Les patriarches

          On désigne sous le nom de « patriarches », les ancêtres du peuple d’Israël. Au sens restreint, on distingue quatre générations de patriarches.

Abraham

      Le premier des patriarches est Abraham. Son autorité est reconnue par les trois grandes religions monothéistes (judaïsme, christianisme et islam). Jésus et Paul se réfèrent particulièrement à Abraham qui est le « père de la foi ».

       En effet, Abraham est le premier à avoir reçu l’alliance de la circoncision. Il a donc servi Dieu à la fois comme circoncis et comme incirconcis. Surtout il a reçu deux promesses :

 « L’Eternel dit à Abram, après que Lot se fut séparé de lui : Lève les yeux, et, du lieu où tu es, regarde vers le nord et le midi, vers l’orient et l’occident ;  car tout le pays que tu vois, je le donnerai à toi et à ta postérité pour toujours.  Je rendrai ta postérité comme la poussière de la terre, en sorte que, si quelqu’un peut compter la poussière de la terre, ta postérité aussi sera comptée.  Lève-toi, parcours le pays dans sa longueur et dans sa largeur ; car je te le donnerai. » Genèse 13 : 14-17

 Mais quelle est cette postérité ? L’apôtre Paul est très clair :

 « Or les promesses ont été faites à Abraham et à sa postérité. Il n’est pas dit : et aux postérités, comme s’il s’agissait de plusieurs, mais en tant qu’il s’agit d’une seule : et à ta postérité, c’est-à-dire, à Christ. » Galates 3 : 16

 Il n’y a donc pas à chercher d’autres postérités, la seule postérité d’Abraham est Christ.

 Isaac

        Isaac est le seul fils légitime d’Abraham. C’est une des plus grandes préfigurations de Jésus dans l’Ancien Testament. Il représente en effet le fils parfait, toujours obéissant à son père. Isaac n’a épousé qu’une seule femme, chose rare à cette époque, Rebecca, de qui il a eu deux fils : Jacob et Esaü. Isaac aimait le second, mais Rebecca préférait le premier.

 Jacob

        Jacob au contraire est une figure beaucoup plus complexe. Il n’hésite pas à manipuler et à tromper son père pour recevoir la bénédiction de l’ainé, qui appartenait pourtant à Esaü. Cette tromperie engendre la haine de son frère et oblige Jacob à fuir loin de sa famille et à se réfugier chez Laban, le frère de sa mère. Il y restera 20 ans et  épousera les deux filles de Laban, ses cousines, avant de finalement retourner chez lui.

 C’est au retour de cet exil forcé que Jacob change de nom et devient Israël :

« Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu’au lever de l’aurore.  Voyant qu’il ne pouvait le vaincre, cet homme le frappa à l’emboîture de la hanche ; et l’emboîture de la hanche de Jacob se démit pendant qu’il luttait avec lui.  Il dit : Laisse-moi aller, car l’aurore se lève. Et Jacob répondit : Je ne te laisserai point aller, que tu ne m’aies béni.  Il lui dit : Quel est ton nom ? Et il répondit : Jacob.  Il dit encore : ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël ; car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur.  Jacob l’interrogea, en disant: Fais-moi je te prie, connaître ton nom. Il répondit : Pourquoi demandes-tu mon nom ? Et il le bénit là.  Jacob appela ce lieu du nom de Peniel : car, dit-il, j’ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée. » Genèse 32 : 24-30

Les douze fils d’Israël

       Enfin la quatrième génération de patriarches est constituée par les douze fils d’Israël qui donneront directement leurs noms aux douze tribus d’Israël. Ces douze fils sont nés de la rivalité des deux sœurs :

