Etre évangélique

          Aujourd’hui le terme d’évangélique est souvent associé à un courant théologique bien particulier : le néoprotestantisme. Dans cet article, je tacherai de proposer une redéfinition du terme.

Perspective historique

              Lorsqu’on réfléchit sur le sens d’un mot, il est toujours intéressant de voir quand il est apparu  et comment il a évolué. Je ne prétends pas avoir fait un tour exhaustif de la question, mais de ce que j’ai pu constater le terme apparaît au Bas Moyen Age. A cette époque, l’Eglise n’était pas en très bon état et la hiérarchie elle-même montrait le mauvais exemple. On prêchait blanc et on faisait noir. Dans ces conditions comment le message chrétien pouvait-il être entendu ? Ces abus favorisaient le développement des hérésies comme le catharisme.

En réaction à cela, se constituèrent des groupes de personnes voulant prêcher Verbo et exemplo. Par la parole et par l’exemple. Leur propre vie devenait une prédication. Il ne prêchait plus seulement l’Evangile par des mots mais ils voulaient conformer leur vie à cet Evangile. Parmi les plus célèbres, on peut citer Pierre Valdo (qui donnera naissance aux Vaudois) et François d’Assise (saint François, dont le pape actuel tire son nom). Les premiers évangéliques sont donc les « ordres mendiants », les plus connus étant les franciscains et les dominicains.

Le terme d’évangélique désignera ensuite le « groupe de Meaux » réuni autour de l’évêque Guillaume de Briçonnet,, sous la protection de Marguerite de Navarre ( Jacques Lefèvre d’Etaples, Guillaume Farel, etc.).

Après la Réforme, la désignation « évangélique » passe aux protestants. Aujourd’hui encore on peut retrouver ce terme dans la désignation officielle des Eglises (ex. : Eglise évangélique-luthérienne du Danemark).

Dans l’Angleterre moderne, on croisait aussi des « evangelical ». C’était un courant évangélique au sein de l’Eglise d’Angleterre, bien distinct des non-conformistes auxquels ils s’opposaient. Pourtant de nos jours, c’est ces derniers qui seraient qualifiés « d’évangéliques ».

Nous voyons donc qu’au cours de l’histoire ce terme a désigné des groupes aux opinions théologiques très divergentes et que les évangéliques d’aujourd’hui, ne sont pas ceux de demain.  Peut-on malgré tout dégager un trait commun ?

Etre ou ne pas être ?

Essayons déjà de voir ce qui s’oppose au christianisme évangélique.

Le christianisme culturel : On est chrétien par héritage, par culture. C’est particulièrement vrai dans les pays de culture chrétienne. Le christianisme devient un marqueur identitaire, plus ou moins fort selon les individus. Il n’y a pas une réelle conviction, en revanche il peut exister une certaine forme de pratique, notamment lors des fêtes.

Le christianisme tiède : Ici il s’agit bien souvent d’un héritage familial. Plus engagé que le chrétien culturel, le « chrétien tiède » est  en général croyant et même bien souvent pratiquant. Il va à l’église tous les dimanches (au moins) et peut même être engagé dans diverses activités para-ecclésiales (les Groupes De Jeunes notamment). Seulement cet engagement est bien souvent routinier et il n’y a pas « une soif » d’aller plus loin.

Le christianisme « hypocrite » : « Hypocrite » est ici à prendre dans son sens étymologique, c’est-à-dire « avec un masque ». Ce troisième profil peut être situé au croisement des deux premiers. On peut afficher des convictions chrétiennes fortes, voir très fortes, tout en menant une vie complètement contraire. Le meilleur exemple étant celui du roi de France « Très Chrétien ».

 Bilan

Avec tout cela peut-on faire un bilan ? Je dirai qu’être évangélique c’est avant tout vouloir conformer sa vie à l’Evangile de Jésus. Au cours de l’histoire, cela a pu prendre différentes formes, mais on retrouve toujours un point commun : des personnes insatisfaites du christianisme « courant », qui voulaient aller plus loin dans la connaissance de Dieu.

On aurait pu compléter cet article en faisant une « archéologie » du terme évangélique. C’est à dire voir où l’on peut retrouver ce comportement avant même qu’apparaisse ce terme. Dans ce cas, il aurait été question d’Antoine l’Egyptien ou de Martin de Tours.

Publicités

64 réflexions sur “Etre évangélique

      • Effectivement, ce sont les habitants d’Antioche qui ont appelé les disciples de Christ de « chrétien » qui veut dire: « suiveur de Christ ».
        En fait, c’était peu flatteur pour ces habitants d’Antioche.

        J'aime

  1. Bonjour David,

    Pour ta phrase ici, les premiers évangéliques sont donc les « ordres mendiants », les plus connus étant les franciscains et les dominicains, ces ordres sont devenus ‘mendiants’ afin de COPIER l’habillement et les paroles et les actes apparents des Vaudois, des Cathares et d’autres groupes sortis de Rome.

    Le but des dominicains et des franciscains, à cette époque, était de ramener à Rome, les dissidents : les évangéliques, en leur faisant croire, PAR RUSE, que Rome s’était soudain mise à croire et à agir comme eux.

    Les dominicains ont imités les Cathares, et si nous voulons savoir en quoi croyaient les Cathares, il suffit de voir ce qu’annonçait les dominicains à cette époque. Les franciscains imitaient les Vaudois (et en même temps d’autres groupes).

    Comme cette ruse n’a ramené à Rome qu’une petite partie des dissidents, petit à petit, ont été érigées des lois contraignantes comme : interdiction de se rassembler pour lire la bible, puis interdiction de traduire la bible en langue vulgaire, puis interdiction pour des laïcs de posséder une bible. Les punitions ont elles aussi été ‘crescendo’ , premièrement pour les lecteurs de la bible eux-mêmes, et leur famille puis pour ceux qui les auraient cachés. C’est le début de l’inquisition et ceux qui possèdent des bibles sont tous considérés comme hérétique. Officiellement, on fait croire à tous, qu’ils seraient ‘blasphémateurs’ mais ils sont menés devant des tribunaux en tant que CHRETIENS, bien plus chrétiens que n’importe quel catholique. (Bien que, comme des Luter et des Calvins, il a existé auparavant, d’autres chrétiens ‘à l’interne’ qui ont essayé de protéger la bible et d’autres écritures)

    Sandra

    (j’ai des sources certaines, que je te donne volontier ! 🙂 )

    J'aime

    • Bonsoir Sandra,

      En fait les ordres mendiants n’ont fait que reprendre le style des moines qui existaient bien avant les cathares. La seule différence c’est qu’eux sortaient de leurs monastères et vivaient parmi le peuple pour évangéliser. Mais certains moines le faisaient déjà (Martin, de Tours, Patrick, etc.)

