étaient « liées » (DEO) à leur mari par la parole de Dieu indiquée dans la loi (Rom 7.2), donc liées par Dieu, sinon il n’y aurait pas ici « infidélité » (apistos) en « 1 Cor 7.15 » de la part de celle qui a quitté son mari « fidèle » (pistos) au Seigneur.
      ___Le « chrétien » qui n’est plus « fidèle » à Dieu est donc un « chrétien » devenu « incrédule » envers Dieu, un « incroyant » en ce sens, « IL A ABANDONNÉ DIEU ». Il est ainsi devenu dans sa marche semblable à l’inconverti (et même pire: 1 Timothée 5.8): un « infidèle », un « incrédule » et donc un « incroyant » en ce sens. C’est donc le contraire du croyant; le « chrétien » « qui est fidèle » (pistos) a la « foi » (pistis) DE Jésus. Voici quelques versets du mot « fidèle » (pistos) le contraire du mot « infidèle » (apistos) se trouvant en « 1 Cor 7.15 ».

      1 Corinthiens 1.9: « Dieu est fidèle (pistos),.. »

      1 Jean 1.9: « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle (pistos) et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité. »

      Hébreux 3. 2: « Jésus, qui a été fidèle (pistos) à celui qui l’a établi, comme le fut Moïse dans toute sa maison. »

      Hébreux 3.5: « Pour Moïse, il a été fidèle (pistos) dans toute la maison de Dieu, comme serviteur, pour rendre témoignage de ce qui devait être annoncé; »

      1 Pierre 5.12: « C’est par Silvain, qui est à mes yeux un frère fidèle (pistos)… »

      1 Corinthiens 4 : 2: « Du reste, ce qu’on demande des dispensateurs, c’est que chacun soit trouvé fidèle (pistos). »

      Apocalypse 2.10: « …Sois fidèle (pistos) jusqu’à la mort, et je te donnerai la couronne de vie. »

      Matthieu 25.23: « Son maître lui dit : C’est bien, bon et fidèle (pistos) serviteur; tu as été fidèle (pistos) en peu de chose, je te confierai beaucoup; entre dans la joie de ton maître. »

      Jean 20 : 27: « Puis il dit à Thomas : Avance ici ton doigt, et regarde mes mains; avance aussi ta main, et mets-la dans mon côté; « et ne sois pas incrédule (apistos), mais crois (pistos) » (« καὶ μὴ γίνου ἄπιστος, ἀλλὰ πιστός. » = « kaï mê ginou apistos, alla pistos. » = « et pas deviens infidèle, mais fidèle. » = « et ne deviens pas infidèle, mais fidèle. »).

      ___Nous voyons donc que si le mot grec « pistos » (fidèle) est aussi attribué à des gens déjà convertis, c’est que le mot « apistos » (infidèle, traduit en « 1 Cor 7.15 » par « incroyant/non-croyant » dans la « Segond ») peut aussi être attribué à des gens déjà convertis. Remarquez qu’en « Luc 12.46 », en disant : « LE maître DE CE serviteur », cela indique que « ce serviteur » est un converti, car son maître est Jésus lequel n’établie pas des « inconvertis » sur les gens de sa maison (selon « Hébreux 3.6 » sa maison c’est nous), ce serviteur est bien quelqu’un qui peut être vivant lorsque le maître (Jésus) revient, car il est appelé à rester fidèle jusqu’à ce que son maitre revienne. De même, en « Luc 9.41 » se sont les disciples de Jésus qui sont appelés « apistos » (infidèle) et on sait bien qu’il sont déjà convertis à Jésus puisqu’ils le suivent et même Pierre a dit qu’il croyait que Jésus était le Messie (Matthieu 16.16), mais ici en « Luc 9.41 », il n’était pas « fidèles » (apistos, mot que la version « Segond » traduit en « 1 Cor 7.15 » par « incroyant »/ »non-croyant »). Voici quelques versets où l’on trouve le mot « apistos ». En « 1 Corinthiens » je les met en double: version « Martin » et version « Darby ». On peut donc voir que ce mot « apistos » est appliqué à des « convertis » qui ont connus Jésus, mais aussi à des « inconvertis ».

      Luc 9 : 41 (Jésus dit à ses disciples:) : « Race incrédule (apistos) et perverse, répondit Jésus, jusqu’à quand serai-je avec vous, et vous supporterai-je ? Amène ici ton fils. »
      +
      Luc 12 : 46: « le maître de ce serviteur viendra le jour où il ne s’y attend pas et à l’heure qu’il ne connaît pas, il le mettra en pièces, et lui donnera sa part avec les infidèles (apistos). »
      +
      1 Corinthiens 14.22 [Martin]: C’est pourquoi les Langues sont pour un signe, non point aux croyants (le verbe « pisteuo », ceux qui croient), mais aux infidèles (apistos); la prophétie, au contraire, est un signe non point aux infidèles, mais aux croyants.

      1 Corinthiens 14.22 [Darby]: « De sorte que les langues sont pour signe, non à ceux qui croient, mais aux incrédules (apistos); mais la prophétie est un signe, non aux incrédules, mais à ceux qui croient.
      +
      1 Corinthiens 14.23 [Martin]: « Si donc toute l’Eglise s’assemble en un corps, et que tous parlent des Langues étrangères, et qu’il entre des gens du commun, ou des infidèles (apistos), ne diront-ils pas que vous êtes hors du sens? »

      1 Corinthiens 14.23 [Darby]: « Si donc l’assemblée tout entière se réunit ensemble, et que tous parlent en langues, et qu’il entre des hommes simples ou des incrédules (apistos), ne diront-ils pas que vous êtes fous? »
      +
      1 Corinthiens 14.24 [Martin]: « Mais si tous prophétisent, et qu’il entre quelque infidèle (apistos), ou quelqu’un du commun, il est convaincu par tous, et il est jugé de tous. »

      1 Corinthiens 14.24 [Darby]: « Mais si tous prophétisent, et qu’il entre quelque incrédule (apistos) ou quelque homme simple, il est convaincu par tous, et il est jugé par tous: »
      +
      1 Corinthiens 6.6 [Martin]: « Mais un frère a des procès contre son frère, et cela devant les infidèles (apistos). »

      1 Corinthiens 6.6 [Darby]: « Mais un frère entre en procès avec un frère, et cela devant les incrédules (apistos). »
      +
      1 Corinthiens 7.12 [Martin]: « Mais aux autres je leur dis, et non pas le Seigneur: Si quelque frère a une femme infidèle (apistos), et qu’elle consente d’habiter avec lui, qu’il ne la quitte point. »

      1 Corinthiens 7.12 [Darby]: « Mais quant aux autres, je dis, moi, non pas le Seigneur: Si quelque frère a une femme incrédule (apistos), et qu’elle veuille habiter avec lui, qu’il ne l’abandonne pas; »
      +
      1 Corinthiens 7.13 [Martin]: « Et si quelque femme a un mari infidèle (apistos), et qu’il consente d’habiter avec elle, qu’elle ne le quitte point.

      1 Corinthiens 7.13 [Darby]: « et si une femme a un mari incrédule (apistos), et qu’il veuille habiter avec elle, qu’elle n’abandonne pas son mari.
      +
      1 Corinthiens 7.14 [Martin]: « Car le mari infidèle (apistos) est sanctifié en la femme, et la femme infidèle (apistos) est sanctifiée dans le mari; autrement vos enfants seraient impurs; or maintenant ils sont saints.

      1 Corinthiens 7.14 [Darby]: « Car le mari incrédule (apistos) est sanctifié par la femme, et la femme incrédule (apistos) est sanctifié par le frère, son mari; puisque autrement vos enfants seraient impurs; mais maintenant ils sont saints.
      +
      1 Corinthiens 7.15 [Martin]: « Que si l’infidèle (apistos) se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont point asservis dans ce cas-là; mais Dieu nous a appelés à la paix.

      1 Corinthiens 7.15 [Darby]: « Mais si l’incrédule (apistos) s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la soeur ne sont pas asservis en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix.

      Raymond Houle

      J'aime

    • @Raymond Houle : C’est une démonstration complètement abracadabrante.
      Vous arrivez peut-être à vous convaincre vous même : tant mieux alors !