« L’Eternel vit que Léa n’était pas aimée ; et il la rendit féconde, tandis que Rachel était stérile.  Léa devint enceinte, et enfanta un fils, à qui elle donna le nom de Ruben ; car elle dit : L’Eternel a vu mon humiliation, et maintenant mon mari m’aimera. Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : L’Eternel a entendu que je n’étais pas aimée, et il m’a aussi accordé celui-ci. Et elle lui donna le nom de Siméon.  Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Pour cette fois, mon mari s’attachera à moi ; car je lui ai enfanté trois fils. C’est pourquoi on lui donna le nom de Lévi.  Elle devint encore enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Cette fois, je louerai l’Eternel. C’est pourquoi elle lui donna le nom de Juda. Et elle cessa d’enfanter. Lorsque Rachel vit qu’elle ne donnait point d’enfants à Jacob, elle porta envie à sa sœur, et elle dit à Jacob: Donne-moi des enfants, ou je meurs ! La colère de Jacob s’enflamma contre Rachel, et il dit : Suis-je à la place de Dieu, qui t’empêche d’être féconde ? Elle dit : Voici ma servante Bilha ; va vers elle ; qu’elle enfante sur mes genoux, et que par elle j’aie aussi des fils. Et elle lui donna pour femme Bilha, sa servante ; et Jacob alla vers elle. Bilha devint enceinte, et enfanta un fils à Jacob.  Rachel dit : Dieu m’a rendu justice, il a entendu ma voix, et il m’a donné un fils. C’est pourquoi elle l’appela du nom de Dan. Bilha, servante de Rachel, devint encore enceinte, et enfanta un second fils à Jacob. Rachel dit : J’ai lutté divinement contre ma sœur, et j’ai vaincu. Et elle l’appela du nom de Nephthali. Léa voyant qu’elle avait cessé d’enfanter, prit Zilpa, sa servante, et la donna pour femme à Jacob. Zilpa, servante de Léa, enfanta un fils à Jacob.  Léa dit : Quel bonheur ! Et elle l’appela du nom de Gad.  Zilpa, servante de Léa, enfanta un second fils à Jacob. Léa dit : Que je suis heureuse ! car les filles me diront heureuse. Et elle l’appela du nom d’Aser. Ruben sortit au temps de la moisson des blés, et trouva des mandragores dans les champs. Il les apporta à Léa, sa mère. Alors Rachel dit à Léa : Donne moi, je te prie, des mandragores de ton fils. Elle lui répondit : Est-ce peu que tu aies pris mon mari, pour que tu prennes aussi les mandragores de mon fils ? Et Rachel dit : Eh bien ! il couchera avec toi cette nuit pour les mandragores de ton fils.  Le soir, comme Jacob revenait des champs, Léa sortit à sa rencontre, et dit : C’est vers moi que tu viendras, car je t’ai acheté pour les mandragores de mon fils. Et il coucha avec elle cette nuit. Dieu exauça Léa, qui devint enceinte, et enfanta un cinquième fils à Jacob.  Léa dit : Dieu m’a donné mon salaire parce que j’ai donné ma servante à mon mari. Et elle l’appela du nom d’Issacar.  Léa devint encore enceinte, et enfanta un sixième fils à Jacob.  Léa dit : Dieu m’a fait un beau don ; cette fois, mon mari habitera avec moi, car je lui ai enfanté six fils. Et elle l’appela du nom de Zabulon.  Ensuite, elle enfanta une fille, qu’elle appela du nom de Dina.  Dieu se souvint de Rachel, il l’exauça, et il la rendit féconde.  Elle devint enceinte, et enfanta un fils, et elle dit : Dieu a enlevé mon opprobre. Et elle lui donna le nom de Joseph, en disant : Que l’Eternel m’ajoute un autre fils !  Lorsque Rachel eut enfanté Joseph, Jacob dit à Laban : Laisse-moi partir, pour que je m’en aille chez moi, dans mon pays. » Genèse 29 :31 – 30 : 25

 La famine

        A la fin de la vie de Jacob, une famine sévit dans le pays de Canaan, et toute la famille se réfugie en Egypte où l’un des frères, Joseph, était devenu « premier ministre ».