      Pour les cathares je maintiens qu’on ne peut pas les classer parmi les chrétiens. Mais si tu as des sources à proposer, je suis ouvert.

      A bientôt,

      J'aime

      • Il n’y a justement pas de sources car elles ont toutes été brûlées SAUF un ou deux textes émanant de dissidents cathares extrémistes qui ne reflètent pas la pensée cathare.

        Or, il suffit de voir ce qu’annonçais les dominicains à l’époque, car ils ont tout fait pour imiter les cathares (non dissidents) afin de faire revenir à Rome un maximum de leur adepte.

        Il y a de très, très nombreuses SPÉCULATIONS à leur sujet mais uniquement quelques très rares traces … et de FAUSSES traces …

        Anne Bremon (si je me souviens bien de son nom) archéologue, historienne, etc a écrit à leur sujet tout autre chose que ce que l’institution catholique en dit (et protestante).

        Comme déjà dit, un seul NT a échappé aux flemmes de l’inquisition et à cause de cette trace là, on raconte, on SPÉCULE que les cathares ne prenaient pas en compte l’AT.

        Sinon, en lisant l’histoire des Vaudois, des Anabaptistes, des Huguenots, etc, on voit comment l’institution catholique s’y prenait pour dénigré ces chrétiens là. Par contre, eux ont pu se réfugier dans d’autres patries et ont gardés des traces … et ont transmis leurs connaissances d’une génération à l’autre.

        Un exemple, en tapant Zwingli dans un moteur de recherche, il y a 36’000 sites qui vont stipuler qu’il était à la tête des anabaptistes et que les anabaptistes refusaient de faire baptiser leurs enfants, ou encore qu’ils ont prit les armes.

        On peut même lire des choses comme quoi, les anabaptistes ne reconnaissaient pas Jésus pour Christ, etc, etc

        Par contre, ce qu’on ne peut pas lire facilement, c’est que les anabaptistes n’ont pas suivi les protestants dans leur désir de faire des états protestants. Et que les protestants les noyaient dans la Limatte, rivière qui borde la ville de Zurich en Suisse. Et que notamment Zwingli les faisait noyer : eux et leurs enfants.

        Et que les anabaptistes ont souhaité séparé l’église de l’était et revenir aux écritures seules (ils suivaient la même ‘doctrine’ que les protestants). Ils se sont bien souvent retrouvé apatrides, dans l’incapacité de devenir propriétaire … en Suisse, on leur a parfois ‘offert’ des terres reculées, en pente, sans rivière et sans route proche … dans des états protestants qui obligeaient autant ses habitants à suivre la religion de l’état que les catholiques.

        Les anabaptistes refusaient de prendre les armes et même de faire l’armée. Ils sont à la base des objecteur de conscience. Pourtant, dans certaines régions, ils ont été récupérés politiquement et à cause de cette poignée qui a prit les armes, on décrit partout les conflits armées auxquels ils ont participé.

        Sans parler de tout ce qui s’écrivait de FAUT sur les huguenots, pendant des siècles … sauf qu’eux avaient suffisamment de traces pour rétablir la vérité.

        Donc, tu ne m’en voudra pas de faire de très grandes analogies entre les autres chrétiens persécutés et les cathares … sauf qu’eux n’ont pas survécu en suffisamment grand nombre pour pouvoir rétablir la vérité ! 🙂

        N’entendre qu’un seul son de cloche, de plus s’il est celui des ‘traces gardées au Vatican » et à fortiori … si nous avons pour seul commentateur les spéculateurs ORIENTES du Vatican pour faire des commentaires sur le NT et les très rares textes conservés dont on sait au minimum, qu’ils ne représentaient pas la pensée cathare dominante …

        Sources : les livres sur les Vaudois, les Huguenots, les anapaptistes fait par ces protagonistes eux-mêmes …

        Sinon, dans le livre : Valdo et les Vaudois, fait par le théologien actuellement pasteur de l’église Vaudoise d’Italie dit bien que les dominicains imitaient les cathares … en retrouvant ce que les dominicains annonçaient …. (Ce qui doit être facile)

        J'aime

      • http://fr.wikipedia.org/wiki/Anne_Brenon

        http://www.lelivrechretien.com/index.php?page=book&id=9126

        http://books.google.ch/books/about/L_%C3%89glise_mennonite_ou_anabaptiste_en_pa.html?id=Bz1yNAAACAAJ&redir_esc=y

        Sur les huguenots, je ne trouve que des livres en provenance du catholicisme ou encore en anglais. (Dans ma région qui a accueilli nombre de réfugiés persécutés pour leur foi, nous avons une quantité énorme de vieux livres à leurs sujets … et nous savons ce que sont devenus les générations qui les ont suivis : DES CHRETIENS ! 🙂
        http://www.google.ch/search?tbm=bks&hl=fr&q=huguenots#q=huguenots&hl=fr&tbm=bks&ei=7bz3Ude3GaTj4QSW8ICgAQ&start=10&sa=N&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.49967636,d.bGE&fp=b8636843fdacb6b0&biw=1025&bih=498

        http://www.tourdeconstance.com/mariedurand/

        J'aime

  2. Hum, je dis ça de mémoire mais il me semble que le texte dit « à Antioche », sans que l’on sache si ce sont les paiens qui ont donné ce nom aux disciples de Christ, ou si ce sont eux mêmes qui se sont auto-nommés. ainsi.
    De mon côté j’ai toujours pensé que c’était les chrétiens qui s’étaient nommés ainsi.

    J'aime

  3. Le contexte montre le contraire. Certaines versions bibliques mettent: « divinement inspiré » en Actes 11:26. Mais Pierre dira ( 1pierre 4:6 ) qu’il ne faut pas avoir honte d’être appelé ainsi et d’endurer la persécution.

    J'aime

  4. Bonsoir Pistis,

    C’est du grec qui est en français légèrement latinisé (chrétien au lieu de christien).
    Après libre à toi de t’appeler comme tu veux ! Moi j’aime bien le terme de chrétien.

    J'aime

  5. Bonsoir Sandra,

    Il ya quelque chose que je ne comprends pas : si on n’a plus aucune source, comment peux-tu savoir que les quelques documents qui restent sont des oeuvres d’une minorité extrémiste et non la doctrine cathare courante? Pour juger de cela, il faudrait pouvoir comparer non?

    Par ailleurs il me semble qu’il reste quand même beaucoup de procès d’inquisition. Tu pourrais objecter que les sources ne sont pas neutres, certes. Mais les procès vaudois ont montré que ceux ci étaient assez fiables. Les inquisiteurs reconnaissent eux mêmes qu’ils n’ont que peu de choses à reprocher aux Vaudois, contrairement aux Cathares. Si les Inquisiteurs mentaient pourquoi ne pas imputer les mêmes crimes à tous les groupes hérétiques ?