      1Cor.6 :12 le « aux autres » montre clairement que l’incroyant est sanctifié par le croyant donc il n’a JAMAIS été croyant, sinon Paul aurait précisé sa position en qualité de rebelle, un peu comme le fils de 1Cor.5..
      Or un couple de deux croyants dont l’un abandonne la foi ne serait pas vu en sanctifié par le croyant mais en rebelle à l’autorité du Seigneur et dans ce cas, l’exhortation le concernant serait ce qui est plus haut, que le mari ne répudie point sa femme et que la femme ne se sépare point de son mari.

      Donc les couple de 1 cor.6 12 et + concernent les couples de 2 païens dont l’un vient au Seigneur. Le couple est  » douloo  » et non pas  » deo ».

      En considérant 1 cor.6:17 cela est transparent, on parle des couples de deux païens dont l’un des membres est « fraichement APPELÉS » dans le Seigneur.

      Je pense que je n’irai pas plus loin.
      Vous êtes de plus trop long, à croire que vous essayez de vous convaincre vous même.

      J'aime

    • …(suite à votre commentaire plus haut)…

      ___Donc, Shor vous reconnaissez que le mot « putain » peut être usité en terme d’injure. Il faut donc faire attention à ce que les lecteurs n’interprètent pas différemment mes propos.
      http://www.mouvementdunid.org/+-Putain,76-+
      {« Putain » est une insulte…}

      http://dvlf.uchicago.edu/mot/putain
      {putain: Dictionnaire de L’Académie française 8e édition (1932-1935)1n. f. Terme injurieux et bas qui signifie Prostituée.}

      ___Shor a écrit : « Donc la femme du père est une prostitué VOUS DÎTES, mais c’est pas une putain, donc c’est quoi ? … Je suis convaincu que vous n’avez même pas essayé de me comprendre alors que moi je vous comprends fort bien ! »

      Je vous fais gentiment un « copier/coller » de ce que je vous ai déjà écrit sur cette page:  »
      1) je n’ai jamais dit que la femme du père en « 1 Cor 5 » était une « putain ».
      2) je n’ai jamais dit que la femme du père en « 1 Cor 5 » était une prostituée.
      3) je n’ai jamais cité le mot « putain ».

      ___Shor a écrit : « J’ignorait que prostitué payait des impôts sur les recette de sa prostitution pour dire que c’est une profession ou un métier !!! Non mais vous vous relisez ?… ».
      Premièrement, je ne vous ai jamais parlé d’impôts. De plus, la prostitution est reconnue comme un métier. N’avez-vous jamais entendu l’expression : « C’est le plus vieux métier du monde » ? Plusieurs pays chargent des impôts, en voici deux à titre d’exemple:

      _EN FRANCE:
      http://secouchermoinsbete.fr/237-imposition-de-la-prostitution
      {En France, la prostitution est imposable. En tant que travailleur indépendant, les prostituées paient donc l’impôt sur le revenu (régime des Bénéfices Non Commerciaux), la taxe professionnelle et l’Urssaf, et sont assujetties à la TVA. A noter que la prostitution n’est pas interdite en France : c’est le racolage et le proxénétisme qui le sont.}

      _En SUISSE:
      http://quebec.huffingtonpost.ca/2014/06/07/se-prostituer-en-suisse-une-affaire-tout-a-fait-legale_n_5464875.html
      {En Suisse, la prostitution est légale et encadrée. Les prostituées ont un permis de travail, paient des impôts et acquittent des charges sociales. …}

      _DANS LA BIBLE:
      ___Le mot grec « PORNE » dans le Nouveau Testament correspond au mot hébreux « Zanah » dans l’Ancien Testament. Ce mot signifie « prostituée » comme nous l’avons déjà vue dans le passé sur cette page de ce blog-ci. Ce mot grec cité en « 1 Cor 6.16 » attribué à Rahab la prostituée en « Hébreux 11.31 » est le mot utilisé dans l’hébreux de l’Ancien Testament pour « prostituée ». Voici ce que Dieu a dit:

      Ezéchiel 16.31: « Lorsque tu bâtissais tes MAISONS DE PROSTITUTION à l’entrée de chaque chemin, lorsque tu faisais tes hauts lieux dans toutes les places, tu n’as pas même été COMME LA PROSTITUÉE (Zanah) QUI RÉCLAME UN SALAIRE »

      Ezéchiel 16.33: « A TOUTES LES PROSTITUÉES (Zanah) ON PAIE UN SALAIRE… »

      ___Shor a écrit : « C’est vous qui piquez la crise sur des terme simple. »
      Ce genre d’interprétation (« piquez la crise ») que vous vous faites de moi dépend dans quel état d’esprit vous me lisez. Soyez rassuré, je ne vous « pique pas la crise ». Quand j’écris, je le fais de façon à vouloir toujours plaire au Seigneur dans un état de paix ne voulant à aucun moment mépriser ou faire du mal à mon prochain qui me lit. Dieu m’en est témoin. Je suis minutieux et j’aime la précision, car je ne veux pas induire en erreur ni être induis en erreur concernant la parole de Dieu. Tous les serviteurs du Seigneur devraient être ainsi. Que la grâce du Seigneur soit avec nous.

      Raymond Houle

      J'aime

    • Il est beau de dire qu’il faut soumettre ses pensées à la pensée de Christ mais encore mieux de le mettre en pratique.
      1) Vos histoires d’alliance de sang sont des pensées humaines.
      2) Votre question dans la vidéo en 5’24 » ne réponds pas à 1 cor.7:12-24, car 1cor.7:12-24 ne dit pas au croyant de se séparer, mais que si l’ INCROYANT. veut se séparer alors qu’il se sépare.
      Donc tordez pas le sens de la question svp !
      3) En 1 cor:7:12-24, il est vrai que le croyant est un appelé du Seigneur déjà en couple. Mais il ne s’agit pas de concubins.
      CAR, la Bible ne donne pas ce mot « concubin » mais définit les membres de ces couples par les termes Grecs suivant : aner pour mari et gune pour femme
      Le mêmes termes pour 1cor.7:10-11 pour la femme et le mari dans le Seigneur (les deux croyants)
      Donc ces couples en 1cor.7:12-24 sont bien une seule chair, mari et femme.

      Ce qui définit simplement qu’être une seule chair ce n’est pas forcément être joint par Dieu ou lié (DEO) par Dieu.
      On peut être une seule chair en lien de Chair ou de volonté d’homme (DOULOO)
      On peut être une seule chair en lien d’Esprit ou de volonté de Dieu (Deo)

      J'aime

      • 1 Corinthiens 7.15 [Segond]: « Si le NON-CROYANT (apistos) se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont pas « liés » (douloo) dans ces cas- là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

        1 Corinthiens 7.15 [Martin]: « Que si l’INFIDÈLE (apistos) se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont point « asservis » (douloo) dans ce cas- là; mais Dieu nous a appelés à la paix.

        1 Corinthiens 7.15 [Darby]: « Mais si l’INCRÉDULE (apistos) s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la soeur ne sont pas « asservis » (douloo) en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix

        Grec:  » οὐ δεδούλωται ὁ ἀδελφὸς ἢ ἡ ἀδελφὴ ἐν τοῖς τοιούτοις .  »
        =  » ou dedoulôtaï ho adelphos ê hê adelphê en tois toioutois . »
        = « pas asservi le frère ou la soeur dans les tels. »
        = « le frère ou la soeur n’est pas asservi dans les tels [cas]. »

        οὐ = adverbe
        δεδούλωται = verbe indicatif parfait 3 personne singulier
        ὁ = article nominatif masculin singulier
        ἀδελφὸς = nom nominatif masculin singulier
        ἢ = conjonction
        ἡ = article nominatif féminin singulier
        ἀδελφὴ = nom nominatif féminin singulier
        ἐν = préposition
        τοῖς = article datif neutre pluriel
        τοιούτοις .= pronom démonstratif datif neutre pluriel

        ___Je me réfère quelquefois à la version de la Bible « J.N. Darby » qui est en général une traduction plus précise que d’autres versions concernant le mot à mot. À noter qu’ici en grec, il n’est pas écrit : « le frère ou la soeur NE SONT pas asservis », mais le grec dit bien : « le frère ou la soeur N’EST pas asservi ». Le verbe « asservir » est bien au SINGULIER. Il n’est pas dit en grec que le fidèle et l’infidèle NE SONT pas « liés », mais que le fidèle N’EST pas « asservi ». On parle seulement de celui qui est fidèle, car l’autre est déjà en tort de refuser d’être asservi concernant son engagement dans ces responsabilités envers le fidèle. Il n’est pas dit non plus que le fidèle n’est PLUS asservi définitivement, mais n’est PAS asservi. Ceci indique que si la femme infidèle veut revenir, le frère peut la reprendre, car ils sont toujours « liés » (deo). Ainsi, une femme séparée peut se réconcilier avec son mari, puisqu’elle est toujours « lié » (deo) à son mari.

