La loi de la pendule

      Je souhaite aujourd’hui revenir sur la « loi de la pendule » que j’ai mentionnée dans certains articles. C’est une expression que j’ai utilisée à plusieurs reprises et j’aimerai la définir plus précisément.

La pendule

        Cette expression tire son nom du mouvement de la pendule qui se balance d’un côté à l’autre. D’un point de vue métaphorique, cela veut dire passer d’un extrême à l’autre.

L’histoire

        Une chose qui m’a toujours frappée en étudiant l’histoire de l’Eglise, est justement ce mouvement  de pendule. Une dérive dans un sens entrainait quasiment systématiquement une dérive dans le sens inverse. Cela vaut aussi bien pour la doctrine que pour le comportement.

La nature humaine

Ce constat est lié à la nature même de l’homme qui passe facilement d’un extrême à l’autre. La Bible ne manque pas d’exemples, relevons en simplement deux.

Amnon et Tamar

« Après cela, voici ce qui arriva. Absalom, fils de David, avait une soeur qui était belle et qui s’appelait Tamar; et Amnon, fils de David, l’aima.  Amnon était tourmenté jusqu’à se rendre malade à cause de Tamar, sa soeur; car elle était vierge, et il paraissait difficile à Amnon de faire sur elle la moindre tentative.  Amnon avait un ami, nommé Jonadab, fils de Schimea, frère de David, et Jonadab était un homme très habile.  Il lui dit: Pourquoi deviens-tu, ainsi chaque matin plus maigre, toi, fils de roi? Ne veux-tu pas me le dire? Amnon lui répondit: J’aime Tamar, soeur d’Absalom, mon frère.  Jonadab lui dit: Mets-toi au lit, et fais le malade. Quand ton père viendra te voir, tu lui diras: Permets à Tamar, ma soeur, de venir pour me donner à manger; qu’elle prépare un mets sous mes yeux, afin que je le voie et que je le prenne de sa main.   Amnon se coucha, et fit le malade. Le roi vint le voir, et Amnon dit au roi: Je te prie, que Tamar, ma soeur, vienne faire deux gâteaux sous mes yeux, et que je les mange de sa main.  David envoya dire à Tamar dans l’intérieur des appartements: Va dans la maison d’Amnon, ton frère, et prépare-lui un mets.  Tamar alla dans la maison d’Amnon, son frère, qui était couché. Elle prit de la pâte, la pétrit, prépara devant lui des gâteaux, et les fit cuire;   prenant ensuite la poêle, elle les versa devant lui. Mais Amnon refusa de manger. Il dit: Faites sortir tout le monde. Et tout le monde sortit de chez lui.  Alors Amnon dit à Tamar: Apporte le mets dans la chambre, et que je le mange de ta main. Tamar prit les gâteaux qu’elle avait faits, et les porta à Amnon, son frère, dans la chambre.  Comme elle les lui présentait à manger, il la saisit et lui dit: Viens, couche avec moi, ma soeur.  Elle lui répondit: Non, mon frère, ne me déshonore pas, car on n’agit point ainsi en Israël; ne commets pas cette infamie.   Où irais-je, moi, avec ma honte? Et toi, tu serais comme l’un des infâmes en Israël. Maintenant, je te prie, parle au roi, et il ne s’opposera pas à ce que je sois à toi.   Mais il ne voulut pas l’écouter; il lui fit violence, la déshonora et coucha avec elle. Puis Amnon eut pour elle une forte aversion, plus forte que n’avait été son amour. Et il lui dit: Lève-toi, va-t’en! » 1 Samuel 13

Ainsi en l’espace de quelques instants l’amour passionné d’Amnon pour Tamar (qui s’en rend même malade), se transforme en une aversion « plus forte que n’avait été son amour ».

Jésus

Ce changement soudain se retrouve aussi dans la vie de Jésus :

« Lorsqu’ils approchèrent de Jérusalem, et qu’ils furent arrivés à Bethphagé, vers la montagne des oliviers, Jésus envoya deux disciples,   en leur disant: Allez au village qui est devant vous; vous trouverez aussitôt une ânesse attachée, et un ânon avec elle; détachez-les, et amenez-les-moi. Si quelqu’un vous dit quelque chose, vous répondrez: Le Seigneur en a besoin. Et à l’instant il les laissera aller.  Or, ceci arriva afin que s’accomplît ce qui avait été annoncé par le prophète:   Dites à la fille de Sion: Voici, ton roi vient à toi, Plein de douceur, et monté sur un âne, Sur un ânon, le petit d’une ânesse.  Les disciples allèrent, et firent ce que Jésus leur avait ordonné.   Ils amenèrent l’ânesse et l’ânon, mirent sur eux leurs vêtements, et le firent asseoir dessus. La plupart des gens de la foule étendirent leurs vêtements sur le chemin; d’autres coupèrent des branches d’arbres, et en jonchèrent la route.  Ceux qui précédaient et ceux qui suivaient Jésus criaient: Hosanna au Fils de David! Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur! Hosanna dans les lieux très hauts!   Lorsqu’il entra dans Jérusalem, toute la ville fut émue, et l’on disait: Qui est celui-ci?  La foule répondait: C’est Jésus, le prophète, de Nazareth en Galilée. » Matthieu 21

A son arrivée à Jérusalem, Jésus est acclamé par la foule.

