Le rôle du Saint-Esprit dans l’interprétation de la Bible

Sommaire disponible sur le nouveau blog

Publicités

57 réflexions sur “Le rôle du Saint-Esprit dans l’interprétation de la Bible

  1. Salut!

    Je crois en effet que les Écritures, les Épîtres et surtout les témoignages de l’Évangile sont d’abord destinés à une lecture communautaire. Ce n’est pas aussi pour rien que l’Apocalypse démarre ainsi: « Heureux celui qui écoute et lit à haute voix les paroles qui se trouvent dans se rouleau. » Puis vient une méditation en commun afin que chacun des frères et sœurs se responsabilise vis-à-vis des uns des autres. Ainsi, les progrès deviennent l’affaire de toute l’assemblée. Il y a bien sûr la méditation individuelle: « Heureux l’homme… dont le plaisir se trouve dans la loi du Seigneur et qui la murmure jour et nuit. Il sera comme un arbre planté près des canaux d’eau etc. »

    Christ Jésus est l’exégèse du Père. L’Esprit saint anime le Fils; cet Esprit poursuit donc l’œuvre du Fils: non pas dans le fait d’établir des doctrines et des dogmes, mais de connaître le Fils -car l’Esprit nous transmet ses sentiments-, et par conséquent de connaître le Père. Si chacun établit des doctrines, c’est qu’il se croit docteur, or la Parole divine déclare bien: « Il n’y a qu’un seul docteur, le Christ. » Un peu logique, quand on sait qu’il vient du sein du Père. C’est ainsi que je comprends quand le Seigneur déclare que le Paraclet nous conduira dans la vérité, en plus des charismes -mais là n’est pas le sujet.

    Et je trouve pertinent ta remarque sur les interprétations des 2000 ans qui se sont écoulées: comme lors des discussions avec nos contemporains, « examinez toute chose, retenez ce qui est bon ».

    Fraternellement,

    Kévin

    Aimé par 1 personne

  2. Galate5:22  » Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité ». En effet je suis d’accord avec toi concernant le rôle de L’Esprit Saint. Le rôle de L’Esprit consiste à changer notre comportement, pour nous sanctifié et pour nous pousser à être en accord avec la parole par notre comportement.Il y a une mission de transformation. Croire c’est bien mais pratiquer c’est mieux. Il enseigne, instruit et conduit dans la vérité (Jn 16:13-15)donc oui l’esprit aide à la compréhension des écriture, et fait la volonté du père. D’un point vu intellectuelle certains passage sont paradoxale comme celui que tu as cité plus haut concernant les viandes sacrifié. Mais si on prends en compte que la vérité se trouve en personne du Christ.Et que l’Esprit Saint ne fait que la volonté du père . Et que La parole de Dieu est infaillible . Timothée3:16 « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice. » Dans ce cas là non la parole de Dieu est totalement cohérente. L’esprit à une mission de transformation,d’enseignant et de guide afin de faire la volonté de Dieu.

    J'aime

  3. Galate5:22  » Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité ». En effet je suis d’accord avec toi concernant le rôle de L’Esprit Saint. Le rôle de L’Esprit consiste à changer notre comportement, pour nous sanctifié et pour nous pousser à être en accord avec la parole par notre comportement.Il y a une mission de transformation. Croire c’est bien mais pratiquer c’est mieux. Il enseigne, instruit et conduit dans la vérité (Jn 16:13-15)donc oui l’esprit aide à la compréhension des écriture, et fait la volonté du père. D’un point vu intellectuelle certains passage sont paradoxale comme celui que tu as cité plus haut concernant les viandes sacrifié. Mais si on prends en compte que la vérité se trouve en personne du Christ.Et que l’Esprit Saint ne fait que la volonté du père . Et que La parole de Dieu est infaillible . Timothée3:16 « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice. » Dans ce cas là non la parole de Dieu est totalement cohérente. L’esprit à une mission de transformation,d’enseignant et de guide afin de faire la volonté de Dieu.

    J'aime

  4. Bonjour David, bonjour tous,

    « Quand le consolateur sera venu, l’Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu’il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. » Jean 16:13

    Si cela est vrai, pourquoi tant de divergences ?
    Suffit de voir un peu les commentaires sur tes articles et voir la façon dont les avis peuvent être divergents, voir même opposés entre eux.

    Sommes nous là pour parler ou écrire dan sle simple plaisir de parler ou d’écrire ou sommes nous là afin de dire ce que l’Esprit nous inspire et enseigner selon les fondements des écritures afin de tous soit corrigés, exhorté et édifiés ?

    Exemple :
    Celui là dit que le mariage est une alliance de sang.
    Moi je dis que cette pensée est hérétique et démoniaque.

    Qui est dans l’Esprit de vérité et qui ne l’est pas ?
    Celui qui dit que c’est une alliance de sang ou celui qui dit que cela ne l’est point ?

    Y a t-il un Saint-Esprit parmi nous pour trancher sur cette question et si OUI, comment trancher ?
    Car en effet il ne peut exister le même Saint-Esprit inspirant une chose à l’un et tout son contraire à l’autre.

    Comment parler à celui qui serait dans l’erreur et lui démontrer qu’il se trompe car il y a forcément erreur en quelque part ?
    Cela est-il évident de sortir d’une fausse pensée afin de venir à la Vérité ?
    Faut-il chercher le compromis ou trancher véritablement ?


    Bien à toi !

    Aimé par 1 personne

    • Bonjour Shor,
      C’est une très bonne question.
      Je pense que les vérités intellectuelles sont du ressort de l’intelligence.
      Le Saint-Esprit agit en nous, et donc aussi sur notre intelligence, mais il ne la remplace pas.

      Je vais te donner un exemple tout simple. Dans certains courants chrétiens , on distingue « Royaume des cieux » et « Royaume de Dieu », et ils pensent être conduits par l’Esprit.

      En réalité, cette erreur n’existe que parce qu’ils ignorent certaines réalités linguistiques et historiques. (cf mon article : http://philochristos.com/2014/05/19/royaume-de-dieu-et-royaume-des-cieux/)

      Après ce dont il faut être bien conscient c’est que tout le monde ne cherche pas la vérité. Pour prendre un exemple tout à fait extrême, mais qui est néanmoins assez représentatif, j’ai déjà rencontré une personne qui m’a dit : « Je n’ai pas envie de lire tes articles, car j’ai peur d’être convaincue. »

      Ce qui est important, ce n’est donc pas forcément l’opinion des personnes mais leur démarche. Veulent-elles chercher la vérité ou non ?

      Celui qui est dans l’erreur, mais qui cherche sincèrement la vérité, se laissera convaincre si tu lui exposes les bons arguments. Dans le cas contraire, la discussion est une pure perte de temps.

      J'aime

    • Ce n’est heureusement pas à nous, de convaincre les hommes – chrétien ou pas : Cela est le rôle du Saint-Esprit, ce qui nous donne un certain repos et un Repos certain en Dieu ! 😀 Il convainc de péché, de justice et de jugement.

      ** Il y a ce que le Saint Esprit dit… et c’est la VÉRITÉ, nous pouvons en être certains !

      ** Il y a ce que les hommes disent et cela provient de deux sources possibles :
      – l’intellect humain (qui fait partie intégrante de l’âme)
      – le monde des ténèbres, qui envahit très discrètement en se faisant oublier – l’être humain.

      Nous attribuons par habitude (et par stratégie diabolique cachée) tout ce que nous disons ou tout ce que nous entendons – à l’homme ; pourtant il n’en est pas toujours le cas et c’est beaucoup plus fréquent que l’on ne se l’imagine.
      La Bible nous montre l’exemple de Pierre qui dit à Jésus des choses non convenables, alors qu’il vient d’avoir la révélation du Père concernant l’identité de Jésus. Pierre est un homme de foi, droit dans ses choix et pourtant… il laisse passer Satan par sa bouche !!! Jésus va dire : ARRIÈRE de MOI SATAN !

      Nous avons cet ordre d’amener toutes nos pensées CAPTIVES à l’obéissance de Christ. (Cf. 2 Cor 10, 5) C’est le B A = BA de la vie chrétienne. Pourquoi ? Parce que nous pourrons apprendre le discernement spirituel, afin de reconnaitre la Voix du Berger, connaitre notre propre fond et rejeter la voix du mercenaire, satan. Notre pensée devient claire et nous avons la Pensée de Christ, qui va nous LE faire connaitre. Notre intelligence est le terrain de jeu de satan, depuis la Chute.

      Quand nous avons la Pensée de Christ, nous sommes UN et UNIS les uns aux autres, sans rivalité, sans compétition, mais dans l’Amour qui nous a uni.
      Quand nous avons la Pensée de Christ, il ne nous vient même pas l’idée de la défendre : Paul a dit en 2 Corinthiens13, 8, nous ne pouvons RIEN CONTRE la Vérité mais pour la Vérité. Enfin en 2 Cor 10 ,3 et suivants :

      Car, en marchant dans la chair, nous ne combattons pas selon la chair;
      4 car les armes de notre guerre ne sont pas charnelles, mais puissantes par Dieu pour la destruction des forteresses,
      5 détruisant les raisonnements et toute hauteur qui s’élève contre la connaissance de Dieu, et amenant toute pensée captive à l’obéissance du Christ,
      6 étant prêts à tirer vengeance de toute désobéissance, après que votre obéissance aura été rendue complète.

      J'aime

      • @Deborah-Esther LIEBER
        « Quand nous avons la Pensée de Christ, nous sommes UN et UNIS les uns aux autres, sans rivalité, sans compétition, mais dans l’Amour qui nous a uni. »
        Cela va même encore plus loin, puisque les propres paroles de Jésus insistent à la fois sur l’humilité vraie du serviteur, celle qu’Il a Lui-même manifestée, étant Dieu, ce qui n’est aucunement notre cas, et sa recherche de la volonté de Son maître à travers sa mise à disposition pour le Corps. Paul renchérit en insistant longuement sur l’aspect essentiel de ne pas être attiré par ce qui est élevé, mais au contraire ce qui est humble. Sommes-nous humbles ? Généralement pas. Les campagnes tonitruantes sont-elles humbles ? Bien sûr que non.
        Des hommes emprisonnés le plus clair de leur vie comme Watchman Nee n’ont-ils pas suscité un fruit spirituel de meilleure qualité et plus abondant que la majorité des batteurs d’estrade planétaires, dont l’œuvre, ainsi qu’il est écrit, sera éprouvée par le feu, ce qui veut dire qu’elle sera peut-être entièrement consumée ? Quand on lit les réserves de Graham sur son propre « ministère », puisqu’il évalue à 5% au mieux la réalité des conversions de ceux qui ont levé la main, on comprend mieux qu’il avoue espérer bénéficier de l’entrée dans le royaume, sans en avoir aucune certitude.

