La Bible et le Targum

       Dans cet article, j’aimerais vous présenter une version de la Bible appelée « Targum » (prononcer : « Targoum »). Cette version est intéressante car comme nous le verrons , elle est employée à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament.

       Pour comprendre ce qu’est le Targum, il faut d’abord  rappeler la situation linguistique de la Palestine à l’époque de Jésus. Targum signifie en effet « traduction ». Avant l’exil, l’hébreu était la langue du peuple, tandis que l’araméen était pratiqué par les notables. Suite à l’exil babylonien, les choses changent et l’hébreu est progressivement remplacé par l’araméen. De fait à l’époque de Jésus, la langue parlée par le peuple était bien l’araméen et seuls les docteurs religieux ou les notables maitrisaient encore l’hébreu. Nous voyons d’ailleurs dans les évangiles que Jésus a prêché en araméen.

        Pour que le peuple puisse continuer à comprendre la Bible, il fallait donc que celle-ci soit traduite dans sa langue, c’est-à-dire en araméen. C’est cette version araméenne que nous appelons le Targum. Même si en réalité il faudrait employer un pluriel, puisqu’il existe différents Targumim.

       Il est cependant important de comprendre que le Targum n’est pas une simple traduction du texte hébreu. Celui-ci est souvent paraphrasé ou enrichi d’anecdotes issues de la tradition orale. Cette information nous permet de comprendre certains passages du Nouveau Testament, puisqu’à plusieurs reprises les auteurs, notamment l’apôtre Jean ou l’apôtre Paul se réfèrent au Targum.

L’exemple le plus célèbre est celui de 2 Timothée 3:8

« De même que Jannès et Jambrès s’opposèrent à Moïse, de même ces hommes s’opposent à la vérité, étant corrompus d’entendement, réprouvés en ce qui concerne la foi. »

        Paul mentionne explicitement deux personnes, « Jannès et Jambrès », qui se sont opposées à Moise. Or vous aurez beau lire et relire votre Ancien Testament dans sa version courante, vous ne les verrez jamais apparaître. En réalité ces deux personnages sont bien mentionnés trois fois dans la Bible, 2 fois dans Exode et une fois dans Nombres, mais uniquement dans sa version araméenne.

       Pour vous donner une idée des différences  qui peuvent exister, je vous  propose d’ouvrir votre Bible et de lire Exode 1 versets 13 à 16 dans la version courante, puis dans la version targoumique que j’ai recopiée :

« Et les Égyptiens réduisirent les enfants d’Israël en servitude, avec dureté, et ils leur rendirent la vie amère dans un dur travail, dans l’argile et les briques et toutes sortes de travaux dans la campagne, toutes sortes de travaux qu’on leur imposait avec dureté. Or Pharaon dit que tandis qu’il dormait il avait vu dans son songe que tout le pays d’Égypte était posé sur le plateau d’une balance et un agneau, le petit l’une brebis, sur l’autre plateau de la balance et le plateau où se trouvait l’agneau s’abaissait. Aussitôt il envoya quérir  tous les magiciens d’Égypte et leur conta son songe. Immédiatement Jannès et Jambrès, chefs des magiciens, ouvrirent la bouche et dirent à Pharaon : « Un fils est destiné à naître dans l’assemblée d’Israël par le moyen de qui toute .terre d’Égypte est destinée à être dévastée. » C’est pourquoi Pharaon, le roi d’Égypte, avisa et dit aux accoucheuses juives – l’une avait nom Shiphrah, c’est Jokébéd, et le nom de la seconde était Pu’ah, c’est Miryam, sa fille – il dit : « Quand vous accoucherez les femmes juives, vous surveillerez le siège : si c’est un enfant mâle, vous le mettrez à mort et si c’est une fille, elle pourra vivre »

         Nous voyons donc que le Targum nous rapporte un certain nombre d’informations qui n’apparaissent pas dans le texte hébreu.

        Pour terminer cette présentation nous pouvons dire que le Targum a eu le destin inverse de la Septante. Pour des raisons linguistiques évidentes, cette version n’a presque pas été reprise dans l’Eglise et a donc été conservée par les Juifs rabbiniques.

Vidéo :

Publicités

25 réflexions sur “La Bible et le Targum

  1. Pingback: Les anciennes versions de la Bible (vocabulaire) | Philochristos

  2. Tiens intéressant. Hier, j’achevais Jérémie, et une note de traduction au chap. 51, v. 39, précise que l’expression « ils s’endormiront d’un sommeil de durée indéfinie » est paraphrasée dans le Targoum par « qu’ils meurent de la deuxième mort ». Voilà qui révèle que l’idée de deuxième mort dans la Révélation n’était pas étrange, mais qu’il s’agit d’un sommeil sans fin, sans résurrection!