        1 Corinthiens 7.11 [Darby]: « (et si elle est séparée, qu’elle demeure sans être mariée, ou qu’elle se réconcilie avec son mari 😉 et que le mari n’abandonne pas sa femme. »

        ___Il n’est donc pas écrit que les deux personnes mariées ne sont (au pluriel) pas « liés », mais c’est le « fidèle » qui n’est (au singulier) pas « asservi » à l’infidèle qui l’a quitté. On ne parle donc pas d’un lien du mariage qui aurait pris fin, mais d’un assujettissement qui a pris fin vis-à-vis de l’infidèle qui a quitté le fidèle; le fidèle n’est plus tenu de se soumettre à ses obligations envers sa femme qui l’a quitté, il n’a donc plus d’obligation à la nourrir, à la loger, etc. (à moins qu’il ait, dans le passé, inclue cela dans un contrat du mariage par écrit…). Par contre, s’il a des enfants avec elle, il a des responsabilités envers eux SELON que Dieu lui enseigne dans son coeur.
        ___Gardons en mémoire que si un FRÈRE vit dans le péché (donc un INFIDÈLE) et qu’il ne s’en détourne pas après quelques avertissements par 2 ou 3 témoins, Jésus a demandé de le considérer COMME un païen en « Mt 18.15-17 »; on peut prier pour le lier (Mt 18.18-20), ce que Paul fait en « 1 Cor 5.4-5 » en le livrant pour la destruction de la chair (1 Cor 5.5), pour que l’écorce de chair de ce grain de blé soit brisé afin que la vie de Dieu puisse jaillir de l’intérieur de son esprit libéré pour qu’il porte du fruit pour Dieu (Jean 12.24; 2 Cor 4.11), pour que l’esprit de cette personne soit DÉJÀ dans un état non assujetti au péché (c’est-à-dire sauvé, délivré de cet état de marche charnelle: « Gal 5.19-20 ») lorsque le Seigneur Jésus viendra au dernier jour (1 Cor 5.5) pour le trouver sans tache (2 Pi 3.14; Eph 5.27); car comme un petit feu peut embraser toute une forêt et un peu de levain faire lever toute une pâte, un peu de péché qui persiste peut affecter tout un groupe à la longue (1 Cor 5.6; Jac 3.5). Ainsi, Dieu châtie ceux qu’il aime (Héb 12.7-11; Luc 7.23), qu’il reconnaît pour ses fils. Or, un converti doit crucifier lui-même sa chair (Gal 5.24) en portant lui-même sa croix (Luc 14.27). Nous comprenons pourquoi Paul dit que c’est son opinion (et non par révélation du Seigneur) lorsqu’il pense que le fidèle qui est marié devrait ne pas refuser sa femme (ou mari) infidèle qui consente à demeurer avec lui; car cela sous-entend qu’il pourrait y avoir des cas d’exception (dont j’ai déjà donné quelques exemples dans le passé: « un mari qui force sa femme à la prostitution » {Mar 9.43-47; Éph 5.11}, « le fidèle en danger de mort » {Mat 10.23; Jean 7.1}, etc.) où le contraire serait préférable si à coup sûr le fidèle est pour chuter dans le péché en permanence à cause d’un cas exceptionnel; le bon jugement doit nous venir du Seigneur lui-même, le but étant toujours à veiller à rester debout dans la présence du Seigneur sans tomber sous le règne du péché (Romains 6.12). Ainsi, un infidèle (n’obéissant pas à Dieu) peut aussi être une personne s’étant déjà converti au Seigneur dans le passé, mais qui l’a abandonné et qu’on considère maintenant (après des avertissements ignorés de cet infidèle) COMME une personne n’étant pas mieux qu’un infidèle (1 Timothée 5.8), semblable à celui qui était considéré comme païen en « Mt 18.17 ».

        Regardons maintenant le contexte; en « 1 Cor 7.8-15 », on retrouve deux groupes:
        1) les non-mariés (incluant les veuves),
        2) les mariés,
        * 2a) selon le Seigneur, évidemment la femme fidèle ne doit pas se séparer du mari fidèle; mais si elle est déjà séparée elle ne doit pas se remarier et si elle veut revenir avec son mari fidèle, alors celui-ci ne doit pas laisser sa femme fidèle de côté (version Darby: il ne doit pas l’abandonner),
        * 2b) selon l’opinion de l’apôtre Paul, les AUTRES couples où ce coup-ci il y a un infidèle (homme ou femme) qui consente à demeurer avec le fidèle, le fidèle ne devrait pas laisser cet infidèle. Cependant, si l’infidèle quitte le fidèle, le fidèle ne doit pas le FORCER à rester, car Dieu veut la paix, mais dans ce cas où l’infidèle a laissé le fidèle, le fidèle n’est pas tenu de lui être assujetti (douloo) dans ses obligations conjugales maritales, [mais concernant leur alliance (mariage) ils continuent toujours d’être lié (deo) tant que le mari est vivant, ce qui fait que la femme ne peut pas être à un autre homme pendant le vivant de son mari et qu’à cause de cela le mari pourrait reprendre sa femme infidèle si elle lui revient vu qu’elle lui est toujours lié (deo)].

        Je traduis moi-même pour être plus proche du texte grec, même si ça fait un peu rude à lire :
        {{{{ 1 Cor 7.8-13:
        —— « (8) Or, aux non-mariés et aux veuves:
        * je dis [que c’est] bon pour eux s’ils restent comme moi, (9) or, s’ils ne s’abstiennent pas, qu’ils se marient, car il est mieux se marier que de brûler.

        —— (10) Or, aux étant mariés:
        * je prescris, [non] pas moi, mais le Seigneur : [la] femme ne [doit] pas se séparer du mari : (11) (or, si aussi elle s’est séparée, qu’elle reste non-[re]mariée, ou qu’elle se réconcilie au mari ; et [le] mari ne [doit] pas laisser [sa] femme).
        * (12) Or, aux autres, je dis, moi, [non] pas le Seigneur : si [un] certain frère a [une] femme infidèle et [que] celle-ci consente à habiter avec lui, qu’il ne la laisse pas ; (13) et si [une] certaine femme a [un] mari infidèle et [que] celui-ci consente à habiter avec elle, qu’elle ne laisse pas le mari. (14) Car l’homme, l’infidèle, est sanctifié dans la femme; et la femme, l’infidèle, est sanctifiée dans le frère; puisque autrement vos enfants sont impurs ; or, maintenant ils sont saints. (15) Or, si l’infidèle se sépare, qu’il se sépare ; le frère ou la soeur n’est pas asservi dans les [cas] tels ; or, le Dieu vous a appelés en paix. »
        }}}}

        ___Plusieurs raisonnent en faisant une distinction entre des convertis et des inconvertis dans le contexte de ces versets pour dire que le fait d’être « lier » n’a pas la même valeur pour tous, mais il faut faire attention à ne pas donner une fausse définition à un mot grec original pour modifier le sens d’un verset, surtout si ça contredit les paroles de Jésus et de Jean le baptiste.