        J'aime

        • @Fildeferiste,

          Quelle est la vraie humilité ?
          Jésus va dire de Lui-même : Je suis doux et humble de cœur…
          Ce qui LE caractérise je crois le mieux, c’est qu’Il ne faisait QUE ce que le Père Lui disait de faire ou Lui montrait de faire, autrement dit malgré le fait qu’il soit  » tout Fils de Dieu », cela ne Lui donnait pas la liberté de faire « tout Seul » mais Il se laissait enseigner par le Père.

          Nous, sommes-nous humbles ? Et comment le savoir de façon sûre ?
          C’est simple, avons-nous cette capacité à nous laisser enseigner par les plus petits de ce monde ? ou bien acceptons-nous la parole de celui qui s’oppose à nous et savons-nous y entendre la Voix de Dieu ? Pour moi c’est cela la vrai humilité car si nous savons reconnaitre Dieu dans le plus petit de nos frères, nous saurons toujours entendre la Voix de Dieu pour y obéir.

          Comme tu le fais remarqué, les circonstances n’indiquent pas notre humilité, mais le Fruit qui en résulte – même dans les choses élevées de ce monde, l’humilité d’un homme sera manifestée dans sa capacité à se laisser enseigner et recevoir de l’autre – chrétien ou pas.

          J'aime

          • @Deborah-Esther Lieber
            Une question en passant, ton nom évoque pour moi les chrétiens suisses ou du pays de Gex de vieille souche protestante ou mennonite, est-ce le cas ? Simple curiosité, et tu n’as évidemment aucune obligation de répondre. J’aime beaucoup l’évangile simple et vécu au quotidien sans tralalas qu’on trouve souvent chez eux.
            J’ai un peu de mal avec ta description de Jésus dans une soumission avec le Père, puisqu’il est le Logos, le Verbe créateur, Celui qui crée les choses en les nommant. Il dit Lui-même qu’il est Un avec le Père, pourquoi devrait-Il alors Lui être soumis ? La notion de trinité nous empêtre, et sans doute nous empêche de saisir pleinement qu’en Jésus il y a la plénitude du Père, mais qu’il manifeste effectivement une forme de soumission en acceptant la limitation qu’est un corps d’homme, quand on est infini par nature, et surtout en accomplissant scrupuleusement, en le vivant vraiment, sans échappatoires magiques, car ça aurait pu être une voie de traverse, les passages obligés que les prophéties avaient balisés, jusqu’à la réalité de la crucifixion. Son humilité vient de son acceptation consciente de tout ce que ce sacrifice effroyable signifie, le pire étant, évident, le saut dans l’inconnu quand le Saint Esprit s’est retiré de Lui avec horreur, puisqu’il avait été fait péché. Bien sûr que la prière de Gethsémané est la démonstration irréfutable de cette soumission jusqu’à la mort, et la preuve de cette humilité parfaite.

            J'aime

    • Bonsoir Shor,
      En reprenant les écrits de Jean en entier, et en replaçant le verset du chapitre 16 que tu donnes, nous comprenons de quoi parle Jean.

      Par exemple, au chapitre 14 :

      Que votre coeur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. (…) je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis, vous y soyez aussi. (…)
      – Si quelqu’un m’aime,
      – il gardera ma parole
      et mon Père l’aimera; nous viendrons à lui, et nous ferons notre demeure chez lui.
      – Celui qui ne m’aime pas
      – ne garde point mes paroles.
      Et la parole que vous entendez n’est pas de moi, mais du Père qui m’a envoyé. Je vous ai dit ces choses pendant que je demeure avec vous. Mais le consolateur,
      l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses
      et
      vous rappellera tout ce que je vous ai dit.

      Le ‘ET’ mis en évidence, est en grec ‘kai’ qui peut être traduit par ‘c’est à dire’, nommément.

      Le Saint-Esprit ne fait que rappeler aux premiers chrétiens, les paroles de Jésus qui n’étaient bien souvent pas comprises par ceux qui suivaient Jésus, même parmi ses élèves les plus ‘assidus’. Depuis, elles ont été écrites, et nous pouvons tous en prendre connaissance.

      Bonsoir Pep’s,
      Oui, le bon Esprit.
      A la fin de 2 évangiles, nous lisons que Jésus a donné le Saint-Esprit (ouvert l’intelligence) pour que ces élèves comprennent les écritures. Tant qu’ils n’avaient pas ‘le bon-saint-esprit’, ils ne réalisaient pas qui était réellement Jésus.

      Pour revenir à l’Apôtre Jean, à plusieurs reprises (dans ses épitres principalement), il explique ce que sont ‘les commandements restants sous la nouvelle alliance’ : aimer comme Jésus a aimé, et reconnaitre Jésus pour Christ.

      Reconnaitre que Jésus est Christ avec tout ce que cela implique : que Jésus est venu pour le pardon des péchés, qu’il a été fait roi à toujours, unique sacrificateur, prêtre à toujours, unique médiateur, qu’il a été victime propitiatoire, etc, etc et aimer comme Lui nous a aimé, sont les deux critères qui démontrent si l’esprit est réellement celui de Dieu, celui de Christ.

      Lorsque nous aimons, nous souhaitons premièrement le salut du plus grand nombre, et donc, que le plus grand nombre entende ‘les paroles de Jésus’, connaissent Jésus en tant que Christ, nous ne volons pas celui que l’on aime, comme Christ l’aime, nous ne disons pas du mal de lui, nous ne portons pas de faux témoignage, nous ne le tuons pas, etc, etc et même nous nous réjouissons de tout ce qu’il a (le contraire de convoiter).

      Lorsque nous reconnaissons que Jésus est Christ, nous annonçons Christ ! Et l’exclusivité de Christ. Nous rappelons les paroles de Christ dans leur ensemble.

      On ne parle alors même plus d’interprétation. Il ne reste que : voici ce que Jésus a dit (les évangiles) Et plus loin, voici ce que faisaient les premiers chrétiens (les actes) … etc …

      Lorsque le but est d’avoir raison, de discourir et non pas d’aimer et d’apporter Christ, lorsque le mépris, la vanité, etc, etc sont visibles mais que l’Amour avec un grand A, est comme ‘à l’arrière plan’ voir inexistant, ou encore que l’amour est ‘humaniste’, j’aime ‘tout le monde’ mais ils n’ont pas forcement besoin d’entendre les Paroles de Jésus, alors ce n’est simplement pas le ‘bon esprit’. Car il n’a pas conduit le lecteur de la Bible aux réelles Paroles de Jésus.

      Aimé par 1 personne

  5. Bonjour David,
    j’apprécie personnellement beaucoup le didactisme intelligent et simple de tes apports ; je souscris entièrement à la réflexion que tu fais souvent qu’un certain courant évangélique plus que plus, et que nous ne nommerons pas, semble croire que l’Église a attendu 19 siècles avant de s’interroger à très juste titre sur nombres de questions dont la solution n’est pas donnée de manière évidente dans les écrits canoniques.
    Il y aurait beaucoup à dire, d’ailleurs, sur le canon biblique, et le rejet de certains textes, alors que d’autres ont été gardés, tant pour le Tanakh que pour les NT. Si le livre d’Enoch ou l’assomption de Moïse sentent tant le soufre, pourquoi les apôtres excipent-ils d’exemples qui en proviennent pour démontrer une affirmation ? Les chapitres 44 à 50 ne complètent-ils pas, avec des trous, car il est difficile d’être exhaustif, le chapitre de la foi d’Hébreux, ou plutôt n’en sont-ils pas la référence première ?
    « ou d’un compromis provisoire pour ne pas choquer certains croyants »
    Je n’ai pas cette lecture, il ne me semble pas que ce soit un compromis, mais au contraire une règle, non d’hygiène alimentaire, mais de conscience des répercussions des actes du chrétien dans son interaction avec ceux qui ne sont pas dans la même foi, et même ceux qui y sont, puisque pour une question similaire, il évoque « le frère dont la foi est moins affermie, et pour lequel Christ est mort néanmoins ». Pour ceux qui n’y sont pas, les versets 27 et 28 sont explicites.
    Quoi qu’il en soit, pourrais-tu recommander un ouvrage synthétique, s’il existe, qui recense les questions doctrinales débattues depuis l’Église de Jérusalem jusqu’à Constantin, avec les réponses des pères, et leurs divergences ?

    J'aime

    • Bonjour fildeferiste,

      La question du canon est effectivement très intéressante. J’y consacre d’ailleurs une partie de mon mémoire. Je pense que je posterai une série d’articles après ma soutenance pour examiner cette question. Ce qui est certain c’est que contrairement à ce qu’on dit , le canon protestant ne correspond pas absolument pas au « canon juif », puisque parler de « canon juif » pour l’époque de Jésus est tout simplement anachronique. Au mieux, il pourrait s’agir du canon pharisien, mais en réalité le Talmud nous montre que les pharisiens eux-mêmes n’étaient pas d’accord sur ce canon.

      Concernant ta remarque sur les débats dans l’Eglise ancienne, non je n’ai pas un ouvrage en tête qui pourrait répondre précisément à ta question.

      Mais pour te donner quelques pistes, à ma connaissance les questions débattues ont été les suivantes :

      -la date de Pâque : opposition entre les Asiates et l’Eglise de Rome. Chacun est restée sur ses positions. C’est le concile de Nicée qui tranchera en faveur de Rome.

      -le (re)baptême des hérétiques. Un baptême « trinitaire » pratiqué par quelqu’un qui n’est pas membre de la Grande Eglise est-il valable ?

      -la pénitence : peut-on ré-intégrer dans l’Eglise quelqu’un qui a failli durant la persécution ?

      -Il y a aussi eu quelques débats « trinitaires », sur les rapports entre le Père et le Fils.

      -Quel rapport avec la paideia , c’est à-dire l’éducation et la culture classique : faut-il la rejeter totalement ou peut-on la « convertir » ?

      La liste n’est peut-être pas exhaustive, mais il me semble qu’on a déjà là les principaux débats.

      J'aime

  6. En effet, la Vérité s’est incarnée dans un homme, Jésus qui déclara Lui-Même :« Je suis le Chemin, la Vérité et la Vie. Nul ne vient au Père que par moi ». (Jean 14 : 6)
    Il me semble que c’est la  » Parole de Dieu  » qui s’est faite chair… et non la Vérité en elle-même.