    Par ailleurs il me semble que les Vaudois eux mêmes combattaient les Cathares , qu’ils considéraient comme hérétiques.

    Mon travail sur cette question remonte déjà à quelques temps, à l’occasion je m’y rempocherai.

    Bonne soirée,

    J'aime

  6. Car la source l’indique … c’est une lettre qui en elle-même démontre un conflit entre l’auteur de la lettre et ‘les cathares’ …

    Que reprochaient les procès aux cathares ?
    Et de ton coté tu as quelles sources ?

    J'aime

    • Bonjour Sandra,

      Je n’ai consulté directement aucune source. Je ne suis pas médiéviste. Mais en L3, j’avais du travailler sur ce sujet.
      A l’occasion je reprendrai les différents livres pour voir en détail les sources sur lesquelles ils s’appuient, mais a priori il n’y a aucune raison de remettre en question leur travail.

      Cela fait bien longtemps que le monde universitaire français n’est plus sous la tutelle de l’Eglise catholique

      Bonne journée,

      J'aime

  7. Sinon, des SPECULATIONS faites par des ‘chercheurs sérieux’ (pas de nom, pas de source, et pour l’instant, je n’ai pas trouvé les traces elles-mêmes)

    Ici ils commencent ainsi pour finir par nous donner une foule d’information, toutes au conditionnel : .
    http://www.france-secret.com/cathares_art3.htm

    L’Inquisition ayant détruit la plupart des livres cathares, c’est à la lumière de quelques documents, rescapés miraculeusement, et de ceux laissés par les Inquisiteurs que les historiens ont réussi, autant que possible, à pénétrer la pensée cathare. Mais l’Inquisition, à n’en pas douter, était partiale, et la vérité, à travers leurs textes, s’en est souvent trouvée déformée.
    Bien que le Catharisme ait emporté dans son massacre beaucoup de ses secrets, il nous est toutefois permis, grâce aux nombreuses études effectuées par des chercheurs sérieux,

    J'aime

  8. Ailleurs, ils commencent ainsi (droit d’auteur)
    http://www.catharisme.eu/Documents/publis/duvernoy/rdc/rdc-10.pdf
    Les sources relatives à la dogmatique cathare occidentale sont très abondantes et surtout inégales. Elles vont de quelques traits conventionnels, mentionnés dans une lettre ou une chronique, à des exposés complets assortis de réfutation, l’Ecriture à l’appui. Nous renvoyons, pour celles qui sont antérieures au milieu du XIIesiècle en occident à la partie historique de l’ouvrage, et, pour le bogomilisme, au développement qui lui est réservé.
    Un certain nombre de ces sources méritent que soit précisée leur provenance, et leur témoignage, pesé …

    … puis il y a aussi toute une suite de … SPECULATIONS ! 🙂

    J'aime

  9. Si tes traces sont uniquement celles des procès ……

    Aujourd’hui en Espagne, des personnes VIVANTES n’arrivent pas à faire ouvrir par Rome les traces concernant leur naissance. Ils sont en train d’ouvrir leur propre tombeaux, la plupart du temps vide ! Ils ‘cuisinent’ leur famille et découvrent avec horreur que ‘les sages femmes catholiques les ont arrachés à leur famille pour les VENDRE à d’autres couples.

    Alors que l’église n’était pas en guerre.

    Beaucoup de ‘sages catholiques’ sont morts car ils habitaient dans des régions reculées,. ou encore entourés de Vaudois, etc et l’inquisition ne faisait pas dans la dentelle, surtout si les ‘braves catholiques en question’ avaient quelques biens … nous savons de façon certaine, que les inquisiteurs se sont mis, petit à petit, à choisir les familles à spolier (à tuer) en fonction de la grandeur de leur patrimoine et non plus en raison de leur chrétienté. Qu’écrivaient ces tortionnaires dans leur rapport ?

    J'aime

    • « nous savons de façon certaine, que les inquisiteurs se sont mis, petit à petit, à choisir les familles à spolier (à tuer) en fonction de la grandeur de leur patrimoine et non plus en raison de leur chrétienté. Qu’écrivaient ces tortionnaires dans leur rapport ? »

      D’où sais-tu cela ?

      J'aime

      • En partie des liens que je t’ai transmis précédemment.

        Je proviens d’un pays qui a accueilli une multitude de réfugiés de l’inquisition, Genève, Zurich, etc. Nous avons donc une multitude de source autre que les sources du Vatican.

        Y compris sur les exactions protestantes, puisque des Calvins ou encore des Zwingl, n’hésitaient pas à noyer, pendre, etc les protestants qui ne pensaient pas comme eux.
        Exactions qui ont été montées en épingle pour tenté d’amoindrir les exactions catholiques.

        Il est avéré que l’inquisition faisait passer certaines femmes riches pour des sorcières, afin de spolier leur bien …
        Que les catholiques qui habitaient des les mêmes régions reculées que certains ‘hérétiques’ passaient eux aussi sous l’épée des inquisiteurs, en fonction de la grandeur de leur patrimoine …
        Etc, etc
        http://www.info-bible.org/histoire/reforme/calvin-servet.htm

        Après tu as toute l’histoire des juifs qui, depuis l’an 300 et des poussières ont été sans cesse persécutés par les catholiques.

        Les juifs devenus chrétiens pratiquaient encore parfois le Sabbat, mais soudain, les premiers Conciles (cela doit être sous Théodos) ont interdit la pratique du Sabbat sous peine d’anathème.

        Puis il y a eu des tas exactions. Une récente, par exemple est celle des années 1800 où Konstantin Pobedonostsev, procureur du Saint-Synode, dira ceci au sujet des Juifs : « Un tiers des Juifs sera converti, un tiers émigrera, un tiers périra »

        https://www.google.ch/search?hl=fr&noj=1&q=Konstantin+Pobedonostsev++Juifs++tiers+&oq=Konstantin+Pobedonostsev++Juifs++tiers+&gs_l=serp.12…32902.41760.0.43410.3.3.0.0.0.0.185.518.0j3.3.0….0…1c.1.23.serp..1.2.356.dIGpsLx1UJ0

        Encore plus récemment, tu as les exactions commises dans un but lucratif par les ‘bonnes (!)-soeurs’ d’Espagne par la vente de bébé, sous le couvert de leurs supérieurs hiérarchiques » ….

        http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2433

        J'aime

        • Oui enfin info-bible n’est pas spécialement un site très fiable 🙂 Je préfère plutôt les travaux universitaires.

          Quant aux mesures que tu évoques, tout droit être replacé dans le contexte. L’Antiquité est une période violente.

          Une simple question : historiquement, quel est le premier génocide attesté dans l’histoire ?

          J'aime

    • Oui …
      Terrible histoire et terrible présent !