        Romains 7 : 2: « Ainsi, une femme mariée est « liée » (ici « DEO » en grec; et non « douloo » qui signifie « asservir ») par la loi (PAR LA LOI DE DIEU, DONC PAR DIEU QUI LES « LIE ») à son mari TANT QU’IL EST VIVANT; mais si le mari meurt, elle est dégagée de la loi qui la liait à son mari. »

        1 Corinthiens 7.39: « Une (UNE EN GÉNÉRAL ET NON PAS QUELQUES-UNES) femme (FIDÈLE OU INFIDÈLE SANS DISTINCTION) est « liée » (« DEO » en grec) aussi longtemps que son mari (FIDÈLE OU INFIDÈLE SANS DISTINCTION) est vivant; mais si le mari meurt, elle est libre de se marier à qui elle veut; seulement, que ce soit dans le Seigneur. »

        ___Ainsi, nous comprenons qu’un homme et une femme mariés sont « liés » (deo); et parce qu’ils sont « liés » (deo) ils sont « asservis » (douloo) l’un envers l’autre. Nous avons déjà vu que Jean le baptiste associait avec la loi de Dieu non seulement le mariage du païen Hérode avec sa première femme, mais aussi le mariage d’Hérodias avec le païen Philippe (le frère d’Hérode), tout cela lorsque Jean le baptiste reprenait Hérode en se « référant » à LA LOI DE DIEU (Mat 14.4; Mar 6.17-18) en disant : « IL NE T’EST PAS PERMIS » (Marc 6.18). Or, « Romains 7.2 » utilise justement le mot « deo » pour dire que par LA LOI, un mari et une femme sont « liés » (« deo »); c’est donc une preuve de plus pour dire que le païen Philippe (frère d’Hérode) était bien « lié » (DEO) avec sa femme Hérodias selon Dieu lui-même via Sa parole dans la loi; ce qui confirme donc clairement qu’en « 1 Cor 7.15 », le mari est bien « lié » (DEO) avec sa femme infidèle et qu’ils sont toujours restés « liés » (DEO) par la suite même lorsque celle-ci a quitté son mari fidèle. Donc, le païen Hérode était toujours demeuré « lié » (DEO) à sa première femme; et Hérodias la païenne (qui avait laissé son mari Pilippe) était toujours demeurée « liée » (DEO) à SON mari Philippe le païen; le prophète Jean le baptiste a lui-même attesté cela à Hérode. Ainsi, le prophète Jean (le baptiste), Jésus (le Fils de Dieu) et Paul (l’apôtre choisi par Dieu) disent la même chose. Qui sommes-nous pour oser leur faire opposition ? Cependant, si la femme infidèle quitte son mari alors le mari cesse de lui être « asservi » (DOULOO), d’être tenu de la servir selon les obligations d’un mari envers sa femme (la nourrir, la loger, etc.); néanmoins, comme l’inconverti Hérode à l’égard de sa première femme, ils restent TOUJOURS « liés » (DEO) tant que le mari est vivant (Rom 7.2; 1 Cor 7.39) et c’est pourquoi une femme séparée (convertie ou inconvertie) ne peut pas (selon Jésus, Jean et Paul) se remarier avec un autre homme durant le vivant de son premier mari. Il n’y a donc pas de différence que ce soit un « converti » ou un « inconverti » marié; dans les deux cas, ils sont « liés » (DEO) selon Dieu, PARCE QUE Dieu les a fait « mâle » et « femelle » eux aussi. Une épée est faite pour aller dans son fourreau (étui), le positif d’un aimant est fait pour être attiré par le négatif d’un autre aimant pour s’y « joindre », le MÂLE est fait pour se « lier » à une FEMELLE, ce qui permet la reproduction de l’espèce; ce plan du mâle et de la femelle (homme, femme) est donc selon la volonté de Dieu et quand une liaison se fait entre un MÂLE et une FEMELLE qui se marie, Dieu considère la chose comme étant acceptée dans le ciel puisque c’est Dieu lui-même qui a établi cet ordre des choses « dès le commencement », car Dieu les a fait MÂLE et FEMELLE (homme et femme).

        Genèse 1.27-28 [Darby]: « (27) Et Dieu créa l’homme à son image ; il le créa à l’image de Dieu ; il les créa MÂLE et FEMELLE. (28) Et Dieu les bénit ; et Dieu leur dit : Fructifiez, et multipliez, et remplissez la terre… »

        Genèse 2.23-24 [Darby]: « (23) Et l’homme dit : Cette fois, celle-ci est os de mes os et chair de ma chair ; celle-ci sera appelée femme (« ISHA », en hébreux), parce qu’elle a été prise de l’homme (« ISH », en hébreux). (24) C’EST POURQUOI l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et ils seront une seule chair. »

        Matthieu 19.4-5 [Darby]: « (4) …N’avez-vous pas lu que celui qui les a faits, dès le commencement les a faits MÂLE et FEMELLE, (5) et qu’il dit: C’EST POURQUOI, l’homme laissera son père et sa mère et SERA UNI à sa femme; et LES DEUX SERONT UNE SEULE CHAIR ? (6) Ainsi, ils ne sont plus deux, mais une seule chair. Ce donc que DIEU A UNI, que l’homme ne le sépare pas. »

        Genèse 24.67: « Isaac conduisit Rebecca dans la tente de Sara, sa mère; il prit Rebecca, qui DEVINT SA FEMME, et il l’aima. Ainsi fut consolé Isaac, après avoir perdu sa mère. »

        ___En « Mat 19.5 », on voit que les deux mots: « C’EST POURQUOI », sont associés aux trois expressions: « SERA UNI », « LES DEUX SERONT UNE SEULE CHAIR » et « DIEU A UNI ». Alors, quelle est la base de: « sera uni », « les deux seront une seule chair » et « Dieu a uni » ? La base est au verset 4: « les a faits MÂLE et FEMELLE ». Autrement dit, dans son plan, DÈS le commencement (donc jusqu’à présent), Dieu a créé l’humain MÂLE et FEMELLE pour qu’ils se « lient » ensemble et qu’ils puissent se multiplier. Ce plan était DÈS le commencement et ce plan n’a jamais changé par la suite à cause du mot « DONC » en « Mat 19.5 »: « Ce DONC que DIEU A UNI, que l’homme NE LE SÉPARE PAS ». Autrement dit, il n’y a pas de différence entre qui que ce soit parmi tous les MÂLES et toutes les FEMELLES de la planète DÈS le commencement jusqu’à aujourd’hui, car c’est ainsi que Dieu a établie les choses concernant l’humain: le MÂLE et la FEMELLE. Jésus confirme cela par ses paroles en « Mat 19.5 » pour dire que ce plan est toujours le même jusqu’à maintenant et qu’on ne peut donc pas interpréter « 1 Cor 7.15 » pour dire qu’un « converti » peut se séparer de sa femme « infidèle » pour se remarier avec une convertie sur la seule base qu’elle est une « inconvertie ».
        ___De plus, l’apôtre Paul dit bien très clairement que lorsqu’un croyant se mari à une prostituée (donc une infidèle) ils deviennent tous les deux « une seule chair » PARCE QUE DIEU L’A DIT AU COMMENCEMENT; Paul indique ceci par les mots: « CAR, EST-IL DIT ».

        1 Corinthiens 6.16: « Ne savez-vous pas que CELUI QUI S’ATTACHE À LA PROSTITUÉE est UN SEUL CORPS avec elle? « CAR, EST-IL DIT », les deux deviendront UNE SEULE CHAIR. »

        ___Selon Paul en « 1 Cor 6.16 », qui a dit: « les deux deviendront UNE SEULE CHAIR » ? C’est Dieu lui-même en « Genèse 2.23-24 ». Or, qu’est-il précisé par Dieu lui-même en « Genèse 2.24 » ? Que « LES DEUX SERONT UNE SEULE CHAIR ». En « Mat 19.5 », que dit Jésus de ces mots: « les deux seront une seule chair », qu’il cite à partir de « Genèse 2.24 » ? Jésus dit de ce couple « devenu une seule chair » que c’est DIEU LUI-MÊME qui LES A UNIS, car Jésus dit de ce couple-là: « Ce donc que DIEU A UNI, que l’homme ne le sépare pas ». C’est donc Dieu LUI-MÊME qui unit tous ceux (un homme avec une femme) qui deviennent UNE SEULE CHAIR (en autant que le mari ne prend pas la femme d’un autre homme, selon que Jésus, Jean le baptiste et Paul ont dit clairement).