    Opposer Jacques et les apôtres, avec Paul (sur le sujet oh ! combien controversé par les chrétiens aujourd’hui) ne me parait pas correct, car ils ne considèrent pas le même problème.

    Jacques s’adresse aux chrétiens en général – qui vivent leur foi dans le quotidien. Actes 15, 20

    Paul s’adresse aux Corinthiens en RÉPONSE à des questions de comportements dans ces temps pré- suppression du Temple de Jérusalem qui créait encore de la confusion dans les personnes. Les Juifs continuaient les sacrifices inutiles, puisque Jésus avait TOUT ACCOMPLI.
    – il reste dans la ligne absolue de Jacques et des apôtres selon Actes 15, 20 – décisions prise lors du Concile de Jérusalem.
    – il précise quelque chose d’important : la conscience de l’autre afin que l’on ne retombe pas sous un loi extérieure … et mortelle, mais que ce soit la LOI de la Liberté en Jésus-Christ, c’est-à-dire la LOI DE L’AMOUR qui prévale.
    – il renforce le Concile de Jérusalem dans ces 4 points et les explicite par le respect de la conscience de l’autre SI NOUS MARCHONS dans le COMMANDEMENT de JÉSUS : l’amour les uns pour les autres. Je ne vais donc RIEN faire qui va achopper l’autre et le faire tomber.

    Mettez en pratique la parole, et ne vous bornez pas à l’écouter, en vous trompant vous-mêmes par de faux raisonnements. Car, si quelqu’un écoute la parole et ne la met pas en pratique, il est semblable à …

    La Parole de Dieu c’est Jésus-Christ …PAS la BIBLE !
    Pratiquer Jésus-Christ c’est Le démontrer PAR ma vie quotidienne : il n’est plus question d’interprétation ou de vérité avec un petit v, mais de démonstration de l’Amour de Dieu versé dans nos cœurs par le Saint Esprit.

    Pour reprendre ce que je disais au début de l’article, je ne pense pas que le Saint-Esprit révèle individuellement des vérités doctrinales, car cela irait contre la volonté même de Dieu.

    Je crois exactement le contraire David : si derrière le mot « révélation » je comprends – comme cela est « dévoilement » cela montre bien que ce que je ne voyais pas avant, je le vois maintenant.

    C’est le propre des ministères que Jésus a donnés aux hommes pour la croissance de Son Corps (voir éphésiens 4, 8) de recevoir ces dévoilements et de les donner comme nourriture au Corps.
    Jean rappelle ceci : 1 Jean2, 20 et 27 – le Corps est enseigné directement par la Tête mais les ministères vont rappelé – en les dévoilant – tous ces Mystères cachés qui sont déjà distribués au Corps.

    Quand vous entendez prêcher un ministère sous l’Onction de Dieu, il ne vient que confirmer ce que – dans votre esprit, vous SAVEZ déjà. Il ne va que confirmer ce que le Saint Esprit vous a déjà enseigné dans votre esprit et quand vous l’entendez vous savez qu’il parle les paroles de l’Esprit qui font échos en vous.

    J'aime

  7. Bonjour Phil.

    Je partage tes remarques concernant le double danger du « Mysticisme » et de « l’intellectualisme ». De même, que le danger de « l’individualisme ».
    Alors oui, la vérité est certes incarnée (« la vérité est en Jésus » et Jésus-Christ est « le chemin, la vérité et la vie ») et « la vie éternelle », c’est de « connaître le seul vrai Dieu… », vivre, être en relation avec Celui qui est la vérité, pratiquer….etc…
    Et « Si nous croyons à quelque chose, mais que cela n’a aucune conséquence dans notre vie, alors nous ne différons pas des incrédules ». Absolument.

    Mais il me semble que tu sépares curieusement l’action du St Esprit et fais une certaine confusion.
    Ainsi, ton : « On s’imagine couramment que le Saint-Esprit est là pour nous révéler des vérités intellectuelles et qu’Il nous permet de mieux comprendre la Bible. Je ne crois toutefois pas que ce soit là son but….. »
    Evidemment. Puisque le St Esprit est là pour nous révéler des vérités spirituelles :
    « Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce(…)Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ » (1 Cor.2v9-16)

    Ensuite : « Le Saint-Esprit qui agit dans l’individu n’a pas pour vocation d’établir une vérité doctrinale « intellectuelle » mais de transformer le comportement et la vie de la personne. C’est cette transformation qui aura pour conséquence d’amener chaque chrétien à mieux comprendre la Bible. Même si chaque chrétien est rempli de l’Esprit Saint, le Saint-Esprit n’a pas été en premier lieu donné aux individus en particulier, mais à l’ensemble du corps de Christ, l’Eglise(…)L’étude des Ecritures ne peut donc pas être coupée de cette dimension communautaire ».

    Certes, le St Esprit nous transforme, mais Il nous révèle aussi la vérité, puisqu’il nous faut vivre et marcher, selon des fondements de vérité.
    Je dirai donc plutôt : le Saint-Esprit nous a été donné, « pour nous conduire dans toute la vérité »(Jean 16v13-15 + Jean 15v26-27). Il a été donné à chaque croyant, né de nouveau, individuellement, et à tous les croyants, formant le corps de Christ, l’Eglise, « pour l’utilité commune »(1 Cor. 12v3-7 ; Ephésiens 4v1-16)
    Le but est bien d’édifier, d’enseigner dans la vérité, face aux fausses doctrines, mais l’enseignement n’est pas une finalité en soi : la finalité est cf Eph.4v12-15 : « le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ ».

    Ensuite, certes, l’étude des Ecritures ne peut pas être coupée de la dimension communautaire, et se faire de façon indépendante, individualiste. Mais, heureusement, elle est possible de façon personnelle, individuelle [voir les exhortations personnelles et individuelles à Timothée et à Tite, par exemple. Sur le plan historique, Luther n’aurait pu faire ses découvertes ou redécouvertes-ce n’était pas un scoop-concernant la justification par la foi], dans les conditions que je vais évoquer plus loin. Gare aux deux extrêmes : passer de la tyrannie individualiste à la tyrannie du groupe (soit, du « sens que moi je donne » au «sens que le groupe donne.» et « la vérité » évolue, selon les ajouts du groupe, alors que le sens nous est donné par révélation)

    La compréhension collective dépend d’abord de notre compréhension individuelle (de même que la dimension collective du culte dépend de ce que chacun aura vécu dans la semaine et de sa communion personnelle/individuelle avec Christ), puisque le corps de Christ n’est pas un conglomérat abstrait ou un « grand tout », dans lequel chacun serait dissout, perdant sa personnalité. Le principe du corps de Christ est éloigné de l’hindouisme.
    D’autre part, j’ai l’impression(à tort ?)que tu confonds l’assistance que l’Esprit Saint nous accorde pour comprendre la Parole de Dieu avec la révélation parfaite dont les auteurs bibliques ont bénéficié. Il est bien évident qu’il ne s’agit pas de confondre les deux. La Parole écrite est infaillible, mais aucun homme ne peut prétendre à l’infaillibilité de son interprétation, si spirituel soit-il. Le Saint-Esprit éclaire la Parole de Dieu…mais des conditions sont nécessaires pour que chacun puisse bénéficier de l’aide du St Esprit. Ces conditions, « spirituelles » et « intellectuelles » peuvent se découvrir ici

    Sinon, s’il n’est effectivement pas possible de se prétendre « infaillible », sous prétexte que « l’on a l’Esprit »(dans le genre : « Dieumadi »)et d’être (auto-)suffisant(« suffisant » signifiant prétentieux, arrogant, soit quelqu’un qui a une haute opinion de lui-même, méprisant les autres cf Rom.12v3 et ss) il n’est pas non plus possible de prétendre s’affranchir des Ecritures, de la Parole de Dieu écrite, ou d’enseigner « par l’Esprit » quoique ce soit qui soit contradictoire avec cette Parole écrite.
    Deux exemples : les religieux du temps de Jésus sondaient les Ecritures, avec un état d’esprit qui n’était pas le bon, puisqu’ils ne voyaient pas que les Ecritures qu’ils sondaient rendaient témoignage de Jésus(Jean 5v39 et 2 Cor.3v14-16) ; les béréens, dont on nous dit qu’ils « étaient plus nobles que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Ecritures, pour savoir s’il en était ainsi ».(Actes 17v11)

    Sauf erreur de ma part, cet élément semble absent de ta démonstration. Ce « silence » ou cet « oubli » pose la question de l’autorité : quelle est-elle ? (L’esprit de)Dieu ? Les Ecritures, Parole de Dieu écrite ? Un groupe(le « magistère ») ? La tradition ? etc….
    Tout est-il relatif et censé « évoluer » avec son temps ? Dieu et les choses de Dieu sont-ils « inconnaissables » ? Ou alors existe-t-il une vérité absolue, que l’on peut connaître, parce que Celui qui est la vérité peut et veut nous le faire connaître ?
    Et pourquoi connaître cette vérité ? Pour en faire quoi ?

    Pour conclure, je laisserai la parole à Kierkegaard, qui a écrit dans ses « Pensées qui attaquent dans le dos », au sujet de la vérité(doctrine) de la résurrection des morts, enseignée dans la Parole de Dieu. L’important, écrit le penseur, étant qu’il y a « une résurrection des justes et des injustes ». Et que cette vérité implique que tout homme rendra compte à Dieu. Une finalité et une conséquence bien pratique de cette vérité. La seule question(véritable)à se poser !

    Sur ce, bonne journée à chacun !

    Pep’s

    J'aime

  8. Parlant de l’onction, encore faudrait il pour cela que l’on soit non seulement une brebis du Seigneur mais encore une brebis docile.
    Ce n’est pas sans raison que l’Esprit Saint parlant par les apôtres exprimait encore qu’il y avait l’esprit de l’erreur.
    1Jn 4:6 Nous, nous sommes de Dieu ; celui qui connaît Dieu nous écoute ; celui qui n’est pas de Dieu ne nous écoute pas : c’est par là que nous connaissons l’esprit de la vérité et l’esprit de l’erreur.
    Cependant celui qui écrit ici c’est Jean l’un des 12 et ce Jean avait la certitude de ce qu’il avait entendu et de qui il l’avait entendu savoir Jésus-Christ.

    Aujourd’hui qui peut certifier que celui là est de Dieu et que celui là ne l’est pas, qu’un enseignement est de Dieu et qu’un autre ne l’est pas ?
    L’onction de l’Esprit ?
    Mais qui est suffisant pour dire que ce qu’il enseigne est selon cette onction ?
    Ne peut-il pas y avoir des erreurs ou un souci d’interprétation ?