      Pour revenir aux hérétiques, (aux faux-prophètes) si réellement certains d’entre eux n’étaient pas chrétiens, ce qui a sans doute dû arriver, puisque dans les lettres des apôtres, nous lisons qu’il y avait déjà de faux-frères, de faux-prophètes, de faux-apôtres, dénoncer leurs hérésies est une chose, les brûler vivant avec leurs enfants, une toute autre.

      Interdire l’accès à la bible, sa traduction en langue compréhensible et sa diffusion par contre, place soudain les hérétiques dans l’autre camps : celui des catholiques.
      En d’autres mots,si nous n’avons pas suffisamment de traces pour connaitre la croyance des cathares et donc leur hérésies, nous en avons suffisamment concernant les catholiques pour voir de façon évidente, qu’en tout cas eux l’étaient …

      J'aime

      • Sur les hérésies, Irénée de Lyon et ses coauteurs nous en décrivent quelques unes … on en retrouve une grande partie envers l’institution catholique … et même protestante ! 🙂

        J'aime

  10. Quant Irénée parle des hérétiques, il vise des gens bien particuliers qui nient les fondements du christianisme : incarnation, monothéisme, etc. J’ai du mal à voir comment ces critiques peuvent s’appliquer à des catholiques ou des protestants.

    J'aime

    • Oui, Irénée et ses coauteurs s’addreaaisent aux Valentin, gnostiques, etc
      Maintenant, si sous d’autres latitudes à d’autres époques, d’autres pensent/disent/font l’une de ses choses, est-ce que la ‘chose’ en elle-même reste fause ?
      Ou dans la bouche de quelqu’un d’autre, elle devient soudain juste.

      les hérétiques, selon Irénée de Lyon et ses coauteurs. (Connais-tu le nom des coauteurs ? Je ne les ai trouvé nul part)

      LIVRE I
      PREFACE

      – des discours mensongers
      – des généalogies sans fin
      – falsifiant les paroles du Seigneur
      – se faisant les mauvais interprètes de ce qui a été bien exprimé (NDSandra : l= rendre compliquer une chose simple puis dire que tous ne peuvent pas comprendre, notamment les laic)
      – gnose (NDSandra : la philosophie est depuis entrée de plein fouet dans le catholicisme et le protestantisme. Théologie (séminaire) comprenant même des cours de philo)
      – l’art des discours
      – sans plus se soucier de vraisemblance
      – s’ornant frauduleusement d’un vêtement de vraisemblance
      – « La pierre précieuse, voire de grand prix aux yeux de certains, qu’est l’émeraude, se voit insultée par un morceau de verre habilement truqué, s’il ne se rencontre personne qui soit capable de procéder à un examen et de démasquer la fraude. Et lorsque de l’airain a été mêlé à l’argent, qui donc, s’il n’est connaisseur, pourra aisément le vérifier ? »
      – leurs prodigieux et profonds mystères, que « tous ne comprennent pas»( NDSandra : la bible est compréhensible des enfants, des non-instruits, des jeunes dans la foi ! ) (…) « car il n’est rien de caché qui ne doive être révélé, rien de secret qui ne doive être connu ».

      Irénée dénonce tous ceux qui ne reconnaissent pas :
      – l’autorité des écritures.
      – l’autorité des écrits des apôtres

      Irénée dénonce encore ceux qui faussement :
      – pensent pouvoir interpréter/améliorer les écrits des apôtres
      – se placent en dessus des apôtres
      – disent que la tradition n’a pas été définitivement écrite
      – font croire que les saintes-lettres(= les écritures qui font autorités) renfermerait des choses « cachées »
      ……………. a. et donc qu’ils sont indispensables pour interpréter ce que d’autres ne peuvent pas comprendre
      …………….b. donc que la bible ne serait pas compréhensible de tous

      Et il s’avère que beaucoup de ces personnes étaient des gnostiques.
      Beaucoup étaient influencés par la philosophie grecques.
      D’ailleurs une partie des gnostiques placent le philosophe Platon sur le même plan que Jésus.
      Le mot « gnostique » recouvre une multitude de facettes, de croyance.

      Mais ce qu’Irénée dénonce est universel.

      Et si d’autres que les gnostiques ne reconnaissent pas l’autorité des écritures …. ou d’autres que les gnostiques souhaitent interpréter la tradition des apôtres …. qu’ils s’appellent Tartempion ou x ou y ou z, cela les englobe tous.

      Mes conclusions :
      L’église est où est la vérité.
      Là où est Jésus, là est l’église.
      Là où est la tradition apostolique, là est l’église.
      L’église qui est l’œuvre de JESUS, qui est composée de tous les sauvés.

      J'aime

      • Autre extrait d’Irénée et de ses coauteurs :

        En effet, lorsqu’ils se voient convaincus à partir des Écritures,( AT et les quatre évangiles, dans la bouche de ses auteurs) ils se mettent à accuser les Écritures elles-mêmes : elles ne sont ni correctes ni propres à faire autorité, leur langage est équivoque, et l’on ne peut trouver la vérité à partir d’elles si l’on ignore la Tradition. Car, disent-ils, ce n’est pas par des écrits que cette vérité a été transmise, mais de vive voix,(les hérétiques disent cela, donc) (…)

        Aussi est-il normal que, d’après eux, la vérité soit tantôt chez Valentin, tantôt chez Marcion, tantôt chez Cérinthe, puis chez Basilide, ou encore chez quelque autre disputeur n’ayant jamais pu prononcer une parole salutaire. Car chacun d’eux est si foncièrement perverti que, corrompant la règle de vérité, il ne rougit pas de se prêcher lui-même.

        Mais lorsqu’à notre tour nous en appelons à la Tradition qui vient des apôtres et qui, grâce aux successions des presbytres, se garde dans les Eglises (LES EgliseS) ils s’opposent à cette Tradition : plus sages que les presbytres et même que les apôtres, ils ont, assurent-ils, trouvé la vérité pure …

        (…) Il se trouve donc qu’ils ne s’accordent plus ni avec les Ecritures ni avec la Tradition. (DES APOTRES, et non pas celle de l’église)
        Tels sont les gens qu’il nous faut combattre, mon cher ami. Glissant comme des serpents, ils cherchent à s’échapper de tous côtés
        (…)
        Ainsi donc, la Tradition des apôtres, qui a été manifestée dans le monde entier, [b]c’est en toute Église qu’elle peut être perçue par tous ceux qui veulent voir la vérité.