        ___J’ai déjà démontré et prouvé antérieurement que le verbe grec « Douloo » (qu’on retrouve ici en « 1 Cor 7.15 » accordé en « dedoulôtaï ») ne signifie AUCUNEMENT « lier » comme la version « Segond » le traduit à tort en « 1 Cor 7.15 ». De plus, bien que la version « Segond » manque de précision concernant le mot « apistos » (infidèle), elle semble néanmoins faire une légère différence entre « incroyant » et « non-croyant » (certains considèrent qu’un « incroyant » est un inconverti et qu’un « non-croyant » peut être un converti ayant abandonné la foi; or, il est mieux d’utiliser la signification plus précise du mot grec original « apistos » (« infidèle / incrédule ») pour justement éviter la confusion). Nous avons déjà vu que la signification de ce mot grec « apistos » est un mélange des mots « infidèle » et « incrédule » et qu’il peut être appliqué autant à un converti qu’à un inconverti. C’est pourquoi ici, j’utilise le mot « infidèle » et non le mot « incroyant » qui ne rend pas exactement le sens du mot grec « apistos ». Il en est de même pour le mot « douloo » qui signifie « asservir »; alors il est inutile d’utiliser sa fausse définition « lier » pour en plus donner un sens erroné à « 1 Cor 7.15 » pour faire croire que le couple marié en « 1 Cor 7.15 » n’est pas reconnu comme étant « lié » (DEO) ou devenu une seule chair par Dieu lui-même et donc faire croire que cet homme en « 1 Cor 7.15 » n’est pas joint par Dieu à sa femme en sorte que cet homme puisse déjoindre ce que Dieu n’aurait pas uni; ce résultat annule directement ce que Jésus a dit : « Que l’homme ne sépare pas ce que Dieu a uni » basé sur « Genèse 2.24 », paroles que Paul, par les mot « EST-IL DIT », associe au couple marié dont la femme est une prostituée en « 1 Cor 6.16 » (donc d’un couple constitué d’un fidèle et d’une infidèle). En lisant bien les textes bibliques nous constatons que l’homme et la femme ne sont plus deux, cela PARCE QU’ILS sont devenus une seule chair; et nous constatons qu’ils sont devenus une seule chair PARCE QUE l’homme s’est attaché LUI-MÊME à sa femme (mâle lié à une femelle) et qu’en faisant ainsi c’est SON alliance (au mari, Mal 2.14); et nous avons vu que C’EST COMME ÇA que Dieu a prévu que les choses se déroulent et c’est pour cela qu’il les considère JOINT dans le ciel, car Dieu a été témoin qu’ils se sont liés eux-mêmes sur la terre selon le plan que Dieu a établi dès le commencement sans distinction de personnes entre « mâle » et « femelle ».

        Matthieu 18:18: {un principe} « … tout ce que vous lierez {conformément à la volonté de Dieu} sur la terre sera lié dans le ciel… »

        Jacques 5.12: {un principe} « …que votre oui soit oui,… afin que vous ne tombiez pas sous le jugement. »

        Malachie 2.14: « …Parce que l’Eternel a été TÉMOIN entre toi et la femme de ta jeunesse, à laquelle tu es infidèle, bien qu’elle soit ta compagne et la femme de TON alliance. »

        Marc 10.7-9: « (7)…l’homme …s’ATTACHERA à sa femme, (8) et les deux DEVIENDRONT UNE seule chair. Ainsi {c’est-à-dire, « de cette manière »} ils NE SONT PLUS DEUX, mais ils sont une seule chair. (9) Que l’homme DONC ne sépare pas ce que Dieu a joint. »

        ___Le seul motif cité par Jésus lui-même en « Mt 19.9 » pour qu’un mari puisse répudier SA femme (convertie ou non) et en épouser une autre est « porneia » (« péché sexuel ») et non parce que celle-ci serait incroyante, sinon ça serait AJOUTER à ce que Jésus a dit, ça serait mettre une autre condition à celle que Jésus a dit en « Mt 19.9 » par le mot « SAUF ».

        Matthieu 19.9: « Mais je vous dis que celui qui répudie sa femme, SAUF pour « infidélité » (« pornéia »: péché sexuel), et qui en épouse une autre, commet un adultère. »

        ___L’homme ne doit pas considérer ses enfants avec la mère de ses enfants comme du bétail à mettre de côté; notre « prochain » c’est aussi chacun d’eux, eux aussi sont créés à la ressemblance de Dieu. Donc, baser une fausse doctrine sur le mot français « lier » qui en plus n’est pas la bonne traduction du mot grec « douloo », c’est comme faire un tour de passe-passe; mais ce tour ne vient pas du royaume de la lumière, car il n’y a pas de mensonge en Dieu. Je le dis sans méchanceté, car nous n’avons pas à combattre l’un contre l’autre (l’homme de chair et de sang), mais contre les enseignements inspirés dans les pensées par des esprits de démons qui sont dans les lieux célestes, c’est-à-dire ici-même dans les lieux invisibles.

        2 Corinthiens 11.3: « …de même que le serpent séduisit Eve par sa ruse, je crains que vos pensées ne se corrompent et ne se détournent de la simplicité… »

        1 Timothée 4.1: « …quelques-uns …s’attacher à des esprits …à des enseignements de démons, »

        Ephésiens 2.2: « …selon le prince de la puissance de l’air, de l’esprit QUI AGIT maintenant DANS les fils de la rébellion. »

        Ephésiens 6.12: « Car nous n’avons pas à lutter contre la chair et le sang, mais contre …les esprits méchants dans les lieux célestes. »

        Apocalypse 2.20 [Segond]: « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses la… enseigner et séduire mes serviteurs, pour qu’ils se livrent à l’impudicité… »

        Apocalypse 2.20 [Segond 21]: « Mais ce que j’ai contre toi, c’est que tu laisses faire… qui se prétend… enseigne et égare mes serviteurs pour qu’ils se livrent à l’immoralité sexuelle… »

        2 Corinthiens 10.5: « Nous renversons les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et nous amenons toute pensée captive à l’obéissance de Christ. »

        ___Nous n’avons donc nul besoin d’imiter David qui poursuivait Saül (1 Samuel 23.15), Caïn qui était jaloux de son frère Abel (1 Jean 3.12), ou Diothrèphe qui aimait à être le premier (3 Jean 1.9), car écrire pour faire découvrir la vérité afin de bénir des gens n’est pas combattre contre la chair et le sang qui amène une erreur, car notre adversaire c’est le diable. De plus, j’écris premièrement pour les Internautes qui me lisent ou qui me liront. Je n’ai pas la prétention de tout connaitre, c’est pourquoi j’incite tout le monde à vérifier les versets de la Bible en rapport avec ce qu’on amène et surtout à marcher selon ce que l’Esprit de Dieu CONVAINC dans le coeur.

        Actes 17.11: « …et ils examinaient chaque jour les Ecritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. »

        ___Voici, dans trois versions différentes (« Segond », « Martin » et « Darby »), tous les versets du Nouveau Testament qui contiennent le mot grec « douloo »:

        Actes 7.6 [Segond] : « Dieu parla ainsi : Sa postérité séjournera dans un pays étranger; on la réduira en servitude (douloo) et on la maltraitera pendant quatre cents ans. »

        Actes 7.6 [Martin] : « Et Dieu lui parla ainsi: ta postérité séjournera quatre cents ans dans une terre étrangère, et là on l’ASSERVIRA (douloo), et on la maltraitera. »

        Actes 7.6 [Darby] : « Et Dieu parla ainsi: « Sa postérité séjournera dans une terre étrangère, et on l’ASSERVIRA (douloo) et on la maltraitera pendant quatre cents ans; »
        +
        Romains 6.18 [Segond] : « Ayant été affranchis du péché, vous êtes devenus esclaves (douloo) de la justice. – »

        Romains 6.18 [Martin] : « Ayant donc été affranchis du péché, vous avez été ASSERVIS (douloo) à la justice. »

        Romains 6.18 [Darby] : « Mais ayant été affranchis du péché, vous avez été ASSERVIS (douloo) à la justice »
        +
        Romains 6.22 [Segond] : « Mais maintenant, étant affranchis du péché et devenus esclaves (douloo) de Dieu, vous avez pour fruit la sainteté et pour fin la vie éternelle. »

        Romains 6.22 [Martin] : « Mais maintenant que vous êtes affranchis du péché, et ASSERVIS (douloo) à Dieu, vous avez votre fruit dans la sanctification; et pour fin la vie éternelle. »

        Romains 6.22 [Darby] : « -Mais maintenant, ayant été affranchis du péché et ASSERVIS (douloo) à Dieu, vous avez votre fruit dans la sainteté et pour fin la vie éternelle. »
        +
        1 Corinthiens 7.15 [Segond] : « Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont pas liés (douloo) dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix. »

        1 Corinthiens 7.15 [Martin] : « Que si l’infidèle se sépare, qu’il se sépare; le frère ou la soeur ne sont point ASSERVIS (douloo) dans ce cas-là; mais Dieu nous a appelés à la paix. »