    Quelqu’un peut en effet être dans l’Esprit et l’autre ne l’entends pas car il est déjà faussement convaincu et si convaincu qu’il croit être dans l’Esprit.
    Essayez de convaincre un catholique mariale qu’il est dans l’erreur…
    Pour lui il vous dira que l’onction qu’il a sur lui, dicte sa démarche et qu’il est inspiré et qu’il obtient aussi le fruit de ses prières et qu’il reçoit aussi de la mère du ciel la paix.
    Comment savez vous vous même que vous êtes dans la vérité et lui dans l’erreur ?
    Sur quoi vous reposez vous ?… Sur l’onction qui vous enseigne ?
    Mais le catholique marial a aussi une onction qui l’enseigne et le convainc …
    Donc est ce que c’est suffisant de dire que c’est l’onction qui nous enseigne et parce que l’on est puissamment convaincu que cela vient forcément de Dieu ?

    Quand je lis certains livres ou articles ou commentaires, beaucoup et même moi sommes convaincus du bien fondé de nos écrits.
    Cependant on peut être tous dans l’erreur rien que par le fait que l’on ait mal interprété un texte ou que l’on soit parti d’un mauvais postulat.
    Au final en effet on se retrouve tous convaincu dans l’erreur.
    Alors comment s’en sortir, comment retrouver le Véritable ?

    Il est sans contexte que le Saint-Esprit est celui qui nous conduit dans la Vérité mais cependant il faut ce me semble déjà deux choses :
    1) Déjà l’entendre et être certain que c’est lui qui parle en nous
    2) Veiller à ne pas interpréter faussement ce que nous avons reçu de lui

    Comment être certain déjà de la première phase ?
    Comment être certain que l’interprétation que nous donnons est encore la bonne ?…Car on peut en effet recevoir de l’Esprit et avoir une fausse interprétation.

    Certains pensent que la chose est facile et l’on cite les versets comme si on récitait une leçon apprise par cœur mais sans vie.
    Les versets, je pense qu’on ne les ignore pas, donc le problème ne vient pas delà !
    Et si c’était si facile que cela, il n’y aurait pas eu autant de fausses doctrines, n’est ce pas ?

    J'aime

    • L’Onction du Saint est vérité… Elle repose exclusivement sur celui qui obéit au Seigneur et l’on reconnait l’arbre son Fruit (le Fruit de l’Esprit) certainement pas à ses dons ! Seul le Seigneur connait ceux qui sont Siens. Nous, nous ne pouvons reconnaitre « notre » frère qu’avec les différents critères que le Seigneur nous a donnés, comme par exemple :
      – celui qui est Mon frère, Ma mère, Mes sœurs fait la Volonté de mon Père
      – un bon arbre produit du bon Fruit: la Paix, la Joie, l’Amour… Cf.Galates

      Celui qui EST en Christ est dans la vérité car Jésus EST la Vérité, la Voie et la VIe…
      Si je suis en Christ, Christ vit en moi – Christ en vous l’Espérance de la Gloire !
      Pourquoi en douter ? Qu’il en soit fait selon votre foi !

      La conviction humaine est sans valeur devant Dieu : on peut être sincère et prendre la mauvaise route, convaincu d’être sur la bonne ! La conviction qui vient de Dieu atteste à notre esprit la Vision de Dieu sur nos vies, bonne ou mauvaise.

      Les Brebis du Seigneur, parce qu’elles sont des Brebis entendent la Voix du Berger : c’est un fait et une réalité. SI je suis une brebis du Troupeau, j’entends la Voix de mon Berger : c’est simple ! Pourquoi compliquer ? SI une brebis n’entend pas, de deux choses l’une :
      – ou bien on ne lui a jamais appris à écouter la Voix du Bon Berger, donc elle ne la re-connait pas
      – ou bien elle n’est pas une Brebis du troupeau

      Les Saintes Écritures témoignent de Jésus Christ (Jean 5, 39) mais Elles ne donnent pas la Vie.
      La Parole de Dieu fait vivre, celle qui sort de la Bouche de Dieu et seulement ELLE fait vivre : l’avez-vous entendue ? ou bien en avez-vous seulement entendu parler ?

      Aujourd’hui si vous entendez Sa Voix, n’endurcissez pas votre cœur !

      DEL

      J'aime

      • « – un bon arbre produit du bon Fruit: la Paix, la Joie, l’Amour… »
        Bien sûr ; c’est la pierre de touche, à laquelle on peut adjoindre « qui n’a pas l’esprit de Jésus-Christ ne lui appartient pas ». Certes, même ce verset est souvent détourné pour justifier violence, esprit de jugement, etc… Je pense personnellement qu’il est normal d’être indigné de quelque injustice que ce soit, et le manifester haut et clair, et à bien plus forte raison si ce sont qui professent croire en Jésus qui l’exercent.
        Jésus peut prendre un fouet et chasser les trafiquants, car son jugement est pur, et entaché d’aucune rivalité personnelle. Je ne suis pas sûr que nous soyons toujours dans une disposition semblable, mais la sanctification inclut cela également..

        J'aime

        • @Fildeferiste
          Tu touches là toute la différence qui existe entre la marche selon la chair et la Marche selon l’Esprit : la colère de la chair n’accomplit jamais la volonté de l’Esprit ! Mais l’indignation de l’Esprit en nous est toujours « sainte colère ».

          Je réponds à ta question posé plus haut pour éviter la multiplication inutile des posts : non je n’en fais pas partie 😀 mais depuis ma plus tendre enfance j’ai appris à aimer la droiture du cœur et la recherche de la cohérence entre ce que je crois, ce que je fais et je dis. L’évangile est une chose si simple qu’un petit enfant peut saisir Jésus-Christ la Vérité et pourtant si grande…

          Pour ce qui est de l’humilité de Jésus dans Sa Marche sur la terre en tant qu’homme, regarde Jean 4, 34 – 5, 30 – 6, 38 – 6, 40 – 7, 17 – 9, 31 : la Volonté du Père, Celle de Celui qui L’a envoyé…

          On parle très souvent de Son humiliation, de Dieu Il s’est fait Homme mais on estime pas assez, il me semble, Sa Vie d’Homme …qu’Il a voulu dépendante de la Volonté du Père, ceci afin d’être notre Modèle de fonctionnement ici-bas.

          J'aime

      • Vous parlez DEL mais sans sonder ce que j’écris car quand vous dîtes que le mariage est une alliance de sang c’est une hérésie.
        Si vous êtes dans l’optique de la Vérité sortez de votre palais et osez affronter le gueux que je suis.
        Comment donc expliquez vous que vous êtes menée par l’Esprit dans ces choses ?
        Comprenez vous au moins ce que j’ai écrit plus haut ?
        Je ne pense pas car votre réponse aurait été véritablement différente.

        Je vous le dit, il ne suffit pas de citer les écritures car cela tout le monde peut le faire.
        Se remettre aussi en question est une bonne attitude de soumission à l’Esprit surtout si un autre vous averti et dit qu’il y a un souci dans votre interprétation.

        Ce n’est pas que je cherche la petite bête, mais je voudrais me servir d’un cas d’école pour montrer que les choses ne sont pas si facile que vous l’écrivez.
        Si c’était le cas, il n’y aurait pas eu hérésie et ce que j’observe de vous c’est que vous évitez mes questions sur le sujet (alliance de sang).
        Pourquoi ? Elles vous dérangent, elles vous montrent que ça cadre pas avec ce que vous confessez ? Pourquoi dans ce cas ne pas plutôt descendre du piédestal de l’hérésie pour rejoindre la Vérité ?…C’est facile ?

        Or chez Luther comme Calvin et beaucoup d’autres on a trouvé des folies dans leurs écrits alors que chacun était convaincu mordicus que ce qu’il prêchait était le véritable.

        Alors comment revient on d’une hérésie et comment reconnaitre au travers de ce que nous disons ou écrivons que nous sommes dans le Véritable ?

        J'aime

        • @ Shor, je respecte simplement ce que je t’ai déjà dit – à savoir que je ne croiserai plus la plume …ou le clavier 😀 avec toi – que je ne considère certainement pas comme un gueux, comme tu l’écris ! Tu es un homme précieux au cœur du Seigneur et je ne te considère pas autrement. Quant à discuter âprement pour avoir raison… ce n’est pas dans mes habitudes, même si je tiens toujours bon contre vents et marées pour la Vérité.

          par contre, tu poses une question essentielle : comment reconnaitre au travers de ce que nous disons ou écrivons que nous sommes dans le Véritable ? SI tu la poses, sans aucun doute tu as la réponse et je sui prête à te lire.
          DEL

          J'aime

        • Bonjour Shor, merci pour votre réponse et vos réactions plus haut.

          On reconnaît l’hérésie, me semble-t-il, à ce qui sépare, oppose ou divise les choses : par exemple, ce qui divise le spirituel du matériel. Ce fait marquant ressort, semble-t-il, des écrits de Jean.
          De plus, comme déjà soulevé auparavant, la question de l’autorité se pose : la Bible est-elle Parole de Dieu, notamment ici ? Quel Dieu témoignons-nous ? Quel Esprit apportons-nous ? etc…

          D’autre part, voici ce que j’écrivais il y a quelques temps :

          On se souvient qu’en Horeb, Dieu s’était fait, non pas voir, mais entendre du ciel, « au milieu du feu »(Deut.4v10-20, 33-36), afin que le peuple se garde de faire une quelconque représentation de Dieu qui devienne une idole, et afin que le peuple reconnaisse que « L’Eternel est Dieu et qu’il n’y en a point d’autres ».
          Dans tous les cas, il est toujours périlleux de tenter de se faire sa propre image de Dieu, car celle-ci sera forcément « à notre image » et donc réductrice et fausse. Danny Silk le dit fort bien autrement et de cette façon :
          « Si vous ne connaissez pas Dieu, Il vous ressemblera beaucoup. Vous l’inventerez selon votre convenance et vous tiendrez le rôle de rockstar dans cette relation.
          Quand nous ne savons pas qui est Dieu parce que nous ignorons Son amour et la façon dont celui-ci se manifeste, nous prenons peur et Le transformons, Lui et notre relation avec lui, en quelque chose que nous connaissons déjà »(« La culture de l’honneur » de Danny Silk. Hermeneia, 2012, p118)

          L’essentiel-et ce qui fait sens- est de ne pas « chercher à voir Dieu », au risque de l’enfermer dans une représentation limitée et donc fausse, mais de « chercher Dieu » : soit chercher Sa présence, Sa communion, et chercher à l’écouter pour faire Sa volonté.