        J'aime

  11. Pour ‘la chrétienté médiévale’, en lisant la bible et en regardant l’histoire, le chrétien est bien souvent à contre sens des gouvernements (romains, communistes, etc, etc et catholique ! 😉 )

    Après, on parle de RELIGION médiéval Dans les années 400 et des poussières, les temples grecs et romains dédiés aux vierges Artémis, Vénus, etc, prennent soudain le nom de Marie,(Anne, etc) les statues de Jupiter, deviennent soudain les statues de Saint-Pierre, etc, etc
    Dieu avec Adam et Eve sur le toit de la chapelle Sixtine est une reproduction de Zeus … etc, etc, etc

    La religion grec et romaine (égyptienne) se poursuit, sauf que les dieux changent de nom. Mais ils étaient habitués à ce que leur dieux et surtout déesse aient un nom par ville ou presque …

    Il y avait d’autres parts, de nombreuses superstitions, etc, etc et l’ensemble n’a rien à voir avec la chrétienté de près ou de loin …

    J'aime

  12. « Pour ta phrase ici : Cela fait bien longtemps que le monde universitaire français n’est plus sous la tutelle de l’Eglise catholique .
    J’en suis nettement moins certaine que toi !  »

    => Il y a quand même une différence entre « les bibliothèques municipales et la FNAC » et les bibliothèques universitaires. En 4 ans d’études supérieures, je ne me souviens même pas avoir eu l’idée de visiter une bibliothèque municipale.

    A l »EPHE, il ya même une section d’étude réservée au protestantisme évangélique et plusieurs chercheurs travaillent à plein temps dessus.

    Voir par exemple Sébastien Fath (CNRS) :

    http://blogdesebastienfath.hautetfort.com

    Quant aux historiens qui travaillent sur le catholicisme, ils sont loin d’être complaisants avec l’Eglise catholique. D’une manière générale, la liberté de parole est assez grande, y compris dans les institutions encore liées à l’Eglise catholique (l’Ecole biblique de Jérusalem, par exemple).

    J'aime

  13. « Pour ‘la chrétienté médiévale’, en lisant la bible et en regardant l’histoire, le chrétien est bien souvent à contre sens des gouvernements (romains, communistes, etc, etc et catholique ! ) »

    Le fondement de l’AT est une Loi qui est par essence théocratique. Toute l’histoire d’Israel, comme celle de tous les royaumes antiques, est marquée par une association entre politique et religion.

     » Après, on parle de RELIGION médiéval Dans les années 400 et des poussières, les temples grecs et romains dédiés aux vierges Artémis, Vénus, etc, prennent soudain le nom de Marie,(Anne, etc) les statues de Jupiter, deviennent soudain les statues de Saint-Pierre, etc, etc
    Dieu avec Adam et Eve sur le toit de la chapelle Sixtine est une reproduction de Zeus … etc, etc, etc

    La religion grec et romaine (égyptienne) se poursuit, sauf que les dieux changent de nom. Mais ils étaient habitués à ce que leur dieux et surtout déesse aient un nom par ville ou presque … »

    Oui mais cette religion est quand même chrétienne. Si aujourd’hui il n’y a pas de calife en Europe, c’est bien parce que des gens ont été prêts à mourir pour défendre leur foi.
    La question du rapport entre saints et dieux paiens, est un sujet beaucoup plus complexe. C’était d’ailleurs l’objet du dernier colloque de Nanterre.

    Quant au syncrétisme, cela avait déjà commencé bien avant. Dès la sortie d’Egypte, la religion israélite s’est mélangée avec les paganismes locaux, puis avec la religion babylonienne au moment de l’exil.

    C’est d’ailleurs ce que j’ai brièvement expliqué dans ma série : « Comprendre la croix ».

    Tout le système sacrificiel et de nombreuses prescriptions/fêtes mosaïques sont issues du paganisme. Après l’exil, les pharisiens ont adopté la conception pénale qui est tout droit issue du zoroastrisme, ainsi que leur angéologie.

    De fait aujourd’hui toute notre conception de Dieu est marquée par cette empreinte païenne. On a donc beau jeu de fustiger les catholiques…

    A l’occasion j’y reviendrai dans plusieurs articles plus précis.

    J'aime

  14. 1)
    Trouves-tu dans tes bibliothèques universitaires, les livres ont je t’ai donné la référence ? Le martirologue qui donne les noms d’une grande partie des victimes des bûchers, des livres sur les vaudois, les anabaptistes, les amiches fait par eux-mêmes ?

    2)
    Tu m’écris ceci :Oui mais cette religion est quand même chrétienne.
    Ce qui défini la religion chrétienne, c’est de croire en Jésus seul, en sa mort et en sa résurrection qui nous offre la vie. Croyance qui a pour conséquance l’AMOUR agapé envers son prochain, (les cathares refusaient de mentir par exemple, ce qui s’est souvent retourné contre eux)
    3)
    Si aujourd’hui il n’y a pas de calife en Europe, c’est bien parce que des gens ont été prêts à mourir pour défendre leur foi.

    Nous avons un calife qui a les plein pouvoirs, exécutifs, judiciaire etc et même diplomatique qui est la suite du grand pontife dans la religion romaine : le pape !

    Bien qu’il ne s’appelle pas calife mais pape. Il élit à lui tout seul tout ces cardinaux, puis, eux élisent ???? (nous n’en savons absolument rien, puisque cette société est secrète) un nouveau pape.
    Les premiers EVEQUES étaient élu clairo (au grand jour) et populo (par le peuple). Tout comme la bible nous le dit.

    J'aime

    •  » Nous avons un calife qui a les plein pouvoirs, exécutifs, judiciaire etc et même diplomatique qui est la suite du grand pontife dans la religion romaine : le pape  »
      Oui … et qui commande un espace de 0,44 km2 😀

      Personnellement je préfère quand même vivre en France qu’en Arabie Saoudite, après je respecte toutes les opinions.

      L’Eglise catholique a eu son rôle dans l’histoire. Tout n’était pas parfait mais elle a assuré la protection de l’Europe dans des temps difficiles et violents. A l’occasion je développerai ma vision de l’histoire dans quelques articles complémentaires.

      « Trouves-tu dans tes bibliothèques universitaires, les livres ont je t’ai donné la référence ? »
      Je te laisse chercher :
      http://www.sudoc.abes.fr/

      J'aime

      • 1)
        Pour ta phrase ici :
        Le chrétien c’est celui qui est membre du corps de Christ.

        Qu’est-ce que le corps de Christ pour toi ?

        2)
        De quelle planète tombes-tu pour croire que le Pape n’est souverain que sur le ‘pays Vatican’ de quelques mètres carrés ! 🙂
        Comme déjà dit, le Pape n’est pas le successeur de Pierre, mais des ‘grands pontifs’ romains et il a un pouvoir total sur tous les cardinaux du monde entier. Il peut les révoquer dans l’heure, ou les promouvoir à sa guise, entièrement seul.