Pharaon autorise la famille de Jacob à s’installer en terre d’Egypte :

« Joseph alla avertir Pharaon, et lui dit : Mes frères et mon père sont arrivés du pays de Canaan, avec leurs brebis et leurs bœufs, et tout ce qui leur appartient ; et les voici dans le pays de Gosen. Il prit cinq de ses frères, et les présenta à Pharaon.  Pharaon leur dit : Quelle est votre occupation ? Ils répondirent à Pharaon : Tes serviteurs sont bergers, comme l’étaient nos pères.  Ils dirent encore à Pharaon : Nous sommes venus pour séjourner dans le pays, parce qu’il n’y a plus de pâturage pour les brebis de tes serviteurs, car la famine s’appesantit sur le pays de Canaan ; permets donc à tes serviteurs d’habiter au pays de Gosen.  Pharaon dit à Joseph : Ton père et tes frères sont venus auprès de toi.  Le pays d’Egypte est devant toi ; établis ton père et tes frères dans la meilleure partie du pays. Qu’ils habitent dans le pays de Gosen ; et, si tu trouves parmi eux des hommes capables, mets-les à la tête de mes troupeaux. Joseph fit venir Jacob, son père, et le présenta à Pharaon. Et Jacob bénit Pharaon.  Pharaon dit à Jacob : Quel est le nombre de jours des années de ta vie ? Jacob répondit à Pharaon : Les jours des années de mon pèlerinage sont de cent trente ans. Les jours des années de ma vie ont été peu nombreux et mauvais, et ils n’ont point atteint les jours des années de la vie de mes pères durant leur pèlerinage.  Jacob bénit encore Pharaon, et se retira de devant Pharaon. Joseph établit son père et ses frères, et leur donna une propriété dans le pays d’Egypte, dans la meilleure partie du pays, dans la contrée de Ramsès, comme Pharaon l’avait ordonné. » Genèse 47 : 1-11

 Cet accueil très favorable, n’est cependant que momentané

Publicités

13 réflexions sur “Les patriarches

  1. Je trouve dommage que vous ne nous donniez pas votre compréhension de ces textes, dont l’affichage ne me semble pas d’un grand intérêt, puisque nous avons des Bibles. Qu’en tirez-vous, vous, pour votre édification, et la notre ? Pourquoi est-il écrit que Celui qui est « a aimé Jacob, et haï Esaü » ? Nous savons tous, bien sûr, que c’est parce que Jacob attache le plus grand prix à la bénédiction. Mais quels enseignements tirez-vous de toutes ces figures ?

    J'aime

    • Bonsoir fildeferiste,

      C’est une bonne remarque.

      En fait je n’ai peut être pas été très clair.
      Le but de cette série est justement de présenter un résumé de l’histoire du Salut contenue dans la Bible à des gens qui n’ont jamais eu l’occasion de la lire.

      Donc même si je pense que ces articles peuvent aussi intéresser des chrétiens, cette série s’adresse avant tout aux non-chrétiens. C’est là sa particularité par rapport aux autres séries d’articles qui s’adressent en revanche plutôt aux chrétiens.

      Pour ce qui est des textes en eux-mêmes, j’ai aussi commencé à publier des commentaires bibliques dans lesquels je développerai plus mon point de vue personnel.

      J'aime

  2. Bonjour David,

    Au tout début de La Genèse, les matriarches sont ‘listées’ dans les généalogies. Par exemple :

    Genèse 36:12. Thimna était la concubine d’Eliphaz, fils d’Esaü 22. La soeur de Lothan fut Thimna. 40-42. Voici les noms des chefs issus d’Esaü, selon leurs tribus, selon leurs territoires, et d’après leurs noms : le chef Thimna, le chef Alva, le chef Jetheth, le chef Oholibama, le chef Ela, le chef Pinon, le chef Kenaz, le chef Théman, le chef Mibtsar, le chef Magdiel, le chef Iram.

    Puis soudain, les femmes disparaissent des généalogies. Sais-tu si c’est ‘nos yeux du 21ème siècle qui mettent en avant les patriarches ? Ou bien, si dès la Septante, les femmes ont été ‘mises de coté’.
    Actuellement, le peuple d’Israël reconnait un nombre considérable de prophétesses, dont 7 avec un nom connu :Sara, Miryam, Débora, Hana (Anne), Abigaèl, Houlda, Esther.
    Il reconnait d’autre part les matriarches suivantes donc certaines sont aussi prophétesses : Sara, Rivqa (Rébecca), Léa et Ra’hel (Rachel).