          Sachant que Dieu ne peut être connu que par révélation et non par spéculation.

          Ainsi, une lecture attentive et droite du seul Ancien Testament nous révèle déjà non un Dieu « sanguinaire » ou « inoffensif », mais le « Dieu terrible », le Dieu saint, « un feu dévorant », et le Dieu compatissant, le Dieu bon, défenseur de la veuve, de l’orphelin, du pauvre et de l’étranger.
          Cependant, la révélation la plus complète de Dieu est celle que nous pouvons discerner en Jésus-Christ, dans le Nouveau Testament : Jésus-Christ, « la Parole faite chair », « qui a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité », qui nous révèle « Dieu le Père ».
          « Personne ne vit jamais Dieu »(car nul ne peut voir Dieu et vivre), mais « Dieu le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l’a fait connaître »(Jean 1v14, 18 cf Jean 14v6-11, 1 Jean 1v1-2 et 5v20-21)

          Vous l’avez compris : la découverte de Dieu, du vrai Dieu, ne peut s’affranchir de la lecture de la Bible, la Parole de Dieu écrite, qui témoigne de Jésus, la Parole de Dieu faite chair(Jean 5v39). Demandez donc sincèrement à Son auteur(Dieu lui-même) de vous aider à la comprendre : Il vous répondra.

          Ne cherchons donc pas « à voir Dieu » et « gardons-nous des idoles »(1 Jean 5v21). Mais cherchons-le, et désirons l’entendre pour lui plaire à tous égards, le connaître personnellement et véritablement.

          « Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ. C’est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle. Petits enfants, [je souligne]gardez-vous des idoles ».
          (1 Jean 5v20-21)

          « Semez selon la justice, moissonnez selon la miséricorde, Défrichez-vous un champ nouveau ! Il est temps de chercher l’Eternel »(Osée 10v12)

          (http://pepscafeleblogue.wordpress.com/2013/12/20/si-vous-ne-connaissez-pas-dieu-il-vous-ressemblera-beaucoup/ )

          J'aime

          • Bonjour pep’s et merci pour tes réponses.
            J’avais déjà parcouru ton site et les différents liens donnés et lu tes articles.
            J’ai regretté cependant celui où tu parles de ADF car cela m’a saboté un peu le plaisir de te lire. ^^

            Qu’est ce qui doit faire véritablement AUTORITÉ parmi nous ?
            Je réponds par proverbes interposé :
            Pr 29:18 Quand il n’y a pas de révélation, le peuple est sans frein ; Heureux s’il observe la loi !

            Bien à toi !

            J'aime

          • Merci Shor. Je t’en prie.
            Et super, le passage des Proverbes. Très pertinent. C’est d’ailleurs une façon très sage de répondre. 😉

            Bien à toi,

            Pep’s

            J'aime

          • @ peps’café
            On se souvient qu’en Horeb, Dieu s’était fait, non pas voir, mais entendre du ciel, « au milieu du feu »(Deut.4v10-20, 33-36), afin que le peuple se garde de faire une quelconque représentation de Dieu qui devienne une idole, et afin que le peuple reconnaisse que « L’Eternel est Dieu et qu’il n’y en a point d’autres ».

            Sans vouloir te contredire, tu fais erreur :
            – les fils d’Israël ont vu le son du Shofar de Dieu quand Il donnait les Dix Paroles – Ils ont VU la Voix qui parlait mais ils n’ont pa du Celui qui parlait ; ceppendant
            – Moïse, Aaron, Nadab et Abihu et 70 Anciens L’ONT VU.
            Cf.Exode 19, 16-19 ; voir aussi Exode 24, 10 ILS VIRENT LE DIEU d’Israël, verset 11 : Ils virent DIEU et ils mangèrent et burent…

            La suite pour le peuple a été l’érection du Veau d’or : voilà pourquoi Moïse leur donne cette injonction de Deutéronome 4, 14-26

            Je suis tout à fait d’accord avec toi pour la suite : L’essentiel – et ce qui fait sens – est de ne pas  » chercher à voir Dieu », au risque de l’enfermer dans une représentation limitée et donc fausse, mais de  » chercher Dieu  » : soit chercher Sa Présence, Sa Communion, et chercher à L’ écouter pour faire Sa Volonté. Sachant que Dieu ne peut être connu que par révélation…

            J'aime

  9. [Ceci fait suite à mon précédent commentaire-en attente de validation]

    Concernant ce qu’est la vérité, je rappelai ici que, « d’après le Nouveau Dictionnaire Biblique Emmaüs, le mot hébreu ‘emet’, dans l’Ancien Testament, généralement traduit par « vérité », est lié à un verbe qui veut dire « supporter, soutenir, établir », avec l’idée de solidité, de fidélité. Il est appliqué à des faits, qui peuvent être appréciés pour être vrais ou faux. C’est son sens intellectuel. Mais il a aussi le sens existentiel et moral qui présente la vérité en tant qu’attribut d’une personne : être vrai, c’est être droit, honnête, authentique, sûr, fidèle, juste, homme de parole… »

    J'aime

  10. [ceci vient avant le commentaire qui vient d’être posté]

    Bonjour Phil.

    Je partage tes remarques concernant le double danger du « Mysticisme » et de « l’intellectualisme ». De même, que le danger de « l’individualisme ».
    Alors oui, la vérité est certes incarnée (« la vérité est en Jésus » et Jésus-Christ est « le chemin, la vérité et la vie ») et « la vie éternelle », c’est de « connaître le seul vrai Dieu… », vivre, être en relation avec Celui qui est la vérité, pratiquer….etc…
    Et « Si nous croyons à quelque chose, mais que cela n’a aucune conséquence dans notre vie, alors nous ne différons pas des incrédules ». Absolument.

    Mais il me semble que tu sépares curieusement l’action du St Esprit et fais une certaine confusion.
    Ainsi, ton : « On s’imagine couramment que le Saint-Esprit est là pour nous révéler des vérités intellectuelles et qu’Il nous permet de mieux comprendre la Bible. Je ne crois toutefois pas que ce soit là son but….. »
    Evidemment. Puisque le St Esprit est là pour nous révéler des vérités spirituelles :
    « Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce(…)Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l’instruire? Or nous, nous avons la pensée de Christ » (1 Cor.2v9-16)

    Ensuite : « Le Saint-Esprit qui agit dans l’individu n’a pas pour vocation d’établir une vérité doctrinale « intellectuelle » mais de transformer le comportement et la vie de la personne. C’est cette transformation qui aura pour conséquence d’amener chaque chrétien à mieux comprendre la Bible. Même si chaque chrétien est rempli de l’Esprit Saint, le Saint-Esprit n’a pas été en premier lieu donné aux individus en particulier, mais à l’ensemble du corps de Christ, l’Eglise(…)L’étude des Ecritures ne peut donc pas être coupée de cette dimension communautaire ».

    Certes, le St Esprit nous transforme, mais Il nous révèle aussi la vérité, puisqu’il nous faut vivre et marcher, selon des fondements de vérité.
    Je dirai donc plutôt : le Saint-Esprit nous a été donné, « pour nous conduire dans toute la vérité »(Jean 16v13-15 + Jean 15v26-27). Il a été donné à chaque croyant, né de nouveau, individuellement, et à tous les croyants, formant le corps de Christ, l’Eglise, « pour l’utilité commune »(1 Cor. 12v3-7 ; Ephésiens 4v1-16)
    Le but est bien d’édifier, d’enseigner dans la vérité, face aux fausses doctrines, mais l’enseignement n’est pas une finalité en soi : la finalité est cf Eph.4v12-15 : « le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ ».

    Ensuite, certes, l’étude des Ecritures ne peut pas être coupée de la dimension communautaire, et se faire de façon indépendante, individualiste. Mais, heureusement, elle est possible de façon personnelle, individuelle [voir les exhortations personnelles et individuelles à Timothée et à Tite, par exemple. Sur le plan historique, Luther n’aurait pu faire ses découvertes ou redécouvertes-ce n’était pas un scoop-concernant la justification par la foi], dans les conditions que je vais évoquer plus loin. Gare aux deux extrêmes : passer de la tyrannie individualiste à la tyrannie du groupe (soit, du « sens que moi je donne » au «sens que le groupe donne.» et « la vérité » évolue, selon les ajouts du groupe, alors que le sens nous est donné par révélation)

    La compréhension collective dépend d’abord de notre compréhension individuelle (de même que la dimension collective du culte dépend de ce que chacun aura vécu dans la semaine et de sa communion personnelle/individuelle avec Christ), puisque le corps de Christ n’est pas un conglomérat abstrait ou un « grand tout », dans lequel chacun serait dissout, perdant sa personnalité. Le principe du corps de Christ est éloigné de l’hindouisme.
    D’autre part, j’ai l’impression(à tort ?)que tu confonds l’assistance que l’Esprit Saint nous accorde pour comprendre la Parole de Dieu avec la révélation parfaite dont les auteurs bibliques ont bénéficié. Il est bien évident qu’il ne s’agit pas de confondre les deux. La Parole écrite est infaillible, mais aucun homme ne peut prétendre à l’infaillibilité de son interprétation, si spirituel soit-il. Le Saint-Esprit éclaire la Parole de Dieu…mais des conditions sont nécessaires pour que chacun puisse bénéficier de l’aide du St Esprit. Ces conditions, « spirituelles » et « intellectuelles » peuvent se découvrir ici
    Es-tu au clair avec chacun d’eux ?

    Sinon, s’il n’est effectivement pas possible de se prétendre « infaillible », sous prétexte que « l’on a l’Esprit »(dans le genre : « Dieumadi »)et d’être (auto-)suffisant(« suffisant » signifiant prétentieux, arrogant, soit quelqu’un qui a une haute opinion de lui-même, méprisant les autres cf Rom.12v3 et ss) il n’est pas non plus possible de prétendre s’affranchir des Ecritures, de la Parole de Dieu écrite, ou d’enseigner « par l’Esprit » quoique ce soit qui soit contradictoire avec cette Parole écrite.
    Deux exemples : les religieux du temps de Jésus sondaient les Ecritures, avec un état d’esprit qui n’était pas le bon, puisqu’ils ne voyaient pas que les Ecritures qu’ils sondaient rendaient témoignage de Jésus(Jean 5v39 et 2 Cor.3v14-16) ; les béréens, dont on nous dit qu’ils « étaient plus nobles que ceux de Thessalonique ; ils reçurent la parole avec toute bonne volonté, examinant chaque jour les Ecritures, pour savoir s’il en était ainsi ».(Actes 17v11)

    Sauf erreur de ma part, cet élément semble absent de ta démonstration. Ce « silence » ou cet « oubli » pose la question de l’autorité : quelle est-elle ? (L’esprit de)Dieu ? Les Ecritures, Parole de Dieu écrite ? Un groupe(le « magistère ») ? La tradition ? etc….
    Tout est-il relatif et censé « évoluer » avec son temps ? Dieu et les choses de Dieu sont-ils « inconnaissables » ? Ou alors existe-t-il une vérité absolue, que l’on peut connaître, parce que Celui qui est la vérité peut et veut nous le faire connaître ?
    Et pourquoi connaître cette vérité ? Pour en faire quoi ?