        1 Corinthiens 7.15 [Darby] : « Mais si l’incrédule s’en va, qu’il s’en aille; le frère ou la soeur ne sont pas ASSERVIS (douloo) en pareil cas; mais Dieu nous a appelés à marcher dans la paix. »
        +
        1 Corinthiens 9.19 [Segond] : « Car, bien que je sois libre à l’égard de tous, je me suis rendu le serviteur (douloo) de tous, afin de gagner le plus grand nombre. »

        1 Corinthiens 9.19 [Martin] : « Car bien que je sois en liberté à l’égard de tous, je me suis pourtant ASSERVI (douloo) à tous, afin de gagner plus de personnes. »

        1 Corinthiens 9.19 [Darby] : « Car, étant libre à l’égard de tous, je me suis ASSERVI (douloo) à tous, afin de gagner le plus de gens; »
        +
        Galates 4.3 [Segond] : « Nous aussi, de la même manière, lorsque nous étions enfants, nous étions sous l’esclavage (douloo) des rudiments du monde; »

        Galates 4.3 [Martin] : « Nous aussi, lorsque nous étions des enfants, nous étions ASSERVIS (douloo) sous les rudiments du monde. »

        Galates 4.3 [Darby] : « Ainsi aussi nous, lorsque nous étions en bas âge, nous étions ASSERVIS (douloo) sous les éléments du monde; »
        +
        Tite 2.3 [Segond] : « Dis que les femmes âgées doivent aussi avoir l’extérieur qui convient à la sainteté, n’être ni médisantes, ni adonnées (douloo) au vin; qu’elles doivent donner de bonnes instructions, »

        Tite 2.3 [Martin] : « De même, que les femmes âgées règlent leur extérieur d’une manière convenable à la sainteté; qu’elles ne soient ni médisantes, ni sujettes (douloo) à beaucoup de vin, mais qu’elles enseignent de bonnes choses; »

        Tite 2.3 [Darby] : « De même, que les femmes âgées soient, dans toute leur manière d’être, comme il convient à de saintes femmes,-ni médisantes, ni ASSERVIES (douloo) à beaucoup de vin, enseignant de bonnes choses, »
        +
        2 Pierre 2.19 [Segond] : « ils leur promettent la liberté, quand ils sont eux-mêmes esclaves de la corruption, car chacun est esclave (douloo) de ce qui a triomphé de lui. »

        2 Pierre 2.19 [Martin] : « Leur promettant la liberté, quoiqu’ils soient eux-mêmes esclaves de la corruption; car « on est réduit dans la servitude » (douloo, « on est ASSERVIS à ») de celui par qui on est vaincu. »

        2 Pierre 2.19 [Darby] :  » -leur promettant la liberté, eux qui sont esclaves de la corruption, car « on est esclave » (douloo, « on est ASSERVIS à ») de celui par qui on est vaincu. »

        Raymond Houle

        J'aime

        • Je viens de remarquer qu’en « 1 Corinthiens 7.11 », la page de ce blog a transformé automatiquement les deux caractères « ; » et « ) » en un sourire comme celui-ci 😉 Or, le « ; » était la fin d’une portion du verset avant la fermeture d’une parenthèse « ) ». Je disais donc les choses sérieusement. Que Dieu bénisse chacun de nous.
          Raymond Houle

          J'aime

  24. @R. Houle :
    Vous êtes si long qu’on a pas envie de vous lire.
    Je m’arrête déjà à cela, je cite ___Je me réfère quelquefois à la version de la Bible « J.N. Darby » qui est en général une traduction plus précise que d’autres versions concernant le mot à mot. À noter qu’ici en grec, il n’est pas écrit : « le frère ou la soeur NE SONT pas asservis », mais le grec dit bien : « le frère ou la soeur N’EST pas asservi ». Le verbe « asservir » est bien au SINGULIER. Il n’est pas dit en grec que le fidèle et l’infidèle NE SONT pas « liés », mais que le fidèle N’EST pas « asservi ». On parle seulement de celui qui est fidèle, car l’autre est déjà en tort de refuser d’être asservi concernant son engagement dans ces responsabilités envers le fidèle. Il n’est pas dit non plus que le fidèle n’est PLUS asservi définitivement, mais n’est PAS asservi. Ceci indique que si la femme infidèle veut revenir, le frère peut la reprendre, car ils sont toujours « liés » (deo). Ainsi, une femme séparée peut se réconcilier avec son mari, puisqu’elle est toujours « lié » (deo) à son mari.

    ♦ Déjà le contexte de 1Cor.7:12-24 se réfère à un couple païen marié dont l’un des conjoint vient fraichement au Seigneur donc il y a un croyant (le nouveau converti) et un incroyant.
    Secondement le verset 15 Si le non-croyant se sépare, qu’il se sépare ; le frère ou la sœur ne sont pas liés dans ces cas-là. Dieu nous a appelés à vivre en paix.

    ♦ Le frère ou la sœur : c’est à dire le frère croyant(nouveau converti) marié à la femme qui demeure incroyante malgré la conversion du mari qui se sépare OU la sœur croyante (nouvelle convertie) mariée à un mari qui demeure incroyant malgré la conversion de l’épouse qui se retire.
    Paul dit que l’un et l’autre ne sont plus asservis.
    Cependant Paul exprime que l’incroyant peut se séparer, or s’il dit que l’incroyant peut se séparer il ne dit nullement à la femme croyante qu’elle ne peut se remarier, encore moins au mari croyant qu’il ne peut se remarier.
    1Cor.7:10-11 s’adresse aux couples de CROYANTS MARIÉS…rien à voir avec les aux autres.

    Donc il est évident que si le croyant et l’incroyant étaient DEO, Paul n’aurait pas évoqué la possibilité d’une séparation par l’incroyant car il n’aurait pu aller contre la volonté de Dieu que ce que Dieu joint que l’homme ne peut le séparer. S’il évoque la séparation de l’incroaynt, il souligne la liberté pour le croyant selon 1 cor.7:21 As-tu été appelé étant esclave, ne t’en inquiète pas ; mais si tu peux devenir libre, profites-en plutôt.
    Libre ici strong 1658 Libre, exempt, affranchi oposé à Deo dans ces verset du couple
    1 Corinthiens 7 : 39 Une femme est liée aussi longtemps que son mari est vivant; mais si le mari meurt, elle est libre (eleutheros) de se marier à qui elle veut; seulement, que ce soit dans le Seigneur.
    Romains 7 : 3 Si donc, du vivant de son mari, elle devient la femme d’un autre homme, elle sera appelée adultère; mais si le mari meurt, elle est affranchie (eleutheros) de la loi, de sorte qu’elle n’est point adultère en devenant la femme d’un autre.

    Donc n’inventez pas des règles pour les païens dont l’un des membres vient au Seigneur !

    Par ailleurs 1Cor.7:12-24 montre que c’est le croyant qui SANCTIFIE son couple ce qui spécifie qu’avant que l’un des membre ne soit croyant le couple n’était pas saint.
    Or un couple non saint n’est pas lié par Dieu car Dieu ne lie pas des morts mais des vivants !
    ***
    Concernant 1Cor.6 vous dîtes que la porne est la prostitué.
    Or 1cor.6 est la suite de 1cor.5, car Paul parle de la relation du fils à la femme de son père qui est une porne.
    Si vous dîtes en 1cor.6 que porne = prostitué, vous dites que en 1cor.5 la femme du père est une prostitué. Donc que le fils chrétien prends la prostitué et femme de son père pour en faire sa prostitué et sa femme.
    Cela ne colle plus là !
    ***
    Pour le lien fourni sur la prostitué et les impôts : J’ignorais !
    Merci.

    QDVB

    J'aime

    • 1cor.5 n’a rien à voir avec 1Cor.6, la femme de son père n’est pas une porne, il n’est jamais dit que c’est une porné. Par contre on peut dire que c’est de la débauche (péché sexuel).