    L’Ancien Testament dans son ensemble mentionne à plusieurs reprises de réelles prophétesses et de réels prophètes, tout comme il mentionne de faux-prophètes et de fausses-prophétesses. Plusieurs sites hébraïque parlent des matriarches en Israël sur Internet. Plusieurs de ces femmes sont d’ailleurs mentionnées en tant que mère d’Israël dans la bible.

    Genèse 46
    Léa et Jacob : Ruben, Siméon, Lévi, Juda, Issachar, Zabulon
    Tels sont les fils que Léa avait enfantés à Jacob, en plus sa fille Dina
    Zilpa servante de Léa et Jacob : Gad, Asher
    Rachel et Jacob : Joseph, Benjamin
    Bilha et Jacob : Dan et Nephtali

    Genèse 35:23 à 26
    Les fils de Léa : le premier-né de Jacob, Ruben, puis Siméon, Lévi, Juda, Issachar et Zabulon.
    Les fils de Rachel : Joseph et Benjamin (les deux plus petits).
    Les fils de Bilha, la servante de Rachel : Dan et Nephtali.
    Les fils de Zilpa, la servante de Léa : Gad et Asher. Tels sont les fils qui furent enfantés à Jacob en Paddân-Aram.

    (Généralement Rachel vient avant les servantes Zilpa et Bilha dans ces listes)

    Léa sera citée une dernière fois en Genèse 49 à son décès mais ‘disparaitra’ tout comme Rachel des listes de généalogies futures.

    Ruth nous parlera une dernière fois de Léa, en mentionnant Rachel à ses cotés :

    Ruth 4:11 Tout le peuple qui était à la porte et les anciens dirent: Nous en sommes témoins! Que l’Eternel rende la femme qui entre dans ta maison semblable à Rachel et à Léa, qui toutes les deux ont bâti la maison d’Israël!

    Débora juge et prophétesse s’est aussi levée « comme une mère en Israël » (Juges 5:6-7).

    Ce qui ne fait par pour autant de Marie, « la mère de Dieu ».

    Dans les dynasties d’ Egypte, par exemple, les enfants étaient ceux de la mère. Le frère de la mère élevait les enfants de sa soeur (sans en être le père) (C’était des sociétés matriarches).

    Le peuple hébreu semble avoir instauré des sociétés patriarches ‘en cours de route’. Dina ne sera pas ‘comptabilisée’ mais seulement ses frères. Auparavant, il semble que frères et sœurs sont sur ‘un même pieds’.

    Bien qu’il se pourrait que se soit bien plus tard que d’autres se soient mis à ‘interpréter’ selon le prisme ‘patriarche’.

    Michée dira par exemple aussi que Moise, Aaron et Myriam ont fait sortir le peuple hébreu d’Égypte.

    De nos jours, nous regardons ‘le passé’ par le prisme catholique : un homme est mis en avant (à cause de l’empereur de Rome et surtout de Pierre). Mais les apôtres étaient bien UN GROUPE. Irénée nous parle des apôtres comme étant ‘un groupe’, comme étant tous sur un pied d’égalité.

    Idem pour les tables des matières des Bibles. Je n’ai encore jamais vu par exemple : Épitre de Paul, Silvain et Timothée (Pour la lettre qu’ils ont écrit ensemble) (Et plusieurs épitres ont été écrites par plusieurs à la fois).

    Questions :
    As-tu connaissance d’un événement qui a soudain fait ‘disparaitre’ les matriarches des généalogies ?