    Pour conclure, je laisserai la parole à Kierkegaard, qui a écrit dans ses « Pensées qui attaquent dans le dos », au sujet de la vérité(doctrine) de la résurrection des morts, enseignée dans la Parole de Dieu. L’important, écrit le penseur, étant qu’il y a « une résurrection des justes et des injustes ». Et que cette vérité implique que tout homme rendra compte à Dieu. Une finalité et une conséquence bien pratique de cette vérité. La seule question(véritable)à se poser !

    Sur ce, bonne journée à chacun !

    Pep’s

    J'aime

    • @Pep’s que ke cite : Sauf erreur de ma part, cet élément semble absent de ta démonstration. Ce « silence » ou cet « oubli » pose la question de l’autorité : quelle est-elle ? (L’esprit de)Dieu ? Les Ecritures, Parole de Dieu écrite ? Un groupe(le « magistère ») ? La tradition ? etc….
      Tout est-il relatif et censé « évoluer » avec son temps ? Dieu et les choses de Dieu sont-ils « inconnaissables » ? Ou alors existe-t-il une vérité absolue, que l’on peut connaître, parce que Celui qui est la vérité peut et veut nous le faire connaître ?
      Et pourquoi connaître cette vérité ? Pour en faire quoi ?

      Si j’ai écrit plus haut c’est bien à cause de ces interrogations.

      1) Qu’est ce qui effectivement fait autorité pour nous ?

      2) Pourquoi connaitre cette Vérité (qui semble en effet être absolue) ?

      J'aime

  11. Quand les Fils d’Israël sont entrés dans le Pays de la Promesse, ils y sont entrés  » conduits  »
    – par l’Arche de l’Alliance, emballée dans un drap de bleu, qui était à une bonne distance en avant
    – par le rapport des  » deux jeunes espions  » qui avaient pu se promener au sein même du camp ennemi – déjà vaincu par les nouvelles extraordinaires qui leurs étaient parvenues : rien ne résistait au Dieu d’Israël et ce qui s’était passé en Égypte en témoignait.

    Trois Témoins font autorité et concordent entre eux pour attester de la Vérité.
    – les Paroles de l’Alliance consignées par écrit que transportait l’Arche – les Écritures Saintes
    – les deux espions vainqueurs,
    soit la Parole de Dieu parlée au cœur (qui nous fait vivre) et l’attestation du Saint Esprit

    Si nous penons que la Bible nous suffit, nous nous trompons !
    Si nous croyons que attestation du Saint Esprit nous suffit, nous nous trompons !
    Si nous estimons que la Voix de Dieu parlée à notre cœur nous suffit, nous nous trompons !
    Ces témoins concordent entre eux et nous avons ainsi la certitude de marcher droit dans la Vérité … qui est parfaite, infaillible car c’est Jésus-Christ.

    Entrer dans la pays, c’est entrer dans le Royaume des Cieux ou de Dieu. Le Saint Esprit s’est engagé à nous conduire dans toute la Vérité et Il le fait dans Sa Fidélité, car Il est Dieu !

    J'aime

  12. En anecdote, hier soir tardivement, j’étudiais l’écriture et puis je me suis arrêté sur une phrase lors de ma lecture « …une aide semblable à lui… »…
    Je quitte mon bureau sur ces quelques mots pour me rafraichir et le verset me revient à la pensée sans que je ne le veuille et là il m’est montré ce que je n’avais jamais vu et jamais entendu.
    Si je vous le raconte vous ne me croirez pas.
    Comment savoir si la pensée est de l’Esprit ou pas dans ce cas ?

    J'aime

  13. Avant toutes choses, s’assurer avec ‘le bon Saint-Esprit’ me semble élémentaire … qu’est-ce qui nous motive à lire la Bible ? Est-ce l’orgueil ? La culpabilité ? Le devoir ? …. ?

    Et … pourquoi vouloir interpréter la Bible ?

    Chacun y va de son interprétation. Bien que souvent l’interprétation part de deux choses :

    – ‘le monde qui nous entoure’, en tout premier la culture judéo-chrétienne, c’est à dire, ce que nous pensons que ‘La Bible dit’ …
    – la méconnaissance de la Bible elle-même, dont nous connaissons des ‘petits passages’ pris par dedans, sans connaitre ‘le livre entier’ comportant le passage. Livre lui-même compris dans ‘la Bible entière’.

    J'aime

    • Je ne savais pas qu’il existe un bon Saint-Esprit… ce qui sous-entendrait donc un mauvais Saint-Esprit ??!!
      pouah… cela relève du blasphème tout simplement ! Pourrais-tu préciser ta pensée Sandra ?

      Je te cite : ‘le monde qui nous entoure’, en tout premier la culture judéo-chrétienne, c’est à dire, ce que nous pensons que ‘La Bible dit’ … Confondre la pensée de l’homme – en principe chrétien ! et la culture judéo-chrétienne et la compréhension des Saintes Écritures, quelle marmelade tu fais là 😀

      Par contre je suis bien d’accord avec toi que la méconnaissance des Écritures fait dire pas mal de bêtise, d’hérésies, voire laisse les démons enseigner leurs confusions.

      J'aime

  14. Bonjour !

    Moi, je comprends très bien.

    ….‘Le bon Saint-Esprit’ : il s’agit plutôt du « Bon Esprit ». En effet, quel Esprit apportons-nous ?(cf 1 Jean 2v18 et ss, 4v1-3). L’on reconnaît « à ceci l’Esprit de Dieu: tout esprit qui confesse Jésus Christ venu en chair est de Dieu »(v2). Celui qui confesse donc Jésus dans Sa globalité, si je puis dire, et Lui rend gloire, en toute humilité. Jésus est Dieu. Il n’est pas un pur esprit désincarné, mais est « la Parole faite chair »(Jean 1). Il s’est donc incarné et a été « comme nous, à part le péché ».

    Néanmoins, jouer ou pinailler sur les mots(ou en accusant autrui de « blasphème ») n’a aucun intérêt, ou plutôt, si : il n’a qu’un seul intérêt. Celui de faire diversion et empêcher que l’on réponde à ces questions effectivement essentielles :
    « … qu’est-ce qui nous motive à lire la Bible ? (…)Et … pourquoi vouloir interpréter la Bible ? »

    En outre, si je résume, le « bon » interprète de la Bible doit 1) reconnaître qu’il porte des lunettes(culturelles). Tout le monde en porte, y compris(surtout) celui ou celle qui se dit « spi »(le plus mauvais interprète est celui qui prétend ne pas l’interpréter), et 2) prendre la Bible, Parole de Dieu, dans Sa globalité, pour éviter de faire des erreurs(voir par ex celle des sadducéens, qui ne reconnaissaient qu’une petite partie de la Bible)

    Bref, il s’agit de prendre en compte et « la Parole faite chair », et la Parole écrite, dans leur globalité. Avec le « Bon Esprit » : celui de Dieu. 😉

    Sur ce, bon WE !

    Pep’s

    J'aime

    • @ Peps’café
      Dieu est UN et unique seul DIEU : Il est Esprit ! Le Saint Esprit est BON par nature…
      Ce n’est certainement pas  » pinailler  » ni  » accuser autrui  » comme tu le dis, mais  » appeler un chat un chat  »

      Si déjà on prétend à  » deux Saint-Esprit  » un bon et un mauvais, dis-moi donc qui pinaille ?
      Si tu penses que le sujet est : « … qu’est-ce qui nous motive à lire la Bible ? (…)Et … pourquoi vouloir interpréter la Bible ? » alors effectivement je ne réponds pas à cela, car le titre du sujet est : Le rôle du Saint-Esprit dans l’interprétation de la Bible… d’où l’importance de savoir s’il existerait un mauvais saint-esprit ?????

      Je ne crois pas que la Bible puisse se nommer PAROLE de DIEU comme tu le fais – car la Parole de Dieu, c’est Jésus-Christ et pas un bouquin… Pourrais-tu « interpréter » Jésus-Christ : c’est un sens !

      Je ne sais pas ce que tu entends pas globalité de la Parole écrite : je crois qu’il y a les Saintes Écritures qui témoignent de Jésus-Christ, mais qu’il n’est pas Jésus-Christ, car ELLES NE PEUVENT PAS DONNER LA VIE. Les Saintes Écritures (ce que nous appelons Ancien Testament) ont été authentifiées – si je puis dire ainsi – par Jésus Lui-même, car non-seulement Il les a citées dans Son Enseignement mais y a fait références.

      La Bible est l’ensemble de l’Ancien Testament et du Nouveau Testament (ou encore de l’Ancienne Alliance et de la Nouvelle Alliance) et la considérer comme la  » Parole écrite  » par opposition à la  » Parole faite Chair  » n’est pas juste… même si cela TE le parait.

      L’homme ne vivra pas de pain seulement mais de toute parole qui sort de la Bouche de Dieu (il n’est pas dit du  » Doigt de Dieu « )

      Oui, Jésus est Fils de DIEU, Il est Dieu incarné en une chair d’homme. (Prologue de Jean)
      Non, nous n’apportons pas l’Esprit de Dieu : n’ayons pas cette prétention ! S’il vit en nous, Il est visible , car notre corps EST Son Temple et notre esprit son Trône.

      J'aime

  15.  » Vous annulez ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition « (Matt. 15v1-6)

    C’est la référence au V ème  » Commandement  » EXODE 20, 12 – que Dieu a donné en PAROLES, car ce que nous appelons commandement doit être traduit pas parole.

    Dieu a parlé, Jésus – la Parole de Dieu – le rappelle. Jésus ne parle pas ici des Saintes Écritures mais de ce que Dieu a donné au désert au peuple d’Israël. Ne confondons pas tout !