    Merci pour l’article. 🙂

    J'aime

  3. Pingback: Les sources du Nouveau Testament | Philochristos

  4. Je n’avais jamais prêté attention au fait que les sage-femmes mentionnées comme étant bénies particulièrement pour leur obéissance à Dieu étaient tout bonnement la mère et la sœur de Moshé.
    Comment ai-je pu vivre sans Targum jusque là…

    J'aime

  5. Autre découverte, Ruth, que je me représentais comme miséreuse, ou en tout cas issue du peuple, est fille d’Eglon, roi de Moab. Une princesse donc.

    J'aime

  6. Comment se fait-il qu’on n’encourage pas la lecture des targoumim, en groupes de réflexion, dans les assemblées ? Il y a une quantité phénoménale d’interrogations qui n’avaient jamais été satisfaites qui s’éclairent, mieux, on voit un peuple qui prend corps, et relief. Je crois tout à fait à ce détail des protestataires étrangers qui trouvaient l’action de l’Éternel à la Mer Rouge incomplète, alors qu’elle était probablement symbolique, peut-être pour rappeler aux fils d’Adam d’où ils avaient été tirés, et à l’intervention de Moïse, comme souvent.

    J'aime

    • Disons que bien souvent les gens ne connaissent absolument pas l’existence des targoumim.
      Même dans les instituts de théologie on n’en parle pas.
      C’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à partager l’article 🙂

      J'aime

      • Bonjour, Je viens de le partager. Très intéressant. Mais ne doit-on pas considérer les targumim comme des commentaires anciens du texte biblique pur, ou disons une traduction dynamique assez libre comme par exemple la traduction THE MESSAGE chez nous amis anglophones? A mon avis, on ne doit pas les considérer comme ayant la même autorité que le texte hébraïque original mais pour le moment les arguments me manquent. C’est juste mon impression. En tous cas merci beaucoup pour cet éclaircissement concernant les magiciens.

        J'aime

        • Bonjour Frédéric et bienvenu sur ce blog.
          Vous avez tout à fait raison.Les Targumim sont des commentaires du texte biblique.
          Ils n’ont donc pas la même autorité que le texte. Toutefois puisque les auteurs du NT utilisent ces commentaires, et à l’occasion je tâcherais de donner d’autres exemples, je pense, qu’en tant que chrétien, il est pertinent d’en tenir compte pour mieux comprendre le texte biblique.

          Concernant le texte hébreu original, avez-vous eu l’occasion de lire les articles sur la Septante ?

          J'aime

  7. Pingback: La langue des Judéens à l’époque de Jésus | Philochristos

  8. Bonjour David Vincent,

    Vos articles sont intéressants, comme toujours. Merci de nous partager vos connaissances.
    Par contre, il me faudra évidemment me renseigner sur le Targoum ailleurs que sur votre site pour être certain d’avoir une connaissance impartiale à ce sujet. Puisque j’ai pu constater sur d’autres de vos articles des prises de positions sans laisser place à aucun doute alors que vous abordez des sujets justement sujets à de grandes discussions et débats.

    D’ailleurs, je regrette que vous ne citiez jamais vos sources comme tout bon rédacteur. (mis à part la bible elle même : je parle de sources historiques, théologiques, encyclopédique, ..)
    C’est d’ailleurs très très étonnant.

    Bonne journée

    J'aime

  9. Pingback: La langue des Judéens à l’époque de Jésus | Didascale

    • Bonjour Antony,
      Tu as raison de faire la remarque.
      Je n’ai pas employé le terme de commentaire pour éviter de faire la confusion avec les commentaires bibliques au sens contemporain du terme. Car tu seras bien d’accord que ces deux façons de commenter la Bible sont radicalement différentes.

      Par ailleurs, l’auditeur lambda ne faisait certainement pas la différence entre le texte biblique et les spécificités du Targum.

      J'aime

  10. Pingback: Absence prolongée (bis) | Philochristos

  11. Bonsoir David,
    est-ce possible s´il-te-plait, que tu partages aussi le lien ou la source de l´extrait de Exode que vous avez partagé?
    (J´en ai peut-etre vraiment besoin..et je ne suis pas seule..)
    Merci!
    Michelle

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s