    Est-ce tu penses, (est-ce que tu as connaissance), qu’à chaque époque, les copieurs, les concepteurs de la Septante ou même les lecteurs (nous de nos jours) lisons, copions, concevons, la Bible (La Septante) avec le prisme de la société dans laquelle nous vivons. (C’est à dire dans la société ‘hébraïque’ ou ecclésiastique à laquelle nous faisons référence ? )

    Sources :
    Les prophétesses du peuple d’Israël par le Rav Yehoshua Ra’hamim Dufour sur le site http://www.modia.org
    Les 48 prophètes d’Israël par le Rav Yehoshua Ra’hamim Dufour sur le site http://www.modia.org

    J'aime

    • Bonsoir Sandra,

      Pour compléter un peu ce que tu dis, il y a un excellent exemple qui est la lettre dite de Clément de Rome.
      On a pris l’habitude de nommer cette lettre ainsi, alors qu’en réalité le nom de Clément n’apparait jamais et que les auteurs de la lettre écrivent toujours au pluriel.

      En réalité le nom exact devrait être la Lettre de l’Eglise des Romains à l’Eglises des Corinthiens, ou alors la lettre des chrétiens de Rome aux chrétiens de Corinthe.

      Pourtant cette dimension collective à très vite disparue dans la Tradition au profit du seul nom de Clément.

      Pour ce qui est de la généalogie, je ne peux pas te répondre tout de suite. Je n’avais jamais réfléchi à cette question, mais effectivement tu soulèves des points intéressants. Je vais tacher de me pencher sur la question.

      Si tu as d’autres remarques, n’hésite pas 🙂

      J'aime

      • Bonsoir David !

        Oui, la lettre des chrétiens de Rome, oui. et même Irénée de Lyon. Ils sont plusieurs aussi à avoir écrit ensemble les lettres sur les hérésies ! 🙂

        Pour les matriarches, j’ai laissé tomber mes recherches. C’était juste pour ouvrir un peu le débat … je n’ai pas encore vu que quelqu’un avait fait des recherches dans ce sens … (sur Internet et dans mes vieux livres) (Kuen peut-être ?)
        Soit béni
        Bonne soirée
        Sandra

        J'aime

        • En fait c’est tout à fait intéressant que tu parles de cela maintenant, car je viens justement d’ajouter plusieurs livres sur la civilisation d’ougarit à mes lectures.

          Peut-être trouverais-je quelques pistes …. en tout cas je te tiens au courant si je découvre des choses.

          A bientôt,

          J'aime

          • Je ne connaissais pas du tout le ‘ cap du fenouil ‘ ! 🙂 (C’est ce que m’a indiqué ‘wiki’. Pas certaine que ce soit la même chose)
            Est-ce que tes recherches passent par Suse ?

            Esther 1:1-2
            C’était du temps d’Assuérus, de cet Assuérus qui régnait depuis l’Inde jusqu’en Ethiopie sur cent vingt-sept provinces; et le roi Assuérus était alors assis sur son trône royal à Suse, dans la capitale.

            J'aime

          • Je ne sais pas du tout ! Je n’ai jamais eu l’occasions e m’intéresser à ces civilisations aussi lointaines, d’habitude je travaille plus sur l’Antiquité tardive (Ier-VIIe siècle après).

            J'aime

  3. Complément d’infos sur la liste des tribus donnée ci-dessus (le premier passage donné) :

    Oholibama était la fille d’Ana, elle-même fille de Tsibeon. Elle avait pour frère : Ajja. Oholibama s’appelait Judith à sa naissance (Genèse 26:34). Judith signifie louange. Elle sera par la suite appelée Oholibama, ce qui signifie : la plus haute tente, le haut sanctuaire/temple. Son nom deviendra celui d’une ville tout comme le nom de Thimna.

    Le territoire, la tribut de Thimna, est la plus importante parmi les noms cités. Le verset 40 nous indique que cette liste est donnée selon l’ordre d’importance de la grandeur des tributs. Le verset 43 le confirme et il est lui-même la conclusion du verset 1.

    Genèse 36 : 2
    Esaü prit ses femmes parmi les filles de Canaan : (…) Oholibama / Oholiybamah /Aholibam. fille d’Ana, fille de Tsibeon, le Hévien

    J'aime

  4. Pingback: La Loi de Moïse | Philochristos

  5. Pingback: Sommaire : Histoire du salut | Philochristos

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s