    J'aime

    •  » Mes Brebis entendent pas Ma Voix… Moi Je les Connais…. et elles Me Suivent ! « 

      Jean 10
      1 En vérité, en vérité, Je vous dis : Celui qui n’entre pas par la porte dans la bergerie des brebis, mais qui y monte par ailleurs, celui-là est un voleur et un larron.
      2 Mais celui qui entre par la porte, est le Berger des brebis.
      3 A celui-ci le portier ouvre ; et les Brebis écoutent Sa Voix ; et Il appelle Ses propres Brebis par leur nom, et les mène dehors.
      4 Et quand Il a mis dehors toutes Ses propres Brebis, Il va devant elles ; et les brebis Le suivent, car elles connaissent Sa Voix ;
      5 mais elles ne suivront point un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers.

      7 Jésus donc leur dit encore : En vérité, en vérité, Je vous dis que Moi Je suis la Porte des Brebis.
      8 Tous, autant qu’il en est venu avant Moi, sont des voleurs et des larrons ; mais les Brebis ne les ont pas écoutés.
      9 Moi, Je suis la Porte : si quelqu’un entre par Moi, il sera sauvé ; et il entrera et il sortira, et il trouvera de la pâture.
      10 Le voleur ne vient que pour voler, et tuer, et détruire : Moi, Je suis venu afin qu’elles aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance.

      11 Moi, Je suis le Bon Berger : le Bon Berger met Sa Vie pour les Brebis ;
      12 mais l’homme qui reçoit des gages, et qui n’est pas le berger, à qui les brebis n’appartiennent pas en propre, voit venir le loup, et laisse les brebis, et s’enfuit ; et le loup les ravit, et il disperse les brebis.
      13 Or l’homme à gages s’enfuit, parce qu’il est un homme à gages et qu’il ne se met pas en souci des brebis.

      14 Moi, je suis le Bon Berger, et Je connais les Miens et Je suis connu des Miens,
      15 le Père Me connaît et Moi Je connais le Père; et Je mets Ma Vie pour les Brebis.

      16 Et J’ai d’autres brebis qui ne sont pas de cette bergerie ; il faut que Je les amène, elles aussi ; et elles écouteront Ma Voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger.

      17 A cause de ceci le Père M’aime, c’est que Moi Je laisse Ma Vie, afin que Je la reprenne.
      18 Personne ne Me l’ôte, mais Moi, Je la laisse de Moi-même ; J’ai le pouvoir de la laisser, et J’ai le pouvoir de la reprendre : J’ai reçu ce Commandement de Mon Père.

      J'aime

      • Vous écrivez beaucoup DEL mais vous n’avez aucunes révélations sur les choses sur lesquelles je vous questionne car vous ne répondez pas à la question.
        Je trouve cela très dommageable pour quelqu’un qui se veut enseigner les autres car un aveugle ne peut conduire d’autres personnes ou d’autres aveugles car les deux tomberont dans la fosse.

        Croyez le ou pas, plus je vous sonde, plus je vous trouve légère.

        J'aime

      • @Deborah-Esther Lieber
        A quoi rime cette accumulation de versets parfaitement connus, qui n’apportent strictement rien en tant que réponse circonstanciée ?
        Un peu plus haut, on trouve : « – les fils d’Israël ont vu le son du Shofar de Dieu quand Il donnait les Dix Paroles – Ils ont VU la Voix qui parlait mais ils n’ont pa du Celui qui parlait ; ceppendant
        – Moïse, Aaron, Nadab et Abihu et 70 Anciens L’ONT VU.
        Cf.Exode 19, 16-19 ; voir aussi Exode 24, 10 ILS VIRENT LE DIEU d’Israël, verset 11 : Ils virent DIEU et ils mangèrent et burent…

        La suite pour le peuple a été l’érection du Veau d’or : voilà pourquoi Moïse leur donne cette injonction de Deutéronome 4, 14-26
        D’où sort cette révélation parfaitement ridicule qu’Israël aurait vu le son du shofar, shofar dont il n’est parlé nulle part, soit dit en passant ?

        J'aime

        • Messieurs…. je vois simplement que vous ne lisez pas les posts qui répondent aux questions qui sont posée (Peps’café et Shor) ; ou bien dois-je en déduire aussi que…(pardonnez-moi de vous le faire remarquer), vous ne connaissez pas « votre Bible » ? Si vous ne voyez pas la réponse au travers des textes bibliques cités, je ne puis pas vous éclairés plus… Cela peut paraitre ridicule : c’est dommage !
          Quant aux doublons… je m’en suis excusée car cela ne vient pas de ma volonté, mais je suppose de problèmes techniques (?).

          J'aime

  16. @Sandra,

    Je te cite : A la fin de 2 évangiles, nous lisons que Jésus a donné le Saint-Esprit (ouvert l’intelligence) pour que ces élèves comprennent les écritures. Tant qu’ils n’avaient pas ‘le bon-saint-esprit’, ils ne réalisaient pas qui était réellement Jésus.

    L’esprit et l’intellect (qui fait partie (et est une fonction de) l’âme vivante et non du Souffle de Dieu sont DEUX
    choses totalement différentes et incompatibles pour les Choses spirituelles.

    Le « bon Saint Esprit » expression que tu emploies, est de TON invention intellectuelle… car seule la Vie de l’Esprit (donnée par Dieu Lui-même) permet de connaitre les Choses de l’Esprit.
    Il n’y a qu’un SEUL Esprit comme il n’y a qu’un SEUL Seigneur. Il n’existe pas de bon Saint Esprit et de mauvais Saint Esprit : comment Dieu pourrait-Il avoir deux Esprits – un bon et un mauvais ??? Cela est du blasphème – comme je te l’ai déjà dit et tu fais dire à la Bible des choses qu’elle ne dit pas. Regarde Apocalypse 22, 18
    UN Seul Esprit, UN Seul Seigneur UNE seule foi…

    Aimer les gens n’est pas aimer Dieu, mais quand on aime Dieu, on aime forcément les gens…

     » Aimer Dieu de toute ton âme, de toute ta force, de toute ton intelligence  » c’est accomplir et faire SA Volonté (et Sa Volonté est que tous viennent à la repentance selon l’Ordre de Dieu).
    Aimer Dieu c’est plier ma volonté devant la Sienne et Le mettre en premier dans ma vie – QUOIQU’IL M’EN COÛTE.
    Aimer Dieu est la Somme de toute la LOI DE DIEU (pas celle de Moïse). Accomplir la Loi divine, celle de la liberté en Jésus-Christ, la Loi royale de l’Esprit de Vie, c’est Forcément L’aimer LUI et aimer ceux que LUI aime, c’est-à-dire, tous les hommes. Ne peut aimer Dieu -comme Lui Le désire, que celui qui a le Nouvel Esprit et le Nouveau Cœur donnés dans l’Alliance Renouvelée, dont Jésus-Christ est le Médiateur.

    Annoncer Christ, c’est faire savoir au monde qu’Il nous a libéré du péché… et que nous ne sommes PLUS soumis au péché pour pécher – c’est pourquoi le péché volontaire est si GRAVE Cf. Hébreux 6

    J'aime

  17. Je ne suis toujours pas compris et pour cause personne ne saisi véritablement le danger de ce que j’exprime.
    J’insisterai donc !
    @DEL, vous dites, je cite SI une brebis n’entend pas, de deux choses l’une :
    – ou bien on ne lui a jamais appris à écouter la Voix du Bon Berger, donc elle ne la re-connait pas
    – ou bien elle n’est pas une Brebis du troupeau

    C’est incomplet !

    La brebis peut déjà être convaincue de quelque chose et si convaincue que lorsque l’Esprit parlerait, la brebis n’entendra pas.(On ne met pas du vin nouveau dans de vielles outres)
    – Est ce à dire que la brebis n’a jamais entendu le bon berger ? Non..
    – Est ce à dire qu’elle n’a jamais apprise à entendre sa voix ? Non…
    – Est ce à dire qu’elle ne lui appartient pas ? Non…
    – La brebis peut-elle se détourner, se tromper, s’égare ? …Je vous laisse répondre donc…

    Combien de chrétiens sont venus à Christ et se sont détournés de la voie de la Vérité ?
    Dès le départ, ils y en avait des tonnes, de sorte que Paul nous dit : 2Ti 2:17 De ce nombre sont Hyménée et Philète, 18 qui se sont détournés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent la foi de quelques uns.
    Détourné nous dit Paul…
    Comprenez vous maintenant et là je souffre car personne ne semble comprendre !

    Dans la promptitude de DEL avec sa «lithanie de versets», on entends :  » Ah, s’ils étaient de Dieu, ils ne se seraient pas détournés, car la brebis du Seigneur entends la Voix du Seigneur etl’Esprit est Vérité… ! »…Et là DEL quoi que ce que vous dîtes est Vrai, vous êtes quand bien même dans le faux !
    Car on peut être de Dieu et être couillonné par Satan et faire fausse route pendant un bon bout de temps …On peut être de Dieu et un instant fermer son oreille à la Vérité et demeurer dans l’aveuglement pendant des années…
    Je vous l’ai dit DEL, j’ai un cas d’école pour vous et c’est celui là :  » Le mariage n’est pas une alliance de sang » car ce propos que vous tenez n’est pas du Seigneur et ne lui appartient pas !
    Et cela je vous le dis par l’Esprit de Dieu.
    Comment je le sais que je j’écris par l’Esprit de Dieu ?….C’est bien ce que je veux vous enseigner mais personne ne veut entendre….Je vous l’ai dit par PARABOLE en parlant de la muraille de la Jérusalem Céleste car j’ai estimé que vous ne méritiez pas cette réponse.

    – Entendez vous ce que vous dit le Saint-Esprit ?
    – Savez vous au moins que je parle par l’Esprit ?
    – Comment pouvez-vous discerner que je vous parle par l’Esprit ?
    – Comment saurez vous que ce que je vous dit est de l’Esprit vu que vous êtes déjà convaincu ?
    – Comment pouvez-vous reconnaitre que vous marchez dans l’erreur avec cette pensée et que vous vous détournez de la simplicité de Christ vu que vous confessez que c’est le Saint-Esprit qui vous guide ?

    Le danger de ce que vous dîtes concernant l’Esprit et qui vient de votre enseignement c’est que pour vous, il vous semble IMPOSSIBLE de vous tromper, et là je vous dis c’est faux et vous manquez d’humilité.
    J’ai pris pour vous l’exemple du catholique mariale qui est aussi un convaincu qu’il est dans l’Esprit. Comment savez vous qu’il n’est pas dans le vrai alors qu’il confesse mordicus et avec sincérité qu’il est dans le vrai ?
    Quand je vous parle, vous êtes pour moi comme le catholique mariale convaincu…
    Comment vous démontrez donc que vous êtes dans l’erreur ?
    Comment donc sortir de l’erreur ? …
    et
    Comment pouvez vous reconnaitre que ce que j’avance est selon la Vérité ?