« Les principaux sacrificateurs et les anciens persuadèrent à la foule de demander Barabbas, et de faire périr Jésus.  Le gouverneur prenant la parole, leur dit: Lequel des deux voulez-vous que je vous relâche? Ils répondirent: Barabbas.   Pilate leur dit: Que ferai-je donc de Jésus, qu’on appelle Christ? Tous répondirent: Qu’il soit crucifié!  Le gouverneur dit: Mais quel mal a-t-il fait? Et ils crièrent encore plus fort: Qu’il soit crucifié!   Pilate, voyant qu’il ne gagnait rien, mais que le tumulte augmentait, prit de l’eau, se lava les mains en présence de la foule, et dit: Je suis innocent du sang de ce juste. Cela vous regarde.   Et tout le peuple répondit: Que son sang retombe sur nous et sur nos enfants! » Matthieu 27

          Quelques temps après c’est cette même foule qui, influencée par les « chefs du peuple », réclamera sa mise à mort.

Et aujourd’hui ? 

           Aujourd’hui ces attitudes extrêmes se retrouvent encore  dans le monde chrétien. Pour ne parler que du protestantisme , on peut signaler l’opposition entre fondamentalistes et libéraux. Pour les premiers, la Bible serait une sorte de « coran chrétien », pour les second, elle n’est plus grand chose. Face à ces deux extrêmes, il est préférable d’en revenir à la position qui fût celle des premiers chrétiens.

Conclusion

        En tant que chrétien, il est nécessaire d’adopter en toutes circonstances la position la plus équilibrée, ce qui implique d’avoir une vision plus large de la situation. En ce sens étudier l’histoire s’avère très utile puisque cela nous permet de prendre ce recul nécessaire. En effet, comme disait l’Ecclésiaste (1v9) :

 « Ce qui a été, c’est ce qui sera, et ce qui s’est fait, c’est ce qui se fera, il n’y a rien de nouveau sous le soleil. »

         Sachons donc observer les comportements d’autrefois et leurs conséquences, pour ne pas commettre les mêmes erreurs.

Pour compléter

Oeuvres de la Loi et oeuvres de la Foi

Etudier la Bible avec Origène

Inerrance biblique et véracité des Ecritures.

Publicités

5 réflexions sur “La loi de la pendule

  1. Bonjour David,
    En Suisse, on parle ‘d’effet (de() balancier’ , en référence au balancier qui est le ‘truc qui bouge’ dans le morbier, la pendule, et toutes mécaniques indiquant l’heure ! 🙂

    La « précision horlogère », y est-elle pour quelque chose ? 🙂

    Ceci dit, je te rejoints entièrement, je l’avais constaté pour la place de la femme dans les sociétés au cours des siècles ou la ‘libération de la femme’ (droit de vote, etc) est très souvent suivi par l’effet contraire.

    Ce n’est pas sans rappeler les dires de Jean : soyez froid ou bouillant, je vomirai les tièdes … puissions-nous être ‘bouillants’ pour Dieu …

    J'aime

  2. Ce que je crois dans le cas d’Amnon,…..c’est une puissance qui l’animait et qui manipulait les sens de cet homme .

    Une foi l’aboutissement de la tentation consommé …les sens apaisés Amnon considère l’acte infâme qu’il a commis! Amnon enfin revenue à lui même, eu du dégout pour ce qu’il venait de faire et donc chasse cette femme qui la tenté ….
    Ce n’est pas Tamar qui tente son frère c’est lui qui est sous le contrôle d’une puissance d’inceste ….et de convoitise sexuelle qui le fait se dégouter de lui même..et sa sœur reste la devant lui, pour toujours, l’insupportable regard de sa sœur …. qui lui rappellera toujours l’abomination qu’il a commise !
    Ce n’était pas de l’amour mais de la convoitise sexuelle !

    C’est de délivrance que ce jeune homme avait besoin.

    Pour la foule qui se retourne vers Jésus c’est différent car se sont les religieux qui manipulent la foule et l’utilisent contre Jésus.

    J'aime

    • Bonsoir Martinette, oui c’est possible. En même temps Jacques dit aussi que nous sommes tentés par notre propre convoitise.

      Dans tous les cas, ce que je voulais montrer c’est que l’homme (= être humain :D) est très instable, que ce soit sous une influence externe ou à cause de ses propres penchants.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s