        Les cardinaux ont eux le pouvoir sur d’autres qu’ils peuvent eux révoquer dans l’heure, ou le contraire.
        Si tu me trouves un seul prêtre qui a été élu par ses fidèles, tu me le présenteras, car je ne le connais pas ! 🙂
        Le Pape a donc les pleins pouvoir sur l’ensemble de l’institution catholique dans le MONDE ENTIER.

        Je découvre à l’instant que les cardinaux sont les successeurs des OFFICIERS et GENERAUX. Ce qui n’a pas même avoir avec la religion romaine … bien évidement, encore moins avec la chrétienté.

        Un cardinal (du latin cardinalis, principal) est un haut dignitaire de l’Église catholique choisi par le pape et chargé de l’assister.
        http://fr.wikipedia.org/wiki/Cardinal_%28religion%29
        Histoire

        Déjà, dans l’Empire romain depuis Théodose, le titre de cardinalis était donné à des officiers de la couronne, à des généraux d’armée, au préfet du prétoire en Asie et en Afrique, parce qu’ils remplissaient les principales charges de l’empire.

        3)
        Dans ta bibliothèque, trouves-tu les thèses de Luter, de Calvin ? Les encyclopédies d’Alfred Kuen ?
        La biographie et autres écrits de Spurgeon ? Darby ? Barth ? William Both ? George Muller ? John Wesley ? Pendle Hill ? George Fox ? Desmond Tutu ? Billy Graham ? John MacArthur ?
        Des écrits sur l’église orthodoxe ? Éthiopienne ?

        J'aime

  15. Je relisais le tout. Voyant tout ce que tu sais et à quoi tu as accès (ta bibliothèque), je n’en reviens toujours pas de ta phrase ici :
    les premiers évangéliques sont donc les « ordres mendiants », les plus connus étant les franciscains et les dominicains
    Même par wiki, en quelques lignes succinctes, on voit que les dominicains n’aurais jamais pu être évangéliques.
    Les faits :
    Le pape Grégoire IX, se méfiant du manque d’efficacité pastorale des évêques, confie l’Inquisition dès sa création par la bulle Excommunicamus (1223) aux dominicains, deux ans après la mort du fondateur de l’Ordre. Cependant, Dominique n’avait pas participé lui-même à la croisade contre les Albigeois, préférant lutter par les moyens du verbe. Compte tenu de leur compétence théologique, de leur vocation à être près du peuple, et de leur bonne image dans la société médiévale, le pape choisit de préférence dans les rangs des dominicains ses représentants pour en faire des juges de l’Inquisition.

    Les dominicains n’étaient pas évangéliques (à moins que tu n’aies souhaité dire évangéliSTES ? ?) bien qu’être inquisiteur ET être évangéliSTE, n’est pas plus compatible qu’avec tortionnaire et évangéliQUE …

    L’annonce de la bonne nouvelle de l’évangile est sans rapport avec le fait de tuer (ou de faire tuer) … ou alors, c’est un autre évangile, un autre Jésus-Christ qui est annoncé ! Un faut évangile, un faut Christ …

    J'aime

    • Bonsoir Sourire,

      Je me suis peut être mal exprimé : le but de cette première partie était d’enquêter pour savoir quand le mot « évangélique » est apparu. Or de ce que j’ai vu, ce terme apparait au Bas Moyen Age et les premiers à être désignés ainsi sont les ordres mendiants. Je ne juge pas du contenu.

      J'aime

      • Quelles sont tes sources ?
        T’es certain que ce n’est pas une ‘nouveauté historique’ ?

        Sinon, tu ne peux pas ne pas avoir d’opinion en lisant ces deux choses absolument contradictoire _
        Je te cite :
        – Il ne prêchait plus seulement l’Evangile par des mots mais ils voulaient conformer leur vie à cet Evangile.

        Parmi les plus célèbres, on peut citer
        – Pierre Valdo (qui donnera naissance aux Vaudois) et
        – François d’Assise (saint François, dont le pape actuel tire son nom). Les premiers évangéliques sont donc les « ordres mendiants », les plus connus étant
        . les franciscains et
        – les dominicains.

        Etre juge dans un tribunal qui mène au bûcher n’a rien mais rien à voir avec une vie conforme à l’évangile-

        Mettre dans le même panier les chrétiens victimes et les fourbes bourreaux inquisiteurs, c’est déjà donner ton opinion.

        Sinon, selon mes sources à moi, le mot évangéliQUE est très récent. Maximum 200 ans.
        Quelles sont tes sources ???

        Par contre, des Timothée, Paul, etc étaient des évangéliSTES.

        J'aime

        • C’est aussi une question de rapport de force. Les victimes sont les victimes, parce qu’elles sont plus faibles, mais lorsque les rapports de force s’inversent, ils deviennent bourreaux.

          Concernant le terme évangélique il apparait déjà au Moyen Age notamment dans les hagiographies, si la question t’intéresse je ne peux que te conseiller le livre de ma professeur d’histoire médiévale : Catherine Vincent, Eglise et société en Occident XIIIe-XVe siècle et plus particulièrement le Chapitre 2 : Renouveau du monde des réguliers et avènement des ordres mendiants.
          Mais l’ensemble du livre est intéressant.

          J'aime

  16. 1) Pour ta phrase ici :
    Le chrétien c’est celui qui est membre du corps de Christ.

    Qu’est-ce que le corps de Christ pour toi ?

    Quand Jésus était sur Terre, c’était lui. Maintenant il en est la tête. Pour faire partie de ce corps il faut être né d’en haut.

    2)Le Pape a donc les pleins pouvoir sur l’ensemble de l’institution catholique dans le MONDE ENTIER.

    Deux remarques :
    1) Le pape n’a justement un pouvoir QUE sur l’institution catholique. Tu vis en Europe et tu n’es pas catholique ? Bonne nouvelle le pape n’a AUCUN pouvoir sur toi.

    2) Il faut distinguer théorie et réalité. Tu connais certainement la célèbre boutade : les catholiques ont un pape, les évangéliques en ont un par église. Très concrètement, la taille même de l’Eglise catholique limite les pouvoirs du pape.
    Dans les faits un » catholique de base » est beaucoup moins contrôlé par un système religieux qu’un « évangélique de base ». Tu peux toujours trouver des exceptions mais globalement le contrôle pastoral est aujourd’hui beaucoup plus fort dans les églises évangéliques que dans l’Eglise catholique. Et je parle en connaissance de cause, puisque je fréquente les deux milieux.

    Dans ta bibliothèque, trouves-tu les thèses de Luter, de Calvin ? Les encyclopédies d’Alfred Kuen ?
    La biographie et autres écrits de Spurgeon ? Darby ? Barth ? William Both ? George Muller ? John Wesley ? Pendle Hill ? George Fox ? Desmond Tutu ? Billy Graham ? John MacArthur ?
    Des écrits sur l’église orthodoxe ? Éthiopienne ?