      Ton histoire de Deo n’a aucun sens. J’ai une question : quand il pleut qui c’est qui fait pleuvoir (d’après la bible)? Pourtant on peut s’amuser à reproduire ça en laboratoire. On peut s’amuser pourquoi pas dans le future à créer une arme qui ferai un orage gigantesque (dévastateur). Dans ce cas qu’est-ce qu’il en est? On est exactement dans le même problème ici : L’homme quittera son père et sa mère (actif), et s’attachera à sa femme (actif), et les deux deviendront une seule chair (passif). Ici seul Dieu la capacité de faire devenir une seule chair deux personnes, et c’est lui qui le fait. Si tu réunis les deux premières conditions (où tu es actif), alors tu deviendra une seule chair. De même que si tu réunis certaines conditions en physique, il pleuvra, pourtant c’est Dieu qui le fait, mais en a-t’il la responsabilité? Si tu fais une arme, qui c’est qui fait pleuvoir ? Dieu, pourtant peut-on dire que Dieu, de sa propre responsabilité a voulu détruire et faire ce qui est mal (dévastation), il faut que tu Lui ôte la responsabilité… Réfléchie à tous ça, c’est tendu. Ici, comme une arme météorologique (donc réunir les conditions de manière mal et dans une vue mal), si tu fais l’amour avec une prostitué, tu deviendras une seul chair (puisque tu as réunis les deux premières conditions), et de la même façons que l’on dit que c’est Dieu qui fait pleuvoir, et bien c’est Dieu qui les a fait devenir un. Pourtant dans ce cas précis, tu a le droit rompre. Quand Jésus dit : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas, il n’est pas en train de dire qu’il n’existe aucune condition où l’homme aurait le droit de rompre.

      J'aime

    • 1cor.5 n’a rien à voir avec 1Cor.6, la femme de son père n’est pas une porne, il n’est jamais dit que c’est une porné. Par contre on peut dire que c’est de la débauche (péché sexuel).

      Ton histoire de Deo n’a aucun sens. J’ai une question : quand il pleut qui c’est qui fait pleuvoir (d’après la bible)? Pourtant on peut s’amuser à reproduire ça en laboratoire. On peut s’amuser pourquoi pas dans le future à créer une arme qui ferai un orage gigantesque (dévastateur). Dans ce cas qu’est-ce qu’il en est? On est exactement dans le même problème ici : L’homme quittera son père et sa mère (actif), et s’attachera à sa femme (actif), et les deux deviendront une seule chair (passif). Ici seul Dieu la capacité de faire devenir une seule chair deux personnes, et c’est lui qui le fait. Si tu réunis les deux premières conditions (où tu es actif), alors tu deviendra une seule chair. De même que si tu réunis certaines conditions en physique, il pleuvra, pourtant c’est Dieu qui le fait, mais en a-t’il la responsabilité? Si tu fais une arme, qui c’est qui fait pleuvoir ? Dieu, pourtant peut-on dire que Dieu, de sa propre responsabilité a voulu détruire et faire ce qui est mal (dévastation), il faut que tu Lui ôte la responsabilité… Réfléchie à tous ça, c’est tendu. Ici, comme une arme météorologique (donc réunir les conditions de manière mal et dans une vue mal), si tu fais l’amour avec une prostitué, tu deviendras une seul chair (puisque tu as réunis les deux premières conditions), et de la même façons que l’on dit que c’est Dieu qui fait pleuvoir, et bien c’est Dieu qui les a fait devenir un. Pourtant dans ce cas précis, tu as le droit rompre. Quand Jésus dit : Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas, il n’est pas en train de dire qu’il n’existe aucune condition où l’homme aurait le droit de rompre.

      J'aime

    • @marclaugt:
      C’est du porneia en 1Cor.5, la femme donc est une porne et c’est aussi une femme du monde, elle n’est pas chrétienne et le père non plus sinon Paul l’aurait aussi exhortée et elle et le père,. Or il n’en fait rien et n’exhorte que le fils car seul le fils est chrétien..
      Donc le mariage d’un chrétien avec une paienne c’est du porneia.
      Quand Paul dit que l’un a la femme de son père, cela veut dire qu’il s’est marié avec la femme de son père, c’est du porneia.
      Pourquoi Paul dans ce cas ne parle pas de moichao alors que la femme est déjà mariée au père ?
      Cela ne vous choque pas ? Il dit pas moichao, Paul dit PORNEIA !
      Il ne peut pas parler de moichao car la femme est du monde simplement !
      Or les péchés du moichao et du porneia n’existent pas pour le monde mais n’existent que pour le royaume de Dieu où les lois de Dieu s’appliquent donc POUR le Chrétien.
      Le monde est déjà péché moichao et porneia cela n’a aucun sens pour le monde !
      ******
      Coucher avec autrui (hors du cadre saint) c’est une souillure sexuelle cela ne lie personne en une seule chair.
      La seule chair = mariage et non pas relation sexuelle.
      L’acte sexuel ne lie personne faut revoir votre position là dessus !
      **********
      Par ailleurs deux païens qui vont ensemble sous le même toit sont mari et femme et sont une seul chair mais cependant le lien de Dieu est un lien en Esprit.
      Tout lien d’Esprit passe par un commandement de Dieu et pour être lié dans l’Esprit il faut au moins appartenir à Dieu.
      Le païen est créature de Dieu et non pas enfant de Dieu.
      Un couple païen n’est pas lié par Dieu car ils ne peuvent être liés par un commandement de Dieu car ils ne croient pas en Dieu et ne possèdent pas son Esprit !

      1Cor.6 parle de mariage mais du mariage d’un chrétien avec un porne c’est à dire avec un membre qui appartient au monde.
      Ils sont une seule chair mais il n’y a aucun lien car selon mat.5:32 c’est du porneia (la femme est une porne=membre du monde) et le mari peut se séparer de la femme dans ce cas. Le mariage en lui même est péché car il est en transgression de la loi divine.

      Bref, croyez ce que vous voulez mais on ne pourra guère enseigner quelqu’un qui est déjà remplit.

      Aimé par 1 personne

      • Bon je ne discuterai pas avec toi, tu peux penser ce que tu veux.

        Dans 1Cor.5, c’est de la débauche (porneia), non parce que la femme est une porne, mais parce que c’est la femme de son père.

        Tu choisis une propre définition personnelle des mots porneia, porne, moichao, cependant cette définition ne s’accorde pas avec les textes extra-bibliques et bibliques.

        Les lois de la nature sont des lois (Commandement) Divines. Peu importe que tu crois ou non en Dieu, tu es lié par ces lois, et c’est en vertu de ces lois qu’on dit par exemple ‘Dieu fait’ (Dieu fait tomber la pluie, Dieu fait croitre les plantes, Dieu fait luire son soleil sur les bon et les méchants, Dieu fait naitre… idem c’est lui qui transforme deux personnes en une (uni) …). Ne sais-tu pas que chaque être vivant (homme ou animaux) a en lui l’esprit de Dieu (esprit de vie)?

        Aimé par 1 personne

        • Ne fait pas comme si tu connaissais le grec. Sur certain points moichao et porneia sont synonyme, donc on peut utiliser les deux, mais porneia est plus large. En langage mathématique moichao est inclut dans porneia mais porneia n’est pas inclut dans moichao. Quand une femme marié est infidèle on peut s’amuser à utiliser les deux mots mais moichao sera plus fréquent. Dans le cas du versé 1 Cor 5:1 on utilisera jamais le mot moichao puisque le péché-perversion sexuel qui consiste a prendre la femme de son père n’est pas inclut dans moichao, mais dans porneia. L’homosexualité, l’inceste, la zoophilie ainsi que toute perversion sexuel sont inclus dans porneia mais pas dans moichao. Moichao lui ne signifie que l’infidélité conjugale.

          Pour te montrer que 1 Cor 5:1 n’a rien à voir avec le fait d’avoir une femme non croyante relisons le versé :

          1 Cor 5:1 : On entend dire généralement qu’il y a parmi vous de la débauche, et une débauche telle qu’elle ne se rencontre même pas chez les païens ; c’est au point que l’un de vous a la femme de son père.

          On te dit qu’elle ne se rencontre même pas chez les païens, donc la débauche (porneia) dont on te parle n’a rien à voir avec le fait de prendre une femme païenne puisque ça n’a aucun sens de parler de ce type de débauche (accouplement croyant – ‘non croyant’) pour les païens (chez les païens).

          Aimé par 1 personne

  25. mokeia et porneia NE SONT PAS synonymes

    Mokeia = adultère – c’est la sexualité exercée avec une autre personne (qui peut être aussi une entité spirituelle ou un animal) que son conjoint d’Alliance
    Porneia = Fornication – c’est la sexualité exercée sans entraves, sans Loi ni Foi.

    J'aime

    • Entité spirituelle … ?
      Montrez moi où la Loi définie ce type de péché.
      Pas une fois l’Écriture n’en parle, ne faite pas de la Parole une Cabale !

      Vos définitions ne sont pas correctes.