    Ainsi, on peut se tromper et de plusieurs manières.
    • On peut se tromper parce qu’on ne maitrise pas les rudiments de la Parole
    • On peut se tromper même par une révélation qui vient directement de l’Esprit mais parce que l’on en fait une fausse interprétation ou une interprétation approximative en y mélangent du vrai et du faux
    • On peut encore se tromper parce que nous avons été nourri depuis notre tendres enfance d’un lait frelaté, un formatage religieux qui a déformé notre façon de lire les écritures depuis le commencement.
    • On peut se tromper car on est né dans un monde apostate et que même les versions des textes données sont traduites de façon erronée ou dans le sens de l’interprétation de leur scribes ou traducteurs. David nous le montre rien que par l’interprétation Septante VS …..

    Maintenant je vais vous dire les choses ouvertement :
    Il y a dans votre attitude un piège pour vous mais l’entendrez vous ,
    Sur le sujet concernant le mariage, je ne vous ai pas parlé sur 1/10 des choses fausses que vous annoncez et je sais tous les points sur lesquels vous êtes dans le faux et pourquoi vous tenez tel ou tel raisonnement… et pourtant vous jurez mordicus que vous détenez la « Vérité absolue » vu qu’il y a 40 ans que vous étudiez le topo.
    Moi j’ai étudié le topo pendant 1 mois je pense dans la prière et le Seigneur m’a montré tous les points sur lesquels vous êtes dans le faux.
    Et je peux vous assurez qu’il y a beaucoup de points sur lesquels vous êtes véritablement dans le faux.
    L’on va me dire que je me prends pour ce que je ne suis pas…je sais…mais ne dites pas que je n’ai pas averti de la part du Seigneur !…

    Pour revenir donc à l’interprétation par le Saint-Esprit puisque c’est là le thème de l’article, je réitère ma question :
    Nous avons tous une seule et même base, comment donc saurez vous que je vous parle par l’Esprit ou comment donc savez vous que vous parlez vous même par l’Esprit dans ce que vous dîtes alors que je vous dis que vous ne parlez pas par l’Esprit quand par exemple vous dites que «le mariage est une alliance de sang» ?

    La question n’est pas si facile que cela à répondre, si devant cette question vous ne pleurez pas, ou ne tremblez pas,ou n’êtes pas dans la confusion cela veut dire que JAMAIS vous ne saisirez les choses.

    Vous savez, j’ai peur d’écrire, car j’ai peur d’être taxé de faux tout azimut et tous les jours j’écris maladroitement car j’ai peur…et quand j’écris je me bats avec moi même pour ne pas dire avec l’Esprit car je ne veux pas écrire de crainte de froisser celui qui est face à moi, de crainte de ne lui dire qu’il se trompe, de crainte de ne créer chez lui ou encore envers moi de l’hostilité car à chaque fois que j’écris, j’écris bien souvent dans une vision qui est tout le contraire de ce que l’on affirme et je sais ce que cela va créer.

    J’ai donné dernièrement deux définitions du Grec :
    Celle du PORNEIA et du MOICHAO
    D’après vous de qui je tiens ces définitions, de moi ou de l’Esprit ?
    Je vais vous dire maintenant de qui je tiens ces définitions : Du Seigneur Jésus-Christ.
    J’ai souffert milles mort pour vous l’écrire, et jusqu’à ce jour je ne sais pas l’écrire car je ne suis pas entendu ni écouté et cela je le sais car le Seigneur encore me l’a dit de crier mais que je ne serai pas entendu…à cause de….(je garde)

    Donc voyez vous !…
    Quand vous dites que l’on entends la voix du Seigneur parce que l’on est une brebis du Seigneur et parce que l’Esprit est la Vérité, cela ne veut rien dire dans le fonds, car l’Esprit peut parler par le gueux que je suis et voilà que personne n’entends alors que tous disent qu’ils sont de Dieu, qu’ils sont brebis du Seigneur et que l’Esprit est Vérité !

    Comment saurez vous donc que ce que je dis est de la Vérité ?

    Je pense qu’après lecture, beaucoup diront que je suis un illuminé…Aurez vous tord ? Non !
    Car il y a en ce monde une telle puissance d’aveuglement, d’iniquité , de mensonge, d’apostasie, qu’il sera difficile de reconnaitre la voix qui vient de l’Esprit de celle qui vient du malin.

    Voyez vous, les choses ne sont pas si facile que vous le dîtes et je peux vous le confirmer car je souffre milles morts en moi à cause de cela tous les jours de ma vie.

    J’ai dis ce que j’avais à dire, c’est bien la première fois que je parle ainsi, je ne pense pas que je reparlerai encore ainsi.

    J'aime

  18. OUI, une Brebis du Seigneur entend la Voix de Son Berger : je sais moi, DEL, que je suis une Brebis du Seigneur, donc j’entends la Voix de Mon Berger – puisque Lui-même l’affirme. Sa Voix me fait vivre car Dieu a dit (et Jésus l’a répété à Satan dans la tentation) : L’homme ne vivra pas de pain seulement mais de toute Parole qui sort de la Bouche de Dieu. C’est mon témoignage et je ne peux dire autrement !
    Puisse chaque personne, qui se dit « enfant de Dieu », entendre la Voix de Son Père céleste, afin de vivre de Sa Vie et expérimenter la Paix du cœur, cette Paix qui surpasse toute intelligence !

    J'aime

    • @DEL :
      C’est bien ce que je dis, c’est bien pour cela que vous demeurez et demeurerez dans vos erreurs car vous ne savez même pas que vous pouvez pécher en n’entendant point la voix du Seigneur et à cause de cela personne ne saura vous sortir de l’esprit de l’erreur selon qu’il est écrit : Jn 9:41 Jésus leur répondit : Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché. Mais maintenant vous dites : Nous voyons. C’est pour cela que votre péché subsiste.

      Pierre lui même apôtre, reprends le Seigneur par la chair alors que précédemment il parle par l’Esprit alors que le seigneur il le voyait face à face. Il est sévèrement secoué par la réponse du maître…
      Pierre en Actes 10 résiste fermement au seigneur quand le Seigneur qu’il connait lui dit « tue et mange »…Ce qui prouve qu’il y a des choses qui sont difficiles et pénibles pour nous d’accepter ou de percevoir…
      Pierre encore lui même use de dissimulation en Galates et joue à l’hypocrite MAIS il est heureusement repris par Paul qui l’exhorte fermement.
      Qui véritablement est à l’abri d’une erreur ? Personne … que celui qui est debout prenne garde de tomber.

      De plus l’écriture dit ceci :
      1Jn 1:8 Si nous disons que nous n’avons pas de péché, nous nous séduisons nous-mêmes, et la vérité n’est point en nous.

      1Jn 1:10 Si nous disons que nous n’avons pas péché, nous le faisons menteur, et sa parole n’est point en nous.

      Quoique appartenant au Seigneur vous pouvez toujours pécher en n’entendant pas sa voix ou en passant à côté de la révélation…
      C’est pourquoi lorsque retentit la voix de la trompette, il faut aussi avoir l’humilité de se remettre en question.

      Cependant je me suis acquitté auprès de vous de la tâche que m’avait imparti le Seigneur et je vous ai donné son conseil. Je suis maintenant libre de vous car je vous ai écrit.

      Ps : Le catholique mariale a aussi dans son cœur une paix qui surpasse toute « son » intelligence…

      J'aime

    • Toute la différence entre la FOI et l’incrédulité – qui mène à la mort se situe ici : Quoi Dieu a dit ? Jésus est Dieu et ce qu’Il a dit est Vérité.

      Écoutons-Le !

      Jean 8, 31…
      Jésus donc dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous persévérez dans Ma Parole, vous êtes vraiment Mes disciples ; et vous connaîtrez la Vérité, et la Vérité vous affranchira.
      En vérité, en vérité, Je vous dis : Quiconque pratique le péché est esclave du péché… Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres…
      Moi, parce que Je dis la Vérité, vous ne Me croyez pas… Si Je dis la Vérité, vous, pourquoi ne Me croyez-vous pas ? Celui qui est de Dieu entend les Paroles de Dieu ; c’est pourquoi vous, vous n’entendez pas, parce que vous n’êtes pas de Dieu… En vérité, en vérité, Je vous dis : Si quelqu’un garde Ma Parole, il ne verra point la mort, à jamais.

      Jean 9, 39
      Et Jésus dit : Moi, Je suis venu dans ce monde pour le jugement, afin que ceux qui ne voient pas, voient ; et que ceux qui voient deviennent aveugles…. Si vous étiez aveugles, vous n’auriez pas de péché ; mais maintenant vous dites : Nous voyons ! – votre péché demeure.

      Jean 10, 3…
      …et les brebis écoutent Sa Voix ; et Il appelle Ses propres Brebis par leur nom, et les mène dehors.
      Et quand Il a mis dehors toutes Ses propres brebis, Il va devant elles ; et les brebis Le suivent, car elles connaissent Sa Voix ; mais elles ne suivront point un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, parce qu’elles ne connaissent pas la voix des étrangers.
      En vérité, en vérité, Je vous dis que Moi je suis la Porte des brebis… Moi, Je suis la Porte : si quelqu’un entre par Moi, il sera sauvé ; et il entrera et il sortira, et il trouvera de la pâture…
      Moi, Je suis le Bon Berger : le Bon Berger met Sa Vie pour les brebis…
      Moi, je suis le Bon Berger, et Je connais les Miens et Je suis connu des Miens, le Père Me connaît et Moi Je connais le Père ; et Je mets Ma Vie pour les brebis.

      Jean 12,
      Moi, Je suis venu dans le monde, la lumière, afin que quiconque croit en Moi ne demeure pas dans les ténèbres !
      Et si quelqu’un entend Mes Paroles et ne les garde pas, Moi, Je ne le juge pas ; car Je ne suis pas venu afin de juger le monde, mais afin de sauver le monde.
      Celui qui Me rejette et qui ne reçoit pas Mes Paroles, a qui le juge ; la Parole que J’ai dite, celle-là le jugera au dernier jour.
      Car Moi, je n’ai pas parlé de Moi-même ; mais le Père qui M’a envoyé, Lui-même M’a commandé ce que Je devais dire et comment J’avais à parler ; et Je sais que Son Commandement est la Vie éternelle. Les choses donc que Moi Je dis, Je les dis comme le Père M’a dit.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s