    Bien sur qu’il y a les écrits (complets) de Luther et Calvin. Et oui il y a aussi des livres sur l’Eglise orthodoxe et sur l’Eglise éthiopienne. Il y en a aussi sur les Eglises syriaques, arménienne, copte, etc.

    Pour le reste, les bibliothèques ne vont quand même pas collecter les écrits de tous les pasteurs du coin. Il y a des écrivains catholiques qui ont eu autant, voir plus d’influence que les personnes citées et qui ne sont pas non plus en bibliothèque.

    Il y a aussi une autre donnée à prendre en compte, c’est que les bibliothèques ne collectent que des sources sérieuses. Or beaucoup de sources évangéliques (comme le site info-bible que tu citais) sont assez fantaisistes.

    http://www.info-bible.org/histoire/vaudois/sylvestre.htm

    Ce texte est basé sur la « donation de Constantin ». Or on a démontré depuis le XVe siècle (mais on s’en doutait déjà avant) que ce document est un faux fabriqué à l’époque carolingienne.

    Bonne soirée 🙂

    J'aime

    • Tu connais certainement la célèbre boutade : les catholiques ont un pape, les évangéliques en ont un par église.

      Une petite partie des évangéliques oui, idolâtrent leur pasteurs et le considère comme étant au dessus-d’eux.Énormément d’assemblées évangéliques élisent leurs responsables par contre …

      Il y a d’énormes différences d’une dénomination à l’autre, d’une ville à l’autre ..

      Mais ceux qui n’avaient que la bible sur des générations, élisaient tous leurs anciens selon les critères bibliques, sans jamais voir leurs anciens comme ayant un quelconque pouvoir … bien qu’il soit arrivé que certain essaye de le prendre … la soif de pouvoir n’étant pas réservée aux empereurs romains ! 🙂

      J'aime

      • Bonjour Sandra,

        Il faudra que tu me donnes l’adresse de l’Eglise que tu fréquentes !
        Car pour l’instant les églises dont tu me parles, c’est un peu comme le yéti, j’en ai beaucoup entendu parler mais je n’en ai encore jamais vu.

        J'aime

    • Comme tu n’aimes pas l’ensemble du site info-bible,
      D’autres sources sur cette exaction protestante :

      https://www.google.ch/#sclient=psy-ab&q=Michel+Servet+1511+br%C3%BBl%C3%A9+Gen%C3%A8ve&oq=Michel+Servet+1511+br%C3%BBl%C3%A9+Gen%C3%A8ve&gs_l=hp.3…15212.23285.2.23749.22.17.5.0.0.0.295.2591.0j15j2.17.0….0…1c.1.23.psy-ab..22.8.1527.rVUlo9rHG0k&pbx=1&bav=on.2,or.r_qf.&bvm=bv.50165853,d.bGE&fp=3ac757c1af6e5b4e&biw=1025&bih=498

      Ceci dit, si tu écartes, cette source-là, ne lui donnant pas le droit à l’erreur, tu peux écarté l’ensemble des sources en provenance de l’inquisition, toutes sources catholiques de cette époque … puisque même les traces, à ces époques du pouvoir catholique, étaient parfois fabriquées de toutes pièces …

      J'aime

          • Oui.
            Beaucoup de résultats ‘globaux’.
            Combien nomment les traces trouvées sur le catharisme ?
            Combien décrivent les dites traces ?
            Combien donnent une copie des dites traces ?

            A ma connaissance il y a :
            1)- un NT échappé des flammes et pour être objectif dans les explications, il doit être mentionné que la bible était en plusieurs volumes à ces époques.
            2)- une lettre de la part d’un dissident-extrémiste cathare écrite aux parfaits (c’est à dire aux responsables) donc le contenu démontre que la façon de voir les choses de son auteur était très différente de la pensée cathare. Et donc, pour être objectif le site doit expliqué ce qu’est un parfait ET expliquer que cette lettre n’est pas l’oeuvre des cathares eux-mêmes.
            3)- quelques très rares lignes ici et là, dans des écrits ‘non-cathares’ qui donnent de FURTIVES mini-descriptions des cathares qu’ils ont rencontrés.
            4) – des informations sur la volonté cathare de ne pas mentir et donc de souvent mettre en danger leurs familles et amis, en répondant à leur bourreaux, les inquisiteurs ayant très vite compris ceci et largement abusés de leur volonté de vérité. (Volonté alimentée par le fait de ‘faire le contraire’ de l’institution romaine.

            A ma connaissance, ces traces ne sont pas sur Internet en français en tout cas. Par contre, il y a une foison de SPECULATIONS, et d’hypothèse diverses et variées sur la pensée cathare. Mais rares, très, très rares sont les sites qui mettent objectivement en évidence le fait que la lettre conservée l’a été dans le but avoué de gardé une FAUSSE-trace de la pensée cathare pour justifier le massacre de CHRÉTIENS exemplaires en actes en tout cas car nous savons de façon certaine, (par le point 3) qu’ils servaient les pauvres, les malades etc

            et si tu trouves un site qui explique que n’avoir retrouver que le NT peut largement être le fait d’une même volonté que précédemment, c’est à dire, avoir de quoi justifier ces jugements arbitraires. Ou bien, qu’un NT très bien caché à échappé aux flammes de l’inquisition.

            A ma connaissance, en français, sur les 9’880’000 résultats trouvés sur l’inquisition, on peut largement supprimer 9’879’990 réponses … et n’en garder que 10 … et sur les copies (traductions) au mot à mot des traces … sur ces 9’880’000, combien de site les montre ?

            En informatique, on appelle ceci beaucoup de bruit. C’est à dire, énormément de réponse mais très peu qui apportent réellement des informations concrètes …

            Internet est le reflet de wiki et des bibliothèques universitaires et autres qui sont par ailleurs achalandées par des universitaires, tout comme les universitaires … qui toutes orientent ‘l’opinion public’ dans tel ou tel courant de pensée …

            Ceci selon mes ‘recherches’ mais je suis tout ouille si tu as connaissance d’autres traces et plus encore si il en existe des reproductions. Le NT peut se voir au musée de Lyon … mais le lien vers la page concernant cet objet, à partir du dit musée, ne figure plus sur Internet depuis déjà un bout de temps …

            J'aime

  17. Tu as écrit : Bien sur qu’il y a les écrits (complets) de Luther et Calvin.(…)Pour le reste, les bibliothèques ne vont quand même pas collecter les écrits de tous les pasteurs du coin.