      On ne parle pas d’adultère en cas d’animal mais de zoophilie ou de bestialité, la bible utilise le mot de confusion et non pas adultère, vous n’allez tout de même pas mettre l’animal qui n’est pas un être moral à la même position que l’humain !

      Visiblement vous vous êtes acoquinée avec la doctrine de la semence du serpent de W.M Branham.
      Dépolluez vous promptement !

      J'aime

    • Dans l’Alliance, une relation spéciale, unique, exclusive est établie.
      Dans l’Alliance de Mariage, le corps de l’un des partenaires cette alliance appartient à l’autre.
      Si le corps est utilisé – sexuellement parlant – avec AUTRE CHOSE – que ce soit un animal ou une puissance spirituelle (incube ou succube) cela est appelé ADULTÈRE.
      Israël – que Dieu a épousé à la sortie d’Égypte, comme Lui-même le stipule, a été combien de fois reconnue comme adultère par le Seigneur, c’est-à-dire, qu’elle s’est donnée à des plaisirs qui venaient d’autres entités que le Seigneur, son Époux (prostitution sacrée).

      J'aime

      • Confondez pas ce qui est spirituel avec ce qui est du corps physique svp !

        On appelle un chat chat et non pas chien !

        Le mot adultère est dans le cadre humain a humain et non dans le cadre humain à animal ou avec vos succubes, incubes je ne sais quoi de cabalistique !

        ► Donnez moi un seul verset de l’Écriture parlant de rapport sexuel entre un humain et une entité spirituelle.

        Prostitution sacrée ? Kesako encore ? Une doctrine DELfique encore ?
        ► Donnez moi une seul verset qualifiant la prostitution d’Israël de sacré…

        J'aime

    • Comme l’être humain est illogique et irrationnel quand sont intelligence n’a pas été renouvelée en AMENANT TOUTES SES PENSÉES CAPTIVES à l’obéissance de Christ !!!

      Le Saint-Esprit, l’Esprit de Dieu a couvert de Son Ombre la jeune fille Marie qui a conçu l’Enfant Jésus… C’est la naissance par l’Esprit, sans sexualité humaine.

      Le Satan, le singe de Dieu ne pourrait-il pas essayer d’en faire autant (par ses moyens à lui bien sûr) ? C’est un esprit – créé par Dieu, mais incapable de créer : cependant Dieu a parlé de sa descendance… Genèse 3. C’est satan qui a dévoyé la sexualité humaine. Dieu ne l’a jamais voulu. Après la Chute, Dieu l’a permise dans le cadre EXCLUSIF de l’Alliance de mariage.

      J'aime

      • Précisons que l’Esprit de Dieu n’a pas pratiqué de relation sexuelle avec Marie car vous semblez diriger la pensée vers ces choses.

        Dieu est créateur, n’oubliez pas et c’est lui qui a crée et l’homme et la femme et c’est le Dieu de l’impossible.
        Couvrir de son ombre cela implique simplement le miracle de Dieu dans le sein de Marie en la rendant féconde, c’est tout, c’est un miracle de Dieu envers Marie.

        N’allez pas y voir autre chose qu’un miracle et rien d’autre !

        J'aime

  26. Genèse 6 : 1-3 : lorsque les hommes eurent commencé à se multiplier à la surface du sol, et que des filles leur furent nées, les fils de Dieu virent que les filles des hommes étaient belles, et ce fut parmi elles qu’ils choisirent leurs femmes. Alors l’Éternel dit : Mon Esprit ne restera pas toujours dans l’Homme, car celui-ci n’est que chair, et ses jours seront de 120 ans.

    Jude 1 :6 confirme cette perte de la raison : les anges qui n’ont pas gardé leur rang, mais qui ont quitté leur propre demeure, il les a gardés dans des chaînes perpétuelles au fond des ténèbres en attendant le jugement.

    Genèse 6 : 4 : C’était l’époque où il y avait des géants sur la terre, après que les fils de Dieu furent venus vers les filles des hommes, et qu’elles leur eurent donné des enfants : ce sont là les héros des temps anciens.

    Quelques exorcistes juifs ambulants entreprirent d’invoquer sur ceux qui avaient des esprits mauvais le nom du Seigneur Jésus, en disant : je vous adjure par Jésus, celui que Paul prêche ! Ceux qui agissaient ainsi étaient les sept fils de Scéva, un des principaux sacrificateurs juifs. L’esprit mauvais leur répondit : je connais Jésus et je sais qui est Paul ; mais vous, qui êtes-vous ? Et l’homme dans lequel était l’esprit mauvais s’élança sur eux, les maîtrisa les uns et les autres, avec une telle force qu’ils s’enfuirent de cette maison nus et blessées. Actes 19 : 13.

    Shor, Regarde cet article : cela t’aidera à comprendre ce que tu parais ignorer…

    J'aime

    • J’ai parlé en long et en large des fils de Dieu et des géants sur mon blog donc n’essayez pas de me convaincre avec les hérésies cabalistique du livre apocryphes de Hénoc.

      Donnez moi un seul verset de la bible mentionnant un coït entre un esprit et un corps humain.
      Donnez moi un seul verset de la Loi parlant de coït entre entre et un ange et une femme.

      Si la Loi elle même qui est venu afin de donner la connaissance du Péché n’en parle pas, c’est que ce péché n’a jamais existé !
      Donc SVP ne l’inventez pas non plus.

      Mes articles/études sur mon blog infirment la vision apostate de coït ange/femme.
      Ces choses sont des hérésies !
      http://essencespirituelle.blogspot.com/2014/08/les-fils-de-Dieu-en-genese-6.html
      http://essencespirituelle.blogspot.com/2014/08/les-geants-et-la-Bible.html

      Ce serait plutôt à vous de venir à la lumière des Écritures au lieu de faire comme W.M Branham qui voyait la postérité du serpent dans un coït du serpent avec Eve et disant que Caïn était fils de serpent par relation sexuelle avec Eve !
      Avouez que c’est du grand n’importe quoi et qu’il convient plutôt de revenir à l’enseignement pur des Écritures.

      Bien à vous !

      Ps : je n’ai pas envie d’aller lire votre lien sur vos succubes et incubes, je ne me sens nullement attiré par ce ramassis d’inepties.
      Mais par acquis de conscience je jetterai un oeil plus que dubitatif.

      Aimé par 1 personne

    • Le fondement de votre Lien est Ge.6 disant que les fils de dieu sont des anges.
      Ce fondement est anti biblique !
      Je n’ai pas continué ma lecture sur votre lien car je n’abonde pas dans cette interprétation des textes.
      Les expériences de ces gens si cela s’avère véritable et non pas un leurre de Satan est a étudier sous un autre angle et non pas sous l’angle de Ge6 qui n’a rien à voir avec ces choses.
      Il serait bien d’interroger le Seigneur sur ces choses mais j’avoue que je n’ai pas envie de m’investir dans ce terrain ayant d’autres intérêts que ce genre de cas relevant du mysticisme.

      Je le redis encore, les Fils de Dieu en Ge6 ne sont pas des anges , ne peuvent pas être des anges et sont des humains, car ce sont le premiers fils de ‘Adam et sa femme avant le Péché.

      Lisez correctement l’article sur les Fils de Dieu vous saisirez bien des choses.

      Aimé par 1 personne

      • Non mais … » stop  » en quoi DEL ?…Vous voulez imposer quoi là une dictature de la pensée unique ? …tout comme votre hérésie sur le mariage alliance de sang à la sauce HVM ?

        D’où tenez vous que les « fils de Dieu » étaient des anges alors que l’Écriture elle même atteste qu’AUCUN des anges ne tient de Dieu le nom de « fils » … ou encore cette folie de dire que les démons copulent avec les humains ? …
        Tenez vous ces choses de l’Esprit de Dieu pour imposer cette pensée comme l’UNIQUE et véritable ?
        Où sont vos preuves biblique et votre démonstration sur le sujet que chacun juge de l’expertise de votre esprit ?

        Ainsi, permettez à d’autres de voir autrement que vous et d’exposer aussi leurs pensées afin de sortir du formatage, de l’obscurantisme, du mysticisme sachant que le Seigneur peut inspirer celui qu’il veut jusqu’à même un âne !

        Vous n’avez pas d’ordre à me donner sur ce point et apprenez déjà à vous taire avant de lancer des  » stop » au gens !

        C’est somme toute hallucinant votre attitude.

        Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s