    William Booth, c’est 58 pays touché en quelques années … c’est Londres plusieurs heures entièrement bloqué à son enterrement … il y avait plus de personne qu’à l’enterrement de Michel Jackson …

    Muller a préché lui dans 42 pays, il a brassé des millions et plus pour venir en aide à 19’935 orphelins. Il a également créé 117 écoles qui ont offert une éducation chrétienne à plus de 120 000 enfants , etc, etc

    Quand à Kuen, il y écrit plus de 60 livres traduit la bible, écrit des encyclopédies entières …
    http://www.xl6.com/auteurs/alfred-kuen
    (On voit quelques autres auteurs sur la colonne de gauche)

    D’autres sont partis en Chine, et sont à la base des millions de chrétiens chinois d’aujourd’hui … etc, etc, etc, …

    Donc pour les ‘pasteurs du coin’ tu repasseras ! 🙂

    Maintenant, si dans ta bibliothèque, il n’y a que qu’une poignée de livre sur le catholicisme, tu m’excuseras par avance de l’avoir trouvée plus qu’orientée ! 🙂

    Le pire serait que cette bibliothèque ait réussi à se faire passer pour une bibliothèque qui ne subit pas l’influence du catholicisme …

    … faire croire à la neutralité des bibliothèques universitaires de France, alors qu’elles ne le sont pas, serait alors le comble cette influence ! 🙂

    Soit béni
    Sandra

    J'aime

    • A mon humble avis je pense que tu ne mesures pas vraiment l’anticatholicisime qui existe en France. Toute l’histoire du XIX e siècle pourrait se résumer à une lutte entre les Républicains et l’Eglise catholique. La République française s’est construite CONTRE l’Eglise catholique.

      Alors prétendre que le système universitaire français est sous influence catholique ! ,,, c’est complètement irréaliste.

      J'aime

      • Oui. Ceci était vrai il y a encore 10-15 ans.

        La volonté de faire revenir à Rome ‘le plus de personne possible’ commence de laisser paraitre ses différentes stratégies … les alliances faites avec un des plus grand groupe évangélique : les pentecôtistes (bien que ce groupe est ‘à part’ dans le milieu évangélique … faire des rassemblement comme Taisé (le syncrétisme) avec les protestantes … atténuer dans l’histoire, les exactions de l’inquisition … faire aimer, c’est à dire, trouver des excuses contextuelles à l’inquisition qui auront pour conséquence de faire cesser les débats sur la pertinence CHRETIENNE d’interdire de lire la bible, etc, etc … assembler les intellectuels chrétiens autour d’Irénée de Lyon … créer la phobie de l’islam, dans le but que beaucoup se réfugient dans ‘une contrepartie forte’, etc, etc Veiller sur le net à ce qui s’écrit …
        Dans une page sur les canon des conciles,j’avais ajouté le canon 14, sur l’interdiction de lire la bible. Lorsque tu lis la page wiki, tu as l’impression que cette page donne l’entier des canons inventés lors de tel concile, et donc, je l’avais mis à la bonne place, avec la bonne date, passer dans word pour qu’il n’y ait pas de faute de frappe, relu 3 fois avant de poster … il n’est resté qu’une heure sur wiki.

        Et … lorsque je te lis toi, qui étudie, qui fouille même, et qui a la volonté d’être objectif, d’avoir des sources surs, etc, etc pour mettre au final, dans le même sac les dominicains et les vaudois, les bras m’en tombe … tes écrits sont le résultats évident de cette stratégie …

        J'aime

        • Ce que j’ai souhaité dire, c’est qu’il y a 10-15 ans, les français vivaient encore sous la très grande influence des conséquences de la révolution française.
          Mais petit à petit, l’influence contraire gagne du terrain … et comme beaucoup sont convaincus du contraire, (de ce que tu m’as écrit), ils n’envisagent pas qu’il puisse en être autrement … petit à petit autrement … insidieusement autrement … qui va piano va sono …

          J'aime

          • A mon avis Sandra tu fais une fixation sur l’Eglise catholique qui t’empêche d’être objective.

            Je vais te donner un exemple tout simple, tu dis :

            « créer la phobie de l’islam, dans le but que beaucoup se réfugient dans ‘une contrepartie forte’, etc »

            C’est complètement absurde. Au contraire, beaucoup de gens se plaignent que l’Eglise catholique soit bien trop complaisante avec l’islam. Un célèbre converti a même quitté l’Eglise catholique à cause de cela :

            http://fr.novopress.info/134834/magdi-cristiano-allam-quitte-leglise-catholique-complaisante-avec-lislam-mondialiste-immigrationniste/

            Les partis nationalistes français n’arrêtent pas de se plaindre de l’islamophilie de la hiérarchie catholique.

            Benoit XVI a renouvelé la rencontre d’Assise, provoquant la colère des catholiques traditionalistes

            Et encore récemment , François a fait des déclarations allant dans le même sens : http://www.lemonde.fr/europe/article/2013/08/02/le-pape-francois-veut-rapprocher-islam-et-christianisme_3456966_3214.html

            En bref, si des gens ont peur de l’islam ce n’est certainement pas vers l’Eglise catholique qu’ils iront se réfugier. Il suffit de lire les commentaires des sites de droite/extrême-droite pour voir que l’Eglise catholique est totalement méprisée.

            Quant à l’influence de l’Eglise catholique sur la société française, elle n’arrête pas de diminuer.

            J'aime

  18. Bonsoir Pistis,

    Merci pour ta remarque. Effectivement je n’y avais jamais fait attention, mais en y regardant de plus près, le terme de « chrétien » est bien un sobriquet péjoratif venu de leurs adversaires.,

    Après comme je l’ai dit à Sandra, les disciples eux-mêmes l’ont très vite repris.

    J'aime

    • C’est toujours enrichissant de pouvoir partager ce qu’on découvre comme vérité.
      Je suis de très près les recherches, David.

      J'aime

  19. Bonsoir Sandra,

    Pour répondre à ta question :

    « Sources ?
    Car dans les livres des pères de l’église que j’ai lu, ils parlaient surtout de ‘frères’ … »

    Je n’ai pas eu le temps de faire tous les écrits antiques, mais il est intéressant de noter que le terme de « chrétien » apparait déjà chez Ignace d’Antioche, qui était justement le responsable de l’Eglise d’Antioche à la fin du premier siècle :

    « Il convient donc de ne pas seulement porter le nom de chrétien, mais de l’être aussi… » Lettre aux Magnésiens IV,

    « … je voudrais toujours participer pour être trouvé dans l’héritage des chrétiens d’Ephèse, qui ont toujours été unis aux Apôtres, par la force de Jésus-Christ » Lettre aux Ephésiens XI, 2

    « Ne demandez pour moi que la force intérieure et extérieure pour que non seulement je parle, mais que je veuille, pour que non seulement on me dise chrétien, mais que je le sois trouvé de fait. » Lettre aux Romains III,2

    « Je vous exhorte donc, non pas moi, mais la charité de Jésus-Christ, à n’user que de la nourriture chrétienne, et à vous abstenir de toute plante étrangère, qui est l’hérésie » Lettre aux Tralliens VI,1

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s